02173 - Chauny

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Chauny
Blason de Chauny
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1914-1918
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 02 - Blason - Aisne.png    Aisne
Métropole
Canton Blason Chauny-02173.png   02-03   Chauny

Blason Chauny-02173.png   02-09   Chauny (Ancien canton)

Code INSEE 02173
Code postal 02300
Population 11 773 habitants (2018)
Nom des habitants Chaunois, Chaunoises
Superficie 1 328 hectares
Densité 886.52 hab./km²
Altitude Mini : 42 m
Point culminant 96 m
Coordonnées
géographiques
49.6155° / 3.2191° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
02173 - Chauny carte administrative.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

Histoire.png Histoire de la commune

Toponymie

  • Anciennes dénominations : Calnacum, Calniacum, Cauniacum, Calviniacum, Chauniacum.[1]
  • Anciennes dénominations : Calnacium, calgny, causni, chalny, cauni, chauny.[2]
  • Chauny est située sur l'Oise ; cette riche vallée fertile qui va de La Fère à Noyon se nommait "la vallée d'or".

02173 - chauny 1610.jpg
Chauny en 1610

Repères historiques

Les chartes communales
Les chartes communales ne confèrent pas partout le même degré de liberté : certaines villes arrivèrent a une certaine autonomie; Chauny fit partie de ces villes privilégiées.

  • Première chartes de 1167

c'est en 1167 le 8 des calendes de janvier que Philippe d'Alsace , comte de Flandres et de Vermandois par lettre données à Hesdin, accorda à Chauny la première charte.

  • La charte de Philippe Auguste

En 1213 la liberté précaire restreinte et fragile se trouve fortifiée par le passage de la ville sous l'autorité directe du roi Philippe Auguste.
Pour se passer de l'autorité du comte de vermandois le roi donne à Chauny un bailliage qui comprend Noyon, Ham et s'étend au delà de Compiègne.
Les maires et jurés, élus par les bourgeois exercent la justice et la police sur la ville et la banlieue.

Dates

  • 949 : Chauny n'est qualifié que de Château sur l'Oise.
  • 1066 : qualifié de petit Château.
  • 1104 : idem
  • 1167 : même qualification dans la charte de Raoul de Vermandois.
  • 1213 : ce n'est que dans la charte de Philippe Auguste qu'apparaît le nom de ville de Chauny.
  • 1417 : la ville fut prise par les bourguignon.
  • 1430 : dans l'année de la prise de Jeanne d'Arc à Compiègne donc dans le bailliage de Chauny que les habitants démolirent le château afin qu'on n'y mit pas de garnison anglaise.
  • 1591 : dans les derniers jours de l'année alors que Laon, Soissons et les villes de la région s'étaient données à la ligue ; les ligueurs furent défaits à Chauny. Henri IV reconnaissant accorda à la ville des droits importants.
  • 1652 : bien que la ville ne fût plus en état de se défendre (une grande partie des canons et des munitions ayant été enlevée 20 ans auparavant pour le siège de la rochelle). 18 000 espagnols commandés par le comte Fuensaldaigne furent arrêtés au passage de l'Oise. La ville résista 4 jours.
  • 1699 : un édit royal supprime les droits de justice du maire et des jurés, violant ainsi les chartes précédentes.

Légendes

  • LES SINGES DE CHAUNY

Il existait, au XIIIe siècle, une confrérie dite de la passion qui avait pour but de représenter la passion et la mort du christ. Après les émotions violentes d'un spectacle impressionnant, le besoin d'une détente se faisait sentir.
Les confrères de la passion donnaient une pièce d'un autre genre, des scènes burlesques parfois osées, des jongleries, des bouffonneries.
Un certain Mathieu, surnommé Lescureur (l'écureuil) et ses 3 enfants furent les précurseurs d'une confrérie de jongleurs. Non contents de faire des tours d'adresse, les jongleurs de notre dame montraient des ours, des singes, des animaux savants. Ils furent ainsi surnommés les singes.

Quant a Rabelais son témoignage est célèbre il a certainement connu les jongleurs de Chauny comme le prouve le texte suivant :
"Gargantua s'amusait moult à voir les bateleurs surtout ceux de Chauny en Picardie, grands jaseurs et beaux bailleurs de balivernes en matière de singes verts".

L'obscurité qui enveloppe l'histoire des singes de Chauny a porté quelques chercheurs a lui attribuer des causes multiples.
On peut citer une autre d'hypothèse plus aléatoire: le maire de Chauny voulant agrémenter par des cygnes les fossés des fortifications il aurait fait demande au roi par le greffier pour solliciter l'envoi de volatiles.
L'orthographe ancienne étant cyngnes; on lut mal a la cour et on crut qu'il s'agissait de singes.

