Édouard HERRIOT

De Geneawiki
Révision datée du 3 décembre 2018 à 09:14 par Galichonj (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Édouard HERRIOT (1872-1957)

Édouard HERRIOT (1872-1957)

  • né le 5 juillet 1872 à Troyes. Il est le petit-fils du caporal Jean-François HERRIOT et du capitaine COLLON et fils du lieutenant d'infanterie François-Nicolas HERRIOT en garnison à Nantes.
  • Baptisé le 13 octobre 1872 à Saint-Pouange par son grand oncle Victor-Eugène COLLON, curé du lieu.
  • En 1887 il suit les cours de rhétorique au lycée de La Roche-sur-Yon ou son père est en garnison. En 1889 il obtiendra son baccalauréat avec la mention "très bien".
  • En 1891, il entre à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm et en sort en 1894 agrégé de Lettres en se classant premier.
  • En octobre 1895, il est nommé au lycée de Nantes en classe de 3e après avoir rempli ses obligations militaires au 37e Régiment d'Infanterie. Le 30 août 1896 il vient s’installer à Lyon pour enseigner les Lettres classiques au lycée Ampère ou il vient d'être nommé.
  • En 1898, il est appelé par Antoine GAILLETON pour diffuser le cours municipal de littérature du XIXe} siècle.
  • le 30 octobre 1899, il épouse Blanche REBATEL, issue d'une famille de notables lyonnais qui a de solides traditions républicaines puisque le docteur Fleury REBATEL (le père de Blanche) à présidé le conseil général du Rhône durant deux mandats. C'est le maire de Lyon Antoine GAILLETON qui unira le couple dans la mairie du second arrondissement. L'office religieux aura lieu à l'église Saint-Bonaventure.
  • En 1901 la première chaire de rhétorique supérieure (Khâgne) est crée en province et c'est le jeune Édouard qui l'assure.
  • En 1904 Victor AUGAGNEUR l'appelle sur sa liste ou on lui promet une position de 5e adjoint avec une délégation à l'Instruction Publique. Il est élu au premier tour.
  • En 1938, la maison forte de Brotel à Saint-Baudille-de-la-Tour fut acquise par Édouard HERRIOT qui aimait venir s'y reposer.
  • il décède le 26 mars 1957 à 16h15 à l'hôpital Sainte-Eugénie de Saint-Genis-Laval. Il est inhumé au cimetière de Loyasse à Lyon.

Homme politique

Maire de Lyon pendant plus de cinquante ans

  • Il entre au conseil municipal de Lyon en 1904,
  • Il devint adjoint, puis maire le 3 novembre 1905 (à 33 ans), en succédant à Jean-Victor AUGAGNEUR.
  • Il le resta jusqu'en 1957 sauf de novembre 1942 à avril 1945.
  • Il est déporté en Allemagne de septembre 1944 à avril 1945.

Préside le Parti Radical

Sénateur, Député, Ministre, Président du Conseil

  • Sénateur du Rhône de 1912 à 1919 [1]
  • Député du Rhône de 1919 à 1942[2]
  • Ministre des transports, des travaux publics et du ravitaillement du 1er décembre 1916 au 18 mars 1917
  • Président du conseil et ministre des affaires étrangères du 14 juin 1924 au 10 avril 1925
  • Président du conseil du 19 au 21 juillet 1926
  • Ministre de l'instruction publique et des beaux-arts du 23 juillet 1926 au 6 novembre 1928
  • Président du conseil et ministre des affaires étrangères du 3 juin au 14 décembre 1932
  • Ministre d’État du 9 février 1934 au 22 janvier 1936 [3]
  • Député du Rhône de 1946 à 1957.

Président de l'Assemblée nationale

de 1947 à fin 1953.

Homme de Lettres

  • Élève à l'école normale supérieure, premier à l'agrégation de lettre 1894
  • Édouard HERRIOT fut élu à le 5 décembre 1946 l'Académie française au fauteuil 8[4].
Cette élection couronne une œuvre littéraire abondante :
  • Philon le Juif, essai sur l’école juive d’Alexandrie (1897),
  • Madame Récamier et ses amis (1904),
  • Précis de l'histoire des lettre française (1904),
  • Impressions d’Amérique (1923),
  • Pourquoi je suis radical-socialiste (1928),
  • La vie de Beethoven (1929),
  • Sous l'Olivier (1930)
  • Le problème des dettes (1933),
  • Lyon n’est plus, 4 vol.(1937-1940),
  • Sanctuaires (1938)
  • Jadis (1948), …
Mais aussi et peut être surtout la qualité de l'orateur.

Le maire de Lyon

Ses actions furent nombreuses et ont marqué sa ville. Parmi celles ci nous pouvons citer:
Domaine économique :

Création de la foire Internationale de Lyon (1916) et construction de son Palais
Abattoirs et marché aux Bestiaux de la Mouche (Gerland)
Port Industriel
Marché régulateur dit Marché Gare

Arts et Culture

Conservatoire de musique
Salle Rameau
Musée du Vieux Lyon
Restauration des théâtres Gallo-Romain de fourvière

Enseignement

Réalisation de trente groupes scolaires
Agrandissement et construction d'un Lycée (Lycée du Parc)
École d'agriculture de Cibeins

Équipements Sportifs

Stade municipal de Gerland
Piscines

Vie Sociale

Bourse du travail
Hôpital clinique et universitaire de Grange-Blanche (Hôpital Édouard Herriot)
Maison des Mères, nombreuses crèches municipales

Urbanisme

Construction de ponts
Boulevard de Ceinture (Boulevard Laurent Bonnevay)
Transformation du quartier des Brotteaux
Création de l'Office municipal d'H.B.M (Habitation Bon Marché)
Usine d'incinération des ordures ménagères

Compte tenu de sa charge au plan national, il était maire de Lyon du vendredi soir au lundi matin.

Quelques photos

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Journal Le Progrès édité lors de son décès
  • 7 maires de Lyon depuis 1900. Histoire et anecdotes de Philippe VADOLE et Françis GUYOT. ISBN 9 782841 472192.

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.