01290 - Pérouges

De Geneawiki
Révision datée du 14 avril 2019 à 12:15 par Kikipiem (discussion | contributions) (Photographies)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Pérouges
01290 - Blason - Pérouges.png
Informations
Pays Portail-regionalisme-FRA.png    France
Département 01 - Blason - Ain.png    Ain
Métropole
Canton Blason Meximieux-01244.png   01-12   Meximieux

Blason Meximieux-01244.png   01-19   Meximieux (Ancien canton)

Code INSEE 01290
Code postal 01800
Population 1 205 habitants (2016)
Nom des habitants Pérougiens, Pérougiennes
Superficie 1897 hectares
Densité 63,52 hab./km²
Altitude Mini: 205 m
Point culminant 303 m
Coordonnées
géographiques
45.905061° / 5.184002° (GoogleMaps) Cassini
Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)
Localisation (avant 2015)
01290 - Carte administrative - Pérouges.png
          Arrondissement                 Canton                 Commune      ?
Section Tableau : Modifier

HHistoire.pngistoire de la commune

Toponymie

L’origine du nom de Pérouges reste inconnue. Les appellations « Perogiae » et « Peroges » sont les plus anciennes : castrum de perotgias (vers 1130). – Ecclesia de Peroges (vers 1149). A partir du XVIe siècle, on ne retrouve plus, d’une façon générale que Peroges. Le nom moderne de Pérouges remonte au XVIIIe siècle.

Divers hypothéses sur l'origine du nom de Pérouges :

  • Pérouges dériverait de petruvia, voie empierrée. Soit on suppose le passage d’une voie romaine sur le territoire de la commune , soit à cause des rues et des chemins pavés autrefois de gros cailloux.
  • Gérard Taverdet dans : Les noms de lieux de l'Ain dit : En 1130, Castrum de Perotgias ; très certainement un transfert du nom de la ville italienne de Pérouges (Perugia) ; au Moyen Age, on donne très souvent à de nouveaux établissements les noms des villes étrangères prestigieuses.

Bref Historique

Située géographiquement à l’extrémité de la « côtière des Dombes », la seigneurie de Pérouges a longtemps fait partie du patrimoine des anciens comtes de Forez et de Lyon. Ceux-ci, vers 1100, l’inféodèrent à Guichard d’Authon. Après être passée entre plusieurs mains, elle devint en 1319 la propriété des dauphins du Viennois qui, le 23 avril 1343, la donnèrent à la Maison de France. Elle fut cédée en 1460, en échange d’autres terres, à Philippe de Savoie. Ce transfert de propriété déplut aux Dauphinois. En 1468, ces derniers tentèrent de reprendre Pérouges par les armes. En vain. Leurs assauts se brisèrent contre les remparts. Sur une des portes de la cité, on peut toujours lire, rédigée en un latin rudimentaire, une inscription ne manquant pas d’humour et qui rappelle ce fait d’armes : « Pérouges ville imprenable ! Ces coquins de dauphinois sont venus et n’ont pas pu la prendre ! Ils ont emporté les portes et les gonds ! Que le diable les emporte ! ».

Héraldique

De gueules, à un dragon d’or.

Histoire administrative

  • Département - 1801-2019 : Ain
  • Arrondissement - 1801-2019 : Bourg-en-Bresse
  • Canton - 1801-2019 : Meximieux
  • Commune - 1801-2019 : Pérouges

Résumé chronologique :

  • 1801-.... :

A la fin du XIXe siècle, abandonné par la plupart de ses habitants alors qu’il conservait son aspect du XVe siècle, ce petit village médiéval semblait pourtant condamné à disparaître.

Si Pérouges échappa à la ruine et à la destruction, c’est grâce à l’action du maire de Lyon, Edouard HERRIOT, alors Ministre des Beaux-Arts. C’est lui, qui séduit par le charme insolite de la cité, fit classer « Monument historique » le village tout entier.
Les maisons, rachetées par des mécènes lyonnais, amateurs de vieilles pierres, furent restaurées avec le plus grand soin.
Les rues pavées de galets ronds retrouvèrent vie et animation. Les touristes et même les cinéastes affluèrent sur son admirable place que borde une « hostellerie », magnifique demeure du XIIIe siècle qu’ombrage un tilleul géant - un « arbre de la liberté » - planté là en 1792 par les patriotes de la région.

Patrimoine.png Patrimoine

Porte d’en Haut

Entrée de l'église et Porte d'en Haut - Photo C. PIEMINOT
Porte d'en Haut - Photo C. PIEMINOT

Principal accès de la cité, cette tour accolée à l’église date du XIIe siècle et mesure plus de quinze mètres de haut. Ancienne porte fortifiée, il s’agissait de l’entrée de l’ancien château fort.

Aujourd’hui, il ne subsiste que le battant de la porte pouvant dater du XVe siècle, renforcé par de multiples clous forgés.

