Paris - Église Saint-Denys de la Chapelle - Basilique Sainte Jeanne d'Arc

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

16/18 rue de la Chapelle, Paris 18e.

La première église

L'église est dédiée à saint Denys, premier évêque de Paris, décapité en l'an 250. D'après une thèse récente, le martyr fut enterré au col de La Chapelle non loin du grand sanctuaire gaulois du Lendit (actuelle Plaine Saint Denis).

Sainte Geneviève, patronne de Paris dont les prières protégèrent la ville contre les attaques des Huns d'Attila, avant une profonde dévotion pour saint Denys. En 475, elle fit construire une église sur sa tombe pour honorer le martyr et pour lutter contre l'influence du sanctuaire païen voisin, encore très actif à son époque. C'est la première église de La Chapelle : sans doute un édifice en bois reposant sur une assise en pierre.

Jusqu’à sa mort, 25 ans plus tard, sainte Geneviève vient souvent prier dans cette église. De nombreux miracles d'y produisent. Les pèlerins affluent à La Chapelle, considérée comme l'un des principaux lieux saint du pays. Le roi Childéric et sa reine Frédégonde y font inhumer leur fils Dagobert mort en bas âge (583). Un village se développe autour de l'église qui lui donne son nom. Une communauté monastique s'y installe en 625 avec Dodon, son abbé.

Mais en 626, le roi Dagobert décide de transférer les restes du martyr dans la basilique Saint-Denis à quelques kilomètres au nord.

S'ensuit une période de déclin qui dure plusieurs siècles. L'église est probablement incendié à plusieurs reprises mais elle est a chaque fois rebâtie.

L'église actuelle

Église Saint-Denys de La Chapelle

La prospérité du village de La Chapelle renaît au XIIe siècle avec le développement de la foire du Lendit dans la Plaine Saint-Denis. Cette grande foire rassemblait des marchands venant de toute la France et des pays voisins.

Pendant 15 jours, on y vendait toute sorte de produits artisanaux et du bétail. Les marchand étaient installés dans plus de 1 000 loges en bois pour lesquelles ils payaient une redevance à l'abbaye de St-Denis. Chaque année au mois de juin, la bénédiction de la foire par l’évêque de Paris donnait lieu au plus grand rassemblement de population de la région parisienne. L'université de Paris s'y rendait en cortège pour acheter du parchemin.

La relative prospérité qu'apportent les activités de cette foire permet aux villageois de bâtir une nouvelle église en 1204 : la chapelle de Sainte Geneviève est démolie et on construit à son emplacement, sur une assise mérovingienne, l'église actuelle.

C'est une modeste église de style gothique dont la nef est couverte par une charpente. Le tympan de son clocher-porche illustre des scènes de la vie de sainte Geneviève.

Le village de La Chapelle devient une dépendance de la seigneurie des abbés de Saint-Denis (1229). Jusqu’à la Révolution, il sera administré par un bailli, qui comme le curé sera nommé par l'abbaye.

Au Moyen Âge, La Chapelle voit passer tous les grands cortèges royaux. Après avoir été sacré à Reims, le nouveau roi faisait étape à Saint-Denis, puis son cortège se dirigeait vers Paris. Il s’arrêtait alors à La Chapelle ou il était rejoint par le cortège des autorités parisiennes.

Les deux cortèges fusionnaient à La Chapelle pour faire une entrée majestueuse dans la capitale. Le couronnement de la reine, effectué à Saint-Denis donnait lieu au même cérémonial.

Au retour d'une campagne militaire victorieuse, le roi allait déposer dans l'Abbaye de Saint-Denis l'étendard sacré (l'oriflamme). Il se rendait ensuite en grand cortège à Paris, par la rue de la Chapelle, pour aller entendre un Te Deum dans la Cathédrale Notre Dame.

La chapelle voyait passer également, à la nuit tombante, éclairé par des torches, le cortège des funérailles royales conduisant le roi à l'abbaye de Saint-Denis.

La situation de La Chapelle à proximité de Paris, l'expose aux déprédations dans les périodes troublées. L'église est incendié en 1358 par les Anglais. Elle est à nouveau brûlée en 1418 par les Armagnacs.

Peu avant la fin de la guerre de Cent Ans, Jeanne d'Arc vient à La Chapelle. Au terme d'une campagne victorieuse, elle a fait sacrer le roi Charles VII à Reims. L'armée royale marche alors sur Paris, occupé par les Anglais. Le roi s'installe à Saint-Denis tandis que Jeanne loge à La Chapelle avec une partie de l'armée.

