26165 - Livron-sur-Drôme - Héros de guerre

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


<< Retour à Livron-sur-Drôme

Histoire d'un poilu revenu - Emile LAMOTTE

Article pour le Centenaire 14-18, publié sur le Web le 21 juin 2015 par Elisabeth et Sylvie

Ce soldat n'est pas sur la liste des Morts pour la Patrie de la commune. Il n'est pas décédé à la guerre, il est revenu…

Emile, classe 1915, matricule 119, est né à Livron le 31 décembre 1895, faubourg du Pont, de Emile Léon 28 ans, ouvrier maréchal ferrant et de Marie Augustine, 28 ans ménagère. Ils lui ont donné les prénoms de Emile Casimir.

Lors de son recrutement, il demandera à entrer dans la cavalerie, afin d'y exercer son métier de maréchal ferrant. Ce jeune homme brun, sans signes particuliers et de taille moyenne est appelé à l'activité le 15 décembre 1914, incorporé au 140ème Régiment d'Infanterie, arrivé au corps le 15 décembre. Il passe soldat de 2ème classe le même jour.

Le 3 mars 1915, passé au 414ème Régiment d'Infanterie[1] par application de la Décision Ministérielle N° 2291 du 17 février 1915 relative à la création d'unités nouvelles.

Emile part sur le front le 14 avril 1915. Il est nommé caporal le 28 octobre de cette même année.

Il sera plusieurs fois cité à l'ordre du jour, à l'ordre du Régiment et à l'ordre de l'armée, cette citation lui vaudra immédiatement la Médaille Militaire.

Il sera blessé et évacué le 16 septembre 1917.

Sur sa fiche matricule on peut lire :

Cité à l'ordre du Régiment N° 520 le 27/9/1917

"Modèle du soldat d'Infanterie aguerri et incapable de s'étonner. Le 1er septembre 1917, par son calme habituel et légendaire a su maintenir son escouade dans un excellent état moral au point de la tranchée le plus battu par un tir violent et brusque par torpilles. Déjà cité."

Dans l'hebdomadaire "La Croix de la Drôme" du 28 octobre 1917, on peut également lire :

Notre jeune compatriote, Emile Lamotte, classe 1915, caporal au 414ème d'Infanterie, qui avait déjà obtenu deux citations à l'ordre du jour vient d'être l'objet d'une nouvelle citation à l'ordre de l'armée, et des plus élogieuse qui lui a fait décerner aussitôt la Médaille Militaire. Voici la citation :
"Le caporal Lamotte, âme de héros : volontaire pour l'exécution d'un coup de main y a entrainé avec un mépris du danger et un sang-froid admirable, le groupe qu'il commandait. Très grièvement blessé, au cours d'un combat à la grenade, a continué à guider et à encourager ses camarades de la voix et du geste, leur commandant de jeter des grenades par-dessus son corps. Laissé pour mort entre les lignes, a trouvé encore assez d'énergie pour signaler sa présence en jetant des cailloux dans notre tranchée. Ramené par une patrouille a fait preuve, malgré de vives souffrances du plus haut sentiment du devoir et de la plus belle dénégation, ne proférant pas une plainte et faisant avec le plus grand calme un compte rendu très précis de sa mission au commandant du groupe. "
A ce brave, nos bien sincères félicitations.

C'est donc le 16 septembre 1917, dans le secteur de Laffaux et plus exactement au Moulin de Laffaux que Emile est blessé, avec des plaies multiples aux jambes causées par des éclats de grenades. Il est évacué.

Le 12 mars 1919, la commission de réforme de Valence lui accorde les droits réservés à pension de 3ème classe. Déjà réformé définitivement, proposé pour pension définitive Art. 7 invalidité à 95 % par la commission de réforme de Valence du 18 octobre 1922 pour amputation jambe gauche et impotence complète du membre inférieur droit reliquat résection du genou avec grand raccourcissement. Il sera admis à pension définitive de 100 %, le 3 décembre 1935, suite à l'avis de la commission.

Il recevra la Croix de Guerre avec étoile de bronze et l'étoile de vermeil. La Médaille Militaire et Croix de Guerre avec palme.

Il sera promu Chevalier de la Légion d'Honneur pour prendre rang du 25/11/1931 (décret du 12/5/1932 JO du 22/5/1932 page 5314).

Sources : Fiche matricule, Etat civil AD26 et articles de presse : http://www.memoireetactualite.org

L’opération « Pont de Livron »

Dans la nuit du 16 au 17 août 1944. Un commando FFI fait sauter une de ces arches et coupe ainsi la retraite vers le Nord de la VIIe armée allemande. La célèbre victoire de « la bataille de Montélimar » en découlera directement.
Après discussion à la ferme Brunel, à 3 km en amont, il fut décidé de se rendre au lieu d’opération vers 22h. À 22 h 30, un groupe de reconnaissance, composé d’Henri FAURE (le capitaine Gérard/Albert) , Jean MATHON, Jacques MONIER et Louis VALETTE, s’approcha prudemment de la RN 7 ; les maquisards entendaient chanter les Allemands cantonnés près du pont.
Le Groupe de protection Nord, composé de Louis VALETTE, Philippe MONIER, Jean BOYER, Maurice BRUNET, Léon BRUNEL, Pierre CHASTEL et Jean MATHON, vint prendre position. Les Allemands chantaient toujours, leurs volets étaient fermés ; alors le reste du commando franchit rapidement le pont en longeant le parapet, et le Groupe de protection Sud comprenant Henri FAURE, Charles COMER, Camille PLANET, Max LAFONT, René ACHARD, Jean BOULANGER, Philippe VITALI, Raymond BAULAC et Raymond BERTALIN, prit position du côté de Loriol.
Restait à faire le plus important et le plus délicat : creuser les puits de mine. Des chars allemands étaient bien stationnés au sud, à 600 m environ, de part et d’autre de la RN 7, mais les mineurs ne pouvaient être vus. Ceux-ci, répartis en deux groupes, Jean DIDIER et Marcel TESTUT d’un côté, Charles BONNET et Élie MOURIER de l’autre, commencèrent à creuser, espacés de 6 m, deux puits de mine sur la clef de voûte de l’arche la plus au sud.

  • Le capitaine Henri FAURE, né en 1910 à Bourg-lès-Valence, décédé en avril 1990, était chevalier de la Légion d'honneur, médaillé de la Résistance avec rosette, titulaire de la croix de guerre. Il avait également reçu la Bronze Star Medal et avait été nommé membre honoraire de l'Empire britannique.

Source : Extrait de l'article du site de la commune de Livron-sur-Drôme

Plaque de la stèle du commando Henri Faure

Cette stèle commémorant la destruction du pont par le commando Henri Faure a été installée en 2005.

Référence.png Notes et références


^ Sommaire