Paris - Église Saint-Christophe de Javel

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

C.Angsthelm

28 rue de la Convention


H
Histoire.pngistorique

  • Depuis le XVe siècle, sur la rive sud de la Seine, le lieu dit Javetz tire son nom d'un javeau, sorte d'îlot sableux, se créant et se déplaçant à chaque crue. En 1777, une manufacture s'installa à cet endroit pour fabriquer une solution chimique à base de chlore utilisée pour blanchir les toiles, vite appelée Eau de Javel. A la fin du XIXe siècle des ateliers de mécanique investirent les environs, produisant des véhicules : locomotives, wagons, aérostats, aéroplanes puis des automobiles avec les usines Citroën à partir de 1919.
  • Après le rattachement de Javel à Paris en 1863, le curé de Saint Jean Baptiste de Grenelle, soucieux du dénuement de la population de chiffonniers fixés dans ce secteur, fit construire une chapelle détruite en 1890 par le percement de la rue de la Convention. Le culte reprit dans un hangar désaffecté jusqu'en 1898, année ou une nouvelle chapelle fut édifiée à l'emplacement de l'église actuelle.
  • La communauté de ses fidèles fut érigée en paroisse en 1907. L'accroissement de la population du quartier et le développement des transports étaient tels en 1920 qu'il fut décidé de remplacer cette chapelle par une nouvelle église plus vaste, et de la dédier à saint Christophe, patron des voyageurs.
  • La première pierre fut posée en 1921. Les travaux débutèrent à l'angle de la rue de la Convention par le presbytère, la chapelle de la Vierge, le clocher et se poursuivirent par ceux de l'église en 1926.
St Christophe de Javel Charles-Henri Besnard 1881-1946 Architecte en chef des Monuments Historiques.JPG
  • Pour cet édifice proche du style néo-gothique, l'architecte Charles-Henri Besnard mit au point une nouvelle technique pour réduire les coûts : chacun des éléments en ciment armé était préfabriqué sur place dans des moules en bois ou en staff afin d'obtenir des surfaces nettes prêtes à recevoir un décor. Pour des raisons financières, l'église --bénie en octobre 1930, par le cardinal Verdier, archevêque de Paris-- ne fut achevée qu'en 1933 par l'inauguration des peintures de la nef.
  • L'église Saint Christophe a été le lieu d'expérimentation d'une technique novatrice qui se développa plus tard dans l'architecture civile. Dans ce quartier qui a perdu ses usines et sa population ouvrière, elle reste un des témoins parisiens de l'expression artistique de la foi du début du XXe siècle. Elle s'est enrichie d'œuvres plus récentes qui manifestent la vitalité de la communauté des fidèles.

Construite de 1926 à 1930 par Charles Henri Besnard, c'est une des très rares églises où est mise en œuvre la technique novatrice du ciment armée moulé pour réaliser chaque élément, dressé ensuite sur le chantier. Ce procédé est mis au service d'une esthétique gothique traditionnelle qui permet une vision dégagée du chœur et laisse de vastes surfaces à la décoration effectuée par les artistes de l'époque, en particulier par J. Martin-Ferrières, H-M Magne, Max et Jean Broemer, J. Gruber.

  • L'église Saint Christophe de Javel est inscrite aux Monuments Historiques, et fait également partie des Monuments labellisés Patrimoine du XXe siècle).


(Source : Feuille à disposition à l'église)



Patrimoine.png Patrimoine

  • L'entrée principale de l'église est située rue Saint Christophe. Quelques marches mènent à un large porche à double auvent où sont sculptées les mots Regarde saint Christophe et va-t'en rassuré.
  • Un Saint Christophe en haut-relief, oeuvre de Pierre Vigoureux (1884-1965), domine sur le pignon en béton et ajouré de claustras verticaux surmontés des lettres A, R et T Adveniat Regnum Tuum, et sculptées d'un extrait du rituel de la dédicace des églises.
  • Sur les murs en briques de la rue, une suite de fresques réalisées par le peintre Henri-Marcel Magne (1877-1944), et consacrées à saint Christophe portant secours aux voyageurs, conduit le visiteur à une seconde entrée située rue de la Convention. Un vitrail de Jacques Gruber sert de tympan à cette entrée. Il figure des ouvriers adorant une hostie présentée par un ange, avec Jésus crucifié au second plan dans une nuée.




