45225 - La Neuville-sur-Essonne

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

La Neuville-sur-Essonne
Blason La Neuville-sur-Essonne-45225.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 45 - Blason - Loiret.png    Loiret
Métropole
Canton

Blason Puiseaux-45258.png   45-30   Puiseaux (Ancien canton)

Code INSEE 45225
Code postal 45390
Population 289 habitants (1999)
Nom des habitants
Superficie 919 hectares
Densité 31.45 hab./km²
Altitude Mini:
Point culminant 129 m
Coordonnées
géographiques
02°22'35"E/48°11'16"N
Localisation (avant 2015)
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

Héraldique

D'azur au pairle d'argent accosté à dextre d'une crosse d'or et à senestre d'une clé contournée du même.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2022 : ....
  • Arrondissement - 1801-.... : ....
  • Canton - 1801-.... : ....
  • Commune - 1801-.... : ....

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Extrait du Bulletin de la Société Archéologique de la Région de Puiseaux "Les Eglises dans le canton", n°28, 1999.

Eglise Saint Amand et Saint Sulpice

L’église de La Neuville est constituée d’une nef et d’un chœur encadré de chapelles.

ARCHITECTURE EXTERIEURE

Voyons pour commencer la façade est de l’édifice. Le pignon du chevet est plat et éclairé par une grande baie à trois lancettes et trois oculus. Cette fenêtre est surmontée d’un arc de décharge qui renvoi les poussées vers les deux contreforts à profil en pointe disposés en diagonale. On remarque au-dessus de l’arc de décharge un blason comportant plusieurs bandes horizontales. Un peu plus haut, une lucarne rectangulaire éclaire les combles. A la pointe du pignon, on distingue un autre blason sans relief apparent. De chaque côté du chevet, on distingue à gauche une chapelle surmontée de l’escalier du clocher et à droite la sacristie et une autre chapelle. Seule, la sacristie présente une fenêtre rectangulaire sur cette face. La façade nord donne sur la place et est bien dégagée. Le chœur possède une toiture un peu plus élevée que la nef et la séparation entre les deux a été obtenue en faisant dépasser le mur de refend. La nef est un plus large que de le chœur et est éclairée par deux grandes fenêtres en arc brisé. Contre le chœur, une chapelle a été accolée. Elle possède comme le chevet des contreforts en diagonale et au profil en pointe. Elle est éclairée par une fenêtre en arc brisé assez large sous laquelle on distingue une porte basse murée qui a pu communiquer avec l’ancien cimetière ou être l’accès à une chapelle seigneuriale. La sacristie a été construite dans le prolongement en XVI° siècle. Continuons par le pignon ouest. C’est un grand rectangle surmonté d’une pointe couverte d’ardoises dans les années 1980. Le mur s’ouvre en bas par un beau portail en plein cintre. Il est constitué de deux arcs à un boudin et gorge reposant sur quatre colonnes monolithiques. Sur ces dernières, la liaison est faite par des chapiteaux en partie engagés dans le mur. Ils portent un décor fruste typiquement roman. Le portail a été garni en 1983 d’une porte en chêne du modèle de la porte d’origine. Les pièces de bois encore en bon état ont été réutilisées. La porte est surmontée d’une fenêtre en arc brisé du modèle de celles de la face nord. Comme sur le chevet, on distingue de chaque côté les deux chapelles adjacentes. Celle de gauche présente une petite porte à laquelle conduit un petit escalier. Il faut rappeler que le toit de la nef s’était effondré en 1921 et ne fut reconstruit que 60 ans plus tard. Pendant toute cette période, l’accès au chœur se faisait par cette porte, l’arc le séparant de la nef ayant été fermé. Enfin, signalons l’absence de contreforts, preuve que la nef n’a jamais été voûtée. Le mur sud reprend les caractéristiques de celui situé au nord. La nef n’a qu’une fenêtre non centrée mais on remarque au milieu une porte murée qui fut peut-être une porte des morts. A cheval sur le chœur et la nef deux construction ont été ajoutées. A gauche, c’est une petite pièce renforcée par des contreforts d’angle identiques au autres. C’est peut-être la base d’un ancien clocher disparu. A droite, une chapelle a été ajoutée, éclairée par une fenêtre en arc brisé et munie d’un contrefort. Enfin, tout à l’est, le chœur est éclairé par une fenêtre en arc brisé. Enfin, nous levons la tête pour observer le clocher. Il est de dimensions modestes et perché sur la faîtière du chœur. Une tour de charpente en tronc de pyramide carrée recouverte d’ardoises sort du toit de l’église. Elle est percée sur chaque face une fenêtre ogivale garnie d’abat-son. Le tout est recouvert d’une petite flèche octogonale en ardoises.

