Île de Porquerolles

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


<Retour à Hyères

Histoire de l'île

Héraldique

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Église Sainte-Anne

Église Sainte-Anne

Au départ, une chapelle militaire construite entre 1849-1851 à la demande du Père Ollivier. C'est en 1929 qu'elle devient l'Eglise paroissiale Sainte Anne. A l'intérieur, on peut y voir les différentes stations du Chemin de Croix réalisé en 1869 par un soldat en convalescence au Refuge sanitaire de Porquerolles, Joseph Wargnier. Encouragé par l'Aumônier militaire et Curé de l'île, le Père Ollivier, à raison d'une par mois, chacune des 14 stations est taillée au couteau dans du noyer massif. Une fois installé dans l'Eglise, le chef d'œuvre fut inauguré de façon officielle. Après sa guérison, l'artiste devait rejoindre son bataillon, mais il déserta. Traduit devant le Conseil de guerre à Constantine, il évita le châtiment suprême grâce au Père Ollivier qui alla plaider sa cause au tribunal. De retour dans sa région d'origine, il réalisa, en 1873, un autre Chemin de Croix à Béthisy-Saint-Pierre dans l'Oise. Ce trésor qui orne l'Eglise Sainte Anne de Porquerolles est inscrit, depuis le 19 octobre 2019, au titre des Monuments Historiques.


Moulin du Bonheur

Moulin du Bonheur

Construit sur l'île de Porquerolles, les ailes du moulin du bonheur ne tournaient plus depuis plus de deux cents ans et il n’en restait que la tour, ruinée et perdue au milieu du maquis. Reconstruit à l’identique dans la tradition des moulins à vent provençaux, il mesure 6 m de haut et 6 m de diamètre. Ses murs ont une épaisseur de 1 m à la base. La porte d’entrée se trouve dans la direction d’où ne souffle aucun vent. Les escaliers tournent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.


Fort Sainte-Agathe

Fort Sainte-Agathe, vue générale

Dès l’arrivée au port de Porquerolles, le regard est attiré par la forme imposante du fort Sainte Agathe, surplombant le village. Depuis les Romains, sa situation remarquable permet la surveillance simultanée de la rade d’Hyères et d’un large espace autour du village qu’il protège des incursions sarrasines et du brigandage de tout bord. En 1531, de passage en Provence, le roi François 1er décide de consolider l’ouvrage initial et d’implanter une garnison sur l’île de Porquerolles pour la protection des habitants et du littoral provençal. Derrière des murs de 4 mètres d'épaisseur, la tour abrite une grande salle de 6 mètres de haut, voûtée en coupole avec un oculus. Elle est surmontée d'une terrasse qui offre un point de vue exceptionnel sur l'île et la rade d'Hyères. Affecté au Parc national de Port-Cros, qui en assure la restauration et l’entretien, ce fort sert de lieu d’accueil et d’exposition.
Le fort est inscrit aux monuments historiques depuis le 14 décembre 1927[1]




Fort de la repentance

Fort de la repentance

Le fort de la repentance est inscrit aux monuments historiques depuis le 20 janvier 1989[2]



Démographie.png Démographie

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Familles notables.png Notables

Les maires

Il existe à Porquerolles une mairie annexe, tout comme il en existe huit autres.

Mais les maires ne sont autres que les maires de la ville de Hyères.

Les notaires

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
- -  
- -  

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
P. BONALDI -  
Louis OLLIVIER - (1814-1896)  
Joseph BOZON - (1867-1926)  
A. BRESSON - (?-1945)  
Armand MOULIN - (1899-1988)  
André BRUNIAU - (1935-1988)  

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

  1. Fiche Mérimée - Fort Sainte-Anne
  2. Fiche Mérimée - Fort de la Repentance



^ Sommaire