Paris - Église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

C.Angsthelm


66 avenue Ledru Rollin, 57 bis rue Traversière


HHistoire.pngistoire

  • Saint Antoine le Grand (251-356) est né à Alexandrie en Egypte. Orphelin à 18 ans, et entendant l'appel de l'Évangile il vend tous ses biens et en distribue le produit aux pauvres. Il commence une vie d'ermite (anachorète) dans le désert. Il est considéré comme le fondateur de l' érémitisme et du monachisme (vie communautaire des moines dans les monastères, vouée au travail et à la prière).
  • Située entre l'avenue Ledru Rollin et la rue Traversière, l'église tire son nom de deux établissements religieux du Faubourg Saint Antoine, aujourd'hui disparus. D'abord l'abbaye de moniales cisterciennes de Saint Antoine des Champs fondée au XIIe siècle hors les murs de Paris et occupée dès 1795 par l'actuel hôpital Saint Antoine; dédiée à la Vierge Marie et à Saint Antoine, l'abbaye accueillait des femmes de l'aristocratie. Ensuite l'hospice pour aveugles des Quinze-Vingts fondé par le roi Saint Louis au début du XIIIe siècle pour héberger 300 aveugles (en 15 chambres de 20 lits, d'où le nom Quinze-Vingts), dans le faubourg Saint Honoré, puis transféré en 1780 dans la caserne désaffectée des Mousquetaires Noirs (œuvre de Robert de Cotte), site actuel du Centre hospitalier national d'ophtalmie.
  • Peu après, la Révolution décide la suppression des ordres religieux ; l'abbaye fut supprimée et le monastère affecté à l'hôpital Saint Antoine en 1795.
  • La nouvelle paroisse Saint Antoine des Quinze-Vingts, créée le 4 février 1791, reçoit comme lieu de culte l'abbatiale. Mais la vente de l'abbaye comme bien national en 1798 et la démolition de l'abbatiale laissent la paroisse sans lieu de culte. Lorsque la maison d'accueil des aveugles, réorganisée par Bonaparte en 1800, deviendra hôpital ophtalmique (1873-1880), elle conservera cette fonction ancienne d'accueil. La chapelle de l'hospice a simultanément servi d'église paroissiale un siècle durant mais elle devint vite trop petite pour rassembler les malades, les soignants et les habitants de ce quartier de 40 000 âmes.
  • Le faubourg est le lieu des soulèvements populaires. En juin 1848, Mgr Denys Affre, archevêque de Paris, est mortellement blessé sur les barricades en s'interposant pour éviter le bain de sang. Abattu à l'entrée de la rue du faubourg Saint Antoine, transporté chez le curé aux Quinze-Vingts, il meurt deux jours après. Le revers de son étole et un fragment de l'enveloppe de son matelas, tachés de sang, sont toujours conservés dans la sacristie de l'église.
  • En 1898, grâce à la générosité des fidèles, l'abbé Rivière achète le site actuel, l'architecte Lucien Roy (1850-1941) construit l'église sur les plans d' Émile Vaudremer, son maître entre 1902 et 1904.
  • Ce sera la dernière église concordataire et la première du XXe siècle à Paris.
  • D'une grande sobriété, elle est de style néo-roman, cher à Vaudremer, teinté d'Art nouveau.

(Source : documentation disponible à l'église)



Patrimoine.png Patrimoine


A L'EXTÉRIEUR

  • L'église s'ouvre d'un côté sur l'avenue Ledru Rollin avec ses imeubles de style haussmannien, de l'autre côté sur la rue Traversière qui a gardé son style typique du Paris populaire du XIXe siècle.
  • Elle est de style néo-roman, prisé par les architectes du XXe siècle, teinté d'Art nouveau. Son porche est surmonté de trois hautes baies en plein cintre.
  • Elle se veut fonctionnelle ; les matériaux, brique et pierre, allient deux qualités : la sobriété et l'économie. La pierre a été réservée pour les chainages, les rosettes en haut du pignon et entrelacs ornant la corniche du toit. Elle est longue de 63 m, large de 18,70 m et haute de 16 m.
  • La tour-clocher carrée, adossée au mur mitoyen, pivote d'un huitième de tour pour épouser le biais de la rue. Elle est flanquée d'une échauguette qui abrite un escalier ; sa flèche culmine à 43 mètres de hauteur. Au-dessous l'horloge en fer forgé porte la formule latine Vulnerant omnes, ultima necat.





À L'INTÉRIEUR

  • Le narthex ouvre sur une large et longue nef d'inspiration romane, rythmée par des arcades en plein cintre. La lumière naturelle arrive indirectement par les baies géminées des tribunes et directement par les fenêtres hautes.
  • Les arcs-diaphragmes en plein cintre de la nef supportent le plafond en bâtière et retombent sur des chapiteaux à triple volute.
  • A la croisée du faux transept, le chœur a été surélevé et réaménagé en 1961 par l'architecte Bonavero. Deux statues monumentales placées en regard et sculptées par Raoul Larche, le précèdent : saint Antoine en ermite (à gauche), et saint Louis en croisé (à droite).
  • La lumière pénètre verticalement par une coupole translucide provenant de la verrerie de Dorignies. Ses éléments en verre moulé à reliefs, assemblés au ciment, sont novateurs.
  • Une haute grille en fer forgé réalisée par Gilbert Pouillerat, sépare cet espace de l'ancien chœur transformé en chapelle.
  • Dans les bas-côtés, sur les clés des arcs, se succèdent les douze stations du chemin de croix en terre cuite polychrome, créées en 2008 par soeur Mercédès (bénédictine de l'abbaye de Dourgne dans le Tarn).





