35212 - Pancé

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Pancé
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 35 - Blason - Ille-et-Vilaine.png    Ille-et-Vilaine
Métropole
Canton Blason Bain-de-Bretagne-35012.png   35-02   Bain-de-Bretagne

Blason Bain-de-Bretagne-35012.png   35-03   Bain-de-Bretagne (Ancien canton)

Code INSEE 35212
Code postal 35320
Population 1 171 habitants (2017)
Nom des habitants Pancéens, Pancéennes
Superficie 1 933 hectares
Densité 60.58 hab./km²
Altitude Mini : 17 m
Point culminant 105 m
Coordonnées
géographiques
47.88138° / -1.65833° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
35212 - Pancé carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

Héraldique

Histoire administrative

  • Département - 1801-2021 : Ille-et-Vilaine
  • Arrondissement - 1801-2021 : Redon
  • Canton - 1801-1894 : Bain, 1894-2021 : Bain-de-Bretagne
  • Commune - 1801-2021 : Pancé

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Les chapelles

  • Chapelle Notre-Dame-de-Pancé du XVIIIe siècle également appelée Notre-Dame-des-Armées.
Elle fut construite en 1729 et dédiée à la Vierge. Rebâtie en 1760 elle ne fut bénite qu'en 1769 en l'honneur de la Sainte-Vierge, saint Joseph et saint Fiacre. On y allait en procession lors des Rogations. Au-dessus de la porte principale, on pouvait lire : « la présente chapelle a été rétablie l'an 1760 - Ave Maria ».
On la connaît également sous le nom de chapelle Saint-Mélaine car, à l'origine, elle appartenait aux moines de ce nom. Démolie à la fin du XIXe siècle, elle fut reconstruite en 1890/1891 par Arthur REGNAULT, originaire de Bain-de-Bretagne, (bénite le 23 juin 1891) et déplacée plus à l'ouest que sa position initiale (le cadastre napoléonien la situant plus à l'ouest que de nos jours).
Chapelle Notre-Dame dite vulgairement Saint-Mélaine : chapelle priorale de Pancé située près de l’ancien couvent bénédictin. Distante d’un demi quart de lieue de l’ancienne église.
  • Chapelle Sainte-Catherine du Fretay
En 1381, Jehan de LA MARZELIERE y fait dire 3 messes par semaine (réparties entre le Fretay et La Marzelière en Bain).
En 1556 : Henri II accorde à Pierre de LA MARZELIERE, seigneur du Fretay, le droit de tenir une foire au Fretay le 25/11, fête de la Sainte Catherine, martyre et patronne de cette chapelle.
  • La chapelle du Ménillet ou chapelle de la Chênette-Tirel
La date de construction de cette chapelle (toujours visible dans le village du Ménillet) est totalement inconnue.

Ses légendes :

- Première légende : Elle aurait été construite en signe de reconnaissance par un propriétaire qui aurait découvert, non loin de là, un trésor composé de pièces d'or.
- Seconde légende : Le lieu serait hanté par un poulain blanc qui se présente dès qu'un visiteur s'attarde auprès de la dite chapelle. Si le visiteur refuse de chevaucher l'animal, il se verrait séparé en deux.
- Troisième légende : Un objet déposé dans un angle intérieur de l'édifice disparaîtrait en quelques instants si le dépositaire sort de la chapelle quelques instants.
- Dernière légende : Un trou creusé un jour dans le sol de la chapelle se verrait systématiquement rebouché dès le lendemain.
  • La chapelle Solleux :
Construite en 1884 par la famille Solleux le long de la route de Pancé à Crevin, elle est dédiée à sainte Anne, saint Joseph et sainte Appoline. Cette dernière possède également sa légende. Une jeune fille qui voulait entrer dans les ordres s'est retrouvée mariée et eut des très nombreux enfants. Elle décéda jeune et ses parents ont fait construire cette chapelle en guise de repentir. Cette jeune femme a bien existé mais elle est décédée de maladie pulmonaire.

