42015 - Belmont-de-la-Loire - révolte

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

< Retour à Belmont

Le 20 décembre 1793, il arriva à Belmont une si étrange histoire que nous allons la raconter ici.

Par ordre du district de Roanne, les officiers municipaux de cette commune se réunirent à l’église pour publier le décret instituant le fête de la Raison. Pour cela, il fut édifié une haute et vaste estrade en bois dans le coeur de l’église, ainsi qu’on le fait pour le jeudi-Saint. Mais au lieu de mettre au sommet le St-Sacrement, il était enjoint d’y installer une jeune fille symbilisant la raison. Les gens seraient tenus de venir lui rendre des hommages. C’était évidemment-là, vouloir singer la fête du jeudi-Saint.

A cette nouvelle, colportée par le bourg, une troupe de femmes s’assemble et rentre à l’église. Celles-ci se mettent à crier et à réclamer le rétablissement de la religion catholique. Elles déclarent qu’elles ne veulent pas de cette nouvelle religion, qui n’est à leur avis « qu’une religion de chèvre » (Le mot chèvre en patois désigne la femme libertine et corrompue). Les officiers municipaux passent en vitesse la porte de l’église; elles s’emparent des clefs de celle-ci restées à la serrure, et la ferment à clef.

A ce premier groupe de femmes, d’autres viennent se joindre. Elles stationnent sur la place publique. Le juge de paix alla equérir la garde nationale pour les disperser. Celles-ci alors au nombre d’une centaine environ, rentrent dans le cimetière, qui était alors autour de l’église, et armée de pierres et de bâtons, elles criaient qu’elles voulaint leurs prêtres et leur religion. A l’arrivée dujuge de paix, ce groupe se dispersa peu à peu. Mais il se reforma le soir à 7 heures, au début de la nuit. Elles vont alors à la cure et s’emparent d’une seconde clef de l’église qui s’y trouvait. Elles allumèrent des feux autour de cette dernière et y passèrent la nuit.

Cet attroupement dura trois jours et empêchait la fête de la Raison d’avoir lieu. Le maire de Belmont fit alors venir les gardes nationaux de Thizy et de Cours. Quand ceux-ci arrivèrent les femmes se mirent à sonner le tocsin pour avertir toute la population. Elles allèrent ensuite au-devant des gardes nationaux et les injurièrent. Ceux-ci tirèrent des coups de fusils, et les femmes rentrèrent chez elles. On fit une centaine d’arrestations à la suite de ces incidents. Les plus irréductibles furent envoyées à Roanne.

D’après « Histoire de Belleroche et de ses environs » par l’abbé Auguste Comby. P269