Pourquoi faire sa généalogie ?

De GeneaWiki
Aller à : navigation, rechercher
Arbre illustration.jpg
Autrefois réservée aux familles nobles et pratiquée par une élite - on peut à cet égard citer les célèbres généalogistes Saint Simon, La famille d'Hozier, Claude-François Menestrier - la généalogie s'est particulièrement démocratisée depuis une trentaine d'années.


Quelques bonnes raisons de faire sa généalogie

  • Redonner vie à des personnes que l'Histoire n'a pas retenues...
  • Mettre à l'honneur des hommes qui sont morts pour la Nation...
  • Découvrir des modes de vie très différents des nôtres...
  • Se replonger dans l'Histoire de France ou d'ailleurs...
  • Apprendre à connaître les régions de France ou d'ailleurs...
  • Rencontrer des cousins aux Archives ou sur Internet...
  • Faire partager ses découvertes...
  • S'amuser à tordre le cou à certaines légendes familiales...
  • Comprendre que le racisme est dénué de tout fondement (beaucoup d'entre nous ne sont pas totalement français)...
  • Créer ou entretenir le lien social en partageant avec d'autres familles des histoires communes
  • Partager ses recherches avec les différentes générations de sa famille...
  • Avoir une activité à partager en famille : recherches entre époux, enfants-parents ou petits enfants-grands-parents...
  • Apaiser des discordes, parfois séculaires, en retenant la vérité historique des faits
  • Savoir d'où l'on vient pour savoir où l'on va
  • Renouer des liens avec les anciens
  • Un cadeau de Noël ou d'anniversaire unique (compter quelques années de recherches)...
  • Retrouver un ancien prénom de famille pour la prochaine génération porteuse du nom...
  • Faire de la Psycho Généalogie.
  • Mieux connaître d'éventuelles pathologies familiales

Jusqu'où peut-on espérer remonter ?

En fait, tout dépend :

  • Des archives : Leur ancienneté varie d'une région à l'autre, d'une commune à l'autre. Rats, vers, eau et feu sont autant de risques de destruction pour les dernières traces de nos ancêtres.
    Généralement, en se limitant aux seuls registres paroissiaux, on ne peut guère remonter au-delà du XVIIème siècle ; toutefois, en travaillant sur d'autres catégories d'archives (notariat, tutelles, registres de bourgeoisie), on peut quelquefois atteindre le XIVème siècle, mais le plus souvent en milieu urbain.
  • Du milieu social et culturel de vos ancêtres : Alors qu'il est quasiment impossible d'établir la généalogie d'un enfant abandonné, vous pouvez espérer remonter jusqu'au Moyen Âge si vous avez des ancêtres nobles.
    Vous aurez d'ailleurs probablement l'occasion de constater que dans une généalogie, toutes les catégories sociales seront représentées. La Bruyère ne disait-il pas que « chaque Français descend d'un roi et d'un pendu » ?
  • De votre chance : Il se peut que les archives de la commune de vos ancêtres remontent fort loin mais qu'il manque de nombreuses années pour les registres les plus anciens. Auquel cas, si l'information que vous recherchez se trouve dans les registres survivants, vous irez plus loin que ceux recherchant dans ces années vides.

Combien de temps faut-il ?

Tout dépend du temps que vous avez, mais surtout de vos ancêtres!
Si vos ancêtres sont tous issus de la même zone géographique, vous avancerez plus vite qu'une personne effectuant des recherches dans 18 départements ou dans plusieurs pays. De plus les générations les plus proches de nous sont le plus souvent les plus faciles (et rapides) à retrouver. Plus l'on remonte dans le temps moins les registres sont précis et plus le travail de détective se fait sentir.

Il est aussi plus difficile de suivre des ancêtres qui migrent, comme les scieurs de long, que des familles établies dans le même village depuis plusieurs générations.

Pourtant, il peut arriver également de rencontrer de réelles difficultés lorsque les ancêtres ont principalement vécu sur la même zone géographique : il suffit de prendre pour exemple le cas de deux familles portant le même nom et prénom avec des enfants nés à quelques semaines près, avec les mêmes prénoms (premier, deuxième et/ou troisième prénom...) que l'on inscrit à l'état civil le même jour, simplement parce que l'on vit en pleine campagne et que les travaux des champs ne permettent pas aux parents de s'absenter.

