Modifications

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Forgeron

3 179 octets ajoutés, 10 avril 2006 à 23:52
m
restitution de la dernière modification de Galichonj
les forgeron suce il aime sucer les cochon comme marie-pier huard blaisron ron dit marie-pier je suis contente et jai un pénis== Forgerons germaniques ==
Que ce soit en Allemagne, aux Pays-Bas, en Flandre, en Angleterre et dans un certain nombre de pays scandinaves, on a utilisé une même racine germanique (au sens linguistique du terme, et donc en englobant les anglo-saxons) pour désigner le forgeron : c'est elle qui est à l'origine de l'anglais Smith, de l'allemand Schmidt, du néerlandais Smit et du flamand Smet, ou encore des formes danoise et norvégienne Smidth, Smed.
 
En Grande-Bretagne, plus de 180.000 abonnés au téléphone s'appellent Smith, le nom de famille étant de loin le plus répandu dans le pays (devant Jones, Williams, Taylor et Brown). Même situation aux Etats-Unis, où les Smith devancent les Johnson, Williams, Jones et Brown. On notera aussi les variantes Smyth, Smither, et les dérivés marquant la filiation (Smithson, Smythson). Les forgerons se sont également différenciés selon le minerai qu'ils travaillaient et le produit qu'ils fabriquaient : le Blacksmith travaille le fer et confectionne des objets domestiques, tandis que le Shoesmith ferre les chevaux (comme sans doute le Marshall, équivalent du français Maréchal) , les Brownsmith travaillent le cuivre, tout comme les Coppersmith, alors que les Greensmith semblent plutôt spécialisés dans le plomb et les Whitesmith dans l'étain.
 
En Allemagne, le nom actuel désignant le forgeron est Schmied. Mais, comme noms de famille, les formes les plus répandues sont Schmidt, Schmid, Schmitt, Schmedt, ou encore la forme génitive Schmitz. Là encore, les spécialisations sont nombreuses, par adjonction des mots Kupfer (cuivre), Eisen (fer), Stahl (acier), Kessel (chaudron), Messer (couteau), Nagel (clou). Bien entendu, les Goldschmidt sont des orfèvres, et les Silberschmidt travaillent l'argent.
 
Même fréquence du nom aux Pays-Bas et en Belgique (le forgeron se dit smid en néerlandais), la différence venant de la présence de l'article défini DE : d'où la présence de nombreux De Smidt, De Smit, De Smet, De Smedt. En Belgique, De Smet arrive en dixième position dans la liste des noms les plus portés, où figurent aussi Smets (19), Desmet (24), De Smedt (46) et Smet (50).
 
 
== Forgerons celtes ==
 
 
Retour dans les îles britanniques, où les Smith ne sont pas les seuls forgerons recensés. Si l'on va en Irlande et en Ecosse, on rencontrera de nombreux McGowen ou McGowan : si quelques-uns d'entre eux peuvent être rattachés au nom de personne Owen, la plupart sont des descendants de forgerons. Le nom est formé sur une racine gaélique, gobha, que l'on retrouve dans le nom de famille Gough (qui peut aussi désigner un rouquin) et dans ses variantes Gow et Angove.
 
C'est la même racine qui est à l'origine du breton Le Goff (gov = forgeron), de ses variantes Le Gof, Le Goffe et Le Gô, et des diminutifs Le Goffic, Le Goïc, Le Gouic, Le Govic, Le Govec. Le petit forgeron s'appelle Gobian ou Gobiant (bihan = petit) et celui qui a les cheveux ou le teint noirs sera nommé Godu (du = noir).
 
Il est à noter que les langues celtiques sont cousines du latin et que la racine celtique qui désigne le forgeron signifie "frappeur" et s'apparente au latin cudere = battre (le métal) que nous retrouvons dans le français "discuter, percuter" où apparaît simplement une lègère alternance d/t.
== Forgerons slaves ==

Menu de navigation