Édifices religieux de Saint-Pétersbourg

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

<Retour à Saint-Pétersbourg

La ville de Saint-Pétersbourg possède un riche patrimoine religieux : cathédrales, églises, laures, synagogues, mosquées...
Note : cette liste n'est pas exhaustive.


Cathédrale Saint-Isaac

Saint Isaac -
Photo J-P GALICHON
Auguste Ricard Montferrand 1786-1858 Photo C. Angsthelm
  • C'est le quatrième édifice construit sur le site, mais les précédents ont été détruits parce que édifiés sur des berges non stabilisées.
  • Un concours fut organisé pour une reconstruction digne de l'emplacement, ce fut le français Auguste Ricard de Montferrand, pratiquement inconnu, qui l'emporta et fut promu architecte de la Cour et architecte en chef de la cathédrale.
  • La construction dura plus de 40 ans, de 1818 à 1848. Le dôme s'élève à plus de 101 m de haut, l'église mesure 110 m de long sur 97,60 mètres de large. Des pilotis furent plantés pour stabiliser le sol marécageux.
  • À l'extérieur, de nombreuses statues, des bas-reliefs en bronze décorent les portails, deux sont l'œuvre du français François Lemaire, deux autres ont été réalisés par le russe Ivan Vitali.
  • À l'intérieur, la décoration néo-classique est très riche, commencée en 1841, elle ne fut terminée que 17 ans plus tard. Les iconostases en marbre blanc d'Italie sont enrichies de malachite et de lazurite, les colonnes, creuses, sont recouvertes de plaques de malachite et de lapis-lazuli.
  • La coupole a été dessinée par Karl Brioullov représente le Triomphe de la Vierge. Les 350 peintures murales de la cathédrale sont dues principalement aux peintres Fiodor Brouni, Nikolaï Alexeïev et Piotr Bassine
  • Les trois grandes portes intérieures en bronze exécutées par Ivan Vitali, rappellent celles du baptistère de Florence.



Cathédrale Notre-Dame de Kazan

Façade sur la place Photo B.ohland
  • L'icône de la Vierge de Kazan aurait selon la légende donné la victoire aux Russes sur les Polonais en 1612. C'est Pierre 1er le Grand qui fit transférer en 1710 l'icône de Kazan à Saint Petersbourg. D'abord placée dans l'église de la Nativité de la Vierge, l' empereur Paul 1er décida de faire construire une cathédrale qui fut édifiée entre 1801 et 1811 par Andrei Voronikhine, dans un style néo-classique.
  • Inspirée de Saint Pierre de Rome elle présente 96 colonnes disposées en hémicycle et son dôme atteint 78 mètres de haut. Les portiques latéraux sont ouvert et ornés d'un bas-relief.
Bas-relief d'un portique
  • À l'intérieur l'espace est délimité en trois nefs par 56 colonnes corinthiennes « en porphyre avec leurs chapiteaux et bases de bronze doré »[1]. Le sol est composé d'une mosaïque de marbres. La voûte en berceau de la nef a l'allure d'un plafond sculpté. L'édifice est fort lumineux grâce à la lumière arrivant par le tambour de la coupole.
  • On y voit la tombe du maréchal en chef Mikhaïl Koutouzov inhumé en 1813. La cathédrale devint un monument à la gloire de la Russie après la victoire des Russes sur les armées napoléoniennes en 1812.
  • En 1932 la cathédrale a été transformée en temple de l'athéisme. Elle ne sera rendue au culte qu'en 1990.



