Paris - Église Saint-Bernard de la Chapelle

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour


C.Angsthelm

11 rue Affre



H
Histoire.pngistorique

Construite pour faire face à l'urbanisation de ce quartier de Paris au XIXe siècle. L'une des plus originales et des plus gracieuses églises construites en style gothique à Paris.

  • La Chapelle est le nom du village qui se constitua près d'un oratoire que Sainte Geneviève fit construire en 475 sur le lieu présumé de la sépulture de Saint Denis. Il se trouvait au bord de la voie reliant Lutèce aux provinces du Nord, sur la pente orientale de la colline de Montmartre où, selon la légende, ce premier évêque de Paris fut décapité vers 250.
  • En 1204, le village est érigé en paroisse et l'oratoire de Geneviève remplacé par une église dédiée à saint Denis.
  • Au XIXe siècle, la révolution industrielle attire dans les faubourgs de Paris une main d'œuvre nombreuse, vivant dans la précarité. L'installation des voies ferrées de la gare du Nord bouleverse le site. La population de La Chapelle s'étend sur la Goutte d'Or et la vieille église Saint Denis s'avère insuffisante. En 1854, plutôt que de la réhabiliter ou de l'agrandir, le conseil municipal décide d'en édifier une nouvelle pour créer un centre urbain à ce secteur. Celle-ci est dédiée à Saint Bernard de Clairvaux qui serait venu en pèlerinage en ces lieux durant l'année 1147 au moment où il prêchait la deuxième croisade.
  • En 1871, pendant la Commune, Louise Michel y a animé le club de la Révolution.
St Bernard de la Chapelle Projet église.jpg
  • La construction en est confiée à l'architecte Auguste Joseph Magne (1816-1885) (Inspecteur général des travaux de la Ville de Paris sous la direction du Préfet Haussmann) qui propose un projet de style gothique flamboyant proche de celui de l'église Sainte Clotilde, à peine achevée près de la Chambre des Députés.
Consécration église
  • L'inauguration a lieu en 1861, au lendemain du rattachement à Paris des communes limitrophes.
  • Saint Bernard est orientée vers l'ouest, à l'inverse de nombreuses églises tournées vers l'est, point où la lumière se lève, symbole du Christ qui est lumière pour éclairer le monde (Luc 2.32).
  • L'église Saint Bernard est un bel exemple du renouveau de l'architecture religieuse à Paris au XIXe siècle. En dehors des circuits touristiques de Montmartre, elle est au cœur du plus cosmopolite des quartiers de Paris où, depuis le milieu du XXe siècle, vit une soixantaine d'ethnies différentes. Ses marchés et ses fêtes attirent beaucoup de monde depuis la région parisienne.
  • Le 28 juin 1996, le curé Henri Coindé accueille dans l'église plus de 200 étrangers en situation irrégulière, en demande d'asile, en attente de papiers, soutenus par diverses personnalités politiques (Alain Krivine, Stéphane Hessel), du spectacle (Ariane Mouchkine, Emmanuelle Béart) et bien d'autres ... Les forces de l'ordre interviennent brutalement le 23 août 1996 à coup de bélier dans la porte de l'église et procèdent à 220 interpellations (73 seront régularisées et une petite dizaine reconduite à la frontière).
Bienheureux Jean-Baptiste Scalabrini 1839-1905
  • En 2008, la paroisse a été confiée aux Missionnaires Scalabriens. Aujourd'hui prêtres, religieuses et laïcs de cet ordre viennent en aide aux migrants dans de nombreux pays.
  • En 2019 débute une campagne de rénovation de la façade, des échafaudages en obstrue l'entrée.
  • L'église Saint Bernard de la Chapelle est classée Monument Historique.


Patrimoine.png Patrimoine

Remarquer en particulier le décor sculpté dû surtout à Adolphe Geoffroy-Dechaume : deux grands retables en bas-relief ornant les bras du transept. Le grand orgue (1865) Cavaillé-Coll a été classé monument historique.

À L'EXTERIEUR

  • L'église est face à un paisible square qui dégage son porche à pans coupés et lui donne un petit air provincial. Elle se dresse au milieu des maisons avec sa flèche en métal, ses arcs-boutants, ses gargouilles et ses chapelles. Celle du chevet, polygonale est couronnée d'une Vierge qui présente son fils Jésus à la ville.
  • Les sculptures sont dues à Michel Pascal (1815-1881) élève de David d'Angers, collaborateur de Viollet-le-Duc. Le décor sculpté se réfère à la Résurrection du Christ qui fonde la foi chrétienne. Placée au sommet de l'arc principal du porche, la statue du Christ, se voit de loin. Sur les piliers, deux anges tiennent, l'un, la couronne d'épine et un linge, l'autre, la croix et un livre ouvert. Au sommet de la façade, une autre Vierge à l'Enfant accueille les fidèles et les visiteurs.
  • Sur les côtés, les tympans des faux portails du transept illustrent, au sud le couronnement de la Vierge et, au nord, La Résurrection.