La tour permettait l’accès au chemin de ronde qui faisait le tour de la cité, d’où l’on pouvait surveiller les alentours.

A droite, la maison du corps de garde est accolée à la porte.

Source [1]

Église Sainte Marie Madeleine

Placée sous le vocable de Sainte Marie-Madeleine, cette église a été construite vers 1440 (époque de Jeanne d’Arc), en remplacement d’une petite église Saint Georges.
Elle est de style gothique quoique des aspects laissent à penser à l’art roman en fonction de murs massifs et d’ouverture étroite. Ces caractéristiques sont dues à l’enceinte défensive de la cité qui, sur trois côtés, délimite l’église.

Il s’agit d’une église forteresse.

Pictos recherche.png Article détaillé : Église Sainte Marie-Madeleine ...


Maison du Prince

Maison du Prince - Photo C. PIEMINOT
Jardin de la Maison du Prince - Photo C. PIEMINOT

Egalement appelée « Maison des Princes », c’est une ancienne propriété des Ducs de Savoie ayant servi de résidence à leurs Châtelains notamment :
Egide D’ARLOZ, Chevalier 1365,
Jean MARECHAL 1375,
Henri GILLET 1424,
Pierre DU PUY 1444,
Humbert FABRY 1454,
François MARECHAL 1514,
Philippe DE LA CHAMBRE 1547.

Elle a été donnée au Comité par Madame MAURICE en souvenir du Docteur MAURICE, Vice-président du Comité du Vieux Pérouges le 22 janvier 1922.

Elle est située dans la rue des Princes qui était l’une des rues marchandes de Pérouges.

Source [1]

Maison Jean ESCOFFIER

Maison Jean ESCOFFIER (Maison Jean CHRETIEN à droite) - Photo C. PIEMINOT

De nos jours devenue en parties Musée des Princes, Musée de la Tour du Guet et terrasse couverte de l’Hostellerie (Maison Jean CHRETIEN) située en angle opposé de la Rue des Princes, elle appartenait en 1396 à Jean ESCOFFIER qui lui adjoignit cette année-là l’encorbellement aux piliers sur la Place de la Halle.

En 1665, elle est habitée par Henry PIN, marchand de Pérouges, puis par ses descendants.

Acquise en 1913 par Monsieur Henri HEER, Président de la Société Civile du Vieux Pérouges qui en fit don à la Société le 5 mai 1920.

Source [1]

Maison du sergent de justice

Maison du sergent de justice - Photo C. PIEMINOT

Cette maison de justice a servi de prison pour la cité. Le sergent y jugeait seulement les « délits de proximité », c'est-à-dire les affaires courantes, sanctionnées par une simple amende.

Mais de nombreux crimes étaient punis par un emprisonnement de courte durée, suivi parfois d’une peine corporelle sur la place centrale.

Cependant, des affaires de sorcellerie semblent également y avoir été jugées.
Ainsi, on raconte que trois femmes accusées de sorcellerie, ont été brûlées sur la place du village, l’actuelle place du Tilleul.

Source [1]

Maison Jean CHRETIEN

Maison Jean CHRETIEN devenue « Ostellerie » - Photo C. PIEMINOT

Cette maison appartenait en 1436 à Noble Jean CHRETIEN, Bourgeois de Pérouges.
Elle a été restaurée par les soins du Comité du Vieux Pérouges comme « Ostellerie » et inaugurée par son fondateur Charles, Etienne LUTAUD [2] (° le 15 novembre 1855 à Mâcon - † le 27 octobre 1921 à Paris, 1er arrondissement), Gouverneur Général de l’Algérie, Ancien Préfet du Rhône (4 janvier 1907), le 18 août 1912.

Source [1]

Maison du général Adolphe MESSIMY

Plaque sur façade présentant Adolphe MESSIMY
Photo C. PIEMINOT

Maison restaurée et habitée par le général :
Adolphe Marie MESSIMY [3], né à Lyon le 31 janvier 1869 et mort à Charnoz-sur-Ain le 1er septembre 1935, est un militaire puis un homme politique français (député ; sénateur).
Il fut ministre des Colonies du 2 mars au 27 juin 1911 et ministre de la Guerre du 27 juin 1911 au 14 janvier 1912 puis du du 13 juin au 26 août 1914. Comme militaire il est fier d'avoir pénétré à Colmar en avant garde le 18 novembre 1918 à la tête de la 162e division d'infanterie.

Maison du Petit Saint Georges

Maison du Petit Saint Georges - Photo C. PIEMINOT
Saint Georges Patron de Pérouges - Photo C. PIEMINOT

Elle est située Place de la Halle - Place du Tilleul.

En partie supérieure gauche de la porte d’entrée, façade avant, une statue représentative de Saint Georges, Saint Patron de Pérouges, est incluse dans une niche.

Une légende locale indique qu’il aurait combattu et vaincu un dragon. Le heurtoir de la porte représente cet animal fabuleux.


