Histoire de la Réunion

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour


L'île de la Réunion a une histoire très récente. Repérée par les Arabes vers le Xème siècle, elle ne présenta aucun intérêt à leur yeux car l'île était trop difficile d'accès.
Ce furent les occidentaux, qui dans leur élan de colonisation, s'approprièrent l'île, chacun à leur tour, à partir du XVème siècle...

Inhabitée, l'île pourrait d'abord avoir été connue des navigateurs arabes qui l'avaient baptisée Dina Morgabin (« l'île de l'Ouest »).

Un navigateur portugais, Diego Dias, y aurait débarqué le 9 février 1513, jour de la Sainte-Apolline.
L'île apparaît ensuite sur des cartes portugaises sous le nom de Santa Apolonia.
Vers 1520, la Réunion, Maurice et Rodrigues sont appelées archipel des Mascareignes, du nom du navigateur portugais Pedro de Mascarenhas en route pour Goa (encore aujourd'hui, ces trois îles sont couramment appelées Archipel des Mascareignes).

Au début du XVIIe siècle, l'île est une escale sur la route des Indes pour les bateaux anglais et hollandais.
Les Français y ont ensuite débarqué pour en prendre possession au nom du roi en 1640 et l'ont baptisée île Bourbon (du nom de la famille royale).

L’île Bourbon est une concession, octroyée par le roi Louis XIV à la Compagnie des Indes Orientales. Deux agents de la Compagnie l’administrent : le gouverneur et le garde-magasin.

Le premier gouverneur fut Etienne Regnault, débarqué en 1665 avec une vingtaine de colons.
En 1694, en l’absence de gouverneur, les habitants désignent 6 d’entre eux qui vont constituer le Conseil des Anciens et administrer l'île jusqu’en 1696. L’île compte alors 269 habitants, dont 200 Blancs et 69 Noirs.

Un édit royal de 1711 institue un Conseil provincial, qui sera transformé en 1724 en Conseil supérieur. Celui-ci rend surtout la justice, mais remplit aussi des fonctions administratives. En 1714, la population de l'île s’élève à 1 780 habitants, dont 623 Blancs et 1 157 Noirs.

Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais gouverneur de l'île de 1735 à 1745 participera activement au développement de l'île.

En août1764, le roi Louis XV rachète l'île Bourbon et l'île de France (île Maurice) à la Compagnie des Indes, en faillite, pour la somme de 7 625 348 livres.

La liquidation de la Compagnie des Indes fut très longue et la rétrocession à la Couronne ne devient effective qu’en juillet 1767.

En 1768, le Conseil supérieur est aboli et une ordonnance royale du 25 septembre définit la nouvelle organisation administrative.

Un gouverneur général, chef militaire et représentant du roi, et un intendant chargé de l’administration vont conjointement assurer l’administration de Bourbon et de l'île de France, tout en résidant à l'île de France. Le gouverneur est représenté à Bourbon par un gouverneur particulier.

La colonie est divisée en quartiers ; les commandants de quartiers dépendent de l’intendant. A la veille de la Révolution française en 1789, on dénombre 6 quartiers.

1825 - 1871

L’ordonnance du 21 août 1825 réorganise l’administration de la Colonie et crée un Conseil général de 48 membres nommés par le roi (Charles X) pour une durée de 5 ans.

La Charte de 1830 apporte une certaine libéralisation : les députés de l'île sont élus directement par le Conseil général. Puis la loi du 24 avril 1833 remplace le Conseil général par un Conseil colonial de 30 membres élus pour cinq ans, qui sera supprimé en 1848 par la IIe République. C’est un sénatus-consulte du 3 mai 1854 qui rétablit un nouveau Conseil général de 24 membres nommés pour moitié par le gouverneur et pour moitié par les conseils municipaux.

En juillet 1866, les pouvoirs du Conseil général sont considérablement étendus : il fonctionne comme un véritable petit parlement local et exerce, par le vote du budget dans ses détails, une action prédominante sur l’administration.

A la chute de l’Empire, La Réunion entre définitivement dans la vie politique française.
En effet, la loi du 10 août 1871 règle l’organisation du Conseil général dont les membres sont désormais élus au suffrage universel, à La Réunion comme en Métropole. Cette loi est toujours en vigueur.

1946

Le 19 mars 1946, la Réunion devint un département d'Outre-Mer et en 1997 elle devient région ultrapériphérique de l'Union européenne.

La loi transforme en départements français les quatre colonies : Martinique, Guadeloupe, Guyane et Réunion.
Le premier préfet, Paul Demange, prend ses fonctions le 15 août 1947 pour mettre en œuvre la départementalisation.

1949

La loi du 2 août 1949 étend aux départements et territoires d’outre-mer les dispositions de la loi du 10 août 1871 relative aux circonscriptions électorales, aux conditions et au mode d’élection des conseillers généraux : La Réunion est divisée en 36 cantons. Aujourd’hui il y en a 49.


La culture réunionnaise provient essentiellement des esclaves qui ont peuplé l'île et du métissage qui s'en est suivi par la suite. Il en découle une musique comme le séga ou le maloya et un langage parlé, le créole, provenant de ce métissage de nombreux pays...

L'hymne de l'île de la Réunion : P'tite fleur aimée (Paroles : Georges Fourcade - Musique : Jules Fossy)