Victorin GARAIX

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour à Taulignan Retour à Tucquegnieux


Victorin Garaix.jpg


Biographie

Victorin Mary Ernest Garaix surnommé Victor, né le 08/11/1890 à Taulignan, en Drôme provençale, est un aviateur français de la Première Guerre mondiale, dont la mort tragique est survenue le 23/08/1914 à Tucquegnieux en Meurthe et Moselle .

Taulignan village natal de Victor Garaix


Le moteur à explosions dont il a la connaissance parfaite, va l'amener à conduire une voiture Boilleau, à Dieppe le 06 juillet 1908, dans le Grand Prix des Voiturettes.

Son intérêt pour la mécanique automobile va se transformer en passion pour l'aviation, il sera employé tour à tour chez les Aéroplanes Bonnet-Labranche à Paris en 1908, comme mécanicien. Il aura des responsabilités en tant que chef-mécanicien, et plus tard dirigeant dans une entreprise à Saint-Dié, nommée les Ateliers Vosgiens de Constructions Aériennes durant deux années[1].

Victorin Garaix, matricule 5004, obtient plusieurs sursis militaires jusqu'en 1914[2].

A 21 ans, son monoplan à fuselage métallique voit le jour, puis il s'associe avec les Aéroplanes métalliques Charles Roux[3].


Après avoir habité avec ses parents, à Villeneuve-le-Roi en Seine et Oise, rue Caroline Thérèse, ses résidences successives seront le 26 octobre 1911, Neuilly-sur-Seine, boulevard Bineau, puis le 02 juin 1913, Chartres, rue de la tonnellerie[2].

Les 13, 14 et 15 octobre 1912, Garaix s'engage pour le Grand Prix International d'appareils hydroplanes, organisé par l'Aéro. Il présente un monoplan métallique à 2 places avec flotteurs en tôle d'acier, monté en catamaran avec moteur Anzani[4].

C'est au cours de l'année 1912 qu'il entre à l'école de pilotage d'Issy-les-Moulineaux, puis à la Vidamée[5].

Après avoir obtenu son brevet de pilote le 08 novembre 1912, jour de son anniversaire, sous le n°1133[6], il devient instructeur à l'école de pilotage l'Aéro-tourisme qui sera transférée plus tard à Chartres[7].

Début 1913, Paul Schmitt va lui proposer les postes de pilote d'essai, d'instructeur et le responsabilise de la mise au point des futurs appareils dans sa société les Aéroplanes Paul Schmitt. Il va passer son brevet de pilote militaire[8]

Chartres lieu des exploits de Victor Garaix

"Le grimpeur de Chartres", surnom alloué par quelques passionnés, va alors avec son biplan Paul Schmitt à incidence variable[9], de 160 CV muni de moteur Gnome, amasser une quarantaine de records du monde[10].

1914, l'année de ses records mondiaux sera aussi celle de sa disparition[2].

La cause de sa mort est discutée, officiellement, par explosion de son moteur en service, officieusement, abattu par une batterie allemande.

A titre posthume le 24 mars 1920, la Médaille militaire sera conférée à Victorin Garaix, matricule 2904, soldat du 2ème groupe d'aviation, pilote d'avion de grande valeur, parti en reconnaissance sur un avion armé à grande puissance, a trouvé la mort au cours de sa mission le 23 août 1914[11].

Records mondiaux

Ses principaux records sur biplan Schmitt, à incidence variable:


  • à Chartres, record de la hauteur avec 4 passagers à 2 250 m[12]
Garaix 3 fois recordman du Monde sur biplan Paul Schmitt 160 HP GNOME
  • à Chartres, le 31 janvier 1914, record de la hauteur avec 6 passagers à 1 700 m en 27 min[12]
  • à Chartres, le 05 février 1914, record de la hauteur avec 5 passagers à 2 250 m en 36 min[12]
  • à Chartres, le 25 février 1914, record de la hauteur amélioré avec 4 passagers à 3 150 m[13]
  • à Chartres, le 22 avril 1914, record de vitesse avec 6 passagers en circuit fermé de 10 km pour un parcours de 110 km en 63 min soit 107,126 km/heure pour un poids de 620 kg[14]

Le 23 avril Victor Garaix a déjà 27 records mondiaux à son actif[15].

  • à Chartres, le 27 avril au matin, il a battu tous les records de vitesse, durée et distance avec 6 passagers[15].
  • Il totalisera une quarantaine de records du monde[8].


Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Alain Kurc, Les Pionniers de l'aviation en Beauce, Sté dunoise d'archéologie, histoire, sciences et arts, 2010 (ISBN 978-2-9527171-4-4)
  • James Davilla et Arthur Soltan, French Aircraft of the First War, Flying Machines Press, 2002

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références