Cathédrale Saint Pierre - Saint Paul

C.Angsthelm
  • La première église en bois édifiée lors de la création de la forteresse, a été remplacée par l'oeuvre de Domenico Trezzini entre 1714 et 1733. Le clocher, point culminant de la ville à 122,50 mètres, a été construit en premier. Un ange surmonte la flèche avec une croix. La flèche est l'oeuvre de Van Bolios. Un carillon de 35 cloches, importé de Hollande par Pierre Ie disparut dans un incendie. La Belgique a offert en 2001 un nouveau carillon de 51 cloches qui sonnent deux fois par jour l'ancien hymne russe.
  • L'intérieur de la cathédrale est très lumineux, avec ses colonnes roses et vertes, ses lustres étincelants, et toutes ses dorures. Très curieux dans une église orthodoxe, une chaire sculptée en 1732 par Kraskov représentant les apôtres Pierre et Paul ainsi que les quatre évangélistes. L'iconostase a été réalisée en bois doré par des artistes moscovites sur un dessin de Ivan Zaroudny. Les 43 icônes de l'iconostase sont l'oeuvre des peintres Pospelov et Protopopov.
  • La cathédrale est avant tout le Panthéon des Romanov : dans la nef, des sarcophages de marbre blanc très simples avec une simple croix, et 4 aigles bicéphales au coin des tombes pour les Romanov ayant régné, sur celle de Pierre le Grand, toujours fleurie, les copies de ses médailles.
  • Dans la chapelle Sainte Catherine, les restes de Nikolaï II et de sa famille, qui ont été retrouvés en 1979 près d'Ekaterinbourg, sont inhumés depuis le 17 juillet 1998 ; seuls manquent le prince Alexis et la princesse Maria dont les restes n'ont pas été retrouvés.



Église du Saint Sauveur-sur-le-Sang-versé

C.Angsthelm
  • Le Tsar Alexandre III fit construire cette église à l'emplacement où son père Alexandre II fut assassiné en 1881. À l'intérieur, un baldaquin en jaspe a été érigé pour montrer l'endroit où l'empereur fut mortellement blessé.
  • L'église est également appelée Église de la Résurrection du Christ, elle a été construite par Alfred Parland, en vingt quatre ans. Elle est fortement inspirée, avec ses coupoles torsadées et multicolores, de l'Église Saint Basile à Moscou.
  • La surface des mosaïques en façade représente plus de 7000 m² ; sur des plaques les exploits du tsar sont représentés, dans les niches des clochers on peut apercevoir les 144 blasons en mosaïque des villes et provinces qui firent des dons pour cette construction.
  • À l'intérieur, 308 tableaux en mosaïques illustrant le Nouveau Testament couvrent les murs et les piliers, ils sont l'œuvre des peintres Viktor Vasnetsov, et Mikhaïl Nesterov . L'iconostase, en marbres d'Italie de différentes couleurs travaillés à Gênes par la société Novi, a été dessinée par Alfred Parland et est surmontée de peintures l'Eucharistie et le Christ en gloire de Nikolaï Kharlamov.
  • L'Arche Sainte nord a été réalisée d'après un dessin d'Alfred Parland dans les usines de polissage de Kolyvan et les ateliers de taille de pierre d'Ekateringbourg en 1906 en rhodonite rose, en porphyre de Korgon, en jaspe de Revnev et Orsk. La mosaïque du Saint Prince Alexandre Newski a été composée d'après une esquisse de Mikhaïl Nesterov à la section des mosaïques de l'Académie des Beaux Arts.
  • L'église a été fermée en 1930, a servi d'entrepôt pour les armées. Elle ne fut rouverte qu'en 1997 après trente années de travaux.



