45033 - Boësses

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Boësses
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 45 - Blason - Loiret.png    Loiret
Métropole
Canton Canton de Malesherbes (canton 45 09)

Blason Puiseaux-45258.png   45-30   Puiseaux (Ancien canton)

Code INSEE 45033
Code postal 45390
Population 380 habitants (2017)
Nom des habitants
Superficie 1313 hectares
Densité 28.94 hab./km²
Altitude Mini: 91 m
Point culminant 128 m
Coordonnées
géographiques
48.151667° / 2.448333° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

Héraldique

D'argent à la fasce de gueules chargée de trois annelets d'or, accompagnée en pointe d'un feu de cinq flammes de gueules.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2022 : Loiret
  • Arrondissement - 1801-1926 : Pithiviers --> 1926-1942 : Montargis --> 1942-2022 : Pithiviers
  • Canton - 1801-2015 : Puiseaux --> 2015-2022 : Malesherbes
  • Commune - 1801-2001 : Boësse --> 2001-2022 : Boësses


Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Extrait du Bulletin de la Société Archéologique de la Région de Puiseaux "les Eglises dans le canton", n°28, 1999.

Église Saint Germain

Architecture extérieure

L’église de Boësses est une des plus belles du canton, aussi bien au niveau de l’architecture que de l’unité ou des dimensions. Quand on arrive en venant de la rue principale, on a devant soit la façade sud et on est immédiatement frappé par la surface du toit qui recouvre uniformément tout l’édifice. Seul, un pignon intermédiaire rompt la monotonie de cette mer de tuiles. Nous voyons d’abord le clocher. Il est construit sur une tour carrée engagée sur la troisième travée du bas-côté sud. Le premier étage est percé sur les faces sud et est de deux fenêtres en plein cintre à petits claveaux. On distingue du côté sud, au niveau de la base des fenêtres quelques modillons à figure humaine d’apparence romane ainsi que les billettes (décor horizontal formé de cylindres successifs). L’étage suivant est monté sur un bloc de charpente en tronc de pyramide contenant le beffroi et couvert en ardoises. Par dessus, on trouve un clocher octogonal présentant un début de rotation (un seizième de tour de gauche à droite) qui le fait entrer dans la catégorie des « clocher tors » comme celui de Puiseaux. La liaison tour-flèche se fait par une base pyramidale carrée avec les angles de la flèche sur les diagonales et médianes de la tour. Devant le clocher ont été ajoutés l’escalier d’accès au clocher, la sacristie et un bâtiment municipal. A droite, on trouve le chœur qui comprend trois travées. Les deux premières sont éclairées par des fenêtres en arc brisé, la troisième ayant disparu sous le clocher. A gauche, le nef s’ouvre par trois fenêtres, la première étant plus grande et ouvragée que les autres. Entre chaque ouverture se dresse un contrefort. La porte d’entrée s’ouvre sous la fenêtre de la cinquième travée, avec un arc surbaissé renaissance. Deux meurtrières centrées autour de la fenêtre l’encadrent. On distingue, pris dans la maçonnerie du mur, un morceau d’arc qui semble pré-roman. Tout à gauche on voit une porte en plein cintre du porche. La façade est comprend un chevet plat comportant quatre contreforts encadrant trois fenêtres correspondant aux trois nefs de l’église. Une petite fenêtre étroite éclaire les combles en haut du pignon. Les deux fenêtres latérales sont du modèle des fenêtres latérales du chœur. La fenêtre centrale est beaucoup plus importante, les remplages délimitant trois lancettes surmontées de deux motifs trilobés couverts eux-mêmes d’un motif quadrilobé. La façade nord est uniforme, avec ses six fenêtres encadrées de sept contreforts. La forme des fenêtres est symétrique de celles de la façade sud. Dans la quatrième travée on trouve une porte murée en plein cintre qui a pu être la porte des morts communiquant avec l’ancien cimetière. Nous avons gardé pour la fin la façade ouest qui s’orne du magnifique porche dont l’image décore toutes les publications qui parlent des monuments religieux du Gâtinais. De chaque côté d’une porte centrale en plein cintre s ‘alignent onze arcades, six à gauche et cinq à droite, toutes séparées par des colonnes surmontées de chapiteaux. Les colonnes sont toutes différentes ainsi que les chapiteaux. Ces derniers portent des décors variés, certain montrant une grande maîtrise de la sculpture, d’autres étant beaucoup plus frustes. Même leur taille est différente. Et pourtant, il se dégage de cet ensemble une impression d’harmonie et d’unité propice à la méditation. Le porche est protégé par une toiture en appentis couverte de tuiles. Sa charpente traditionnelle utilise des bois de récupération et entaille profondément le portail de l’église, ce qui permet de dire que le porche a été ajouté.

