Francis BLANCHE

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

Retour au Lieux de sépulture de personnes célèbres
Retour à Paris
Retour à Èze

Francis BLANCHE.jpg



Francis Jean BLANCHE (de son nom complet), est un auteur, acteur et humoriste français, né le 20 juillet 1921 à Paris 11e et décédé le 6 juillet 1974 à Paris 15e. Il est inhumé au cimetière communal d'Èze.

Biographie

  • Francis est issu d'une famille d'artistes parmi lesquels on trouve son père Louis Jean BLANCHE (1882-1960) acteur de théâtre et son oncle Emmanuel BLANCHE (1880-1946) peintre.
  • Sa mère, Germaine Anne Françoise PETIT, veuve de MONTAGUCELLI, est surnommée "Monta".
  • Les parents de Francis divorcent en 1929 et son père se remarie avec Catherine VARLEY, dite "Ketty", de 27 ans sa cadette. C'est Ketty, nièce de Catherine FONTENEY, qui élève le jeune garçon. À l'âge de quatorze ans il obtient son baccalauréat.
Les tilleuls, à La Pattisserie
  • Catherine FONTENEY ayant loué une demeure à Marçon pour y mettre sa mère (Marthe FONTAINE, née CORRIOL) et sa sœur (Henriette VARLEY, née FONTAINE) en sécurité en cas de guerre, les deux familles parisiennes viennent souvent séjourner dans ce bourg de la Sarthe.
C'est ainsi que les Marçonnais voient souvent Francis Blanche, alors qu'il n'a que dix-sept ou dix-huit ans. C'est un compagnon de jeux d'Armand de Malherbe. « Nous faisions des balades à vélo, avec Francis Blanche et sa famille » se souvient l'ancien Maire de Marçon, « Il venait au château jouer au mah-jong. Il était très fier de montrer sa photo prise par le studio Harcourt, à vingt ans. »


  • Francis épouse Édith FONTAINE (sans lien de parenté avec Catherine FONTENEY et la famille FONTAINE) en 1943, à Marçon. Des Marçonnais se souviennent qu'il est descendu dans le Bourg, sa laitière à la main, profitant de la cérémonie à la mairie pour faire ses emplettes.
  • Notons que c'est à Marçon que le futur humoriste à écrit deux chansons, Un coin de ciel et Sur le fil, s'inspirant pour la deuxième du fil à linge de la grand-mère d'une voisine. Il a aussi créé un poème, Misère sur tout cela.
  • Le 21 juillet 1966, Ketty Blanche revend la demeure à Auguste et Fernande Touchard. Elle fixe une contrepartie : garder la jouissance d'une chambre (tout à droite de la maison) et du petit cabanon qui abrite une cuisine et des toilettes, pour deux à trois mois par an, précise Jérôme Lombard, petit-fils d'Auguste Touchard, ancien couvreur. Ketty Blanche décède en 1978 et repose comme son mari Louis Blanche et sa tante Catherine Fonteney dans le cimetière de Marçon.
  • Quant à Francis Blanche, c'est à Èze, près de Nice qu'il a choisi de se faire inhumer. Il découvre ce village en 1946 alors qu'il travaille à Radio Monte-Carlo et aux studios de "La Victorine" à Nice. Il choisira d'y demeurer pour l'éternité et fera figurer en épitaphe « Laissez-moi dormir, j'étais fait pour ça. »[1]. (Source : Catherine PAILLET et Patrice GUÉRIN ).

Son parcours d'artiste

  • Auteur, compositeur

Francis Blanche, débute en 1936 dans un petit cabaret de Montmartre où il récite des poèmes et des chansons de sa composition. Il jouera dans plus d'une centaine de cabarets. Et par la suite déclamera ces poèmes ou chansons à la radio.

  • Scénariste et dialoguiste

- En 1948, il écrit le scénario et les dialogues de L'assassin est à l'écoute, réalisé par Raoul André[2], film qu'il interprète également.
- En 1963, il immortalise les dialogues de Michel Audiard dans Les Tontons flingueurs de Georges Lautner, avec Lino Ventura, Bernard Blier, Jean Lefèvre et Robert Dalban.
- Il cosigne les dialogues de La grande bouffe (1973)

  • Acteur de cinéma

Le cinéma le révèle en 1959 dans le rôle du "commandant Schultz" auprès de Brigitte Bardot dans Babette s'en va-t-en guerre. Avec Darry Cowl, il tourne une série de films comiques. En 1962, il réalise et interprète Tartarin de Tarascon d'après le roman d'Alphonse Daudet, qui se solde par un échec. Il s'intègre parfaitement dans l'univers de Jean-Pierre Mocky avec qui il tourne quelques films dans les années 1960 : La grande lessive, entre autres. En 1968, il a l'occasion de démontrer encore une fois son talent au côté de Catherine Deneuve dans Belle de jour sous la direction de Luis Buñuel.

  • Animateur radiophonique et humoriste

- En dehors de son parcours cinématographique, Francis Blanche a d'autres cordes à son arc. En 1946, il anime l'émission radiophonique burlesque Sans rime ni raison.
- Avec Pierre Dac, il anime dans les années 1950 la série radiophonique des Signé Furax (1043 épisodes). Souvenons-nous également du célèbre sketch Sar Rabindranath Duval. Dans les années 1960, il est l'auteur de célèbres canulars téléphoniques.

  • Parolier

Il est le parolier de 673 chansons, dont certaines, comme Si le roi savait ça, Isabelle interprétée par Édith Piaf, ou Débit de lait, débit de l'eau en 1943 pour Charles Trénet (qui sont devenues des classiques).

  • Acteur de théâtre

Au théâtre, il interprète Tartuffe de Molière (en 1961), puis joue "Néron" dans L'étouffe chrétien de Félicien Marceau. Il écrit et interprète Adieu Berthe et Un yaourt pour deux. En 1972, il tourne pour la télé Les Grands Enfants et Au Clair de la Une.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Référence.png Notes et références

Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.
  1. Phrase extraite d’un de ses poèmes : Mon oursin et moi.
  2. http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=36214.html