Smolny - Cathédrale de la Résurrection

C. Angsthelm
  • À l'origine, Elisabeth Petrovna (1709-1762), fille de Pierre le Grand, fit construire sa résidence d'été sur cet emplacement. Devenue impératrice elle fait construire, en 1748, un couvent pour les veuves de la noblesse par Bartolomeo Rastrelli (1700-1771), mais elle mourut avant la fin de la construction. Dès son accession au trône, la Grande Catherine (1762-1796) arrêta les travaux car elle n'aimait pas le travail de Rastrelli. La décoration intérieure de la cathédrale ne fut terminée qu'en 1835 par Vassili Statov.
  • L'ensemble de Smolny se compose d'un monastère, de la cathédrale de la Résurrection en son centre et d'un institut, ancien pensionnat de jeunes filles nobles.
  • La grande Catherine a ouvert ce pensionnat, sur le modèle de l'Ecole de Saint-Cyr créée par Madame de Maintenon, d'abord installé dans le couvent puis transféré en 1808 dans un bâtiment néo-classique bâti par Giacomo Quarenghi. Cet institut exista jusqu'en 1917.
  • En 1917, Lénine occupa les locaux pour y diriger l'insurrection. Smolny devint le siège du Parti communiste de Léningrad. Aujourd'hui il appartient à la mairie de Saint Petersbourg

Cathédrale de la Résurrection

  • Aujourd'hui transformée en salle d'exposition et de concert, la cathédrale est sans doute l'une des plus grandes réussites de Rastrelli, dans un style baroque tardif et des éléments proprement russes comme les clochers à bulbes dorés, les murs bleus soulignés d'encadrements blancs créent une atmosphère très joyeuse.
  • L'intérieur de la cathédrale est d'un blanc immaculé, sans décoration, plutôt sobre. On peut y voir sur les murs divers objets liés à l'histoire de l'école, des portraits des élèves et des professeurs, des cahiers, et la liste des matières enseignées dont le français occupait une place majeure.


Laure Alexandre-Newski - Cathédrale de la Sainte Trinité

St Petersbourg - Laure Alexandre Newsky Accès Laure.jpg
Alexandre Newski 1220-1263
  • C'est Pierre Le grand qui décida en 1710 d'édifier un monastère à l'emplacement présumé où Alexandre Newski, prince de Novgorod, remporta une grande bataille sur les Suédois en 1240. Alexandre Newski a été canonisé au XIVe, il est le saint patron de Saint Petersbourg.
  • En 1797, le monastère reçut le titre de Laure réservée aux monastères orthodoxes les plus importants et abritant le métropolite.
  • Ce vaste ensemble entouré de fossés, se compose de onze églises, quatre cimetières, des bâtiments conventuels.
  • À l'entrée de la Laure, d'un côté, le cimetière Notre Dame de Tikhvine, nécropole des maîtres de l'art dans lequel sont inhumés Dostoïevski, des compositeurs : Tchaïkovski, Rimski-Khorsakov, Moussorgski ; le chorégraphe Marius Petipa.

De l'autre côté le cimetière Saint Lazare dans lequel sont inhumés des hommes illustres, russes et étrangers, de la haute noblesse, des hommes d'état, des chefs militaires. C'est le cimetière le plus ancien de la ville.

  • La plus ancienne église du monastère est l'église de l'Annonciation, construite entre 1717 et 1724 par Domenico Trezzini. L'église haute est dédiée à Saint Alexandre Newski. L'église basse a servi de nécropole aux membres non régnants de la famille impériale : Nathalia, soeur de Pierre le Grand et son fils Pierre, Pierre III époux de Catherine II, victime du complot organisé par sa femme, (avant d'être transféré à la cathédrale Pierre et Paul dans la forteresse) ; sépulture du maréchal Alexandre Souvarov (1730-1800).


Cathédrale de la Sainte Trinité

St Petersbourg - Laure Alexandre Newsky cathédrale de la Sainte Trinité.jpg
  • Avec son dôme unique et ses deux tours clochers, elle est différente des autres églises orthodoxes. Construite par Ivan Starov à la fin du XVIIIe. Elle possède le reliquaire en argent de saint Alexandre Newski depuis 1724 (après avoir été exposé de 1922 à 1989 à Notre Dame de Kazan). Quant au tombeau du saint en argent massif, il a été transféré à l'Ermitage.


  • La cathédrale est entourée de cimetières, celui face à la cathédrale, surnommé Terrain des communistes, abrite les tombes des dirigeants communistes locaux. Dans le cimetière derrière la cathédrale repose le premier maire de St Petersbourg après la chute du Communisme, Anatoli Sobtchak décédé en 1999.