Intérieur de l'église

L’église de Boësses possède une nef centrale encadrée de deux bas-côtés sur toute la longueur. Les trois premières travées représentent le chœur, les autres la nef bien que la séparation ne soit pas visible. La troisième travée centrale est soutenue par de très gros piliers comme si on avait voulu à une certaine époque construire dessus le clocher (il se trouve sur la travée voisine). Les deux premières travées du chœur semblent plus récentes que le reste, ce qui permet de dire que la nef et la troisième travée ont pu constituer l’église primitive qui aurait été agrandie vers l’est.

La charpente

La charpente au-dessus du chœur est composée d’un système de chevrons formant fermes. Les chevrons sont raidis par deux niveaux d’entraits retroussés, deux aisseliers et deux jambettes. Toutes les 6 ou 7 fermes, un poinçon relie les liernes longitudinales. Il est à noter l’absence de faîtage. Des poinçons ont été ajoutés pour renforcer les chevrons et stabiliser la charpente dans le plan transversal. La pente de la toiture est de 120 à 125 %. Des entretoises dans le plan des chevrons participent au contreventement. Les techniques utilisées pourraient correspondre à une construction du XV° siècle. La charpente au-dessus de la nef est différente de celle du chœur. Elle est constituée d’un système de fermes portiques et pannes (curieuse ressemblance avec les charpentes des halles de Puiseaux). L’ensemble étant composé de fermes sur poteaux et de demi-fermes pour couvrir les travées latérales, le contreventement longitudinal est assuré par une poutre assemblée au faîtage avec croix de Saint André, sous-faîtage, liens. Les pannes sont posées sur échantignoles chevillées et supportent un simple chevronnage. Les bois sont d’assez fortes sections, sans chanfrein ni moulure. La construction de cette charpente pourrait se situer entre la fin du XVI° et le début du XVII° siècle. Sur le refend entre la nef et le chœur, côté nef, une rive à solin se dessine, correspondant à l’empreinte d’une ancienne toiture. La pente de cette dernière est d’environ 55 %.

Les cloches

PETITE CLOCHE : (8 lignes)
EN AVRIL 1882 J'AI ETE BENITE PAR MGR RABOTIN DIOCESE D ORLEANS PAROISSE DE BOESSES LOIRET NOMMEE HENRIETTE PAR MON PARRAIN ARTHUR EMILE RENE POUX PROTONOTAIRE APOSTOLIQUE ET VICAIRE GENERAL D'ORLEANS
DONATEURS FAMILLES BAUDOIN LAMBERT MARGUERITE MEALIN LESEURRE PONCEAU MA MARRAINE HENRIETTE MARIE SIDONIE TAZE
BOURDEAUX HENRY MMRS ISIDORE LOURS HENRY TAZE BEAUDOIN LENOBLE FAUVE FLAMERY LEGUEILLE PAULY BENOIT POUX NOEL
ISIDORE PIERRE PALMYRE BILLARD ZELEMA LEGRAND CLARISSE JACQUET MLLE MARIE ROZE ET MME VIRGINIE MAUGRA BEAUCOUP D'AUTRES HABITANTS DE BOESSES CURE GEORGES JACQUET
POIDS 360 K
GLORIA IN EXCELSIS DEO