  • LE VACHER TOULEMONDE

Le vacher tout le monde c'est monsieur tout le monde des temps anciens. Le plus vraisemblable est qu'il y eut autrefois à Chauny un vacher nommé toutlemonde.
Ce n'était pas seulement un surhomme, c'était un sportif car il gardait ses bêtes à cheval. C'était aussi un brave homme content de lui qui donnait du vin à boire dans son cornet à tout ceux qui venaient le voir par curiosité.
Son épopée a commencé sous Henri IV ; dans l'histoire populaire de Chauny l'abbé CARON nous raconte :

  • Henri IV aimait les habitants de Chauny à cause des marques éclatantes de fidélité qu'il en avait reçue. Pendant le siège de La Fère, en 1594, il se rendait de temps en temps à Chauny pour visiter ses bons amis le chaunois, lesquels ne manquaient jamais de venir au devant de lui afin de le recevoir et de la complimenter. Il arriva un jour ; les habitants prévenus de son arrivée se portèrent à sa rencontre d'un coté tandis que lui même s'acheminait vers la ville par un autre. Surpris de ne voir personne , contre l'usage ordinaire et apercevant prés d'un grand chemin un vacher gardant son troupeau, il envoya vers lui pour s'informer si quelque événement n'était pas survenu à Chauny et n'avait empêché les habitants de venir à sa rencontre.

Ce vacher c'était toutlemonde; le s'approcha sans être intimidé par le rang du roi il lui adressa la parole en ces termes.
Sire cette ville de Chauny est bien votre méquenne (fille vient de mädchen) voilà mes bêtes à cornes que je vous amène, les complimenteux sont au delà de l'eau.

Autrement dit un brave homme du peuple plein de bon sens, pas rebelle mais qui ne s'en laissait pas compter !

Carte de la subdélégation de Chauny 1750

Carte de la subdelegation de chauny.jpg
carte sur Gallica

Héraldique

  • D'azur à la tour d'or, ouverte, ajourée et maçonnée de sable, accompagnée de sept fleurs de lis d'or, trois sur chaque flanc en pal et une en pointe.[3]

Histoire administrative

  • Département - 1801-.... :
  • Arrondissement - 1801-.... :
  • Canton - 1801-.... :

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Saint-Martin

Église Notre-Dame

Repère géographique.png Repères géographiques


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 3 180 4 376 3 901 3 959 4 290 4 483 5 154 5 796 6 290 7 249
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 8 163 9 080 8 800 9 198 8 852 9 052 9 315 9 927 10 547 10 496
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 10 696 5 645 9 207 8 951 9 061 9 330 10 544 12 626 13 920 14 405
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 13 435 12 926 12 523 12 653 11 771 11 975 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : EHESS - Fiche Cassini, INSEE 2006, 2011, 2016 & 2018

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
- -  
Désiré Kléber JOURNEL 21/01/1878 - 12/06/1878  
- -  
- -  
Albert DUVAL 1900 - 1904  
Victor RIGOT 1904 - 1905  
Eugène DESCAMBRES 1905 - 1925  
Lucien LEFEVRE 1925 - 05/1929  
Edmond STAUB 05/1929 - 09/1929  
Lucien LEFEVRE 1929 - 1944  
Alphonse MAUBANT 1945 - 1947  
Alfred LEROUX 1947 - 1963  
Charles HAMART 1963 - 1968  
Lucien QUITTELIER 1968 - 1971  
Yves BRINON 1971 - 1989  
Marcel LALONDE 1989 - 2020  
Emmanuel LIÉVIN 2020 - (2026) Né le 20/01/1974.  

Cf. : MairesGenWeb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Henri CARRÉ - 1871  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Ville de naissance de.jpg Ville de naissance ou de décès de

Naissances :

  • Martial GAYANT, coureur cycliste né le 16 novembre 1962.

Décès :

  • Augustin, François BOUCHEREAU , député de l'Aisne de 1792 à 1795, né le 28 août 1756 à Troizelet-Châtillon (Cher), décédé le 23 janvier 1841.

Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h 8 h 30 - 12 h - -
Après-midi 13 h 30 - 17 h 13 h 30 - 17 h 13 h 30 - 17 h 13 h 30 - 17 h 13 h 30 - 17 h - -
Commune.png

Hôtel de Ville
Adresse : Place de l'Hôtel de Ville - BP 60053 - 02302 CHAUNY

Tél : 03 23 38 70 70 - Fax : 03 23 38 70 46

Courriel : Contact

Site internet : Site officiel

GPS : -° / -° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire :

Source : L'annuaire Service Public (Mai 2021)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Chauny (Histoire de la ville de)
  Chauny et ses environs
  Chauny (Histoire populaire de) et ses environs
  Chauny par les airs
  Chauny

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Source : Généalogie Aisne
  2. Source : Abbé J. Turpin (Chauny et ses environs)
  3. L'armorial des villes et villages de France