Langues régionales et patois

De GeneaWiki
Aller à : navigation, rechercher
Langues et dialectes de France métropolitaine

Le territoire métropolitain de la France connaît huit langues qui ont laissé leur empreinte dans les noms de personnes (anthroponymie) et de lieux (toponymie). Si le français, depuis un siècle, est devenu prépondérant, il n'a pu effacer les traces de ces langues:

  • langue celtique: le breton
  • langues germaniques: le flamand, le platt lorrain, l'alsacien
  • langues romanes: l'occitan, le catalan, le francoprovençal, le corse, le ligure
  • une langue isolée (sans langue apparentée connue): le basque

Répartition géographique

Qui a produit tous ces dialectes?

Pourquoi le Normand ne parlait-il pas comme le Bourguignon, et le Gascon comme le Provençal ?

Nul ne le sait, et nul ne peut le savoir.

On dit bien : influence des milieux, et on a raison ; mais quel facteur est le plus important ? On ne sait.

Est-ce la conformation géographique ?

Peut-être ; mais, en ce cas, comment se fait-il que langue d'oïl et langue d'oc s'enchevêtrent comme elles le font ?

Comment se fait-il que le bourguignon (langue d'oïl), descendant jusqu'en Dauphiné, où il rencontre la langue d'oc, soit dépassé à l'ouest par les dialectes d'Auvergne et du Limousin, tandis qu'il est parlé dans la Marche et dans le Bourbonnais ?

Comment se fait-il que la langue d'oc, qui monte jusqu'à la Loire par les massifs montagneux du centre, soit arrêtée au bord de la Gironde par les dialectes de langue d'oïl de l'Angoumois et de la Saintonge ?

Est-ce la composition ethnique des populations qui modifie de si diverses manières le latin vulgaire des Gaules ?

Qui dira alors pourquoi la Gaule cisalpine parle italien, malgré sa population celtique, tandis que la grande Gaule parle français ?

Qui expliquera pourquoi Aquitains et Catalans, aussi mêlés d'Ibères, de Celtes, de Latins et de Visi-goths que les Aragonais et les Castillans, parlent, les premiers la langue d'oc, et les seconds l'espagnol ?
Source :Site Persée (revues scientifiques)

Les langues régionales

Il s'agit des langues parlées en France avant l'uniformisation linguistique (imposée notamment par l'enseignement obligatoire et le service militaire):

  • l'alsacien (dialecte du Haut Allemand)
  • le basque
  • le breton
  • le catalan (en Roussillon)
  • le corse
  • le flamand occidental (Nord), un dialecte du néerlandais
  • le francique lorrain (dialecte du Moyen Allemand)
  • le francoprovençal ou arpitan (intermédiaire entre le français et l'occitan) en Savoie, Dauphiné, Lyonnais, Bresse
  • l'occitan ou langue d'oc (autrefois appelé provençal)
  • le royasque (intermédiaire entre la langue d'oc et le génois, dans l'Est des Alpes Maritimes)

Plus le territoire est étendu, plus la variété est importante.

Les grandes familles des patois de France

Aujourd'hui les différents patois français (des centaines, 363 selon une enquête pour Atlas Linguistique de France) sont de la même famille (romane) mais regroupés en trois grandes zones :

  • les dialectes d'oïl au nord : Wallon (en Belgique), Lorrain, Champenois, Normand, Angevin, Poitevin, Berrichon, Bourguignon, Champenois et le Francien (d'où est issu le français).
  • l'occitan ou Langue d'oc au sud : gascon, languedocien, provençal, limousin, auvergnat.
  • le franco-provençal (sur trois pays : France, Suisse et Italie) : Lyonnais-Forez-Beaujolais, Savoie, Vallée d'Aoste, Suisse francophone (romande).

Intéressante étude sur le Franco-Provençal, langue, dialecte, patois ?

http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/monde/franco-provencal.htm

Étymologie

Patois est un mot qui viendrait de l'ancien français "patoier" signifiant agiter les mains, gesticuler puis se comporter, manigancer ; dérivé de patte au moyen du suffixe -oyer.

Cette étymologie permet de comprendre en partie la connotation péjorative que comporte ce terme : on patoise quand on n'arrive plus à s'exprimer que par geste.

Selon une autre hypothèse il pourrait dériver du latin "patria" (patrie), faisant ainsi référence à la dispersion locale d'une variante d'un langage.

