Paris - Eglise réformée de l'oratoire du Louvre

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Présentation

Eglise réformée de l'oratoire du Louvre, photo Jeanine CASSAGNEAU

Temple protestant affecté à l'église réformée de France. Il se situe :

  • 145 rue saint-honoré
  • 75010 Paris
  • Tel : 01 42 60 21 64

Ce temple est visitable aux horaires suivants :

  • Vendredi (avril/octobre) : 12h00-14h00
  • Dimanche matin : 9h30-10h30

Histoire.pngHistoire

Ce temple fut construit à partir de 1621 par le Cardinal de Bérulle, fondateur de la congrégation des prêtres de l'oratoire. Louis XIII en fait, en 1623, la chapelle royale du palais du Louvre. Napoléon la met en 1811, à la disposition des protestants de Paris.

Oratoire du Louvre.jpg
  • Le cardinal de Bérulle fonde la congrégation de l'Oratoire en 1611, dans le cadre de la contre-réforme. Il bénéficie de la protection de Marie de Médicis, achète l'hôtel du Bouchage situé entre la rue du Coq et de l'Autriche en 1616, et édifie une première chapelle qui se révèle rapidement trop petite. En 1621 des terrains voisins sont acquis. On pose la première pierre, l'architecte Clément Métereau, ingénieur architecte du roi fournit le plan et entreprend les fondations. En 1622, Jacques Lemercier le remplace, donne un plan ovale à la chapelle d'axe et élève l'édifice. En 1623, un brevet du roi fait des pères de l'Oratoire les chapelains du Louvre. Les travaux s'interrompent à la mort de Bérulle en 1629.
  • Au cours des 17e et 18e siècles, de somptueuses cérémonies se déroulent sous les voûtes de l'édifice inachevé. L'Oratoire royal accueille régulièrement la Cour à ses offices depuis que la dévotion de Marie de Médicis est pérennisée par le soutien sans faille de la monarchie. Des prédicateurs célèbres interviennent : Massilion, Bourdaloue et Bossuet. Plusieurs services funèbres des membres de la famille royale sont célébrés dans ce paradis de la terre, selon les paroles des Pères de l'Oratoire : Louis XIII en 1643, les reines Anne d'Autriche en 1666 et Marie-Thérèse en 1683. Puis l'oraison funèbre pour Le Cardinal de Richelieu, et le 4 mai 1672, l'enterrement du chancelier Séguier célébré avec faste et relaté par la marquise de Sévigné.
  • D'autres célébrations plus joyeuses animent l'Oratoire : outre les Te Deum chantés lors de la naissance des enfants royaux, des messes d'actions de grâce furent dites pour la santé des rois.
  • A l'achèvement de la nef en 1745, le maître-autel élevé par Michel Anguier au 17e siècle dans la chapelle ovale est transféré dans le chœur conformément à l'esprit de la devotio moderna, puis remplacé par un nouvel autel. L'église est consacrée en 1750 : 12 croix de consécration sont apposées sur les piliers de la nef. La chaire est placée là où elle se trouve actuellement. Les chapelles latérales sont fermées par des grilles.
  • En 1792, la congrégation est dissoute. Talleyrand y consacra les premiers prêtres constitutionnels. En 1793, l'édifice est dépouillé de presque toute sa décoration peinte et sculptée (à l'exception du plafond de la chapelle Tubeuf). Alexandre Lenoir met de côté quelques éléments au dépôt des Pères Augustins. L'église devient un lieu de réunions révolutionnaires et d'entrepôt de décors de théâtre.
  • C'est Napoléon 1er qui proposa en 1811 au Pasteur Paul-Henry Marron (descendant de Huguenots français) l'ouverture de l'église au culte protestant. D'importants travaux furent entrepris : l'ancien choeur fut divisée dans le sens de la hauteur pour en faire la grande sacristie : l'installation des demi tribunes dans les anciennes chapelles afin d'augmenter le nombre de places.
  • Le premier orgue sera installé en 1828, refait en 1906 et en 1962 l'orgue Gonzalez sera mis en place.
  • Un monument à l'amiral Gaspard de Coligny a été érigé au chevet de l'église rue de Rivoli en 1889. Une œuvre de l'architecte Scellier de Gisors et sculpté par Crauck. La statue de femme représentant la Religion, portant une palme, rappelle le jour du massacre de la Saint Barthélémy le 15 août 1572 où l'amiral fut assassiné dans sa maison.
  • L'oratoire du Louvre est classé Monument Historique.

Source : panneau d'information dans le Temple


Monument à Gaspard de Coligny

Oratoire du Louvre Monument amiral de Coligny (2).JPG
Oratoire du Louvre Monument amiral de Coligny.JPG
  • L'amiral Gaspard de Coligny est encadré à droite par la Religion qui tient une palme, à gauche par la Patrie qui tient une couronne. Avant de prendre la tête des armées protestantes il eut une longue période de réflexion que le sculpteur a interprétée : le bras qui s'abaissait pour chercher son épée s'est arrêté pour interroger son cœur.
  • L'encadrement évoque une fenêtre, rappel de sa défenestration le 24 août 1572 lors du massacre de la Saint Barthélémy dont furent victimes des milliers de protestants.
  • Le monument, réalisé par le sculpteur Gustave Crauck, grâce à une souscription nationale, a été inauguré le 24 juillet 1889. C'est une œuvre en marbre blanc de 10 m de haut.
  • Testament de Coligny : J'oublierai bien volontiers toutes choses qui ne toucheront que mon particulier soit d'injures et d'outrages pourvu qu'en ce qui touche la gloire de Dieu et le repos public il y puisse avoir sûreté.



Les pasteurs

Prénom(s) NOM Période Observations
Paul-Henry MARRON -1822  
RABAUT-POMIER - ancien pasteur du Désert devenu conventionnel  
MESTREZAT -  

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Dictionnaire des églises de Paris - collectif - Ed. Hervas - 2000 - ISBN-10: 2903118779 et ISBN-13: 978-2903118778
Blason de Paris
Portail de Paris
Blason de la région Île-de-France
Portail de la région Île-de-France