Le Petit Journal

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Petit Journal.
Action.

< Retour

HHistoire.pngistoire du journal

Le " Petit Journal " est l' un des plus anciens journaux de France. Il est née en 1863 et sa création doit être considérée comme l' un des événements qui marquèrent le plus profondément dans la vie du Paris de naguère. Dans l' histoire de la presse, c' est plus qu' un simple épisode ; c' est la date mémorable d' une véritable révolution, non pas seulement dans le journalisme, mais dans les moeurs

Les générations actuelles ne peuvent imaginer ce qu' était la presse avant l' apparition du journal à cinq centimes, du journal populaire mis à la portée de toutes les bourses. La presse ne jouissait d' aucune liberté. Des législateurs ombrageux lui avaient fait un code bizarre et l' avait reléguée hors du droit commun. Son état était d' exception. Le gouvernement ne souffrait d' elle rien qui pût, non pas même le blesser, mais simplement l' égratigner. On exigeait des journaux de lourds cautionnements ; une censure jalouse les surveillait de près ; à la moindre critique, à la plus petite allusion politique, les amendes tombaient sur eux dru comme grêle ; à la récidive, c' était l' interdiction.

C' est assez dire que la masse du peuple, les ouvriers,les employés, les petits bourgeois étaient condamnés à ne point lire les journaux. Les gens aisés eux-mêmes y regardaient à deux fois avant de s' abonner à un journal. Les uns allaient lire gazette au cabinet de lecture ; d' autre s' entendaient entre voisins pour prendre un abonnement à l' une des grandes feuilles de Paris.

Millaud n' avait, en créant, d' autre intention que de donner au peuple, tous les jours, un écho de la vie nationale : informations, fait divers, chroniques inspirées par les événements d' actualité, causeries sur le théâtre, variétés, romans, mais pas de politique ! La politique, c' était alors la mort certaine. Et il fallait vivre. Le Petit Journal vécut .

Source : Jean LECOQ. (Almanach 1940)

La presse à 1 sou.

Le Petit Journal (Journal à 1 sou : 5 c) créé le 1-2-1863 par Moïse (dit Polydore) Millaud, non politique et donc non timbré, de demi-format, 4 pages (6 en 1901)

L' objectif étant de séduire le maximum de lecteur afin d'attirer les publicitaires, la stratégie dominante est de vendre au prix le plus faible possible.

En 1863, Moïse Polydore Millaud lance à grands renforts de publicité « Le Petit Journal » ; c'est le premier journal français dont la stratégie est accès sur le sensationnel.

Le prix de vente est également modique afin d'en faire un journal populaire.

Pour ne pas avoir à payer le timbre (5 centimes par numéro) qui eût rendu l'entreprise impossible, le journal était apolitique.

Dans ses colonnes ont été publiés des romans feuilletons de Gaboriau et de Ponson du Terrail.

Les autorités du second Empire favorisèrent le développement de cette feuille bon marché et de ses concurrentes.

Après le 4 septembre 1870, le timbre supprimé, Le Petit Journal put parler de politique.

Malgré quelques crises - en 1870, plus de 400 000 exemplaires, on compte, en 1892, un million d'exemplaires.

Girardin en prit le contrôle en 1873.

À son apogée, vers 1890, son tirage a atteint le million d'exemplaires.

Le Petit Journal a créé en 1891 la course cycliste Paris-Brest-Paris.

Le Petit Journal a organisé la première course automobile de l'histoire : Paris-Rouen le 22 juillet 1894. La course a été gagnée par le comte Jules de Dion sur une De Dion.

En 1937, il ne tirait plus qu'à 150 000 exemplaires, quand il devint l'organe du Parti social français.

Replié à Clermont-Ferrand en juin 1940, Le Petit Journal y vécut, médiocrement, jusqu'en 1944; durant cette période, il reçut chaque mois une subvention du gouvernement de Vichy.

Des publications hebdomadaires annexes, la plus célèbre fut son Supplément illustré en couleurs, dont les images offrent un très pittoresque exemple des curiosités et de l'idéologie populaire de la fin du siècle.

Cette réussite provoque une montée en flèche de ce nouveau genre de périodique, (le Petit Parisien par exemple. Le Petit Parisien fondé par Louis Andrieux ; en 1879,1er n° le 16-10-1870.

Le Petit Journal Illustré

"Le Petit Journal Illustré" est le supplément du quotidien "Le Petit Journal".

Les premiers numéros sortent tous les vendredis pour le samedi (le premier numéro, samedi 29 novembre 1890), en janvier 1894 tous les dimanches, pour le lundi puis en novembre 1894, Il parait les dimanches pour le dimanche. Avant août 1914 la revue se compose de huit pages. D' une première page en couleur, de texte comprenant l'explication des gravures, des romans feuilletons, une bande d'images humoristiques par Draner ( Jules Renard dit. Liège, 1833 - Paris, 1923 ), des pièces, des poèmes, des conseilles etc... et une gravure en couleur en dernière page.

Le petit journal est désorganisé par la guerre après le numéro du 9 août et publie un numéro pour août 1914, un autre numéro pour septembre, ensuite il parait en petit format pendant trois numéros avant de redevenir comme avant, le 25 octobre 1914, mais seulement sur quatre pages dont seule la première est en couleur, le contenu restant le même.

En 1915 le journal reparaît sur huit pages dont deux, parfois quatre, en couleurs avec en plus, ce qui est nouveau, des photos.

A partir de 1916 la plupart des couvertures représentent un général français ou allié. La couverture, souvent dessiné par Damblans, est ce qui constitue l'intérêt du journal. C' est un dessin souvent allégorique et patriotique.

En 1917 le journal change de dimension plus carré que rectangulaire et le coq apparait dans le titre. « Le Petit Journal Illustré » devient à partir du n° 2130 du 18 octobre 1931 : « l' Illustré du Petit Journal ».

Remarques

1866 MARINONI construit à Paris la première voiture typographique pour l'impression de journaux.

Hippolyte Marinoni (1823-1904) fut élève du constructeur de machines d’imprimerie Gaveau (1801-1855). Mécanicien, inventeur et constructeur de presses à imprimer, il collabora étroitement avec Émile de Girardin, précurseur de la presse moderne.
En 1866, sa première rotative à journaux imprime Le Petit Journal ( 900 000 exemplaires en 1890).
En 1882 Marinoni devient directeur de la rédaction du Petit Journal et surtout Président du conseil d' administration.
En 1890, Hippolyte Marinoni met au point un procédé permettant à ses rotatives d'imprimer directement des illustrations en quatre couleurs. Aussitôt " Le Petit Parisien " ," Le Petit Journal " et " La Petite Presse " lancent avec succès un supplément illustré dont la première page en couleurs montre un fait divers interprété de façon grand-guignolesque par leurs dessinateurs.
Hippolyte Marinoni fonde en 1847 la Société Marinoni après avoir déposé plusieurs brevets dont celui de la première presse à réaction.

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)