Maximilien Sébastien FOY

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

<Retour à Pithon <Retour à Ham

général Foy

Maximilien Sébastien FOY (1755- 1825)

Général

Quand la petite histoire rencontre la grande !

  • Les historiens sont d'accord (comme l'atteste l'état civil) sur le lieu et la date de naissance du futur général d'Empire : le 3 février 1775 à Ham. Mais c'était sans compter avec la curiosité et la persévérance de madame le maire de Pithon qui a retrouvé les preuves des véritables circonstances de la naissance du futur grand homme.

Pithon, petit village de l'Aisne qui jouxte Ham (Somme), était le lieu de prédilection des promeneurs de la ville voisine et ce 3 février 1775, la future maman du général décide de faire une promenade sur le chemin de halage du canal de la Somme. Le jeune Maximilien décida de venir au monde durant cette escapade ; il naquit donc dans une maison de Pithon mais fut rapatrié dans la maison familiale de Ham où il fut enregistré.

Biographie

Carriére militaire

  • Maximilien Sébastien FOY est un général du premier empire né le 3 février 1775 et mort à Paris le 28 novembre 1825.

Il entre au service comme aspirant au corps d'artillerie à l'école de La Fère en 1790 à l'âge de 15 ans. En 1792, il fait ses premières armes sous les ordres de DUMOURIEZ comme sous-lieutenant.
Il combat à Jemmapes, puis est versé au 2e régiment d'artillerie légère, nouvellement formé, où il est promu capitaine. En 1794, il est arrêté à Cambrai par Joseph LE BON et traduit devant le conseil révolutionnaire pour avoir soutenu la cause libérale. Le 9 thermidor lui sauve la mise, il est réintégré dans son grade.

  • Il fait les campagnes de 1796 et 1797 à l'armée du Rhin, et obtient le grade de chef d'escadron. Il n'a pas encore 20 ans qu'il est choisi comme aide de camp par le général Bonaparte.
  • En 1799, il obtient à l'armée d'helvetie les grades d'adjudant général, puis chef de brigade.

En 1880, il combat à l'armée du Rhin sous MOREAU, et devient en 1801 colonel du 5e régiment d'artillerie légère.
Républicain convaincu, il vota contre l'empire ; compromis dans l'affaire Moreau, ce qui lui valut de rester longtemps sans avancement.

  • En 1807, il est envoyé à Constantinople pour organiser l'artillerie turque, il se distingue à la défense des Dardanelles contre la flotte britannique.
  • Passé à l'armée du Portugal, il est nommé général de brigade après la bataille de Viemero le 3 septembre 1808.

Nommé général de division, par Napoléon, pour son compte rendu sur l'armée d'Espagne, il prend une part active à toutes les campagnes de la péninsule et des pyrénées, jusqu'à la bataille d'Orthez où il est gravement blessé.

  • Nommé inspecteur général d'infanterie en 1814, il rallie l'empire pendant les 100 jours et commande la 9e division d'infanterie dans la campagne de Belgique. Il reçoit à Waterloo la 15e blessure de sa carrière.

Carrière politique

Tombeau du général FOY au Père Lachaise
  • Dès 1815, commence un brillante carrière politique pour le général FOY qui siège durant 7 sessions consécutives à la chambre des députés.
  • En 1819, il est candidat à la députation de l'Aisne, élu il siège sur les bancs de l'opposition libérale. Il est honoré d'une triple élection en 1823 pour les arrondissements de Paris, Vervins (02) et Saint-Quentin (02).
  • Il met ses talents d'orateur pour défendre : la liberté de la presse, le droit des anciens combattants des armées napoléoniennes, le respect de la constitution, le droit de pétition.

Pendant les dernières années de son mandat, il continue de défendre les libertés du citoyen. Ses paires l'ont honoré en faisant ériger une statue dans les couloirs de l'assemblée.

  • Maximilien Sébastien FOY, comte d'empire, général et député est mort à Paris le 25 novembre 1825.
  • Une pompe éclatante accompagna les funérailles du général : les honneurs militaires lui furent rendus par un détachement de la garde nationale et comme il n'avait pas songé à enrichir sa famille, les députés du parti libéral mais aussi ses pairs ouvrirent une souscription en faveur de ses 2 jeunes enfants.
  • Son cercueil fut porté par les jeunes libéraux : Victor HUGO, Prosper MÉRIMÉE, Benjamin CONSTANT, Casimir PERRIER, David d'ANGERS.
  • Un tombeau fut élevé en 1831 au cimetière du Père Lachaise. Léon VAUDOYER en fut l'architecte et David d'ANGERS sculta la statue et les bas reliefs.

Sources

  • Mairie de Pithon (02)
  • Mairie de Ham (80)
  • Wikipedia
  • www.1789-1815.com