Église Saint-Pierre-Saint-Paul de Maranville

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

< Retour à la page de Maranville

Photo C. PIEMINOT depuis le Nord

Patrimoine.png Patrimoine bâti

  • Extérieur

Histoire.pngHistorique

En 1800 elle se composait d'une tour flanquée de part et d'autre de deux chapelles : une dédiée à saint Éloy, l'autre à saint Sébastien et saint Roch, d'un chœur, d'une nef, d'un porche, le tout voûté.

À cette époque, devant le mauvais état de cet édifice et sa taille jugée trop petite, la commune décide de le remplacer par une construction plus adaptée aux besoins.

L'église de Maranville, dans son état actuel, est composée d'un porche, une nef, une tour, deux chapelles et un chœur, le tout voûté ; la mauvaise disposition de cet édifice, son défaut d'étendue et son mauvais état, n'offrent aucun moyen d'en tirer un parti utile pour la commune ; il est donc indispensable de la démolir pour la reconstruire dans une autre forme et sur des dimensions plus grandes. La tour, encore bonne, sera conservée.

Archives départementales 20.2157.

Devis de la Préfecture de la H-M 3 messidor An 12.

Ceci implique que le clocher actuel aurait existé peut-être dès le XIIe siècle. Les quatre portes en arc gothique (fin de la période ogivale) qui le faisaient communiquer avec l'église proprement dite ont été murées, ainsi que des baies en plein cintre situées à un niveau supérieur. On en voit encore les traces...

La nouvelle église a été reconstruite sur l'emplacement de l'ancienne et indépendamment de l'ancienne tour, avec laquelle elle communique par une porte située au fond du chœur.

Elle mesure 16,60 m sur 25,60 m. Le niveau du sol a été relevé d'environ 1 m à 1,50 m.

La tour – clocher fait donc corps avec l'église elle-même ; il est à remarquer les traces de deux colonnes dans leurs angles communs, partiellement noyées dans la maçonnerie.

Sur les murs extérieurs on relève quelques traces de couleur ocre et d'enduit fait de briques pilées.

Cette église aurait été bénie, mais pas consacrée. Elle est orientée, le chœur dirigé vers l'est, la sortie regarde l'ouest. Elle n'est pas en forme de croix. On y trouve deux rangées de six piliers cylindriques aux bases carrées. Ces colonnes ioniques sont garnies de chapiteaux ornés de deux volutes latérales et sont toutes semblables.

On entre directement dans l'église par deux portes : une à l'ouest, doublée d'un tambour en bois qui soutient la tribune et qui date vraisemblablement de 1950, l'autre au nord, face à la rue principale du village et encadrée de deux colonnes doriques. Elle est surmontée de deux corniches rampantes, d'un fronton et d'un tympan.

Quelques, dates :

En 1232, cette église a donc été donnée par l'Évêque de Langres à l'Abbaye de Clairvaux. À partir de cette date, c'est l'Abbaye qui nomme les curés.

En 1241, Evrard, curé de Maranville signe un contrat avec l'Abbaye de Clairvaux au sujet de leurs droits respectifs :

L'Abbaye recevait les dîmes de blé et partageait les autres par moitié.

Le curé avait droit à certaines corvées de la part de ses paroissiens et à certaines oblations.

(voir « le diocèse de Langres », tome II - Abbé ROUSSEL)

En 1635, une épidémie de peste ravage le village. Les paroissiens promettent d'honorer solennellement saint Sébastien et saint Roch pour en être délivrés. Un tableau rappelle cet événement. On y lit l'inscription suivante :

« L'an 1635 on a dédié cette chapelle à St Sébastien et à St Roch et on a fait vœu de solenniser à perpétuité la feste de St Sébastien pour estre affranchis du mal de peste qui avait commencé en ce lieu de Maranville le 27 octobre de ladite année 1635 ».

En 1667, un différend oppose :

Claude RÉMY, curé de Maranville, les religieux et le couvent de Clairvaux.

Et Nicolas BECQUET, seigneur de Maranville et les manants et habitants de Maranville.

Ces derniers prétendaient ne devoir payer la dîme qu'en raisins au pied de vigne.

Le curé soutenait qu'il fallait lui payer la dîme sur toutes sortes de vins. Après les vins faits et entonnés.

Ce différend a fait l'objet d'un procès demeuré célèbre et conservé aux archives départementales de la Haute-Marne où il peut être consulté.

Le 23 ventôse de l'an XI (12 mars 1804) le Conseil Municipal décide :

La réfection de l'église et tout spécialement la couverture de la chapelle de Saint Sébastien.