  • A l'intérieur, la grande luminosité de la nef est due à douze vitraux de Henri Marcel Magne inclus dans du ciment moulé en forme de croix rayonnante. Le jaune d'or, signe de gloire et de résurrection, jaillit du bleu d'un médaillon central orné des symboles utilisés par les premiers chrétiens : poissons, croix en forme d'ancre ou de trident, cerfs, agneaux et colombes s'abreuvant (...)
  • Le pavage orné de croix souligne le chemin vers le chœur : un rideau de claustras fait jouer la lumière et laisse imaginer un au-delà sous les fresques de Henri Marcel Magne montrant des conducteurs et des voyageurs de l'époque invoquant la protection de saint Christophe.
  • La fresque du chœur peinte par Henri Marcel Magne représente Saint Christophe.
  • L'ancien maître-autel avec ses trois panneaux de verre moulé ajoute à l'effet de transparence recherche dans cet espace. Max et Jean Braemer ont représenté au centre le Christ apparaissant aux disciples d'Emmaüs, à gauche Isaac prêt à être sacrifié, à droite l'offrande de Melchisedech et la bénédiction d'Abraham.
  • Dans le bas-côté gauche les confessionnaux sont intégrés au mur. Les linteaux de leurs façades gravées en relief par Max, sculpteur, (1860-1941) et son fils Jean Braemer (1897-1950) dessinateur, illustrent les commandements de l'Église tandis que sur les frontons triangulaires, des scènes de la vie quotidienne évoquent les vices et les vertus (...)




tableau 1
  • Sur les murs, douze toiles marouflées peintes à la cire par Jacques Martin-Ferrières (1893-1972) illustrent la légende du géant Reprobus écrite par Jacques de Voragiine auteur de la Légende dorée (1228-1298), qui s'appuie sur le récit de la vie des chrétiens d'Asie Mineure, morts martyrisés vers 250 parce que porteurs de la parole du Christ. Restés anonymes, les grecs les désignaient par l'expression Christos phorein littéralement porter le Christ qui donna le nom de Christophe.

La légende de Saint Christophe :

- 1 Reprobus au service d'un roi effrayé par l'évocation de Satan,
- 2 Reprobus au service de Satan effrayé par une croix:
- 3 Reprobus accueilli par un ermite:
- 4 Reprobus surpris par le poids de l'Enfant Jésus:
- 5 Reprobus devient Christophe:
- 6 Christophe prêche l'Évangile:
- 7 Christophe refuse de sacrifier aux dieux romains:
- 8 Christophe subit la flagellation:
- 9 Christophe est précipité dans un puits:
- 10 Christophe subit le casque rougi et les flèches:
- 11 Christophe est décapité:
- 12 Élévation de la tête de Christophe:




Chapelle du Saint Sacrement

  • Naguère dédiée à la Vierge ; en 1969, le vitrail de Jacques Gruber représentant l'Assomption a été remplacé par un gemmail (vitrail dont les pièces de verre sont superposées et collées) abstrait de Jean-Louis Rousselet (né en 1938).
  • L'autel (en cuivre repoussé, étamé et doré) figurant la Cène ainsi que le crucifix et l'ambon orné des symboles des quatre évangélistes, sont l'oeuvre de Dominique Kaepperlin en 1985.



St Christophe de Javel Orgue Schwenkedel 1972 et le choeur des anges par HM Magne.JPG
St Christophe de Javel Tribune d'orgue.JPG
  • Au fond de la nef, l'orgue se détache sur une fresque d'Henri-Marie Magne dont les anges musiciens répondent à ceux du chœur. Cet ensemble souligne le caractère sacré de la musique des offices.
  • L'orgue est un Schwenkedel de 1972.


(Source : Feuille à disposition à l'église)

Illustrations - Photos anciennes.png En photos



Les Curés

Prénom(s) NOM Période Observations
Léon AUBERT 1907-1916  
Théophile GUENARD 1916-1919  
Edouard DELEPROUVE 1919-1924  
Jean-Baptiste FAUGERE 1924-1951  
Michel CORNILLIE 1951-1960  
Pierre SANTU 1960-1967  
Dominique MONNIER 1967-1969  
Xavier NAUDIN 1969-1975  
François ROCHE 1975-1981  
Michel GUITTET 1981-1982  
Jean RISLER 1982-1985  
Jean TEURLAY 1985-1991  
Yves PLASSIARD 1991-1997  
Antoine-Louis de LAIGUE 1997-2006  
Jean-Claude BARDIN 2006-2013  
Yannick ANDRÉ 2018-  


Blason de Paris
Portail de Paris
Blason de la région Île-de-France
Portail de la région Île-de-France