MICHEL Marius

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Blaise-Jean-Marius MICHEL Pacha Comte de Pierredon, Pacha de l’Empire ottoman, dit Michel Pacha


Marius MICHEL Pacha Fondateur de Tamaris La Seyne-sur-Mer

Un promoteur visionnaire

Marius Michel, Comte de Pierredon, plus connu sous le nom de Michel Pacha est né en 1819 à Sanary.

Grand personnage que ce Sanaryen de souche qui, au 19e siècle, mit son esprit d’aventure et son génie d’entreprise au service des Sultans de Constantinople, avant de devenir fondateur de villes.

Entré comme mousse dans la carrière de marin, il devint capitaine au long cours, naviguant au Moyen-Orient où il fit naufrage, suite à l’absence de signalisation. Cet accident l’amena à imaginer un réseau de phares le long des côtes ottomanes, projet qu’il eut l’occasion de faire valoir auprès de l’empereur Napoléon III.

Il est nommé en 1855 Directeur des phares et balises de l’Empire ottoman par le sultan Abdul Mejid, sur proposition de Napoléon III.

Après avoir construit cent-vingt phares, il fut chargé de créer le port moderne de Constantinople, en 1879 .

Sa passion et son ambition le ramènent en 1879 auprès du Sultan dont il obtient la concession des quais de la ville d’Istanbul ainsi que le titre honorifique de Pacha de l'Empire Ottoman.

Dès lors, les honneurs s’accumulent. Il est fait Chevalier de la Légion d’honneur par la République en 1880 et Comte de Pierredon par le Pape en 1882.

Ses voyages entre Marseille où résidait son épouse, Paris où l’appelaient ses affaires et Contantinople, ne l’empêchèrent pas d’être élu maire de Sanary en 1865. S’appuyant sur la fortune qu’il avait construite, il entreprit d’en faire une station balnéaire de renom.

Puis, ayant découvert le site de Tamaris sur la rade de Toulon, dont l’ambiance rappelait étrangement le Bosphore, il décida d’y créer une ville nouvelle. Sur 80 ha, il érigea villas, hôtels, fontaines, commerces, Casino et construisit les ports du Manteau et des Sablettes.

À plus de 60 ans, Michel Pacha fonda alors aux Sablettes, sur les rives de la "vraie mer", un somptueux établissement balnéaire.


Bien que natif de Sanary, c’est pour La Seyne-sur-Mer qu’il éprouve un coup de foudre. Le nouveau comte de Pierredon s’y fera d’ailleurs construire un château féérique au cœur des 60 hectares de terrain qu’il acquiert le long du littoral de Tamaris. De cette étendue encore vierge, Michel Pacha fera une station touristique, une étape obligée pour la haute société de l’époque.

Il mourut à près de 90 ans, sans voir vu aboutir un projet de canal entre La Seyne et Sanary, assez large pour les cuirassés, et qui aurait désenclavé la rade, abri et piège pour la flotte française.

La mort de Michel Pacha, le 6 janvier 1907, annonce la fin de son rêve : la Tamaris mondaine. Le grand bouleversement engendré par le conflit de 1914-1918 entraîne en effet quelques années plus tard la fin de la Belle Époque comme celle de cette station huppée réservée à une société disparue...

La Grande maison de Tamaris

Tamaris la grande maison.jpg




Bâtie sur la corniche des Tamaris, cette superbe bâtisse de 3 800 m2 datant de la fin du XIXe siècle, appartenait à Michel Pacha. Ce dernier fut le grand instigateur du développement de La Seyne comme station balnéaire, notamment par l'assèchement du marécage (où poussaient les Tamaris). La villa qui porte son nom abrite aujourd'hui un musée d'Art Moderne et offre aux visiteurs des salles de conférences et d'expositions.

Corniche Michel Pacha

Un des plus beaux endroit de La Seyne est la corniche Tamaris : vous pourrez y apprécier de superbes points de vue et admirer de belles villas qui vous rappelleront le riche passé de cette station balnéaire.

Cette corniche et ses demeures accueillirent de nombreux artistes à la fin du siècle dernier : Renoir, d'Annunzio, Georges Sand, parmi les plus connus.... Vous y trouverez aussi d'étonnantes et très belles villas à l'architecture mauresque avec minarets et toits terrasses. L'une des plus belles (vous ne pourrez pas la manquer, c'est la plus blanche) accueille aujourd'hui l'institut de biologie marine de l'Université de Lyon.

Illustration, photos anciennes


Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.