À L'INTÉRIEUR


St Bernard de la Chapelle Plan église.jpg
  • L'église est inspirée de l'architecture de l'époque gothique. Au sol, les bas-côtés et le déambulatoire qui ceinturent la nef et le chœur forment avec le transept une croix qui rappelle celle du Christ.



St Bernard de la chapele ''L'Immaculée Conception''.jpg
St Bernard de la chapelle ''L'Immaculée Conception'' dans le choeur.jpg
  • Au fond du chœur, une statue de la Vierge se détache sur le déambulatoire. Couronnée d'étoiles, debout sur un croissant de lune et un nuage blanc, elle représente l'Immaculée Conception dont le dogme a été promulgué en 1854.
  • Sur l'ancien maître-autel, le tabernacle en bronze doré reproduit un portail d'église de style gothique. Comme ceux des chapelles, il témoigne de l'essor de l'orfèvrerie au XIXe siècle.
  • L'ambon ajouré en granit gris est le chef d'oeuvre qu'un compagnon tailleur de pierre a offert à l'église en 2005.



St Bernard de la Chapelle Chaire.jpg
St Bernard de la Chapelle Détail chaire.jpg
  • À mi-nef et appuyés sur un pilier, la chaire à prêcher et son abat-voix sont en bois teinté couleur pierre. Dans le feuillage qui soutient la cuve, on distingue un personnage qui tend l'oreille et un second qui écrit.


St Bernard de la Chapelle Couvercle fonts baptismaux milieu XIX e.jpg
St Bernard de la Chapelle fonts baptismaux.jpg
  • Dans la première chapelle du bas-côté sud, se trouve le baptistère. Les émaux cloisonnés turquoise et azur du couvercle de la cuve, typiques d'un art décoratif du milieu du XIXe siècle, marquent ce lieu où est célébré le baptême, sacrement qui fait entrer dans l'Église.


  • À la manière de certains édifices gothiques, on retrouve à la naissance des arcs latéraux les visages de l'architecte, des artistes, de quelques notables de la municipalité et du curé d'alors.




Les Retables dans les transepts

Retable de Sainte Geneviève
Retable de saint Bernard
  • Aux extrémités du transept et, en vis-à-vis, les retables en pierre de deux autels identiques sont consacrés l'un (au nord) à saint Bernard, grand défenseur de la foi chrétienne, qui a fondé le monastère de Clairvaux, et l'autre (au sud) à sainte Geneviève, protectrice de Paris. Ils reprennent la tradition d'enseignement de la statuaire des églises gothiques.
  • Ils sont l'œuvre d' Adolphe Geoffroy-Dechaume (1816-1892).




Chapelle de la Vierge

St Bernard de la Chapelle Vitrail chapelle de la Vierge.jpg
St Bernard de la Chapelle Chapelle de la Vierge ''Vierge à l'Enfant''.jpg
  • Derrièrele choeur, dans la chapelle consacrée à la Vierge, quatre panneaux peints par Georges Vibert (1840-1902), Léopold Lousteau (1815-1877) et Gustave Marquerie (1825-?), retracent les grands moments de la vie de Marie : L'Annonciation par l'ange Gabriel, La Visitation chez sa cousine Elisabeth, L'Adoration des bergers à la naissance de Jésus et l'Assomption au ciel après sa mort.
  • Les vitraux géométriques et les tons soutenus du décor mural renforcent l'effet d'écrin formé par cet espace décagonal.