Source : Dictionnaire sensagent

Remarques de contributeurs

Les grandes familles du Patois

Ce ne sont pas des "patois" (terme dont la définition est donnée ensuite et dont on voit qu'elle ne correspond pas à ce dont il s'agit ici), mais, ainsi qu'indiqué, des" dialectes d'oïl" ou des" dialectes d'oc".

Parmi ceux-ci manque le vivaro-alpin. Par contre le "béarnais" est en trop qui n'est qu'un sous-dialecte du gascon, comme le landais, le bigourdan, l'ossalois, l'albigeois, etc, etc

Le lorrain

Le lorrain désigne la langue romane parlée en Lorraine. Seul le nord et le sud-est du département de la Moselle, la Moselle thioise, parle une langue francique.

Le lorrain est aussi parlé :

  • dans certaines enclaves, à l'ouest de l'Alsace : c'est le parler welche. Ce nom est l'équivalent de roman dans les langues germaniques.
  • le sud du Luxembourg belge parle le gaumais : c'est le lorrain de Belgique.

Le francique

Le francique (en français) et "platt" en francique, qui est improprement nommé "lorrain" sur la carte, n'a rien à voir avec le lorrain, qui est un patois roman (soit francophone), tandis que le francique (parlé le long de la frontière allemande de la Moselle) est un "moyen-allemand" et n'a donc rien à voir non plus avec l'alsacien ("haut-allemand", comme en Bavière, en Autriche, en Suisse, en Bade-Wurtemberg). Les langues du "moyen-allemand" sont parlées dans les régions de moyenne altitude de l'Allemagne (d'où le nom).

Concernant le francique, il faut lui distinguer trois variantes (d'accent et de vocabulaire), qui ont leur prolongement au delà des frontières. Ce qui n'en fait pas 3 langues distinctes, car le dialogue est grandement possible entre elles, mais révèle immédiatement le terroir d'un locuteur.

  • Soit au nord-ouest, le francique thiois (= de Thionville) qu'aujourd'hui, on appelle parfois "luxembourgeois", puisqu'il y est devenu langue officielle, en plus du français et de l'allemand.
  • Au centre (secteurs de Bouzonville, Boulay et Faulquemont), le francique mosellan, qui est exactement la langue parlée en Sarre (historiquement lorraine, en partie).
  • A l'est (secteurs de Forbach, Sarreguemines, Sarrebourg et Pays de Bitche), le francique rhénan, qui est la langue parlée dans le Palatinat et à l'est du land de Sarre.

L'alsacien

La carte donne également l'alsacien parlé dans toute l'Alsace, ce qui est une autre erreur, puisque certaines vallées vosgiennes sont tout simplement patoisantes : c'est habituellement un patois qui mélange des termes d'origine francophone et des termes d'origine germanophone : patois roman ou encore welche. Mais la particularité du dialecte alsacien vient du fait des différentes racines germaniques : alémanique du sud jusque vers Sélestat, le francique en Alsace-bossue et dans le Nord (Wissembourg). Cela aussi fait la richesse de l'Alsace.

Les langues régionales en France métropolitaine

Les rapports Poignant (1998) et Cerquiglini (1999) mentionnent précisément l’alsacien, le basque, le breton, le catalan, le corse, le francique, le flamand occidental, le franco-provençal, l’occitan ou langue d'oc (partagé entre le gascon, le languedocien, le provençal, l'auvergnat-limousin et l'alpin-dauphinois) et huit langues d'oïl: le franc-comtois, le wallon, le picard, le normand, le gallo, le poitevin, le saintongeais et le bourguignon-morvandiau

Les «langues transfrontalières» sont les suivantes: l'alsacien, le francique (souvent lorrain sur les cartes), le basque, le catalan, le flamand (occidental), le franco-provençal et l’occitan.

À ces langues dites «historiques» s’ajoutent des langues immigrantes telles que le berbère, l’arabe dialectal, le yiddish, le tsigane (ou romani chib) et l’arménien occidental.

Source: 2010 Jacques Leclerc

Voir aussi.png Voir aussi (sur GeneaWiki)

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Petit dictionnaire des langues du monde et patois
  • Le français dans tous les sens : Henriette Walter (éd. Robert Laffont, Paris, 1988.)
  • Recueil d'expressions, proverbes, dictons, coutumes et traditions en patois roman de la Lorraine : Régis Watrinet (imprimer sur les presses de l'imprimerie Léon LOUIS 57220 BOULAY-MOSELLE Ed Régis Watrinet Courcelles Chaussy)

Logo internet.png Liens utiles (externes)