Moulin-bas de Walheim

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

< Retour aux Moulins du Haut-Rhin
< Retour au Moulin-haut de Walheim
< Retour à Walheim

Patrimoine.png Moulin de Walheim

68356 - Walheim Moulin Bas.JPG

Moulin-bas
Adresse : 26 rue du Stade - 68130 Walheim

Tél : 03 89 40 98 46 - Fax :

Courriel :

Site internet : www.sundgau-sudalsace.fr

GPS : ° / ° (GoogleMaps) ou Cassini / Satellite / IGN / Cadastre (Géoportail)

Commentaire : Moulin multi activités.

Source : (Visite en juillet 2017)


Le moulin se trouve dans la commune de Walheim (entre Mulhouse et Altkirch) sur la D16 qui part de l'église en direction de Wittersdorf. Il est situé sur une dérivation de la rive gauche de l'Ill, affluent du Rhin.

Un deuxième moulin, situé environ 400 mètres en amont et dénommé Moulin-haut, présentait à peu près les mêmes caractéristiques mais n' a pas été sauvegardé de la même façon.

Description

Façade du coté de la rivière
Photo B.ohland

Ce moulin hydraulique est pourvu d'une roue à aubes en état de fonctionnement.
Au XIXe siècle il en comportait quatre et a développé diverses activités : meunerie, huilerie, battage et fonctionnement de diverses machines agricoles.
La spécificité de ce moulin est de présenter « toutes les possibilités d'exploitation de l'énergie hydraulique »[1].
Particulièrement bien conservé, y compris au niveau des installations techniques, Moulin-bas est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1997[2].

C'est actuellement une propriété privée, et la visite se fait sur rendez-vous.
Au sein des bâtiments, nous pouvons aussi découvrir une reconstitution de l'habitat paysan de l'époque, grâce à la conservation et la mise en scène de nombreux objets et outils d'autrefois.

Histoire

  • « La première mention d'un moulin seigneurial à Walheim remonte au 30 juin 1312 »[3]. Ensuite, on le retrouve dans différentes archives au fil du temps, notamment en 1589 dans les possessions de la seigneurie d'Altkirch et de Ferrette.
  • En 1672 il devient une propriété privée « et le meunier payait ses impôts au Seigneur, par exemple 15 sacs de grain »[4].
  • Durant la première guerre mondiale, la roue qui actionnait la rive à chanvre est détruite.
  • Au cours des années 1920 l'huilier Morand SUTTER a consigné de nombreuses notes dans des cahiers. On y apprend par exemple que la conche provient d'un bloc de calcaire « taillé pendant quinze jours au prix de trente francs par jour »[5].
  • Au milieu du XXe siècle, la meunerie s'arrête au profit de l'huilerie qui fonctionnera jusqu'en 1970.
  • Pendant la seconde guerre mondiale, trois prisonniers polonais sont hébergés au moulin. Ils ont laissé quelques souvenirs dont des dessins sur les murs de leur chambre.
  • Le moulin a été victime d'incendies, surtout au niveau de la maison du meunier qui a été reconstruite au début du XXe siècle.

La roue motrice

Roue et grande poulie
Photo B.ohland
  • Il s'agit d'une roue à aubes, appelée aussi "à la gentille". Ces roues sont plus anciennes que les roues à augets et se trouvent plutôt en aval des cours d'eau, où le débit est plus fort. Elles sont alimentées par le dessous.
  • La roue actuelle n'est pas d'origine :
- Elle a remplacé les trois, décalées, qui restaient après la destruction de la quatrième.
- Ses rayons sont en chêne et les pales en bois. Son diamètre fait 4,80 mètres pour une largeur de 1,40 mètre.
- « Elle produit une force de 42 chevaux »[6].
  • En 1987, elle a nécessité une restauration.


Fonctionnement

Dispositif hydraulique du moulin Photo B.ohland
  • L'Ill s'écoulant rapidement, les meuniers ont cherché les meilleurs aménagements possibles pour essayer de régulariser le débit de l'eau. Parmi ceux-ci, ils ont opté pour une trappe à crémaillère actionnée par une manivelle : elle est facilement manœuvrable, même par des enfants.
  • Au rez de chaussée du moulin, huilerie et meunerie sont installées dans des pièces séparées, par mesure d'hygiène et de sécurité, la poussière de farine étant facilement inflammable;
  • Deux éléments sont particuliers au Moulin-bas :
1) Les poulies en fonte, visibles sur le mur gouttereau et le pignon, transmettaient l'énergie vers des annexes. Cela servait à un hache-paille, une scie à ruban, et à la batteuse « à une quarantaine de mètres du moteur hydraulique qui l'actionnait par un long câble métallique avec quatre transferts de rotation »[7].
2) À l'intérieur, un arbre de transmission particulièrement long, garni de poulies démontables et de courroies, envoyait l'énergie cinétique à de nombreuses machines ou à des outils agricoles :
- les machines de la meunerie y compris un élévateur et un monte-charge,
- les machines de l'huilerie dont une pompe hydraulique,
- et broyeur à pommes et raisins, égrenoir à maïs, griffe à foin, hache-betteraves, meule à aiguiser, tarare.