Après une veillée d'armes et de prière dans l'église de La Chapelle, elle communie et lance l'assaut près de la porte Saint-Honoré le dimanche 8 septembre 1429. L'attaque échoue blessée par un trait d'arbalète, Jeanne est ramenée à La Chapelle et le roi renonce à attaquer Paris.

Charles VIII fera sont entrée dans la capitale 8 ans plus tard. Il recevra les clés de la ville de Paris devant l'église de La Chapelle.

L'église connaîtra alors d'autres périls, elle est sérieusement endommagée pendant les guerres de Religion. Dès le retour de la paix civile, les villageois restaurent leur église : ses bas cotés datent de cette époque (1595).

En 1757, pour embellir l'église, ou plus probablement parce qu'il menaçait de s'écrouler, on démolit le clocher-porche et on édifie la façade actuelle de l'église, de style classique. Un nouveau clocher en forme de tour carrée est construit en 1770. Il fallut l'abattre vers 1930, celui-ci risquant de s'écrouler.

Pendant la Révolution, La Chapelle perd une partie de son patrimoine : les archives de la paroisse disparaissent (1790) tandis que les autorités de la commune offrent à l'état les objets du culte (1791).

À la chute de Napoléon, les armées prussiennes convertissent l'église en écurie (1814-1815).

Tout au long du XIXe siècle, l'urbanisation transforme le village de La Chapelle en une agglomération ouvrière et industrielle de 40 000 habitants. La Chapelle fut annexée à Paris en 1860.

Pour faire face à l'accroissement de la population, le diocèse crée la paroisse de St-Bernard de la Chapelle et doit faire agrandir l'église Saint-Denys. La nef sera ainsi doublé (1895).

Dans les années 1960, des travaux importants ont redonné à l'église ses dimensions initiales et l'aspect intérieur qu'elle avait au Moyen Âge.

La basilique Sainte-Jeanne d'Arc

L'église et la basilique accolée


Septembre 1914. Les troupes allemandes sont parvenues à 50 km de Paris. L'angoisse des Parisiens est intense et des dizaines de milliers d'entre-eux fuient la capitale. C'est alors que, dans la basilique Sacré-cœur de Montmartre, Mgr Odelin fait le vœu d'élever une église à Jeanne d'Arc si Paris est épargné.

Deux jours plus tard, le 6 septembre 1914, dans son homélie prononcée dans l'église de La Chapelle, le prêtre proposa de prendre l'engagement solennel d'élever en ce lieu une basilique dédiée à Jeanne d'Arc si Paris n'est pas touché par les armées allemandes. Le jour même, l'avancée allemande est stoppée : c'est le début de la bataille de la Marne.

Le cardinal Amette, archevêque de Paris, prononce officiellement le vœu lors d'une grande cérémonie qui rassemble trente mille fidèles le 13 septembre 1914 sur le parvis de Notre-Dame.


Après la guerre, le cardinal Dubois décide de construire cette église à La Chapelle.

La collecte de fonds, l'acquisition du terrain et la construction s'étaleront sur de nombreuses années.

Après un premier concours d'architecte, le projet de Georges Closson est retenu. Il est très ambitieux : dans un style qui veux évoquer les forteresses du Moyen Âge, il prévoit une façade surmontée d'une grande arche et une nef constituée par l'alignement de trois coupoles.

Dès le début du chantier, les travaux se heurtent à une difficulté imprévue : la présence de cavités souterraines. Pour donner une assise solide, il fallu donc bâtir en sous-sol 30 énorme piliers de 18 mètres.

Seul la façade (sans la grande arche) et la première des 3 couples sont construites entre 1932 et 1935. Le culte est ouvert le 12 mai 1935.

Les travaux sont alors interrompus et ne reprendront qu'après la guerre.

Pour poursuivre la construction, il fallu démolir l'école paroissiale située à l'arrière de l'église. La construction de l'école est achevé en 1955.

On abandonne alors le projet initial, trop ambitieux et le projet est confié à l'architecte Pierre Isnard.

Les travaux commencent en 1960. La basilique est inaugurée le 10 mai 1964.

Sa nef est la plus large de toutes les églises parisiennes (21,6 m) et peut accueillir un millier de personnes.

Logo internet.png Liens utiles (externes)


Blason de Paris
Portail de Paris
Blason de la région Île-de-France
Portail de la région Île-de-France


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.