Régiment suisse de Meuron

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles-Daniel de Meuron est encouragé en 1781 par la France de lever un régiment d’infanterie le Régiment Suisse de Meuron est constitué avec son propre conseille de guère sa propre administration judiciaire. Et de 1120 homes de plus 5 pieds, armé et protestants. Charles-Daniel de Meuron est commandant et propriétaire du régiment suisse qui porte son nom.

Le drapeau d’ordonnance

Son Drapeau : est au couleur avec des flammes jaunes, vertes et noires dan les quatre quartiers séparé par une grande croix traversante jaune portant la devise du régiment : Fidelitas et Honor, Tera et Mare

  • Traduction : Fidélité et Honneur sur Terre et sur mer

Le régiment suisse de Meuron portais l’uniforme bleu à retroussis jaune avec, comme coiffure, un casque de cuir à crinière flottante, avec plumet et plaque de laiton aux armes neuchâteloises.

Le Roi de France Louis XVI donne son autorisation au secrétaire d'État aux Affaires étrangères, à la Guerre et à la Marine le duc de Choiseul de faire une négociation avec Charles-Daniel de Meuron; Le 28 mai 1781 qu'un accord est signé entre le représentant de la Compagnie hollandaise des Indes orientales (VOC), au 14 rue Richelieu Paris en France.

Le recrutement se fait avec l’accord des autorités Suisse dans les villes Genève Mulhouse Neuchâtel et Saint-Gall et la langue officielle est le français.

Et en mars 1782 lorsque le recrutement et la première formation terminé il fait rassemblé sur lîle d’Oléron près de la Rochelle en France.

Histoire Régiment suisse de Meuron

Et les navires de transport son en retard; finalement les navires du roi Louis XVI arrive le Fier et le Hermionone et en septembre 1782 le Régiment Suisse de Meuron s’embarque, la traverser très longue et la négligence de l’hygiène une épidémie de scorbut et le manque de nourriture par la négligence du comandant. Le régiment suisse de Meuron les met pieds au sol du Cap de Bonne-Espérance où il tient garnison le 7 février 1783 après une dure traversée marquée par une épidémie de scorbut. Le régiment ne reste que quelques jours en Afrique du Sud avant de repartir pour l'île de Ceylan où il participe à la dernière des batailles pour Gondelour2.


25 octobre 1787, il laisse le commandement du régiment à son frère Pierre-Frédéric et retourne en Europe pour régler des problèmes financiers ;et retourne en Europe pour régler des problèmes financiers, en particulier avec la Chambre de Zélande qui prend son temps pour le payer, malgré les recommandations prussiennes. Incapable de se faire rembourser les arriérés dûs, il cherche alors à se rapprocher de la Grande-Bretagne, en guerre avec la France3.


Il partage alors son temps entre la Hollande, Berlin, Paris, Neuchâtel et Saint-Sulpice où il créé un cabinet d'histoire naturelle qu'il donne à la ville de Neuchâtel en 1795[4] et qui sera par la suite intégré dans le musée d'ethnographie de Neuchâtel. Suite à la révolution française à la conquête militaire des Provinces-Unies et à la faillite de la Compagnie des Indes, Meuron fait passer son régiment au service du Royaume-Unis où il prend le nom de Régiment de Meuron de Sa Majesté [5] et est envoyé sur l'île de Ceylan. Le comte de Meuron doit alors se rendre en Inde pour avaliser le transfert de ses troupes : il ne revient qu'en 1797 avec le grade de major général et séjourne alors près de deux ans à Londres.

En 1800, il est décoré à Berlin de l'ordre de l'aigle rouge par Frédéric-Guillaume IV, le roi de Prusse et est fait lieutenant général par les Anglais. Il se retire à Neuchâtel où il fait l'acquisition, en 1801, de la demeure et du parc de la Grande Rochette qu'il transforme [6]. Il meurt des suites d'une opération le 4 avril 1806.

Le régiment de Meuron au service des Britanniques

En 1795, suite à l'invasion des Provinces-Unies et à la faillite de la Compagnie hollandaise, de Meuron met son régiment, qui prend alors le nom de « His Majesties Regiment de Meuron » au service de la Grande-Bretagne. La quasi totalité des 860 hommes du régiment acceptent le protocole de transfert qui inclut le payement des arriérés de solde ainsi que le versement d'une prime de 4 000 livres à son commandant qui est promu, tout comme son frère, au rang de général de l'armée anglaise. En 1798, le régiment entre officiellement au service de l'armée, sous la forme de deux bataillons de cinq compagnies d'infanterie chacun[2].

Sous le commandement d'Arthur Wellesley, le régiment de Meuron est transféré en Inde et participe à la campagne du Mysore en 1799. Il reste stationné en Inde jusqu'en 1806, année de la mort de son fondateur qui était retourné à Neuchâtel quelques années plus tôt, avant de retourner en Angleterre via l'île de Malte où il est stationné pendant quelques mois.