Les châteaux

  • Château du Frétay des XIVe-XVe siècles, ruiné mais dont les dépendances sont toujours habitées
Fretay = lieu désert et inculte. Cité dès 1387, fortifié vers 1417, possède 5 tours.
En 1619 : 3 corps de logis (le plus grand : une salle, une cuisine, une chapelle dans une tour, une grande chambre, trois chambres au dessus) (les deux autres corps à l’est et à l’ouest pour les métayers). Le cour était entourée de douves remplies d’eau avec un accès par un pont levis. Il existe un souterrain.
En 1387, la seigneurie du Fretay appartient à Jehan de LA MARZELLIERE.
En 1462 (par alliance), le Fretay appartient à la famille GIFFART (la fille unique de Pierre de La Marzelière, Pléson épouse Ollivier GIFFART).
En 1578, la seigneurie est érigée en vicomté.
En 1598, le château est démantelé sur l’ordre d’Henri IV.
En 1619, le vicomté est érigé en marquisat : marquisat de La Marzelière.
Au XVIII{{e} siècle, le Fretay appartient à la famille COËTQUEN.
  • Château du Plessis-Godard du XVIe siècle
Au XVIe siècle, le château appartient à la seigneurie du Fretay. Il possédait un pigeonnier.
En 1576, appartient à la famille GODARD.
En 1648, (par alliance) appartient à la famille MARTIN.
Au XIXe siècle, appartient à la famille PINCZON du SEL Des MONTS.
  • Château de La Créole ou maison des Criolles (et sa légende d'une belle créole ramenée des îles)
Il possède un pavillon de chasse. Appartient à Anne GUERIN veuve de Jean POUSSIN. En 1677, il appartient à Jan Martin de BONABRY puis à Pierre Thomas de LA COUANNELAIS.
En 1737, il appartient à la famille DESNOS de LA GREE
  • Le château de Beaumanoir

L'église

  • Église Saint-Martin du XIXe siècle
Elle fut construite en style néogothique entre 1860 et 1865 sous la direction architecturale d’Édouard Brossay-Saint-Marc (frère de l'évêque de Rennes). Elle fut bénie en juin 1865 (abbé Richard).
Elle a été restaurée à plusieurs reprises : 1912/1913, 1964, début des années 2000 et rouverte en décembre 2005 après de nombreux mois de fermeture (fissures, chute de pierres).
Lors de la dernière restauration, les vitraux ont été vandalisés et ont fait l'objet d'une dépose afin de les restaurer. À noter que dans la nuit du 4 au 5 janvier 1872, la voûte s'était déjà effondrée.

Les manoirs

  • Le manoir de La Roche
En 1659, il appartient à la famille THOMAS
  • Manoir de la Poinçonnière
Appartenait aux FABRY en 1513, aux GOUËZEL en 1601
  • Manoir du Plessis Léger
Appartenait aux AULNETTE en 1441, puis aux BONABRY en 1513. (Plessis : lieu entouré d’une plesse ou haie entrelacée)
  • Manoir de La Besneraye
Appartient aux seigneurs de LA MARZELIERE en 1427
  • Manoir de la Morponnais
Appartient aux LE FEBVRE en 1513 et aux GOUËZEL en 1602

Les moulins

  • Un moulin à eau à Rochereuil.
  • Un moulin à vent dit moulin HAMON, situé à 400 mètres du bourg, sur le bord nord de la route de Poligné, appartenant à la famille HAMON, propriétaire de l’ancien château de Beaumanoir.

Patrimoine divers

  • Bonabry ou Bon Abri
Date des XVe–XVIIe siècles, avec des portes de style roman. Il relevait de la seigneurie du Fretay.
En 1418, appartient à la famille BONABRY.
En 1513, appartient à la famille BONABRY.
En 1576, appartient à la famille GODARD (seigneurs des Loges).
En 1641, (par alliance) appartient à la famille MARTIN, seigneurs de La Marpaudaye et du Plessis Godard.
En 1760, appartient à la famille DROUET DU BOISGLAUME.
En 1910, appartient à la famille HAMON.
  • La Cour-Lunel
Appartient à la famille PERRIN puis à la famille LEBLANCHE
  • Ker-Yvon construit un peu avant 1910
  • La mairie
René Louis JOUON, procureur fiscale de plusieurs jurdictions à Pancé, juge de paix du canton de Bain (1792), puis du Sel, maire de Pancé en l’an XIII, agriculteur et notaire, fit construire en 1785, Beaumanoir où il y résida (actuellement mairie de Pancé).
La mairie pourrait être le plus ancien emplacement de Pancé. Sur le portique d’entrée, inscription : « bâti par M. H. JOUON, notaire impérial, en août 1806 ».