La meunerie

  • La meunerie était équipée de deux tournants, mais la production de farine a pris fin en 1950.
  • La bluterie n'a pas été complètement conservée : il y manque les soies. Certains spécialistes se demandent même s'il ne s'agit pas plutôt d'un "crible émotteur" (destiné à nettoyer le blé de ses impuretés).
  • Ne figurent pas dans la galerie ci-dessous : l'élévateur à godets et le monte-charge, encore présents sur les lieux.

L'huilerie

  • Dans le Sundgau, parmi les 200 moulins, l'on pouvait dénombrer de nombreuses huileries. Seules deux peuvent encore témoigner de ce savoir-faire : celle-ci et l'huilerie à manège de Manspach.
  • Au Moulin-bas, se faisait de l'huile de noix (de 3 à 5 kg de cerneaux pour un litre d'huile) et de l'huile de colza ( environ 2,5 kg de graines pour un litre d'huile). Le broyeur à colza ne figure pas dans les photos.
  • Les roues jumelées sont en grès, pèsent une tonne pour un diamètre de 1,10 m. La date de 1831 y est gravée.

Autre éléments

  • La photo de l'arbre de transmission n'en représente que la moitié.
  • Le "Kerbholtz" est le mot alsacien signifiant "bois à encoche" : c'était une façon de comptabiliser les sacs de farine successifs en attendant de les payer à la fin du mois ou de l'année.

Les meuniers

Les meuniers du Moulin-bas

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Joseph HARNIST (1) 1668 - Selon Le moulin - Mairie de Walheim  
Martin HARNIST 1689 - 1697 Selon Les notices des Harnist par le CRHF  
Morand HARNIST - 1775 Né ici le 8/04/1712. Marié à Catherine BUEB le 4/03/1738 à Luemschwiller, dont sept enfants. Décédé en 1775  
Antoine HARNIST 1766 - Il a 18 ans en 1766 et est meunier sur la Liste des miliciens de Walheim relevée par le CRHF. Il pourrait correspondre à Antoine, né le 23/11/1747 et décédé le 20/11/1805, fils de Morand HARNIST et Catherine BUEB. Il serait le frère de Joseph HARNIST (2) ci-dessous.  
Joseph HARNIST (2) 1776 - Fils de Morand HARNIST et Catherine BUEB. Né ici le 29/08/1752. Marié à Françoise WILD le 6/02/1775 à Landser, 3 ou 4 enfants dont 2 seront meuniers (Joseph, né en 1776 sera meunier à Altkirch). Décédé ici le 13/04/1811.  
Morand HARNIST (1) 1811 - 1857 2e fils de Joseph HARNIST (2) et Françoise WILD. Né ici en 1786. Marié ici le 10/12/1817 à Régine Puis Reine SCHUELLER, 7 enfants, dont un Morand, qualifié de meunier en 1857 au décès de son père. Maire de la commune. Décédé ici le 20/09/1857.  
Morand HARNIST (2) 1857 - 1901 Fils de Morand HARNIST (1) et Reine SCHUELLER. Né en 1819. Resté célibataire. Décédé en 1902. Sa sœur Jeanne HARNIST épouse Morand SUTTER.  
Morand Théophile SUTTER 1901 - Fils de Jeanne HARNIST et Morand SUTTER. Né le 21/02/1862 à Luemschwiller. Cultivateur jusqu'en 1899, puis meunier. Maire de Walheim de 1919 à 1925. Il épouse Marie-Anne HAGENBACH, dont trois enfants : Morand (1897 - 1986), qui sera huilier, Françoise (1899 - 1995) et Xavier (1901 - 1990), qui exploitera également le moulin  
- -  

Remarque: Françoise SUTTER, fille de Morand Théophile SUTTER, épouse louis Auguste HUGELÉ.
Ce sont ses descendants qui sont les propriétaires actuels du moulin. Et c'est leur fils (par ailleurs membre de l'Association d'Histoire de Lutterbach) qui organise les visites, dont certaines, pédagogiques, à destination des enfants.