INTERIEUR DE L’EGLISE

Pénétrons à l’intérieur par le portail. On entre dans la grande nef surmontée par la charpente métallique de 1981. Marchons jusqu’au chœur dont la largeur est moindre. Cela s’explique par le fait qu’on n’aurait pu construire une voûte d’une dimension. Les deux travées sont voûtées et les arcs ont un profil en V reposant sur des colonnettes engagées sans chapiteaux. La chapelle nord est également voûtée dans le même style. La chapelle sud est couverte d’une voûte en berceau peu soignée. Elle fut construite par les seigneurs de Mâcheron dont les pierres tombales familiales sont toujours là.

LA CHARPENTE

La charpente au-dessus du chœur est une charpente de type fermes et pannes. Les fermes sont composées d’un entrait bas, d’un entrait retroussé boulonné, de jambes de force assemblées, de contrefiches, d’un poinçon en appui sur les entraits retroussés et de deux arbalétriers assemblés. Les bois sont bien équarris et de sections rectangulaires. La pente du toit est forte, proche de 120 % et correspond à la pente de l’ancien comble. Une poutre faîtière assure le contreventement longitudinal. Deux cours de pannes, posées sur échantignolles, supportent les chevrons. Cette charpente, simple et bien équilibrée, semble avoir été mise en œuvre au XIX° siècle. La charpente du support de cloches, certainement édifiée au XIX° siècle, repose sur deux poutres réutilisées de l’ancienne charpente. Ces poutres ont la particularité d’avoir dans leurs milieux un motif et dur les anciens entraits bas des fermes d’une charpente du XV° ou XVI°. La charpente de le nef est une charpente de l’ « âge du fer » industriel posée dans les années 1980.

LES CLOCHES

Petite Cloche : (1 ligne) REVEILLAC BERTRAND FRERES A PARIS LAN 1824

Grande Cloche : (10 lignes) LAN 1878 LE 1 SEPTEMBRE J'AI ETE BENITE PAR MONSEIGNEUR COUILLIE COADJUDICATEUR DE MONSEIGNEUR L'EVEQUE D'ORLEANS J'AI ETE NOMMEE JULES SUZANNA PAR MR BENOIST PIERRE JULES DE LAUILLE DE BAUGE MME SUZANNA DE CARDON DE SANDRANSTRON MES PARRAIN ET MARRAINE EN PRESENCE DE MR LUCHARD CURE DE CETTE PAROISSE MM MIRON MAIRE ET LECLERE ADJOINT ET DE MM PRECHEMIER BROCHARD FRANCOIS LENOIR JACQUES THIENAULT AUGUSTIN PIGEAU FABRICIENS

LE MOBILIER

On peut citer dans le mobilier fixe : - des vitraux avec personnages du XIX° dans le chœur et la chapelle nord, - une niche et un lavabo de chaque côté du chœur (XVI°), - la porte à six panneaux de la sacristie (XVI°), avec un encadrement de pierre mouluré, - l’autel et le retable XVII° décorés de statuettes en bois doré, - les pierres tombales, une dans le chœur, trois dans la chapelle sud et cinq dans la nef, - une cuve baptismale ovale probablement XVI° au fond de la nef.

Le mobilier n’est pas très nombreux. On peut voir : - les statues en bois de Saint Amand et Saint Sulpice, les patrons de l’église (XVII°), - une piéta en terre cuite du XIX°.

DATATION

La construction de l’église a probablement commencé par celle de la nef au début du XVI° siècle. La guerre de Cent Ans arrêta les travaux et l’église eut même peut-être à souffrir du conflit. Toujours est-il qu’à la fin du XV° siècle, la prospérité étant revenue, on construisit à l’est de la nef un chœur de style très homogène, la chapelle sud ayant été ajoutée au XVII°.

Chapelle de Ligerville

Les ruines romantiques d’une antique chapelle se dressent à gauche du chemin qui conduit à la ferme de Ligerville. Seules subsistent aujourd’hui trois arches gothiques d’un édifice qui a dû en son temps montrer une certaine magnificence. Ce monument était composé de trois nefs de quatre travées donnant sur un chevet plat dont il ne reste aujourd’hui que trois travées apparentes. Les éléments d’architecture encore en place montrent une construction de la fin du XIII° ou du début du XVI°. L’église était éclairée par dix-huit fenêtres réparties tout autour des murs. Cela donne déjà une idée de la grandeur de cette église qui mesurait trente mètres de long (à titre de comparaison, l’église de La Neuville mesure 28 mètres.

Repère géographique.png Repères géographiques

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 360 329 333 372 458 439 412 420 424 438
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 451 460 424 428 433 434 398 364 346 342
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 351 308 331 319 296 270 258 252 236 221
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 243 248 289 325 370 401 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini , INSEE 2006, 2011, 2016 & 2017.


Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- - -  
- - -  
- - -  
- - -  
- - -  
Michel VAN NIEUWENHUYSE 2001-2008 -  
Gérard PETIT 2008-(2014) - [ Photo]  
- - -  

Cfr [ Mairesgenweb]


Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - - - - - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : 20 rue Mesnil - 45390 LA NEUVILLE-SUR-ESSONNE

Tél : 02 38 39 12 11 - Fax :

Courriel : Contact

Site internet :

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr ()


Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références