Mgr Roland-Gosselin

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Benjamin-Octave Roland-Gosselin (Paris 1870 - 1952) est un ecclésiastique français, évêque de Versailles de 1931 à 1952.

Jeunesse

Benjamin-Octave Roland-Gosselin naît le 17 décembre 1870 à Paris dans un hôtel où ses parents ont trouvé refuge en raison de la guerre. Il fait des études au collège des jésuites où il se lie avec le futur Mgr Rivière, évêque de Monaco.

Les ordres

En 1889, Octave fait part a ses parents de son souhait de rentrer dans les ordres. Son père écrit alors au cardinal Richard pour lui demander que son fils puisse faire sa philosophie au domicile familiale sans rentrer au séminaire pour des raisons de santé. Il entre finalement le 1er octobre 1890 au séminaire d'Issy où il a pour condisciple Jules Saliège , futur archevêque de Toulouse. Il prend la soutane dés le 19. Le 22, il sert son frère Joseph, une messe célébrée par le cardinal Place Saint Pierre de Chaillot, en mémoire à sa mère. Au séminaire de saint Sulpice, il passe cinq ans de préparations à son sacerdoce.

Il est ordonné prêtre le 21 décembre 1895, par Mgr Farges, évêque de Thénarie. Il commence alors sa vie pastorale dans la paroisse de Saint-Pierre de Chaillot dont le curé M. Chesnelong, futur archevêque de Sens, était un ami de la famille.

Monseigneur Richard le prend alors comme secrétaire puis le nomme à la direction des Œuvres et des vocations de l'archevêché de Paris dont il devient sous-directeur en 1902, fonction qui lui vaut de devenir chanoine. Il acquiert le château de Montsoult qui servira a l'accueil des écoles libres du diocèse de Paris et a l'organisation de retraites pour le clergé Parisien.

Pendant la première Guerre mondiale, il prend du service dans la marine comme aumônier. Les services qu'il y rend lui valent d'être cité et élevé au rang de chevalier de la Légion d'honneur.

Dés la fin de la guerre, le cardinal Amette (Léon-Adolphe Amette) demande au souverain Pontife l'élévation du chanoine Roland-Gosselin à l'épiscopat et sa désignation comme auxiliaire de Paris, après avoir été nommé évêque in partibus de Mosynople (Mosynopolis), ce qui fut accordé lors du Consistoire du 3 juillet 1919. La consécration épiscopale lui fit donnée le 12 août suivant par Mgr Amette avec l'assistance de l'archevêque de Sens et l'évêque de Versailles, Mgr Gibier. Ce sacre réuni le clergé de la capitale et un grand nombre d'évêque et une foule de plus de 4000 personnes.

Après la mort de Mgr Amette, l’archevêque de Rouen Mgr Louis-Ernest Dubois lui succéda mais garda son précieux auxiliaire. Mais des querelles de personnes s'élèvent rapidement entre eux. Après quelques difficiles années de collaboration, Monseigneur Gibier, alors évêque de Versailles lui demanda de venir l'assister en tant que coadjuteur. L'entente entre les deux prélats était si bonne que Monseigneur Roland-Gosselin obtint le droit de succéder à celui qui était devenu son ami et de pouvoir ainsi l'œuvre de réorganisation de ce grand et difficile diocèse.

La fin

Sentant ses forces fléchir, il veut en 1947 renoncer à son diocèse, ce que Rome refusa. Mais, atteint, au printemps 1952, d'un mal qui ne lui permettait plus d'exercer ses hautes fonctions, il envoya une seconde fois sa démission au Souverain Pontife qui, cette fois l'accepte et le nomme archevêque in partibus de Laodicée de Syrie. Il meurt quelques semaines plus tard, le 22 mai 1952. Il est inhumé dans le caveau des évêques de Versailles dans la cathédrale de Versailles.

Bibliographie

  • Sébastien Boussier, Le diocèse de Versailles de 1931 à 1952. L'épiscopat de Mgr Roland Gosselin, dir. J.Y. Mollier, [mémoire de maîtrise à Université de Versailles-Saint-Quentin, 1999.

Voir aussi