Patrimoine disparu

  • L'ancienne église (qui était située aux environs de l'ancien cimetière actuel de la commune) : le 21 décembre 1619, Thomas Langouet, recteur de Pancé, Gilles de La Filochays, notable du voisinage et Robert Thomas, notaire du prieuré de Pléchâtel, affirmèrent que M. de la Marzelière, en tant que vicomte du Fretay, était fondateur et seigneur de l'église de Pancé.
De style roman, elle était construite à l'emplacement actuel de l'ancien cimetière. Le vocable de Pancé est Saint-Martin-de-Tours. Les bras de la croix ou chapelles étaient dédiés à saint Sébastien et saint Yves. On y trouvait trois autels : Notre-Dame, la Trinité et Saint-Michel.
En 1694, la chapelle Saint-Yves devint la chapelle du Rosaire. Les prêtres de la paroisse avaient coutume de se faire inhumer devant l'autel de la Sainte-Trinité.
Plusieurs familles y possédaient leur enfeu : les seigneurs du Plessis-Godard, les seigneurs du Bois-Glaume en Poligné, les seigneurs du Fretay ... Au fur et à mesure de années, plusieurs bénédictions de cloches eurent lieu. Quelques exemples :
- le 19 mars 1664, par Laurent RONDEL, recteur, béni la grosse cloche. Le parrain fut Siméon MARTIN (fils aîné de Gilles et de Louise de BEAULIS), sieur du Plessis-Bonabry et la marraine Anne POUSSIN, fille de Jean et de Jeanne GUÉRIN, sieur et dame des Saudrays.
- le 21 août 1678, furent baptisées la grosse cloche, Paule-Renée (parrain : écuyer Paul Martin, sieur de la Roche-Bonabry, marraine : Renée Martin) et la petite cloche, Jeanne-Louise-Françoise (parrain : Jean Du Bouëxic, seigneur du Bouëxic, marraine : Françoise Martin, dame du Plessis-Godard)
- le 11 juin 1693, la grosse cloche fut baptisée par René Bizeul, doyen de Bain. Elle fut nommée Perrine-Renée-Elisabeth (parrain René Martin, sieur des Renardières et Elisabeth Martin, demoiselle du Plessis-Godard)
- le 9 novembre 1712 fut bénite Françoise-Renée (parrain : écuyer (François ?) Olivier Drouet : seigneur du Boisglaume, marraine : haute et puissante dame Françoise Renée Couesquen, comtesse de Mornay, marquise de la Marzelière, baronne de Poligné)
- Bénédiction de la grosse cloche (484 livres, fondue par F. GUILLAUME) Marie Prudence, nommée par : René Marie DROUET (écuyer), sieur de La Perdrillais et Prudence Marie DROUET, dame du Boisglaume et de La Cochetière


  • Ancienne église d’architecture romane du XIIe ou XIIIe siècle, réaménagée au XVIe siècle.
  • Chapelle Saint Roch : inhumation du clergé
  • Chapelle Saint Jean
  • Chapelle Saint Yves dédiée en 1694 à la chapelle du Rosaire
  • Chapelle du Rosaire
  • La chapelle Saint-Sébastien et Saint-Yves dateraient du XVIIe siècle

Les autels : Notre Dame, Saint Michel et de la Saint Trinité (les premiers prêtres étaient inhumés devant l’autel de la Saint Trinité)

  • L'ancien presbytère
Il était situé au coin nord est de l'ancien cimetière. Dans les années 1689, reconstruction du presbytère, établissement d’un puits et d’un four, par le recteur Pierre CLOUARD. Ce même recteur était possesseur d’un jardin situé à Beaumanoir.
En 1711, le recteur Mathurin CHEREIL construit un four et une maison à côté du four. Le presbytère possède un jardin.
  • Le château de la Saudrais (vers 1300) situé dans le bois du même nom.

Repère géographique.png Repères géographiques

Les villages : - l’Angevinière - La Beauçonnière - Beaumanoi - Beauvais - Bellevue - La Besnerais - Le Bignon Gémier - Bon Abri - La Bouvetière - Le Breil (qui signifierait petit bois entouré d’une clôture) - Les Burons (signifierait maison) - Le Chalonge - La Chapelle - La Chevrie - Le Chatain - La Cour Hautière - La Cour Lunel - Les Cours Savouré - La Derrais (der = chêne en breton) - Les Epiniaux (haies d’épines noires) - Le Feuil - Le Fretay (qui signifierait en latin : fermeté, défense) - La Glenais - La Hière - L’Hommerais (anciennement l’Aumerais = butte, hauteur) - L’Hôtel aux Merles - La Lande - Les Landelles - Launay - La Loge - La Mérandais - Le Ménillet - Le Monserin - La Morais - La Morponnais - Le Mortier - La Noë - La Pensotière - Le Perray Choquet - Le Perray Croc - La Pinsonnière - Le Plessix Godard - Le Plessix Léger - La Poinçonnière - La Réguenelais - La Roche - Rochereuil - Le Moulin de Rochereuil - La Rouaudière - Le Bas Sevrault - Le Haut Sevrault - Le Tertre - La Trébulais - La Vallée - La Tirelais - La Ventière

Village disparu : la Mare-aux-sables


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 1 264 760 1 254 1 320 1 363 1 296 1 285 1 456 1 365 1 358
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 1 337 1 359 1 352 1 371 1 360 1 405 1 426 1 347 1 303 1 256
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 1 201 990 997 995 979 950 879 781 725 689
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 763 794 964 1 099 1 141 1 163 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2017


