Pierre BOSSAN

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Plaque à la Basilique de Fourvière apposée en 1914[1]

Pierre BOSSAN est un architecte français né à Lyon en 1814 et décédé à La Ciotat dans les Bouches-du-Rhône en 1888.

Sa vie

Photo - Photo J-P GALICHON
Portrait de Pierre Bossan sculpté en 1883 par Paul-Emile Millefaut

Il est né le 23 juillet 1814 à Lyon dans une famille modeste dont le père Étienne était «appareilleur». Il est l’aîné d'une famille de sept enfants. Il effectue des études, entre en 1834 à l'école des Beaux-Arts de Lyon et obtient en 1835 le premier prix d'architecture pour des plans de Bains publics. Il est inscrit à l'atelier CHENAVARD.
Ensuite il part pour Paris ou il rejoint l'atelier LABROUSTE.
En 1839 à la mort de son père il doit assurer ses devoirs de chef famille comme fils aîné (il a quatre sœurs et un frère) et rentre donc à Lyon plein d'ambition.
1839 : dessin de la tribune d'orgue ; du buffet d'orgue ; de l'autel et retable de la Vierge dite du Magnificat de la collégiale Notre-Dame d’Espérance de Montbrison.
En 1842 il est choisi comme architecte diocésain par le nouvel archevêque de Lyon, le cardinal Louis-Jacques-Maurice de BONALD. BOSSAN toujours absent aux présentations de projets est sous les remarques du « ministre des cultes » dès 1847, ainsi le 12 mars 1849 l'administration le dessaisit de sa charge et nomme Tony DESJARDIN à sa place comme architecte diocésain. Durant cette période où il fut «Architecte de Saint-Jean» il a entre autres conçu en 1842 l'église de La Demi-Lune, la réalisation étant traitée par Louis BRESSON puis Tony DESJARDIN, et l'église Saint-Georges à Lyon dans le style Gothique en 1844 avec Louis BRESSON pour la construction.
Ayant des besoins d'argent, il accepte de construire l'Usine à Gaz d'Alès qui entraîne la fuite de BOSSAN et de son frère en Sicile car il était poursuivi par ses créanciers. Son frère Anthelme-Joseph, ingénieur, décédera de la peste en Sicile durant cet exil. Pendant cet épisode en Italie il découvre l'art byzantin.
Retour à Lyon en 1847.
Vers 1850 il rencontre Jean-Marie VIANNEY le curé d'Ars. Ce voyage a été organisé car ses deux plus jeunes sœurs (Thérèse et Marie Aimée) ont exprimé le souhait de devenir religieuses. Ainsi de «libre penseur» il devient un converti. « Ars en me donnant la foi, m’a donné la liberté ».
Également vers 1850 il aurait eu une fille qu'il n'a jamais reconnue, mais qu'il a aidé à élever.
En 1855 il est fait commandeur de l'ordre de Saint Grégoire le Grand (Vatican).
Il trace les plans de l'église de l'Immaculée-Conception d'Ars-sur-Formans vers 1856. La construction étant l’œuvre de Wilhelm LÉO puis de Charles-Marie FRANCHET et débutant après le décès du « Curé d'Ars » en 1862.
1850 : décès de la mère de BOSSAN. Cette même année il obtient le grand prix de Rome d'architecture. Les commandes s’enchaînent et son style devient de plus en plus personnel.
Le 7 juillet 1859, il entre comme membre à la société académique d'architecture de Lyon. Il en deviendra membre honoraire en 1885.
Fragilisé par des procès et voulant fuir le ménage de sa fille présumée, en 1861 il quitte Lyon pour se fixer à Valence, où assisté du chanoine DIDELOT il participa à la création d'une école d'Art sacré (ouverte le 19 mars 1863), puis enfin à La Ciotat en 1871 où il dirigera une marbrerie. À cette école d'art sacré il formera le peintre verrier Lucien BÉGULE et le sculpteur MILLEFAUT
En 1871 la décision de construire La basilique de Fourvière est prise en reconnaissance de la ville de Lyon pour la préservation de celle ci durant l'invasion prussienne. BOSSAN a obtenu la commande de la basilique grâce à son ami BLANCHON, membre de la commission de Fourvière. Les travaux débutent en 1872 et dureront jusqu'en 1884 pour le seul gros œuvre. L'état de santé de BOSSAN étant précaire, il restera à La Ciotat et confiera la réalisation à Sainte-Marie PERRIN. (Marie-Louis-Jean PERRIN. Pendant toute cette période les échanges donneront lieu à un important courrier. Dans sa retraite à La Ciotat il a aussi dessiné de nombreuses œuvres d’orfèvrerie comme les ostensoirs des églises de Fourvière (1875) ou du Sacré-Cœur de Paris en 1885.

Fatigué et malade il s'éteint le 23 juillet 1888.
Ses funérailles eurent lieu le samedi 28 juillet 1888 à 9 heures du matin. L'archevêque a désiré que celles-ci eussent lieu dans la crypte inachevée de la Basilique de Fourvière dont il avait tracé les lignes. Il est inhumé au cimetière de Loyasse. La concession pour sa tombe a été prise le 25 novembre 1888 par la Société Civile de Fourvière. On attribue le petit monument à l’architecte Sainte-Marie PERRIN.

