Modifications

Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Bréhal

2 307 octets ajoutés, 10 août 2006 à 01:12
1901 à 1975 : une relative stagnation
===1901 à 1975 : une relative stagnation===
8869 habitants en 1911, 7889 en 1921, 7886 en 1975, nous aurions pu prendre comme début de période 1921. Faute de moyens pour mesurer les effets de la "saignée" chez les hommes disparus pendant la guerre 14-18, l'épidémie de grippe espagnole de 1919, nous avons préféré faire ce choix. Pendant toute cette période, du fait de la mécanisation continue de l'agriculture, l'exode rural a continué. Le maintien de la population s'est effectué grâce à l'allongement de la durée de la vie et au baby-boom. Dans les années 1960 et 1970, la population jeune a quitté le canton au profit des villes et surtout de l'Ile de France annonçant ainsi une désertification. Cependant, dès cette période, a commencé à s'installer une population travaillant hors de la commune maintenant ainsi le niveau de population. ===1975 à 1999 : une démographie dynamique=== Nous avons déjà noté que cette évolution était liée à l'arrivée d'une nouvelle population. Il faut noter comme conséquence de cette évolution le viellissement de la population. Certes, il s'agit d'un phénomène général lié à l'amélioration de l'espérance de vie mais dans le cas du canton ceci est accentué du fait de l'ampleur des migrations.  Dans la plupart des communes les agriculteurs qui étaient plus que majoritaires jusque dans la première moitié du XXème siècle, sont désormais minoritaires voire inexistants. Dans la France d'aujourd'hui, les agriculteurs ne représentent plus que 3,9% de la population totale. A une population essentiellement agricole s’est donc substituée une population ne travaillant pas dans la commune d’habitat. Auparavant, les ruraux étaient avant tout des paysans attachés à leurs terres et à leurs villages et actuellement ce sont surtout des migrants [alternants] habitant la campagne et travaillant en ville. De ce point de vue nous pouvons parler comme le fait l'INSEE de "rurbains". Nous pouvons dire qu'aujourd'hui, il y a cohabitation entre deux sociétés rurales: une première restée traditionnelle, largement représentée par le troisième et quatrième âge et une seconde, moins âgée dont les modes de vie s’apparentent de plus en plus à ceux des urbains. Cette cohabitation n’exclue pas les divergences de points de vue, notamment dans les choix de gestion de la commune. On peut imaginer que dans quelques années le "rurbain" aura totalement pris la place du "rural traditionnel".  sources : Histoire de la France rurale (tome 3) ; publications de l'INSEE sur le recensement 1999
27 587
modifications

Menu de navigation