39113 - Chassal : Différence entre versions

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(Les maires)
Ligne 31 : Ligne 31 :
 
== Familles notables ==
 
== Familles notables ==
 
==== Les maires====
 
==== Les maires====
 +
Jean-Pierre MARTORELL  2001
 +
 
====Les notaires====
 
====Les notaires====
 
== A savoir pour vos recherches généalogiques ==
 
== A savoir pour vos recherches généalogiques ==

Version du 15 novembre 2005 à 08:18

Retour

Chassal
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département Jura
Métropole {{{Métropole}}}
Canton Saint Claude
Code INSEE 39113
Code postal 39360
Population 509 habitants (1999)
Nom des habitants Les chassaliens
Superficie 519 hectares hectares
Densité 95 hab./km²
Altitude 362 m
Point culminant 665 m
Coordonnées
géographiques
05°47'15"E/46°21'32"N
Localisation (avant 2015)
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire de la commune

Le nom de Chassal pourrait dériver de chesal (masure ou dépendance). Il apparaît dans l’histoire, d’après A.Rousset, par une charte de 855 qui cite un lieu nommé Cassenatis. Dépendant pour le religieux de la paroisse Saint-Léger de Molinges, le village était administré pour le compte de l’abbé de Saint-Claude par un prévôt. Cette charge donna naissance à une famille noble dite « de Chassal », dont on trouve mention entre le XIIème et le XVème siècles. L’un de ses membres, Pierre de Chassal, ayant assassiné en 1228 le grand cellerier de l’abbaye, fut exilé et ses biens confisqués. Puis, à la suite du complot d’un de ses descendants contre Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, en 1470, la famille fut définitivement écartée des bénéfices de l’abbaye

Le territoire de Chassal, quoique bien exposé dans la basse vallée de la Bienne, est pauvre en terrains agricoles et les habitants (une cinquantaine en 1744) devaient compléter leurs revenus par d’autres activités : à l’automne, le peignage du chanvre dans les provinces de l’Est ( on disait « aller au seran ») ; en hiver, la tournerie en sous-traitance pour les négociants de Saint-Claude : grains de chapelet et « futailles » (récipients) diverses. A partir des années 1748, date de sa mise en évidence par l’abbé Clerc, curé de Molinges, la carrière de marbre jaune et violet dit « brocatelle » fournit du travail aux carriers et fit la renommée du village.

Avec le rattachement de Marigna en 1822, qui fit doubler sa population, la commune s’enrichit de nouveaux moulins à grains, à scie et à battoir actionnés par la Bienne et le torrent de l’Enragé. Ce dernier présente la particularité d’être une résurgence du lac de l’Abbaye-en-Grandvaux, à 30 km.

Repères géographiques

Illustrations, photos anciennes

Familles notables

Les maires

Jean-Pierre MARTORELL 2001

Les notaires

A savoir pour vos recherches généalogiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Dépouillements des registres paroissiaux

Archives notariales

Remarques

Bibliographie

Liens utiles