Dans le style architectural, Pierre BOSSAN a connu deux époques :
L'époque Néo-Gothique en début de carrière tels les églises de Tassin (1842), Saint-Georges à Lyon et l'aménagement liturgique de Notre-Dame-de-Montbrison 1845, puis la redécouverte du style roman vers 1850.
Et enfin un style plus personnel à partir de 1855 avec l'église de Couzon-au-Mont-D'or, Bessenay.

Photo - Photo J-P GALICHON

Principales conceptions Architecturales

Églises

Église de la Demi-Lune 1842.
Église Saint-Georges à Lyon 1844.
Église de Valfleury (loire) 1853.
Église de Bessenay 1855.
Église de Couzon 1855.
Église de l'Immaculée-Conception (Lyon) 1856.
Église de Régny (Loire) 1857.
Église de Nandax (Loire) 1859.
Église de Neulise (Loire) 1859 et construite de 1862 à 1865.
Église de Feurs, conception de la façade et du clocher avec Léo 1861.
Église de La Mulatière 1862.
Église d'Ars (Ain) 1862.
Église de Sainte-Anne-du-Sacré-Coeur 1863.
Église d'Échallon (Ain) 1864/1875.
Église de Régnié (1868).
Église d'Aouste-sur-Sye (Drôme) 1873 avec Louis Jean Sainte-Marie-PERRIN.
Église de Grane (Drôme) 1874.
Église d'Oullins 1874.
Église de Pradelle (Drôme) 1876.
Église de Saint-Gervais (Drôme) 1876.

Basiliques

Basilique de Saint-François-Régis Lalouvesc (Ardèche) 1865.
Basilique Notre-Dame-de-Fourvière 1872.

Chapelles

Chapelle des pères Jésuites Rue Sala Lyon 1845 - démolie en 1861.
Chapelle des Dames Carmélites Oullins 1861.
Chapelle des pères Dominicains Oullins 1861 début travaux.
Chapelle des Dames de Sainte-Marthe Valence 1866.
Chapelle des Sauvages 1866.
Chapelles des Petites-Sœurs de la Villette (Lyon Rhône) 1868.
Chapelles des Pères Dominicains Marseille 1869.
Chapelle de Saint-Anthelme de Chignin (Savoie) 1873.
Chapelle des Dames Trinitaires Valence (Drôme) 1873.
Chapelle des Pères Capucins Crest (Drôme) 1873.
Chapelle des Petites-Sœurs-des-Pauvres Valence (Drôme).

Monastères

Monastère des Dames de La Visitation Lyon 1854 (Sa Sœur Marie-Aimée entre dans l'institution en 1852). Ce monastère sera transformé plus tard en archives centrales des Hospices civils de Lyon.
Monastère de La Trappe des Dombes à Le Plantay (Ain) 1862
Monastère des Dames de la Retraite Lyon 1863.
Monastère des Pères Dominicains de Saint-Maximin (Var) 1869.
Monastère des Pères Dominicains Marseille 1878.
Monastère des Pères Dominicains Delles 1879.

Divers

Tribune d'orgue de la collégiale Notre-Dame d’Espérance de Montbrison 1840. Maison de Joseph Blanchon Quai Fulchiron Lyon 1845.
Petit Séminaire de Meximieux (Ain) 1858.
Maison du peintre Paul Borel avec une porte ouvragée en bois clair au 4, Place des jacobins Lyon 1863.
Hôpital Saint-Luc Lyon 1869.

Travaux d’orfèvrerie

Réalisations de FAVIER orfèvre à Lyon :

1855 : La Châsse des Saints-Martyrs de Saint-Irénée à Lyon.

Réalisations d'ARMAND-CALLIAT orfèvre à Lyon :

1860 : Ostensoir de l'Immaculée-Conception à Lyon.
1867 : Une chapelle épiscopale comprenant la croix processionnelle et pectorale, le calice, le ciboire, les burettes, l'aiguière, le bougeoir. Ensemble réalisé pour les pères du concile du Vatican et offert au pape Pie IX.
1873 : Châsse de Saint-François-Régis de la Louvesc.
etc...

Il a travaillé avec d'autres orfèvres tel : POUSSIELGUE-RUSSAND à Paris, TISSOT à Lyon, FIET à Lyon, …

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Quelques Églises

Quelques chapelles

Les monastères

Les Basiliques

Divers

Orfèvrerie

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Le Mythe de la primatie des Gaules et l'architecture religieuse en Lyonnais, de Philippe DUFIEUX ISBN 2-7297-0726-3 ou GoogleBook.
  • Dictionnaire Historique de Lyon ISBN 978-2-915266-65-8.
  • Pierre BOSSAN, sa vie, son caractère, son œuvre, sa doctrine, par Saint-Marie PERRIN, 1889.
  • L’œuvre de Pierre BOSSAN, par Félix THIOLLIER 1891.
  • Dictionnaire historique de Lyon ISBN 978-2-915266-65-8, Édition Bachès.
  • 150 Ans d'art sacré Lyonnais, édité par la ville de Lyon.
  • La colline de Fourvière, sa basilique, son parc, ses musées, d'Élisabeth HARDOUIN-FUGIER ISBN 2-910979-172
  • Notice Biographiques et bibliographiques de F.L.G FARGET 1899.
  • L'accomplissement de Fourvière. La colline au fil du temps, de Michel BOUVIER ISBN : 9 782357 401556.

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références



Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.