Église Saint Pantéléimon

St Petersbourg - Eglise St Pantéléimon.jpg
St Petersbourg - Eglise St Pantéléimon cloches.jpg
  • L'église, de style pétrovien, attribuée à Ivan Korobov, est l'une des plus anciennes de la ville (1739), seul vestige des chantiers navals civils qui occupaient le quartier. Elle porte le nom du Saint Pantéléimon dont la fête coïncidait avec la victoire de la flotte russe sur les Suédois (1714). Des plaques commémoratives rappellent cette victoire.


Église arménienne

St Petersbourg - église arménienne .jpg
St Petersbourg - Eglise arménienne Fronton.jpg
  • Cette petite église a été financée par le descendant d'une riche famille arménienne, Ivan Lazarev, et réalisée par l'architecte Iouri Velten en 1771. Ivan Lazarev avait aidé Catherine II à acquérir un très beau diamant qu'elle nomma Orlov du nom de son favori du moment.
  • L'église n'a rien conservé de sa décoration intérieure, elle fut fermée sous le régime soviétique. Elle ne fut rouverte au culte qu'en 1993.


Cathédrale de la Transfiguration de Lord de la garde

St Petersbourg - Cathédrale de la Transfiguration.jpg
  • L'église d'origine construite en 1743 à l'emplacement de l'avènement de l'impératrice Elisabeth par un coup d'état avec l'aide d'un corps d'officiers de la garde le 25 janvier 1741, a été détruite par un incendie en 1825. L'architecte Stasov l'a reconstruite en 1829 en utllisant les anciennes pierres et en lui donnant un style empire.
  • La cathédrale est de régiment, donc liée à l'histoire militaire de la Russie. Sur les murs extérieurs, des plaques avec les noms des officiers tués lors de batailles ; jusqu'en 1925 on pouvait trouver à l'intérieur les drapeaux pris aux Turcs, ainsi que le sabre d'Alexandre III qu'il portait le jour de son attentat. Le bâtiment n'a jamais été fermé, il est placé sous la protection de l'Etat.


Cathédrale Saint Nicolas des Marins

St Petersbourg - St Nicolas des Marins Façade.jpg
  • La cathédrale de style baroque russe est une commande de l'impératrice Elisabeth à l'architecte Savva Tchevakinski, élève de Rastrelli, entre 1752 et 1762. Elle porte le nom de St Nicolas, saint patron des marins qui fréquentaient le quartier. Une façade blanc et bleue, des balcons en fer forgé, des fenêtres cintrées, cinq dômes et un clocher à quatre niveaux qui s'élève, isolé, dans le jardin. La cathédrale est à deux niveaux, la partie inférieure, plutôt sombre, où se célèbrent les services quotidiens ainsi que les bâptèmes et les enterrements, et la partie supérieure, très lumineuse, pour les offices du samedi et du dimanche ainsi que les mariages. Elle est décorée de peintures à l'italienne, ainsi que d'icônes dont dix furent offertes par Catherine II en souvenir des victoires navales remportées par la flotte.