NOTES SUR LA COMMUNE DE PANCE – 35320 (recensements)

Quelques notes relevées (archives municipales) :

1794, 1226 habitants

1806, 1254 habitants

1831, 1363 habitants

1846, 1456 habitants

1866, 1359 habitants

1872, 325 maisons, 332 ménages, 1352 habitants

1876, 327 maisons, 338 ménages, 1371 individus. Détails : 649 hommes, 722 femmes, 633 hommes nés en Ille et Vilaine, 16 hommes nés hors département, 709 femmes nées en Ille et Vilaine, 13 femmes nées hors département, 1 homme et 1 femme aveugles par accident, 1 homme sourd et muet par accident

1881, 329 maisons, 345 ménages, 1360 individus

1891, 326 maisons, 345 ménages, 1426 individus

1896, 61 hameaux, 330 maisons (toutes occupées), 247 maisons avec seulement un rez de chaussée, 53 maisons avec un étage, 327 ménages : Ménage d’une personne : 47 Ménage de 2 personnes : 53 Ménage de 3 personnes : 52 Ménage de 4 personnes : 55 Ménage de 5 personnes : 41 Ménage de 6 personnes : 29 Ménage de 7 personnes et plus : 50 Nombre d’individus : 1347, 918 individus nés à Pancé, 396 individus nés dans le département, 33 individus nés dans un autre département, 16 individus nés dans les Côtes du Nord, 1 individu né dans le Finistère, 6 individus nés en Loire Inférieure, 3 individus nés dans le Maine et Loire, 2 individus nés en Mayenne, 1 individu né dans les Hautes Pyrénées, 3 individus nés dans le département de la Seine. 641 hommes, 706 femmes. 377 garçons : 230 hommes mariés, 34 veufs, 0 divorcé, 415 filles : 226 femmes mariées, 65 veuves, 0 divorcée. Aucun enfant inconnu

1901, 330 maisons, 338 ménages, 1303 individus

1906, 467 maisons, 339 ménages, 1263 individus

1911, 474 maisons, 534 ménages, 1201 individus

1921, 327 maisons, 296 ménages, 990 individus

1926, 310 maisons, 291 ménages, 997 individus

1931, 310 maisons, dont 3 maisons vacantes, 295 ménages, 995 individus, dont 1 étranger

1936, 311 maisons, 295 ménages, 979 individus

1946, 276 maisons, 278 ménages, 950 individus

1954, 879 habitants Relevé des dépenses de recensement à rembourser à la commune : - remboursement de 879 bulletins individuels à 17 F – Rémunérations : 14 943 F - remboursement de 2 indemnités de déplacement à 520 F – Déplacements : 1 040 F - remboursement des versements patronaux aux caisses de sécurité sociale pour 1 agent recenseur – Charges sociales : 1 422 F Total : 17 405 F, dont reçu à titre d‘acompte 12 121 F. Reste à recevoir : 5 284 F A Pancé, le 18/06/1954.

1962, 781 habitants

1968, 725 habitants

1975, 689 habitants

1982, 763 habitants (373 hommes et 390 femmes)

1990, 806 habitants

1999, 975 habitants

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
Bertrand CHOQUET 1792  
René Louis JOUON 1805  
Joseph GENDROT 1813 - septembre 1821  
Pierre MASSICOT octobre 1821 - 1830  
Joseph GENDROT 1831  
René GENDROT 1835  
René MASSICOT 1843  
Jean HAMON 1859  
Joseph DESBOIS 1871  
René MASSICOT 1873  
René MARTIN, adjoint et Charles ORAIN, conseiller municipal à partir du 24/10/1885 en remplacement de René MASSICOT  
Charles Lorin de BRABUAN à partir du 17/06/1900  
René MARTIN 1902  
- -  
Onen GORRE jusqu'en 2001  
Laurent KAZMIERCZAK 2001 - 2014  
Jean-Marie PRINCEN 2014 - 2020  
Jean-François PILARD 2020 - (2026) source[1]  
- -  

Cf. : MairesGenWeb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Monument aux morts

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
- - -  
- - -  
- - -  


^ Sommaire


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - - 9h-12h30 9h-12h30 9h-12h30 9h-12h30 * -
Après-midi 14h-18h 14h-18h - - - - -
Commune.png

Mairie
Adresse : 3, rue du Tertre Gris - 35320 PANCÉ

Tél : 02 99 43 01 13 - Fax : 02 99 43 05 04

Courriel : Contact 1, Contact 2

Site internet : Site officiel

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : * Fermé le samedi en juillet et août

Source : L'annuaire Service Public (Février 2014)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références