Les orgues

St Bernard de la Chapelle Grand orgue Cavaillé-Coll.jpg
St Bernard de la chapelle Tribune d'orgue.jpg
  • Au-dessus de l'entrée de l'église, un arc en anse de panier soutient le grand orgue, de facture soignée et dans son état d'origine. Il a été commandé, ainsi que celui du chœur, au facteur Aristide Cavaillé-Coll (1811-1898). Lorsqu'il se lance dans la fabrication de l'orgue de Saint Bernard il a en cours la fabrication de l'orgue de Saint Sulpice qui comprend 100 jeux, alors que celui de Saint Bernard ne comprendra que 25 jeux. Il sera inauguré en janvier 1863 ; à la différence d'autres instruments Cavaillé-Coll, celui de Saint Bernard n'a jamais été restauré en profondeur, il possède donc une authenticité rare, sa solidité et sa stabilité à toute épreuve issues du savoir-faire de son facteur , lui conservent une grande qualité sonore. Il est l'un des derniers témoignages directs de la technique et de la maîtrise d'Aristide Cavaillé-Coll.
  • Le buffet de l'orgue a été sculpté par Henri-Charles Parfait. Il se serait même représenté parmi les personnages.
  • L'orgue a été classé Monument Historique en 1978.
  • Les divers titulaires :
- Constantin GENET : né dans les années 1830, titulaire de 1866 à 1879
- LALANDE, maître de chapelle dans les années 1870
- Auguste KIESGEN de 1879 à 1896
- Paul LECOURT de 1892 à 1937, maître de chapelle et organiste de choeur, puis au grand orgue en 1896
- Paul ANDIGNOUX, organiste amateur supplée dans les année 1930 Paul Lecourt qui était malade
- Léonce de SAINT MARTIN occasionnellement dans les années 1930 à 1950
- André FLEURY (1903-1995) titulaire de 1943 à 1945
- Henri de CHANTÉRAC, organiste et maître de chapelle à partir de 1937, jusque vers 1960, au moins comme maître de chapelle. Offre une soubasse en 1950
- Abbé Jean LEVILLAIN, maîtrise paroissiale de Saint Bernard de 1928 à 1960
- Marie-Madeleine CHEVALIER joue à Saint Bernard en 1949 et en est suppléante ensuite. Épouse de Maurice Duruflé, compositeur et organiste réputé
- René ALIX titulaire de l'instrument jusqu'à sa mort en 1966
- Jesse ESCHBACH organiste dans les années 1970-80
- Mlle Claude LALOUET titulaire jusqu'à sa mort en 1989
- M. SLAMA organiste depuis les années 1990




Tableaux et fresques



Les vitraux

St Bernard de la chapelle Vitrail central choeur (détail).jpg
St Bernard de la Chapelle Verrière transept (détail) 2.jpg
  • Les vitraux sont l'œuvre d'Eugène Oudinot (1827-1889), qui entra ensuite dans l'atelier de Delacroix.
  • Au-dessus du triforium, de larges baies laissent entrer la lumière naturelle qui fait jouer les couleurs des vitraux géométriques sur les pierres nues des murs et les voûtes d'ogives.
  • Dans les chapelles, une série de saints et d'apôtres sur les vitraux forment une chaîne qui conduit vers le Christ du chœur. Sur ce vitrail, on reconnait les quatre évangélistes à leurs attributs : Luc et le taureau, Jean et l'aigle, Marc et le lion, Matthieu et l'ange.



Les curés

(1932-2018)
Prénom(s) NOM Période Observations
Henri Honoré Jacques TAILLANDIER 1861-1869 (1821-1887)  
François Narcisse BAPTIFOLIER 1869-1889 (1821-1900) Évêque de Mende 1889  
Pierre Benoît Léon DESPORTES 1889-1896 (1830-1896)  
Pierre BORIES 1896-1903 (842-1911)  
Marie Léon IMBERT 1903-1910 (1854-1929)  
Jean-Baptiste STAUDER 1910-1930 (1878-1930)  
Joseph GARIN 1930-1947 (1876-1947)  
André RICHOMME 1947-1960 (1900-1965)  
Jean GUICHON 1960-1969 (1913-2007)  
Robert LEPINE 1969-1978 (1916-2015)  
Michel ALLIOLI 1978-1987 (1926- )  
Guillaume de BROGLIE 1987-1993 (1927-2009)  
Henri COINDE 1993-1996 en Juin 1996 remet les clefs de son église au responsable du mouvement des sans papiers qui occupaient l'église  
Marcel RINEAU 1996-2003 (né en 1942)  
Hubert CAUCHOIS 2003-2008 (né en 1942)  
- Prêtres scalabriens  
Giovanni BORIN 2008-2013 (né en 1958)  
Père Livio PEGORANO 2013-2019 Missionnaire de Saint Charles Borromée (Scalabrien) (né en 1952)  
Pierre Onel FELATIUS 2019- (né en 1978)  


Morts des guerres 1914-1918 / 1939-1945


Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Dépliant Art, Culture et Foi, disponible dans l'église
  • Affichage dans l'église
  • Secrétariat de la paroisse


Blason de Paris
Portail de Paris
Blason de la région Île-de-France
Portail de la région Île-de-France