Maison CAZIN

Maison CAZIN - Photo C. PIEMINOT


Porte d’en Bas

Porte d'en Bas - Photo C. PIEMINOT
Inscription en latin sur fronton - Photo C. PIEMINOT

La Porte d’en Bas est aussi appelée Porte de Langlois, du nom du commandant des troupes lors du siège de 1468. En effet, sur le côté extérieur du fronton, une inscription en latin fait référence à ce fait d’arme le plus important de Pérouges, commémorant la victoire de la cité savoyarde sur les Dauphinois :

« Pérouges des Pérougiens, ville imprenable, les coquins de dauphinois ont voulu la prendre mais ils ne purent. Cependant, ils emportèrent les portes, les gonds et les ferrures et dégringolèrent avec elles. Que le diable les emporte ».

Pérouges est la seule ville des alentours à ne pas avoir été prise lors de ce fait d’arme. A la suite de ce siège, la cité a été dispensée d’impôt pendant vingt ans, ce qui contribua à sa richesse.

Source [1]

Origine de l’expression « Trier sur les volets »

Etals - Photo C. PIEMINOT

La cité était un véritable village d’artisans, où de nombreux corps de métiers étaient représentés, notamment le tissage.

On trouvait des boutiques où les marchands disposaient leurs produits sur des volets qui servaient d’étals, d’où l’expression « Trier sur les volets ».

Source [1]


De nos jours et parmi de très nombreuses maisons de Pérouges, celle du Comité nous donne un aperçu de ces étals.

Repère géographique.png Repères géographiques

Vue générale de la cité - Photo C. PIEMINOT
  • Pérouges est une très ancienne cité fortifiée sur un promontoire du plateau de la Dombes, dominant le confluent de l'Ain et du Rhône. La commune est située à environ 35 km de Lyon sur la route de Genève.


Démographie.png Démographie

Année 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
Population 814 898 821 873 843 834 902 899 920 919
Année 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
Population 901 890 806 801 726 706 665 599 538 536
Année 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
Population 483 364 427 429 447 447 456 474 489 531
Année 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2021 - - -
Population 658 851 1 103 1 189 1 203 1 205 - - - -

Sources : Cassini/EHESS : de 1962 à 1999, population sans doubles comptes, Insee : depuis 2006, population municipale référencée tous les 5 ans.

Cf. : Cassini, INSEE 2006, 2011 & 2015 & 2016.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Photographies

Cartes postales

Familles notables.png Notables

Les maires

Prénom(s) NOM Mandat Observations
- -  
Jacques SERDAN 1805 - 1809  
Gabriel Honoré PASSERAT de la CHAPELLE 01/1809 - 1817  
Antoine PASCALON 06/1817 - 1832  
- -  
- -  
Paul Honoré PASSERAT de la CHAPELLE 1874 - 1877  
Germain CORTOT 1877 - 1881  
Antoine JANIN 1881 - 1884  
Germain CORTOT 1884 - 1888  
Clément-François RAFFET 1888 - 1891  
- -  
- -  
- -  
Francisque THIBAUT 1945 - 1972  
Georges SOFFRAY -  
Guy PASSERAT de LA CHAPELLE 1989 - 2001  
Marie-Josèphe CINQUIN 2001 - 2008  
Paul VERNAY 2008 - (2020)  
- -  

Cf. : Mairesgenweb

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Voir la page consacrée à l'église :

Pictos recherche.png Article détaillé : Église Sainte Marie-Madeleine ...

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts

Monument aux Morts - Photo J. GALICHON



Pictos recherche.png Article détaillé : Consulter la liste des inscrits sur le Monument aux Morts ...


Ressources généalogiques

Dépouillements d'archives

Documents numérisés

>> Voir la liste complète sur Geneanet

Cimetières


Informations pratiques

Horaires d'ouverture de la mairie

Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
Matin - de 10h00 à 11h45 de 10h00 à 11h45 - - de 10h00 à 11h45 -
Après-midi de 14h00 à 16h45 - - de 14h00 à 16h45 de 14h00 à 16h45* - -
01054 - Pérouges Mairie.jpg

Mairie
Adresse : Rue Rondes - 01800 PÉROUGES

Tél : 04 74 61 01 58 - Fax : 04 74 61 01 69

Courriel : Contact

Site internet : http://www.perouges.fr/

GPS : 45.905061° / 5.184002° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : La mairie est ouverte le Lundi: 14 h 00 à 16 h 45 ; le Mardi: 10 h 00 à 11 h 45 ; le Mercredi: 10 h 00 à 11 h 45 ; le Jeudi et le Samedi: 10 h 00 à 11 h 45. Les 1er et 3ème et 5ème Vendredi de chaque mois : 14 h 00 à 16 h 45 .

Source : Site (06/2009)

Associations d'histoire locale

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  La cité de Pérouges - Vieux logis, vieilles familles

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 Panneau informatif
  2. Charles LUTAUD sur Wikipédia
  3. Adolphe Marie MESSIMY sur Wikipédia



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.