30351 - Villeneuve-lès-Avignon

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Villeneuve-lès-Avignon
Blason Villeneuve-lès-Avignon-30351.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 30 - Blason - Gard.png    Gard
Métropole
Canton Canton de Villeneuve-lès-Avignon (Canton 30 23)

Blason Villeneuve-lès-Avignon-30351.png   30-40   Villeneuve-lès-Avignon (Ancien canton)

Code INSEE 30351
Code postal 30400
Population 11 769 habitants (2018)
Nom des habitants Les Villeneuvois (ses)
Superficie 1827 hectares
Densité 644.17 hab./km²
Altitude Mini: 10 m
Point culminant 181 m
Coordonnées
géographiques
43.967222° / 4.796667° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
30351 - Villeneuve-lès-Avignon carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune


Deux orthographes pour la commune : Villeneuve-lès-Avignon ou Villeneuve lez Avignon.

Bref historique

Vue générale du village depuis le fort

En 1290, Philippe IV le Bel échange le Maine et l'Anjou contre une part de seigneurie en Avignon, mais, pour conserver un emplacement stratégique à la frontière du royaume, il fonde Villeneuve, « la dotant de toutes sortes de franchises »[1]. Il cosigne la charte de fondation avec l'abbé de Saint-André à la suite de l'acte de pariage en 1292. Ce contrat prévoit de fortifier l'accès au pont d'Avignon, ce qu'il réalise vers 1300-1307 en rebâtissant le châtelet, appelé tour Philippe-le-Bel sur la rive ouest.

Dès 1302, le roi remet en question la propriété du fleuve et du port avignonnais.

Lorsque Avignon devient cité pontificale, les tensions perdurent et la querelle entre les deux rives se poursuivra jusqu’à la Révolution. Cette volonté royale de fortifier la rive droite du Rhône s'accompagne sans doute aussi d'une ambition de concurrencer un jour la puissante cité d'Avignon, par la création d'une ville neuve au pied du mont.

De 1305 à 1376, les dignitaires de la cour pontificale font de la rive droite, plus campagnarde, leur lieu de villégiature. Le pape Clément VI y possède une grande propriété. Au milieu du XIVème siècle, 12 cardinaux y ont leur résidence avec jardins et vergers, dont celle d'Étienne Aubert, installée sur le flanc du mont Andaon. Devenu pape sous le nom d'Innocent VI, il fonde en 1356, contre son palais, la chartreuse du Val-de-Bénédiction.


Héraldique

Parti : au premier d'azur aux trois fleurs de lys d'or, au second de gueules au sautoir d'or.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2022 : Gard
  • Arrondissement - 1801-1926 : Uzès --> 1926, Nimes [Nîmes]
  • Canton - 1801-2022 : Villeneuve-lès-Avignon
  • Commune - 1801-2022 : Villeneuve-lès-Avignon

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

La Chartreuse Pontificale du Val de Bénédiction

Chartreuse Pontificale, Photo J. GALICHON


La Chartreuse du Val de Bénédiction doit son origine à la volonté du Pape Innocent VI. Celui-ci après son élection en 1352, fit don à l’ordre des Chartreux[2] de ses terres et de sa livrée (hôtel particulier) qu’il possédait à Villeneuve lez Avignon du temps où il était cardinal.
Le premier élément est une église placée sous le vocable de Jean-Baptiste, qui est achevée et dédicacée en 1358. Quatre ans plus tard, elle devient Notre-Dame-du-Val-de-Bénédiction. Le pape fondateur meurt en 1362, mais ses neveux vont poursuivre la fondation en doublant le nombre des membres et en installant une boulangerie.
Au XVIe siècle des remaniements ont lieu et le mur d'enceinte est renforcé. Au XVIIe siècle, de nombreuses constructions viennent compléter l'ensemble : église, chapelle, trois cloîtres entourés de 40 cellules, trois fermes, bugade[3], hôtellerie et prison forment « un domaine de près de 400 hectares »[4], ce qui en fait la plus grande chartreuse de France à cette époque. Et aussi une des plus prospères.
Durant ce même siècle, de nombreux éléments viennent embellir la chartreuse, décorations intérieures, fontaine, mais aussi le monumental porche d'entrée façon arc de triomphe, réalisé en 1649 par François Royer de la Valfenière.
Au moment de la Révolution, le site est démembré et vendu sous forme de petits lots.
Au début du XXe siècle, la chartreuse est classée aux Monuments historiques[5] et l'on confie à Jules Formigé le soin de restituer à l'ensemble son allure d'origine.

