Suisse - La Tour-de-Peilz

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

La Tour-de-Peilz
TourPeilz.png
Informations
Pays Drapeau de la Suisse    Suisse
Canton Vaud
Code postal 1814
Population 10523 hab. ()
Densité 3198.5 hab./km²
Nom des habitants Boélands
Superficie 329 ha
Point culminant
Altitude 382 m
Coordonnées (long/lat) 6° 52′ 00″ E / 46° 27′ 00″ N
Localisation

HHistoire.pngistoire de la commune

Moins peuplée que Vevey, La Tour-de-Peilz (10 000 habitants) a une vocation plutôt résidentielle. Si le centre citadin a gardé plusieurs noms hérités de son passé médiéval (rue des Remparts, Bourg-Dessous), et si, de chaque côté de la Grand-Rue, les maisons se serrent en ordre contigu comme au temps où les remparts les enserraient (il en reste un fragment à côté de l'église Saint-Théodule), on voit surtout, dès qu'on quitte le centre de la cité, des villas à l'aise dans leurs jardins opulents, voire des maisons de maître comme La Faraz, La Doges, les châteaux de Sully, de Burier et de la Poneyre.

Mais on trouve aussi des habitations très modernes, voire écologiques, comme celle qui, au haut et à gauche du chemin des Bulesses, demande au soleil l'essentiel de son chauffage et récolte l'eau de pluie pour l'usage courant. Quant à la Villa Augusta, construite en 1851 pour la princesse de Liegnitz, épouse morganatique du roi de Prusse Frédéric-Guillaume III (décédé en 1840), elle devint un hôtel sous le nom de Résidence Rive-Reine, puis, rénovée et agrandie par Nestlé, un centre international de formation.

Près du port, le château domine une promenade au cachet romantique. Il fait bon s'y asseoir en sortant du Musée du Jeu et méditer face aux Alpes de Savoie et à la lumière du lac. L'histoire de la forteresse, propriété communale depuis 1979, ne fut pas toujours idyllique et les Guerres de Bourgogne eurent dans la région des répercussions tragiques.

La Tour-de-Peilz fut bien plus tard une terre d'asile pour Gustave Courbet(1819-1877), peintre né à Ornans (Doubs/France), impliqué dans un procès ouvert en 1873 contre les sympathisants de la Commune de Paris, pour avoir lancé la proposition de déboulonner la colonne de Vendôme. Courbet meurt à La Tour-de-Peilz le 31 décembre 1877. Sculpteur à ses heures, l'artiste a laissé près de l'église un buste en bronze dédié à la liberté. Un collège et une rue portent son nom.

Depuis 1943, le Conseil communal siège à la Maison Hugonin, demeure patricienne édifiée vers 1600 par une famille qui fournit à la ville, entre 1445 et 1873, une douzaine de syndics. Dans une salle du rez-de-chaussée, l'Abbaye des Mousquetaires, société de tir fondée en 1574, a déposé ses anciens drapeaux. En dehors du territoire communal, La Tour-de-Peilz possède, au-dessus de Blonay, les pâturages de Bonavau, Fontanna-David et Montbrion et, près de l'embouchure du Rhône, le domaine du Fort.

Vieilles familles originaires de la commune

Ansermet, Bény, Calame, Chastellain, Courlet, Curchod, Desclouds, Despland, Doge, Dragaz, Gétaz, Grangier, Michaud, Michel, Ormond, Richon, Rochat, Trottet, Vodoz

Lieux-dits de la commune

Burier, La Tour-de-Peilz

Recherches généalogiques.png À savoir pour vos recherches généalogiques

Archives consultables

Adresse de l'administration communale

Logo internet.png Liens utiles (externes)

http://www.la-tour-de-peilz.ch/