La réfection du mur de clôture du cimetière soit 26 m en ligne droite, à partir d'un point pris, à 1,30 m en face de l'arbre de la liberté...

Avec la réparation des ponts d'Irceville et d'Haurancourt, et divers autres travaux d'entretien, ces décisions représentaient un coût total de 22.000 francs, payables en trois termes égaux sur les fonds de la commune provenant de la vente du quart en réserve de ses bois.

Ces travaux devaient être terminés pour le 1er brumaire de l'an XIII (23 octobre 1806).

N.B : Le cimetière entourait l'église. Pour permettre le passage de la route dans son tracé actuel, la partie nord du cimetière a été rasée, et la terre contenant des ossements a été déposée sur la partie restante jusque vers 1955 (prescription centenaire).

À propos de ce cimetière, il est bon d'y signaler la présence d'une croix – calvaire et de pierres tombales remarquables. Remarquables par leurs tailles, par la qualité des sculptures qui les recouvrent, elles nous indiquent par exemple que vivait à Maranville à la fin du 19eme siècle un médecin qui y exerçait sa profession. Il faudra attendre près de 100 ans pour voir cette profession de nouveau exercée dans notre village.

Ce médecin, Joseph CLÉMENT, était maire de la commune. Il y avait également un Mathieu CLÉMENT licencié en droit. Ils demeuraient impasse Focillon.

Notre regard est aussi attiré par les fleurs stylisées gravées sur les quatre piliers du cimetière.

Elles datent certainement du début du XIXe siècle et devaient sembler fort modernes pour cette époque puisqu'elles le sont encore aujourd'hui.

9 mai 1822 : diverses réparations sont de nouveau effectuées :

Le grand escalier, les arêtiers du clocher, le remplacement de tuiles,

20 juin 1830 : Le Conseil Municipal vote un secours de 1 000 francs à la «Fabrique» de Maranville, l'église étant dépourvue de linge et d'ornements nécessaires au culte. Par «Fabrique» il faut entendre l'ensemble des clercs et des laïcs qui géraient les biens et les revenus des églises.

1er mai 1831 : réparation du fronton du portail et de deux poutres.

À l'intérieur : après avoir été déposé pour permettre les importants travaux de 1804, le mobilier a subi une importante transformation vers 1968/1969.

Le maître autel en bois a été remplacé par un autel en pierre qui permet une célébration face aux fidèles. La grille a également été retirée ; on retrouve de chaque côté de la Chapelle Saint Sébastien les statues de saint Pierre et de saint Paul, patrons de la paroisse, placées précédemment sur le maître autel. Deux autels latéraux derrière lesquels on remarque :

- Un tableau de saint Sébastien et saint Roch de 1635, qui nous rappelle la dernière épidémie de peste évoquée plus haut.
- Un tableau datant de l'institution du Rosaire que l'on peut dater de la même période.

Sur ce tableau saint Dominique et sainte Catherine de Sienne.

Ces deux tableaux ont retenu l'attention du ministère de la Culture et de l'environnement. Un courrier du Dr Henry RONOT du 1er novembre 1984 en recommandait leur restauration.

Deux grandes statues de pierre du XVIe siècle provenant de l'abbaye de Clairvaux.

- Sainte Anne et la Vierge Marie (classée le 8 février 1908)
- Un pape, non identifié (classée le 18 septembre 1908)

N.B : deux papes sont venus à Clairvaux.

En 1131, le pape INNOCENT II vint visiter « la claire vallée ».

En 1148, le nouveau pape Eugène III y vint à son tour. Après avoir été chanoine et vidame de la célèbre église de Pisé, il a exercé l'humble office d'entretenir le feu du chauffoir monastique à Clairvaux où il a été moine. Ceci avant son élection papale.

Le déplacement d'un pape, surtout à cette époque, est chose considérable. Ces deux visites en l'espace de 17 ans ont dû apporter aux habitants une certaine fierté et c'est peut-être l'un de ces personnages que le sculpteur a voulu immortaliser.

Pourraient provenir également de l'abbaye de Clairvaux, une statue en bois polychrome et le buste de saint Bernard, précédemment à la Chapelle Saint-Joseph.

Quatre tableaux, qui ne semblent pas jusqu'à maintenant avoir retenu l'attention des connaisseurs. Ils représentent :

Saint-Pierre (clés) « donné à l'église de Maranville par M. et Mme J. DEVILLE 29 juin 1840 » signé P. DEVILLE.

La résurrection du Christ.

La passion au Jardin des Oliviers.

Ces deux derniers semblent être du même auteur non identifié.

Une sainte en prière.