L'église conventuelle

  • Cette église d'abord dénommée Saint-Jean-Baptiste, puis Sainte-Marie, a été édifiée par le pape Innocent VI. À sa création (1353-1356) elle ne comportait qu'une unique nef et trois travées. Cette église sera agrandie une première fois en 1360-1361 pour abriter le tombeau de ce pape avec la construction au sud de l'église d'une nouvelle abside pentagonale et d'une travée de nef. Cette construction sera prolongée en 1363-1365 par la réalisation d'une deuxième et troisième travée. Enfin, en 1372, à l'ouest des deux nefs, sera réalisée une quatrième travée, séparée du chœur par un jubé de pierre et réservée au chœur des convers. L'ensemble présente une sobriété typique de cette époque en Avignon, ce qui n'empêche pas des sculptures historiées au niveau des culots.
L'église a perdu au XIXe siècle son abside qui s'est effondrée.
  • Dans la chapelle latérale de la Trinité se dresse le tombeau du pape Innocent VI, structure monumentale en pierre de Pernes, présentant un sarcophage avec gisant en marbre et un dais très ouvragé avec statues en albâtre. Ce tombeau était compris dans le lot de la chapelle vendue à un agriculteur à la Révolution, et abandonné dans cette famille pendant plus d'un siècle, jusqu'à ce que Prosper Mérimée le découvre en 1834 et qu'il retrouve sa place en 1959.
Sur un mur de cette même chapelle existait une seule peinture, mais de taille impressionnante : Le couronnement de la Vierge, d'Enguerrand Quarton, maintenant visible au musée Pierre-de-Luxembourg.
  • La chapelle adjacente abritait une sépulture plus modeste, le tombeau de Pierre de Monteruc, neveu du pape.

Le petit cloître

Petit cloître Photo J. GALICHON

Le petit cloître appartient à la première période de la fondation de la chartreuse, sa galerie méridionale est dite « du colloque » car les dimanches et jours fériés, les religieux pouvaient y rompre le silence pendant un court moment.
La galerie occidentale jouxtait le réfectoire.
La galerie orientale conduisait d'une part à la sacristie et au logement du sacristain, avec la rasure[6], ainsi qu'à la salle du Chapitre. Cette dernière, voûtée, abrite des fragments du tombeau de Pierre de Monteruc et des culots historiés dont celui du moine et du bouc symbolisant le diable.

Le cloître des morts ou grand cloître

Au centre de ce cloître se trouve un grand espace vert qui servait, dans sa partie sud, de lieu de sépulture des moines qui étaient enterrés à même la terre ; c'est pour cela qu'en bordure de ce cimetière est construite la « chapelle des morts ». Tout autour, le long des trois galeries, se trouvent les douze cellules de la première fondation. Chaque cellule s'étendait sur deux niveaux, celui du bas avec logement et jardinet, l'étage avec atelier permettant aux Chartreux de développer des activités artisanales. À coté de la porte d'accès à la cellule, un petit guichet servait de passe-plat.

La chapelle des fresques ou chapelle Saint-Jean-Baptiste

Cette chapelle, ainsi que le tinel[7] avec lequel elle communique, appartient au palais que s'était fait construire Étienne Aubert après avoir été élu pape. Elle est réduite à une abside à cinq pans dont les murs ont conservé de belles fresques réalisées entre 1346 et 1355 par Matteo Giovannetti, peintre attitré des papes Clément VI et Innocent VI.
Les scènes peintes représentent la vie de saint Jean-Baptiste sous une voûte céleste d'un bleu intense.

Le cloître Saint-Jean ou cloître supérieur

Le cloître Saint-Jean est situé à l'emplacement de l'ancienne cour du palais du cardinal Aubert et a été réalisé en 1372, lorsque le neveu du pape transforma le palais pour y faire bâtir des cellules supplémentaires.
Le centre du cloître est occupé par une fontaine qui distribuait en eau l'ensemble de la chartreuse. La vasque centrale du XVIIe siècle a été recouverte d'une rotonde circulaire avec toiture octogonale en 1750.

La tour Philippe-le-Bel


La tour Philippe-le-Bel est une forteresse des XIIIe siècle et XIVe siècle, construite pour contrôler l’accès au Pont d’Avignon.

Le traité de pariage entre le roi de France Philippe le Bel et l'abbé de Saint-André ordonne, en 1292, la construction d'une forteresse dont faisait partie la tour.

Tour classée aux M.H en 1862 [8].


Le Fort & l'abbaye Saint-André

Fort Saint-André, Photo J. GALICHON


Jusqu'à la fin du XVe siècle, le Rhône séparait les terres du Saint Empire Romain et du Royaume de France. Le Fort Saint-André assurait la garde de la frontière face à la rive orientale défendue par la cité d'Avignon et le Château du Roi René à Tarascon .

