Église Saint-Maurice de Cunfin

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

< Retour à la page de Cunfin

Photo C. PIEMINOT depuis le Nord

Histoire.pngHistorique

L'église était anciennement un prieuré-cure dont l'origine remonte au XIe ou XIIe siècle.

Le style auquel elle appartenait est ignoré.
Son clocher portait une pyramide peu élevée avec une toiture en tuiles de quatre pans.
Elle n'avait qu'une seule nef et l'accroissement de la population fit sentir le besoin d'avoir un édifice beaucoup plus grand.

En 1737 et les deux années suivantes, elle fût reconstruite sur une plus grande échelle tout en conservant l'ancien clocher. Elle ne s'étendait pas au delà des deux gros piliers qui soutiennent la tour actuelle. Elle n'avait qu'une seule porte, précédée d'un porche destiné à abriter les fidèles étrangers qui assistaient au service divin.

Appelée à cette époque la "Nouvelle Eglise", sa première pierre fut posée le 25 avril 1737.
Sa construction terminée, elle fut officiellement réceptionnée le 04 novembre 1739.

​En 1787, même année de construction des trois ponts du village, le clocher fut démoli pour bâtir en pierres de taille le portail et la tour tels qu'ils existent de nos jours.

La tour est positionnée au centre du portail. Elle porte une pyramide de charpentes couvertes d'ardoises dans laquelle on monte par une tourelle d’escalier éclairée par des meurtrières. Elle renferme les cloches.

L’église est dédiée sous l'invocation de Saint Maurice, martyr d'Agaune en Valais, illustre chef de la légion thébaine, déjà patron de notre pays depuis le Xe siècle, comme le rapporte un titre de cette époque.

Son architecture tient du style renaissance. Trois grandes portes ouvertes sous le portail y donnent entrée.

Patrimoine.png Patrimoine bâti

Extérieur

Intérieur

Nef et Collatéraux

Groupes statuaires

10119 - Cunfin - Eglise Saint-Maurice - 2015 - Intérieur 03.JPG

Ces deux groupes ingénieusement placés à l’entrée de la nef et adossés contre les premiers piliers ont été inaugurés le 25 septembre 1872 et bénis par Monseigneur l’Evêque de Troyes secondé par Monsieur Séverin Eugène ROBERT, curé de Cunfin.

Celui de droite représente l’apparition de la Salette. La Sainte Vierge de grandeur naturelle, au visage majestueux et attristé, a devant elle Maximin et Mélanie.
Cet ensemble est l’oeuvre des ateliers de Monsieur MOYNET, de Vendeuvre.

L’autre à gauche, se compose de la statue de Saint-Bernard, dont les traits légendaires ont été pris aux sources les plus authentiques.
Le Saint par un signe de croix, rend la vue à un jeune aveugle et redresse une femme boiteuse de naissance : double miracle opéré à Cunfin même par notre illustre thaumaturge et docteur.
Ces statues sont dues au ciseau de Monsieur CHARTON, de Dampierre du département de la Haute-Marne.

Vitraux

(1) Offert par M et Mme SAMUEL
(2) Don de M et Mme Roger DOUINE
(3) Don de Madame BREVOT à ses parents → BREVOT, Henri X GILBERT, Berthe
(4) De passage à Cunfin, Saint Bernard opère la guérison miraculeuse d'une femme aveugle et d'un enfant estropié. Sur ce vitrail se remarquent le vieux chêne sous lequel Saint Bernard aurait prêché et la chapelle dédiée à Sainte Anne
(5) Don de Mlle Augustine ARCELIN

Chœur

10119 - Cunfin - Eglise Saint-Maurice - Abside - Retable - 2015.JPG

Dans l'abside, le retable est du milieu du 18e siècle.
L'ensemble est attribué à Jacquette BOUCHARDON (sculpteur) [1] .

Les statues sont celles de la « Vierge à l'Enfant » (à gauche) et de « Saint Maurice » (à droite).

Chapelles

Fonts baptismaux

Ils sont clôturés par une grille peinte en fer forgé.

La cuve baptismale godronnée à infusion comporte de 2 compartiments. Elle est en marbre. Son couvercle est en zinc.


En partie murale de cet espace et complémentairement au Monument aux Morts, une stèle paroissiale rend également hommage aux Cunfinois décédés durant la première guerre.

A gauche de cette zone, aujourd'hui transformé en pot de fleurs, un bénitier en fonte de fer est posé sur un support en pierre. Il est campaniforme et ses sculptures représentent les armes de France.

Plaques commémoratives



Pictos recherche.png Consulter la page consacrée aux « Enfants de Cunfin morts aux guerres »

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Photographies

Cartes postales

Visuel sources.png Sources

Familles notables.png Notables

Les curés

Prénom(s) NOM Période Observations
LETOLD 1200 -  
Nicolas CORNUOT 1667 Probablement né à Neuilly-sur-Suize (52) - Ex curé de Marnay (52) puis de Foulain (52) en 1655 [3]  
JURVILLIERS 1689 - 1701 -  
GERNIQUET 1701 - 1705 -  
BERTHOME 1706 - 1715 -  
Jean Nicolas BREJARD 1715 Egalement vicaire de Vendeuvre-sur-Barse (10) - Ensuite curé d' Esnoms (52) où il résigne en 1728, puis chanoine de Bar-sur-Aube [4]  
Jean Baptiste LEFEBVRE 1726 - 1733 -  
Michel Louis MATHIEU 1736 - 1747 -  
François GAIGNOT 1747 - 1749 † 17/02/1749 à Cunfin  
Simon POULET 1750 - 1777 Ex vicaire de Palaiseul (52) puis ex curé de Courcelles-en-Montagne (52) de 1741 à 1749 [5] - † 06/11/1778 à Cunfin  
DEGRISELLE 1777 - 1778 -  
Etienne Augustin BENOIST 1778 - 1791 Puis curé de Condes (52) de 1791 à 1793 [6]  
- 1791 - 1793 -  
Etienne Augustin BENOIST 1793 - 1833 † 16/12/1833 à Cunfin  
Jean François BERGEVIN 1834 - 1836 Dit François  
Edmé Nicolas Hubert PERRIN 1836 - 1844 Dit Joseph Nicolas - Dit Nicolas - Dit L'abbé PERRAIN  
Joseph Victor LECUYER 1845 - 1854 -  
Jean Baptiste Emmanuel LAOUR 1855 - 1862 -  
Séverin Eugène ROBERT 1863 - 1874 Dit Eugène  
Nicolas Auguste PROTTE 1874 - 1887 Dit Auguste  
Pierre Armand CAMUS 1888 - 1895 Dit L'abbé CAMUT  
Alexandre Anselme BARDIN 1895 - 1903 Parfois dit Anselme  
Edmé Marie Adrien MAITRE 1912 - 1927 Dit Adrien  
Nicolas Ernest COLLINET 1903 - 1947 ° 30/12/1868 à Brienne-le-Château (Aube) - † 06/09/1951 à Cunfin  

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Cunfin (Notice historique sur le bourg de)

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références