  • Campagnes de la Méditerranée et de la Péninsule

Le régiment de Meuron fut déplacé en 1806 à la garnison de Malte en Méditerranée. Le départ des hommes en fin de service et les nombreux invalides avaient sérieusement diminué sa force. Le régiment de Meuron fut de ce fait assigné principalement aux tâches de garnison en Méditerranée. Malte servait alors de quartier général pour les troupes britanniques.

Le régiment combattit en Espagne durant la guerre de la Péninsule, identifiée comme la guerre de l’Indépendance par les Espagnols. De nouveau sous le commandement de Sir Arthur Wellesley maintenant sous le noble titre de Duc de Wellington, et commandant les forces britanniques en Méditerranée. Wellesley fut dans l’histoire un des rares généraux sans aucune défaite.

Wellesley dirigea les soldats de Meuron dans les batailles où il les jugeait plus efficaces. On les retrouvera ainsi en Espagne, en Sicile et dans d’autres régions d’Italie.

Dès 1809, toujours en Méditerranée, ils joignirent deux autres unités suisses : les régiments de Roll et de Watteville. Basé à Gibraltar et par la suite à Malte,le régiment se renforcit de 500 recrues. Le régiment se composait en grande partie de soldats déserteurs suisses, allemands et quelques italiens ultérieurement conscrits dans l’armée de Napoléon rejoignant maintenant les rangs Britanniques.

En 1813, durant leur escale à Malte, de nombreuses recrues* qui fuyaient Napoléon vinrent s’ajouter aux rangs de l’armée britannique. Le régiment de Meuron comptait plus de 2000 soldats : environ 800 suisses, 500 allemands, 300 hollandais et 200 alsaciens. On y trouvait aussi quelques italiens, polonais, autrichiens, espagnols et autres nationalités européennes. La majorité de ceux-ci joignirent le régiment de Meuron pour combattre Napoléon évitant ainsi d’être conscrits dans son armée et de combattre pour l’empereur français.


  • « Des documents récemment découverts indiquent que presque toutes les nouvelles recrues demeurèrent en Europe, probablement dans la Légion allemande du Roi. Les noms des hommes qui vinrent au Canada indiquent qu’ils étaient presque tous suisses, et quelques-uns allemands. »

Au service du Bas-Canada

Le 5 mai 1813, le Régiment suisse de Meuron fort de 1100 hommes s’embarque depuis l’ile de Malte sur trois vaisseaux pour le Canada abord des vaisseaux de Sa Majesté, le Melpemone, le Regulus et le Dover, avec un major, 6 capitaines, 20 lieutenants et enseignes, 54 sergents, 22 tambours et 1 001 hommes de troupe.

Composé alors de « 931 soldats, 51 caporaux, 53 sergents, 21 tambours et fifres, un sergent major, un sergent quartier-maître, un sergent paie-maître, un sergent d'armes, un tambour major, un sergent instructeur et 43 officiers »[4], il part pour le Canada.

Il est aussi intéressant de noter qu’il y avait officiellement 28 femmes (épouses) et 28 enfants enregistrés sur le rôle du régiment.

Le régiment arrive à Halifax le 16 juillet 1813 pour renforcer l’armée britannique qui défend ses possessions du Bas-Canada lors de la guerre de 1812. Pendant une année, le régiment est stationné à Montréal et Chambly et est en charge de la défense de la vallée du Richelieu entre le lac Champlain et l'embouchure avec le fleuve Saint-Laurent [5].

À l'été 1814, George Prévost, commandant en chef des armées britanniques, décide de passer à l’offensive et avance avec une armée de 11 000 dans la direction de Plattsburgh, dans l'État de New York. Le régiment de Meuron, alors commandé par le lieutenant-colonel François-Henri de Meuron-Bayard, participe à la Bataille du lac Champlain du 6 septembre 1814. Après la défaite anglaise, le régiment couvre la retraite de l’armée [6].

Le régiment est licencié le 11 mars 1816, après avoir passé 15 ans au service de la Hollande et 20 à celui de l'Angleterre. Le même jour, les soldats embarquent à destination de l'Angleterre, à l'exception de 343 soldats et 10 officiers qui décident de rester au Canada. En remerciement des services rendus, ils recevront des terres qu'ils devront défricher et entretenir pendant trois ans avant de pouvoir les donner ou les revendre [7].

À ce jour, le régiment Meuron est le seul régiment suisse à avoir servi sur quatre continents.

Références et sources

  • Maurice Vallée, Le Régiment suisse de Meuron au Bas-Canada, Société d'histoire de Drummondville, Drummondville, 2005 (ISBN 2-922789-00-4)
  • Guy de Meuron, Le Régiment Meuron, 1781-1816, Éditions d'En Bas, Lausanne, 1982




Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)