Dominant un pont romain sur le Rhône, le mont Andaon est un rocher idéal pour le guet. Au Xème siècle, il est occupé par le bourg et l'abbaye Saint-André, tandis que sur l'autre rive Avignon se développe grâce au pont. Mais au XIIème siècle les rois de France cherchent à étendre le royaume vers le sud et le Rhône devient une frontière. Louis VIII (1223-1226) signe un acte de pariage avec l'abbé de Saint-André et s'engage a fortifier le mont. L'abbé se dégage ainsi de la tutelle de l’évêque d'Avignon et désormais les deux rives s'opposent, française à l'ouest, provençale à l'est.

Pour concurrencer Avignon, Philippe IV le Bel (1285-1314) fonde en 1293 une ville neuve sur la rive ouest. Les fortifications du mont sont entreprises sous Jean II le Bon (1350-1364), dans le contexte d'insécurité de la guerre de Cent Ans, au moment ou les papes résident en Avignon.

Le fort perd son rôle stratégique lorsque la Provence est rattaché à la France en 1481 et plus encore quand le Rhône déplace son lit à 900 mètres du mont vers 1770.

Le fort est entretenu par l’administration militaire jusqu’en 1792.

Édifice classé aux M.H en 1903 [9].

Autres photos


Église collégiale Notre-Dame

Église collégiale Notre-Dame
Photo J-P GALICHON

Historique
Le cardinal Arnaud de Via (neveu du pape Jean XXII) achète des terrains et édifie une chapelle consacrée en 1333, puis y crée quelques mois plus tard un chapitre collégial. Après le décès du cardinal, des travaux sont effectués pour créer un cloître et retourner l'orientation de l'église. Une nouvelle consécration a lieu en 1426. Au XVIIIe siècle, un nouveau chœur de chanoines est aménagé. Quand la Révolution met fin au Chapitre, ses biens sont vendus. Après avoir servi de Temple de la Raison, elle est réouverte et accueille des œuvres d'art provenant de la chartreuse ou d'autres édifices.
La collégiale est classée aux Monuments historiques depuis 1862[10] et restaurée peu à peu.
Architecture
Cette église est de style gothique méridional. La nef unique comporte six travées et est entourée de douze chapelles latérales. Les piliers supportant les voûtes d'ogives sont traités de deux façons différentes : ils partent du sol dans la partie Est (réservée aux fidèles) et reposent sur des consoles historiées[11] dans la partie Ouest (ancien chœur liturgique). La façade ouest correspond justement à l'ancien chevet plat et est ouverte par une longue verrière. Le chœur avec stalles, aménagé vers 1746 par J.B. Franque, est surmonté d'une voûte en plein cintre avec caissons peints en trompe l'œil. À l'arrière l'abside est recouverte d'une voûte pentagonale, en forme d'ellipse.
Œuvres d'art
Nombreuses sont les œuvres d'art provenant de l'abbaye Saint-André, de la Chartreuse ou des Récollets. Se remarque notamment le maître-autel en tombeau avec haut-relief : en marbre de Carrare, il a été réalisé en 1745 par Antoine Duparc pour la chartreuse. Se remarque aussi une copie de 1907 d'un original conservé au Louvre : La Pieta de Villeneuve lez Avignon, attribuée à Enguerrand Quarton, auteur du Couronnement de la Vierge (voir section "Musée" ci-dessous).


Musée Pierre-de-Luxembourg

Le musée, situé en face de l'hôtel de ville, a pris place dans un ancien palais du cardinal Ceccano (du XIVe siècle) qui a été transformé en hôtel particulier au XVIIe siècle. L'édifice est classé aux Monuments historiques.
Outre une collection de peintures, dont des tableaux de grande envergure, et du mobilier, le musée abrite trois chefs-d'œuvre :
- une Vierge à l'Enfant, en ivoire, réalisée entre 1310 et 1320 par un atelier parisien. Sculptée dans une défense d'éléphant, des détails minutieux ont été peints et/ou dorés. Elle figurait dans le trésor de la collégiale.
- une Vierge double face, en albâtre cette fois. Son auteur est inconnu, mais elle est datée de la deuxième moitié du XIVe siècle.
- le Couronnement de la Vierge, chef d'œuvre d'Enguerrend Carton, réalisé en 1453-1454. Ce tableau de grande taille avait été commandé par Jean de Montagnac pour la Chartreuse et était accroché dans la chapelle de la Trinité où repose le tombeau du pape Innocent VI.
Ces trois éléments sont bien sûr classés au titre d'objet[12].


Repère géographique.png Repères géographiques

Vue depuis Avignon -
Photo J-P GALICHON


Commune Languedocienne du département du Gard (Région Languedoc-Roussillon), limitrophe du département du Vaucluse, Villeneuve-lès-Avignon est située à quatre kilomètres de la ville d'Avignon, à quarante quatre kilomètres de Nîmes, et à environ quatorze kilomètres de l'aéroport d'Avignon.