Autres meuniers

Il s'agit de meuniers trouvés dans des arbres généalogiques (Geneanet) et mentionnés à Walheim, sans que l'on sache dans lequel des deux moulins, et sans forcément de liens de parenté avec la lignée du premier tableau...

Prénom(s) NOM Période Observations
Jean-Jacques HARNIST - Fils de Jean HARNIST et Marie WILD. Né ici en 1671. Est maire de la commune en 1692 et 1695. Marié avec ? Trois fils, dont deux qui seront aussi meuniers.  
Martin HARNIST - Frère de Jean-Jacques. Né en 1668 ? ou 1688 ? Prévôt de Walheim. Marié avec ? dont une fille. Décédé en 1726.
Est-ce le même que Martin mentionné en seconde ligne dans le premier tableau ?  
Jean-Théobald HARNIST - Fils de Jean-Jacques ? Baptisé ici le 11/05/1709. Marié ici le 26/06/1727 avec Marie-Anne KIEFFER, dont 8 enfants. Décédé ici le 4/05/1747  
Jean-Thiébaut HARNIST - Fils de Jean-Jacques HARNIST et Ursule SELLET. Né ici vers 1740. Marié ici le 5/01/1770 avec Marie BITSCHENE, dont 3 fils : Blaise, Martin et Morand. Décédé ici le 22/02/1813.  
- -  
Joseph SCHWARTZMANN ? 1891 - 68356 - Moulin-bas Sac SCHWARTZMANN.JPG  
- -  
Célestin HARNIST ? 1908 - 68356 - Moulin-bas Sacs Farine.JPG  

Les huiliers

Prénom(s) NOM Période Observations
- -  
Morand SUTTER 1920 - Né le 23 novembre 1897. Cultivateur et huilier. maire de la commune de 1935 à 1941 puis de 1945 à 1971. Décédé le 4 mars 1986. Il a laissé de nombreuses notes dans des cahiers.  
- -  

Distinction

Prix du public

Le Moulin-bas était en lice pour le Prix du Patrimoine organisé chaque année par la Chambre des Notaires du Haut-Rhin.
L'élection s'est déroulée le 8 février 2019 à Colmar.
Le moulin s'est vu attribuer le prix du public dans la catégorie 1 : Sauvegarde du patrimoine bâti.
La récompense sous forme d'un chèque de 3 000 euros va permettre de restaurer la passerelle surplombant le déversoir.

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Marc GLOTZ et Guy MEYER, Moulins du Sundgau, volume 3, "les Bassins de l'Ill et du Thalbach", Riedisheim, Société d'Histoire du Sundgau, 2000, 368 pages, ISBN 2-908498-12-X
  • Moulins du Sundgau, volume 4, "Les bassins de la Doller et de la Suarcine - Technique du moulin - Synthèse", Riedisheim, Société d'Histoire du Sundgau, 2001, 394 pages, ISBN 2-908498-13-8
  • Revue En Alsace, n° 69, octobre-novembre 2011, multi rédacteurs, Mulhouse, COMEMAG, 98 pages, SSN 1634-3859

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.
  1. Page 7 dans l'introduction de Gabrielle CLAERR STAMM, présidente de la Société d'Histoire du Sundgau, in Moulins du Sundgau, volume 4, Riedisheim, Société d'histoire du Sundgau, 2001, 394 pages, ISBN 2-908498-13-8
  2. Base Mérimée
  3. Page 166, in Marc GLOTZ et Guy MEYER, Moulins du Sundgau, volume 3, "Les Bassins de l'Ill et du Thalbach", Riedisheim, Société d'histoire du Sundgau, 2000, 368 pages, ISBN 2-908498-12-X
  4. Le Moulin - Mairie de Walheim
  5. Page 224, dans l'article de Pierre GUTKNECHT intitulé "Autres fonctions d'un moulin", pages 213 à 236, in Moulins du Sundgau, volume 4, Riedisheim, Société d'Histoire du Sundgau, 2001, 394 pages, ISBN 2-908498-13-8
  6. Page 195, dans l'article de Guy MEYER intitulé "Moulins et aménagements hydrauliques", pages 187 à 206, in Moulins du Sundgau, volume 4, Riedisheim, Société d'Histoire du Sundgau, 2001, 394 pages, ISBN 2-908498-13-8
  7. Page 175, dans l'article de Pierre GUTKNECHT intitulé "Histoire de l'évolution du moulin et de sa technique", pages 173 à 186, in Moulins du Sundgau, volume 4, Riedisheim, Société d'Histoire du Sundgau, 2001, 394 pages, ISBN 2-908498-13-8