Les peintures

St Antoine des Quinze Vingts ''Sainte Cécile'' par Georges-Victor Claude.JPG


  • Sur les murs aveugles, de part et d'autre de l'orgue de chœur installé sur la tribune, sont représentés : Sainte Cécile, patronne des musiciens, et saint Grégoire le Grand, inventeur présumé du chant grégorien. En face, au-dessus de l'autre tribune, deux épisodes de la vie d'Antoine le Grand par Georges-Victor Claude (1854-1921), le saint distribue ses biens aux pauvres et prie pour éloigner les tentations.




Les orgues

St Antoine des Quinze Vingts Tribune d'orgue.jpg
Cavaillé-Coll 1894
  • La plus grande partie du grand orgue de l'église Saint Antoine des Quinze-Vingts provient de l'instrument construit par Aristide Cavaillé-Coll en 1894 pour l'hôtel particulier du baron Albert de l'Espée, situé au 50 de l'avenue du Bois de Boulogne à Paris. En 1909 cet orgue fut transféré dans la nouvelle église Saint Antoine, qui avait été ouverte au culte en 1903.
  • Pour demeurer en parfait état de marche, un orgue doit périodiquement faire l'objet d'un relevage, c'est-à-dire d'une révision par un facteur d'orgues, à cette occasion, la composition de l'orgue peut être modifiée : ce fut le cas lors des relevages effectués en 1956 par Chéron et Hartmann ; en 1982 par Jacques Barbéris, et par Yves Fossaert en 2004 (...)
  • Actuellement le grand orgue dispose de 47 jeux répartis sur trois claviers de 61 notes (grand orgue 61 notes, positif expressif 61 notes, récit expressif 61 notes) et un pédalier de 32 notes (dont les deux dernières sont simplement en tirasse) (...)
  • La console est retournée et l'organiste fait face à la nef (...).
  • Le buffet néo-gothique en chêne verni comporte une plate-face centrale de 11 tuyaux encadrée de deux tourelles polygonales de 9 tuyaux, puis de deux triples plates-faces. (...)

(source : extraits du texte de Jean-Louis disponible à l'église)


Orgue Merklin 1908
  • L'orgue de choeur a été construit en 1908 et 1909 par les ateliers Merklin qui avaient été rachetés par Joseph Gutschenritter. Il est posé sur la tribune du transept nord et soutenu par une importante menuiserie qui peut servir d'emplacement pour un ensemble vocal ou instrumental.
  • La tribune du choeur lui fait face, à même hauteur, ce qui facilite l'exécution d'un répertoire polyphonique avec orgue, voire deux orgues. Le buffet est élégant, de style néo-gothique, il est soutenu par quatre piliers cruciformes encadrant la petite console et comporte deux tourelles d'angle surmontées d'un gâble à clochetons, ainsi qu'un fronton central.
  • L'élément le plus caractéristique est la transmission pneumatique, avec ses tubes en laiton qui montent le long du mur. Ce système relativement complexe ne montre aucune défaillance depuis son installation en 1908 !
  • Instrument d'accompagnement souple et à l'intonation claire et distincte, l'orgue de chœur peut remplir l'acoustique de l'église. Sa composition est la suivante : grand orgue 56 notes, récit expressif 56 notes, pédale 30 notes (...)



Titulaires des orgues de Saint Antoine des Quinze-Vingts

  • Les orgues ont été tenus jusqu'en 1922 par l'abbé François Brun, maître de chapelle, puis par Blanche de Laforcade, qui possédait la baguette de chef d'orchestre de Gabriel Pierné, et ensuite par Marcel Pépin, maître de chapelle de 1946 à 1981 et titulaire du grand orgue de 1981 à 1990. Son successeur depuis cette date est Eric Lebrun. (...). Il forme un duo à quatre mains avec son épouse Marie-Ange Lebrun, organiste titulaire du grand orgue de Notre Dame de Lorette à Paris. (...)

(source : extraits note de Eric Lebrun disponible à l'église)




les vitraux

Rosace du choeur
  • Les vitraux colorés, réalisés par les ateliers Champigneulle, datent de 1911.
  • De chaque côté de la nef, cinq ensembles de baies, chacun garni de trois vitraux : au centre la représentation d'un saint ou d'une sainte avec ses attributs, et de part et d'autre une invocation en lien avec la figure centrale. Une information sur le donateur (initiales de la famille, nom de l'association ou de l'école paroissiale) figure sur la plupart des vitraux.
  • Dans chaque transept, quatre verrières dédiées chacune à un saint ou à une sainte.
  • Dominant le chœur, la rosace a été composée par Marcel Magne, élève de Luc-Olivier Merson, et exécutée par monsieur Champigneulle en 1909. Elle représente La Trinité entouré des symboles des quatre Évangélistes, et des anges.
  • Les verrières des trois baies situées sous la rosace ont été réalisées en 2005 par mesdames Dominique et Charlotte Duchemin qui dirigent les ateliers du même nom, dans le 14e arrondissement.


(Source : documentation disponible à l'église)

Monument aux morts couleur france.png
Monument aux morts


Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Blason de Paris
Portail de Paris
Blason de la région Île-de-France
Portail de la région Île-de-France