Familles notables.png Notables

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Bernard ou Girard 1162 Dit Chapelain de Malinvillâ  
Evrard 1241 - 1262 Offrit à l’abbaye de Clairvaux une grange avec ses dépendances  
Nicolas LENORMAND 1516  
Jean ROUSSEL 1556 Meurt en 1556  
Guillaume RAGOT 1556 - 1567 Religieux de Clairvaux - Ex curé d’Arconville (10) - Meurt en 1567  
Guillaume ROUYER 1557 Evincé  
Nicolas PETIT 1560 Vicaire - Ensuite chanoine de Langres (52)  
Bonet BOUCHER ou BOUCHOT 1560 - 1587 Vicaire  
Jean GALLOYS 1560 Ex curé de Marault (52) - Evincé  
Bernard NODOT 1567 - 1587  
Jean JOFFRIN-DOMREMY 1587 - 1588 Résigne  
Bernard BRENAY 1588 Religieux de Clairvaux - Ordonné prêtre en 1568  
Philippe MAILLOT 1633 - 1648 Etablit le Rosaire en 1633  
Claude REMY 1674 - 1689 Ex vicaire de Rennepont (52) - Meurt en 1689  
René François DELARUE 1689 - 1728 Oratorien - Résigne  
Thomas MARÉCHAL 1728 - 1773 Né à Langres (52) en 1702 - Moine de Clairvaux - Egalement curé de Rennepont (52), annexe de Maranville où il meurt le 11/01/1873 à l’âge de 71 ans  
Jean Baptiste GERVAISE 1773 - 1804 Moine de Clairvaux - Assermenté  
Nicolas VACHEROT 1804 - 1805 Ex desservant de Brennes (52) puis curé de Lavilleneuve (52) en 1803 - Ensuite curé de Rivière-les-Fosses (52)  
- 1806 - 1823 La cure vaque durant 17 ans  
Jean Baptiste MARTIN 1823 - 1831 Ex vicaire de Joinville (52) - Ensuite curé de Laferté-sur-Amance (52)  
Jean Baptiste DÉCHARME 1831 - 1840 Ex curé des Loges (52) - Ensuite curé d’Occey (52)  
Pierre JACQUINOT 1840 - 1885 Né le 25/09/1812 à Grandchamp (52) - Fils de François, cultivateur, et de Françoise BELIN - Ex curé de Buxières-lès-Villiers (52) - Recensements population 1846, 1856, 1866, 1876 et 1881 - Meurt le 27/02/1885 à Maranville où il a été inhumé dans le carré ecclésiastique du cimetière
52308 - Maranville - Cimetière - Carré des curés - Tombe JACQUINOT Pierre - 2021 01.JPG 52308 - Maranville - Cimetière - Carré des curés - Tombe JACQUINOT Pierre - 2021 02.JPG  
Charles Nicolas DIDIER 1885 - 1886/.... Né vers 1829 - Fils de Louis et de Augustine Hélène FROMONT - Recensement population 1886  
Paul Jules Charles GRAILLOT ..../1891/.... Né vers 1864 - Prêtre vicaire - Recensement population 1891  
Michel LALIN ..../1896/.... Né vers 1869 - Recensement population 1896  
Etienne Alphonse MARTIN ..../1901 - 1906/.... Né le 17/08/1844 à Chaumont (52) - Fils de Jean Baptiste, jardinier, et de Catherine Madeleine LOUVIER - Recensements population 1901 et 1906 - Inhumé dans le carré ecclésiastique du cimetière
52308 - Maranville - Cimetière - Carré des curés - Tombe MARTIN Etienne Alphonse - 2021 01.JPG 52308 - Maranville - Cimetière - Carré des curés - Tombe MARTIN Etienne Alphonse - 2021 02.JPG  
Alexandre Séraphin Armand BOURGEOIS ..../1911 - 27/10/1942 Dit Armand - Né le 12/09/1864 à Maranville - Fils de Jean Baptiste, vigneron, et de Marguerite Alexandrine CAPITAIN - Recensements population 1911, 1921, 1926, 1931 et 1936 - Meurt le 27/10/1942 à Maranville où il a été inhumé dans le carré ecclésiastique du cimetière
52308 - Maranville - Cimetière - Carré des curés - Tombe BOURGEOIS Armand - 2021 01.JPG 52308 - Maranville - Cimetière - Carré des curés - Tombe BOURGEOIS Armand - 2021 02.JPG  
- -  

Visuel sources.png Sources : Le diocèse de Langres: histoire et statistique, Volume 2 par l’Abbé Charles François ROUSSEL, 1875, Langres + Site des Archives Départementales de la Haute-Marne (A.D. 52)

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie


Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références