GRANDE CLOCHE : (11 lignes)
DIOCESE D'ORLEANS PAROISSE DE BOESSES LOIRET
JE M'APPELLE AMELIE ROSALIE EN 1808 J'AI ETE BENITE PAR MR SALLE CURE D'ECHILLEUSE PARRAIN PIERRE GUILLAUME MASSON
MARRAINE MARIE LOUISE ROSALIE DESCOURTILZ CURE PHILIPPE ROBERT MAIRE ETIENNE MARIE DESCOURTILZ EN JUIN 1881 J'AI ETE BRISEE EN AVRIL 1882 J'AI ETE BENITE PAR MGR RABOTIN PROTONOTAIRE APOSTOLIQUE ET VICAIRE GENERAL D'ORLEANS NOMMEE
ROSALIE PAR MON PARRAIN JULES CESAR MARGUERITE ET MA MARRAINE AMELIE DESIREE LEGUEILLE DONATEURS MR AUGUSTE
ARMAND RENE DONATIS PETIT FILS DE MA 1ERE MARRAINE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE CONSEIL DE FABRIQUE MMRS MOISE NAUDIN ROTH LEGUEILLE ISIDORE SAUNIER THEODORE PARBELLE ETIENNE BILLARD MAIRE JOSEPH HOUY
CURE GORGES JACQUET
GLORIA IN EXCELSIS DEO
POIDS 717 K

Le mobilier

Le mobilier de l’église de Boësses est assez riche et possède des pièces intéressantes : Pour les éléments fixes, nous pourrons citer : - un bénitier en forme de coquille Saint-Jacques, - des fonts baptismaux en pierre à la cuve ovale, - la dalle funéraire de l’abbé Chenard au font de la nef, - une autre dalle funéraire devant la porte de la sacristie, - une pierre sculptée de réemploi dans l’escalier du clocher. Une face montre un musicien et une danseuse et une autre un laboureur avec sa charrue et son cheval ,

Pour les éléments mobiliers, citons : - une très belle vierge à l’enfant en bois doré avec le visage de la vierge et l’enfant Jésus en peinture polychrome, - deux reliquaires dorés sur l’autel central, - les autels eux-mêmes, paraissant dater du XIX°, représentent un beau travail d’ébénisterie.

Datation

Comme toutes les églises que nous avons déjà étudiées et comme celles qui vont suivre, il ne faut pas s’attendre à une unité de temps dans la construction. Même si l’église de Boësses paraît homogène au premier abord, il n’en est rien. La partie la plus ancienne est le clocher qui date du XI° siècle ou même de la fin du X°, c’est à dire un roman très ancien (modillons, billettes, claveaux étroits des fenêtres). De cette époque doit dater également la troisième travée du chœur ainsi que le portail. On peut alors raisonnablement penser que toute la nef a été construite à ce moment là. Ce serait l’église primitive. Le chœur serait postérieur et daterait du XIII°. On a dû profiter de ces derniers travaux pour apporter quelques amélioration gothiques aux fenêtres de la nef. Et puis, la Guerre de Cent Ans est passé par là, avec son lot de destructions et d’abandons. C’est à ce moment-là que la charpente est reconstruite et les voûtes rétablies.

Repère géographique.png Repères géographiques

Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 876 922 976 986 991 937 892 912 969 941
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 914 898 808 803 781 764 709 636 560 556
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 522 476 441 428 407 400 402 353 330 321
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 287 308 351 366 400 390 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2017.


Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- - -  
- - -  
- - -  
- - -  
- - -  
Henri POISSON 2001-2008 -  
Pierre PETIOT 2008-(2026) - [ Photo]  
- - -  

Cf. : Mairesgenweb


Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - - - - - -
Après-midi - - - - - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : -

Tél : - Fax :

Courriel :

Site internet :

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : ()


Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références