La commune de Villeneuve-lès-Avignon est traversée, à l'est de son territoire, par le Rhône.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Photos

Cartes postales anciennes


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 3 300 3 297 3 279 3 232 3 564 3 633 3 671 3 723 3 733 3 252
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 3 162 3 067 2 730 2 910 2 630 2 644 2 622 2 735 2 922 2 890
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 2 709 2 561 3 035 3 635 3 740 4 399 5 157 6 422 6 977 8 540
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 9 282 10 730 11 791 12 471 12 266 11 901 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2018.

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- - -  
Émile RANQUET - (1846-1873) - Conseiller général - Avocat - Poète provencal  
- - -  
Émeric MERCURIN - Maire en 1863  
- - -  
- - -  
Jean SAGNES 1959-1971 Conseiller général[13]  
- - -  
Paul GACHE 1977-1989 -  
Aimé MONTAL 1989-1995 Conseiller général  
Jean-Marc ROUBAUD 1995-2020 Député [14]  
Pascale BORIES Mai 2020-(2026) Sénatrice[15]  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  

Les curés ou chanoines de la collégiale

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
François de ROUX - 1629 Prêtre et chanoine - Décède en 1629  
- -  
Louis Bénézet LIMOJON - 1719 Prêtre et chanoine - Décède en 1719  
- -  

Les prieurs de la chartreuse

Prénom(s) NOM Période Observations
Pierre de la PORTE en 1360 Chargé par le pape Innocent VI de construire la chapelle  
- -  
- -  
Dom Nicolas LÉAU - 1615 Décède en 1615  
- -  
Dom Louis de LAUZERAY 1642 - 1643 Né en 1578  
Dom Chryssante PAULIN 1643 - 1646 Commande le grand portail, mais n'en verra pas la réalisation - Décède en 1646  
Dom Louis de LAUZERAY 1646 - 1658 Décède en 1658 - Sa biographie a été écrite par un de ses condisciples  
- -  

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Le monument aux morts

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Décès :

  • Pierre BERTIN, chanteur classique connu sous le nom de Pierre BERNAC, né à Paris le 12 janvier 1899, décédé le 17 octobre 1979

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés


Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin de 08h30 à 12h00 de 08h30 à 12h00 de 08h30 à 12h00 de 08h30 à 12h00 de 08h30 à 12h00 - -
Après-midi de 13h30 à 17h00 de 13h30 à 17h00 de 13h30 à 17h00 de 13h30 à 17h00 - - -
30351 - Villeneuve Avignon Hôtel Ville.JPG

Mairie
Adresse : 2 rue de la République BP 45 - 30404 VILLENEUVE LES AVIGNON

Tél : 04 90 27 49 49 - Fax : 04 90 25 88 03

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : http://www.annuaire-mairie.fr (mars 2013)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Villeneuve-lès-Avignon - Tome II
  Villeneuve-lès-Avignon - Guide du voyageur et notes historiques
  Villeneuve-lès-Avignon

  • Bernard Sournia, Jean-Louis Vayssettes, Villeneuve-lès-Avignon, le fort Saint-André et la chartreuse du Val-de-Bénédiction, Paris, Éditions du patrimoine, 2001, 64 pages, ISBN 978-2-85822-638-2

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Bernard Sournia, Jean-Louis Vayssettes, Villeneuve-lès-Avignon, le fort Saint-André et la chartreuse du Val-de-Bénédiction, Paris, Éditions du patrimoine, 2001, 64 pages, ISBN 978-2-85822-638-2
  2. Ordre monastique contemplatif, fondé en 1084 par saint Bruno, et aussi appelé ordre cartusien
  3. Buanderie avec puits
  4. Bernard Sournia, Jean-Louis Vayssettes, Villeneuve-lès-Avignon, le fort Saint-André et la chartreuse du Val-de-Bénédiction, Paris, Éditions du patrimoine, 2001, 64 pages, ISBN 978-2-85822-638-2
  5. Base Mérimée
  6. Lieu où se déroule le rasage et le renouvellement de la tonsure
  7. Il s'agissait de la salle consistoriale où se rassemblaient les membres du collège cardinalice. La salle faisait 30 m sur 11 m
  8. Fiche Mérimée - Tour Philippe-le-Bel
  9. Fiche Mérimée - Fort Saint-André
  10. Base Mérimée
  11. Ensemble sculpté unique de ce genre en Provence
  12. Base Palissy - Vierge à l'Enfant ; Base Palissy - Vierge double face et Base Palissy - Couronnement de la Vierge
  13. Le Maitron
  14. Assemblée Nationale
  15. Le Sénat


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.