Modifications

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille Prudhomme de la Boussinière

Aucun changement de taille, 26 septembre 2019 à 10:55
Personnalités
* '''Jacques-Guillaume-René-François Prudhomme de La Boussinière''' (né '''Prudhomme''')<ref>[http://www.archinoe.fr/cg72v4/registre_chargeimg.php?PHPSID=4fbee771f9ff71e45cb8885319bfcf0c# Archives départementales de la Sarthe, Registres paroissiaux de Saint-Christophe-en-Champagne : Acte de baptême, cote du document 1MI 1154 R2, BMS 1700-1750 (suite), vue 4 sur 155, page de droite.].</ref> (1728-1812), issu de la bourgeoisie du Mans<ref>[https://books.google.fr/books?hl=fr&id=lXIyAAAAIAAJ&dq=PRUDHOMME+DE+LA+BOUSSINIERE+%28Jacques%29%2C+vers+1728-1812.+Issu+de+la+bourgeoisie+mancelle&focus=searchwithinvolume&q=%22PRUDHOMME+DE+LA+BOUSSINIERE+%28Jacques%29%2C+vers+1728-1812.+Issu+de+la+bourgeoisie+mancelle%22 François Ménard de La Groye, ''Correspondance: 1789-1791'', Conseil Général de la Sarthe, 1989, page 424.]</ref>, curé de la paroisse du Crucifix au Mans puis nommé évêque constitutionnel de la Sarthe de mars 1791 à avril 1794<ref name="Maine 258" /> <ref name="Société d'agriculture" />. Paul Piolin dans ''L'église du Mans durant la Révolution '' lui consacre un passage et écrit notamment à son sujet : « Dans cette position [curé du Crucifix], il mérita l'estime générale par une conduite intègre et une application constance à son ministère. Il se prononça ouvertement contre les jansénistes. (...) Dès le commencement de 1789, il paraît tout épris des faux principes de la Révolution, il applaudit à la conduite du tiers état, à l'abolition des titres de noblesse, « que l'on prenait, dit-il, comme pour humilier ceux qui ne pouvaient pas en prendre de semblables. » Lui, qui représente d'abord François de Jouffroy-Gonssans comme le prélat le plus régulier et le plus respectable de France, se conduisit avec irrévérence à son égard dans l'assemblée pour l'élection des députés et la rédaction des cahiers »<ref>[https://books.google.fr/books?id=X1dMwme-R2oC&pg=PA132&dq=%22Il+parait+tout+%C3%A9pris+des+faux+principes+de+la+R%C3%A9volution%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj0wpi0y93kAhV_DGMBHd1TBrsQ6AEIKzAA#v=onepage&q=%22Il%20parait%20tout%20%C3%A9pris%20des%20faux%20principes%20de%20la%20R%C3%A9volution%22&f=false Paul Piolin''L'église du Mans durant la Révolution'', Leguicheux-Gallienne, 1868, page 132.]</ref>
:L’ouvrage « Histoire des évêques du Mans » lui consacre également un chapitre et écrit notamment à son sujet : « Mgr de La Boussinière, foncièrement opposé aux excès révolutionnaires, va s’efforcer de mener sa mission de pasteur avec le même zèle qu’auparavant. (...) Par ailleurs, il convient de rappeler la profonde sincérité de Mgr dans son instruction pastorale et dogmatique présentée, la même année où, après avoir cité Saint-Augustin et s’être justifié de sa conduite, il évoque clairement (...) son ambition d’apprendre à bien tenir « sa rame » dans l’exercice de son pouvoir. (...) Le sauvetage d’objets liturgiques mené discrètement (...) est aussi une preuve que Mgr fit acte, tout au long de sa vie, de fidélité et de respect envers l'église gallicane et envers Rome. Tout comme, lorsqu’il conteste ouvertement la loi sur le divorce, après s’être déjà prononcé contre le mariage des prêtres et toute forme d’irrespect de la religion. »<ref name=":2" />
:Le 2 août 1785, lors de la bénédiction des deux cloches de la paroisse de Saint-Christophe-en-Champagne, la grosse, qui pèse 638 kg est nommée « Renée-Françoise-Christophe » par messire René Prudhomme, écuyer et conseiller du roi, et la petite, d'un poids de 446 kg, est nommée « Jacquine-Marie-Christophe » par messire Jacques Prudhomme, curé du crucifix et député du clergé.<ref>RENQULT Pierre Renqult : ''Notice géographique et historique sur la commune de Saint-Christophe-en-Champagne'', Leguicheux et Cie, 1885, p.41</ref>
* '''Dom Pierre Jacques Prudhomme de La Boussinière''' (1723-1798), religieux à Saint-Vincent du Mans en 1750, en 1771 il devient prieur de Noyers en Touraine puis à Saint-Calais en 1774 et à Vendôme en 1781. Il préside aux destinées de l'église de la Couture de 1783 à 1788. Sous-prieur ensuite, il est incarcéré à Angers en 1792, déporté en Espagne et débarqué à La Corogne le 9 octobre 1792, Il acheva sa vie en exil à Saint-Jacques de Compostelle le 28 septembre 1798. Il s’était totalement désolidarisé de son frère, l’évêque constitutionnel de la Sarthe<ref>[https://books.google.fr/books?id=EIAbyDMVv4IC&q=%22Dom+Pierre+Jacques+Prudhomme+de+la+Boussini%C3%A8re%22&dq=%22Dom+Pierre+Jacques+Prudhomme+de+la+Boussini%C3%A8re%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiosv_Yzd3kAhWpRBUIHS5WAagQ6AEIMjAB ''La Province du Maine'', Société Historique de la Province du Maine, 1981.]</ref>
* '''René-Jean-François Prudhomme de La Boussinière''' ( †1800), conseiller-secrétaire du roi près le parlement de Grenoble de 1782 à 1790 et à ce titre qualifié écuyer en 1789<ref name=":1" />. Il fut président de l'élection du Mans et subdélégué de l'intendant de Touraine<ref name="Société d'agriculture" />
18 440
modifications

Menu de navigation