Dans certaines régions les mariages consanguins et remariages entre deux mêmes familles étaient fréquents. Les prénoms en usage étaient ceux déjà donnés aux parents qui eux-mêmes les transmettaient à leurs enfants. Quant aux registres de l'état civil, ils n'étaient pas toujours tenus par un homme suffisamment lettré, et on assiste à des déclarations aléatoires. Il arrive également que la transcription des dates du calendrier révolutionnaire en dates du calendrier grégorien soient fantaisistes. Les orthographes varient, l'usage des prénoms pour une même personnes change selon la période de leurs vie. Un Pierre au mariage peut devenir un Jean au décès et être Pierre Jean au baptême.

Cela dépend aussi du type de généalogie que vous souhaitez réaliser. La branche paternelle porteuse de votre nom de famille sera plus rapide que de faire les quatres branches de vos grands-parents. Si l'on ajoute la recherche des frères et sœurs de chacun de vos ancêtres cela peut prendre beaucoup de temps.

Il ne s'agit pas d'une course ! Votre généalogie personnelle peut ne remonter qu'au début du XIXe siècle mais avoir beaucoup plus de valeur que la généalogie d'une famille remontant jusqu'à Charlemagne. En effet, s'il vous a fallu retrouver vos ancêtres à travers les migrations (nationales et internationales), les archives de Paris détruites pendant la Commune ou tout autre ralentissement, cela vous a sûrement pris plusieurs années de longues journées aux Archives. Mais retrouver cet ancêtre que l'on a cru disparu à jamais est le meilleur moment de vos recherches. Le temps passé en vaut la chandelle car ce sera une victoire personnelle et familiale et un moyen pour vous de redécouvrir l'Histoire (nationale et régionale), les coutumes, etc. de vos ancêtres.

En réalité, construire sa généalogie peut durer une vie entière : le sujet est vaste et toujours passionnant, les archives à découvrir nombreuses, le temps imparti réduit. C'est cela qui est passionnant!

Voici un exemple pratique: Vous pouvez aussi décider de ne faire la généalogie que de votre nom de famille. Après quelques années de recherches, vous trouvez que vous voulez avoir une vue d'ensemble de votre famille et vos recherches vont dans les branches des épouses. Un projet de quelques années devient un projet de plusieures décennies. Mais votre vision d'ensemble peut ensuite apparaître incomplète sans ces nombreux frères, sœurs et cousins de vos ancêtres. Cela vous prendra toute une vie. La morale de cette histoire: Faites autant que vous voulez au départ, mais il est toujours possible d'en faire plus par la suite, si vous le voulez.

Combien ça coûte ?

Les dépenses que vous occasionnera votre généalogie ne dépendront que de vous, de votre temps et de votre accès à l'information. Votre budget annuel pourra varier de quelques euros à plusieurs centaines d'euros.

Pour vous rendre aux Archives départementales, il ne vous faudra que du papier, un crayon et une carte d'accès aux Archives : Ce sera d'un moindre coût, car cette carte d'accès est gratuite.

S'il vous faut voyager, ce sera plus onéreux . Cependant, il existe de multiples moyens pour effectuer des recherches à distance, et dans ce cas, les frais seront alors très variables: De simples timbres-poste pour des échanges entre chercheurs bénévoles, aux droits d'accès à des banques de données spécialisées sur Minitel ou Internet. Une bonne préparation de vos recherches permettra de toute façon de gagner du temps une fois sur place.

Si vous achetez un logiciel, des livres, ou des CD-ROMs, le coût de vos recherches s'en trouvera grevé. Mais, au fait, n'est-ce pas une idée de cadeau à se faire offrir ?

Le plus souvent, les recherches nécessaires pour établir une généalogie un tant soit peu approfondie demandent bien plus de patience que de moyens financiers !

Voir aussi.png Voir aussi (sur GeneaWiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)