Testament

De GeneaWiki
Aller à : navigation, rechercher

< Retour à la page Actes notariés


Testament de Louise DESPORTES au profit de Claude DUMAS son mari - 1729


Dans la plupart des cas, le testament était dicté à un notaire, appelé expressément, juste après le curé. Le testament était très rarement rédigé par une personne bien portante, décidant d’agir par sagesse compte tenu de son grand âge.

Le notaire signale toujours si la personne est bien portante ou malade après avoir daté son écrit. Après s’être nommé, il nomme le testateur et pourra par exemple le dire “gisant dans son lit, malade” ou encore “assis sur une chaise basse devant l’âtre”.

Néanmoins, il prendra soin de préciser que l’homme ou la femme est “sain(e) d’esprit et de bonne mémoire et entendement ainsi qu’il nous a paru”. Suit ensuite généralement la recommandation de l’âme.


Ce n’est qu’après ce préambule que le moribond évoque éventuellement sa sépulture. Viennent ensuite les demandes de messes, octaves, neuvaines, trentains, messes perpétuelles. S’en suis la liste des dons aux églises, couvents, monastères ou ses messes seront dites.

Puis arrivent les dispositions profanes, avec les dispositions charitables vis à vis de la famille ou du personnel de maison, en tous les cas envers des gens en situation d’infériorité, par leur âge, leur appartenance sociale.

Restent, enfin les vrais legs, du moins ceux plus importants, legs au conjoint et aux enfants.

Le testament représente un vrai intérêt documentaire pour le généalogiste, mais permet bien souvent de combler également les lacunes de l’état civil.