Cathédrale de Notre-Dame-Féodorovskaïa

Cathédrale et sa majolique
  • L'initiateur du projet est l'archimandrite Alexis Yakovlev, de la procure du monastère de Notre-Dame-Féodorovskaïa à Gorodets, qui a déjà fait construire en 1904 à Moscou une chapelle dédiée à cette sainte. Deux ans plus tard, il souhaite élargir l'influence et le territoire de la procure et voit son projet accepté par le métropolite de Saint-Pétersbourg, à l'occasion du tricentenaire de l'avènement des Romanov.
Maison du clergé
Un concours est organisé, avec une double consigne : rappeler les origines de la dynastie des Romanov et marier l'architecture russe traditionnelle aux techniques modernes. C'est l'architecte S. Kritchinsky qui est retenu, et la première pierre est posée « le 5 août 1911 »[2]. La consécration de l'église supérieure a lieu en janvier 1914 en présence du tsar Nicolas II.
  • La construction est perturbée et interrompue par la guerre. Puis lors de la révolution d'octobre 1917, la procure devient une paroisse indépendante, développant des activités caritatives qui vont être jugées contre-révolutionnaires. Entre 1932 et 1992, l'édifice est complétement transformé pour devenir une laiterie industrielle. En 1992 la bâtiment est rendu au diocèse de la ville qui entreprend un début de restauration, permettant en 2005 la reprise des célébrations. En 2007 s'engage une restauration totale, à commencer par les cinq coupoles. En 2011 sont reconstituées « les 11 cloches "au son Romanov" »[2].
  • Les points forts de la cathédrale :

- Les façades et les tours présentent des asymétries voulues. Les murs sont en calcaire blanc finement ciselé par endroits, et les toitures sont couvertes de tuiles vert émeraude.
- La façade d'apparat présente une très belle majolique[3] de 8 m de haut, détruite lors de la révolution et refaite à l'identique. Elle représente « Le saint Voile de la Vierge au-dessus de la Maison Royale »[4]. Et en partie basse, une mosaïque représentant le Christ-Saint-Sauveur.
- L'église inférieure dédiée à Alexandre Nevski présente trois absides aux murs et voûtes ornés de fresques[5]. L'abside centrale est précédée d'un chancel en pierre. « L'abside septentrionale abrite la crédence (proscomédie) »[4] et la méridionale fait office de sacristie.
- À ce niveau se trouvent aussi des fonts baptismaux pour adultes et de nombreuses icônes dont une copie de celle de Notre-Dame-Féodorovskaïa[6].
- L'église supérieure présente trois sanctuaires avec autels et une grande iconostase à cinq rangées[7], en tilleul doré, s'inspirant des iconostases des église de Yaroslavl. Au plafond est suspendu un grand lustre en bronze en forme de « couronne d'apparat »[4].


Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Tout savoir sur l'Histoire de la Russie, revue "Les grandes énigmes de l'Histoire", hors-série n° 2, Poitiers, DIVERTI Éditions, 2019, 162 pages, ISSN 2647-6932
  • Nathalia Popova, Saint-Pétersbourg et ses environs, Saint-Pétersbourg, Éditions d'art « P-2 », 2007, 160 pages, ISBN 978-5-93893-298-2
  • Archiprêtres A. Sorokine et A. Zimine, La cathédrale de Notre-Dame-Féodorovskaïa, Saint-Pétersbourg, 2013, imprimerie "NP-Print", 36 pages

Référence.png Notes et références

  1. Chapitre "La cathédrale Notre-Dame de Kazan", in Nathalia Popova, Saint-Pétersbourg et ses environs, Saint-Pétersbourg, Éditions d'art « P-2 », 2007, 160 pages, ISBN 978-5-93893-298-2
  2. 2,0 et 2,1 "La cathédrale de Notre-Dame-Féodorovskaïa : un siècle d'histoire", in Archiprêtres A. Sorokine et A. Zimine, La cathédrale de Notre-Dame-Féodorovskaïa, Saint-Pétersbourg, 2013, imprimerie "NP-Print", 36 pages
  3. Faïence ou céramique lustrée d'inspiration italienne ou hispano-mauresque, dont la technique trouve son origine en Perse musulmane.
  4. 4,0 4,1 et 4,2 "L'aspect extérieur et les intérieurs", in Archiprêtres A. Sorokine et A. Zimine, La cathédrale de Notre-Dame-Féodorovskaïa, Saint-Pétersbourg, 2013, imprimerie "NP-Print", 36 pages
  5. De la main de l'archimandrite Zénon
  6. Cette icône tire son nom de l'ancien martyre Théodor Stratilate
  7. Œuvre des iconographes de l'Atelier Saint-Jean-le-Théologien à Saint-Pétersbourg