Famille de Sainte-Marie d'Équilly

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La famille de Sainte-Marie d'Équilly est une famille éteinte du département de la Manche.

Généalogie

11.. XIIe siècle

I – Raoul de SAINTE-MARIE, époux de Colette de SEGNE.

La terre d’Esquilly fut donnée par Guillaume, comte de Boulogne, Varence et Mortaing. La donation est en parchemin daté du 7 de mars 1148 et scellée à Raoult de Sainte-Marie[1].

12.. XIIIe siècle

I – Raoul de SAINTE-MARIE

  • Foulques qui suit

II – Foulques de SAINTE-MARIE, époux de Jeanne de LA HAYE, fille de Foulques de LA HAYE d’où :

  • Olive de SAINTE-MARIE, mariée avec Colin de SAINT-PIERRE, chevalier, (contrat de juin 1251)[2].

1237 : Donation par Hughes de La Haye, chevalier, à Fouques de Sainte-Marie, chevalier, en faveur de son mariage avec Jeanne de La Haye, sa fille (acte scellé)[3].

1355 et ...

I – Raoul de SAINTE-MARIE († av. 1355), époux de Julienne DU BOIS d’où :

  • Jean de SAINTE-MARIE qui suit
  • Guillaume de SAINTE-MARIE
  • Autre Jean de SAINTE-MARIE

1355, mardi devant la fête saint Ambroise : devant Jacques de Champrepus, tabellion juré à Coutances pour le roi de Navarre. Lots et partages faits entre Jean de Sainte-Marie, Guillaume et autre Jean, ses frères, de la succession de Raoult de Sainte-Marie, leur père. Acte scellé[4].

II – Jean de SAINTE-MARIE, écuyer, seigneur d’Equilly et du Tanu, époux de Catherine de LA HAYE, fille du sieur de Vauville d’où :

  • Foulques de SAINTE-MARIE qui suit

III – Foulques de SAINTE-MARIE († av 1459), écuyer, seigneur d’Equilly et du Tanu[5], époux de Henrye de MONTAIGU, fille de Robert de Montaigu, chevalier, seigneur de Montaigu[6] d’où :

  • Jean de SAINTE-MARIE qui suit
  • Jeanne de SAINTE-MARIE, mariée avec Jean de Cambernon, écuyer, sieur de Montpinçon. Son père Foulques lui accorde, le 13 janvier 1403, 500 l. de rente[7].

IV – Jean de SAINTE-MARIE (ca 1422[8] - † av 1478), écuyer, seigneur d’Equilly et du Tanu, des Hiettes et de Chantelou, époux de Jeanne de LA LUZERNE, fille de messire Jean de La Luzerne d’où :

  • Jean de SAINTE-MARIE qui suit
  • Olive de SAINTE-MARIE, épousa, vers 1474-1478, Raoul de Bricqueville, écuyer, seigneur de Bricqueville et de Bretteville, fils de Guillaume et Perrinne de Beuzeville. Le 10 janvier 1494 au sujet de la dot d’Olive de Sainte-Marie, un accord sera trouvé, entre son époux Raoul de Bricqueville et son frère Jean de Sainte-Marie, écuyer, seigneur d’Equilly, fils aîné et principal héritier de Jean de Sainte-Marie[9].

Le 21 août 1451 devant les tabellions de Cenilly, Louis de La Luzerne, écuyer, sieur de Folligny, donne à Jeanne de La Luzerne, sa sœur, une augmentation de don de mariage en épousant Jean de Sainte-Marie, écuyer, seigneur d’Equilly.

V – Jean de SAINTE-MARIE (-† <>1524 et 1530[10]), écuyer, seigneur d’Equilly et du Tanu, d’où :

  • Nicolas de SAINTE-MARIE, fils aîné et principal héritier. Seigneur d’Equilly en 1546 et 1552. Pour cette dernière année, il donne procuration à Bertrand Lemonnier pour rendre aveu de sa terre d’Equilly[11]. Il décède, certainement entre 1552 et 1554 puisqu’en 1554, c’est son frère Jacques qui rend aveu.
  • Jacques de SAINTE-MARIE qui suit

En 1494, il passe accord avec son beau-frère Raoul de Bricqueville au sujet de la dot de sa sœur Olive. En 1513, il est seigneur d’Equilly selon les archives de l’évêché, de même en 1524.

VI – Jacques de SAINTE-MARIE (- †), écuyer, seigneur d’Equilly et du Tanu, d’Aspres (61) du chef de sa femme. Marié[12], par contrat du 22 octobre 1518, avec Péronnelle de PIGACHE d’où :

  • Jacques de SAINTE-MARIE qui suit
  • Antoine de SAINTE-MARIE (- † av 1567[13]), sieur du Tanu. Vraisemblablement, c’est lui qui a hérité de la terre du Boisfrou au Tanu et est fondateur de la branche du Tanu.

Seigneur d’Equilly, en 1530 c’est lui qui est taxé pour le paiement de la rançon de François 1er.

VII – Jacques de SAINTE-MARIE (- † <> 1576 et 1587), écuyer, seigneur d’Equilly, d’Aspress. Marié en 1566[14] avec Anne du PONT-BELLANGER[15], fille de René, seigneur de Pontfarcy, baron de Montbray, et de Françoise de Menemares d’où :

  • Pierre de SAINTE-MARIE qui suit
  • Jean de SAINTE-MARIE décédé, à Paris, avant 1591.
  • Jacques de SAINTE-MARIE encore mineur en 1591[16]. Décédé, en 1622, au combat de Nègrepelisse (82)[17].
  • Jeanne de SAINTE-MARIE, mariée, contrat du 5 février 1589, avec Gilles Davy, seigneur de Saint-Malo et du Homméel.

VIII – Pierre de SAINTE-MARIE († 25 février 1646), écuyer, seigneur d’Equilly, d’Aspres (61). Marié, par contrat du 6 décembre 1604 à Carentan, avec Jeanne d’ORGLANDES († juin 1654), fille de Pierre, seigneur de Prétot, Auvers et Castel, baron de Saint-Jean-sur-Couesnon, capitaine des chatellenies de Carentan et de Saint-Sauveur-Lendelin et de Françoise de Franquetot d’où :

  • Jacques de SAINTE-MARIE, reçu chevalier de l’ordre de Saint-Jean-de Jerusalem (chevalier de Malte) en 1623.
  • Françoise de SAINTE-MARIE, mariée, le 27 juin 1633 à Rouen (76), avec Michel MORIN, seigneur de Cauvigny, de Ressencourt et de Berthouville.
  • François de SAINTE-MARIE, sieur d’Auvers, qui suit

IX – François de SAINTE-MARIE (ca 1618 - † 25 février 1646), écuyer, sieur d’Auvers, seigneur d’Equilly, d’Aspres (61). Marié, en 1637, avec Marie de RÉPICHON, († juin 1654), fille de Robert[18] d’où :

  • Michel de SAINTE-MARIE (3 mai 1649 - ), seigneur d’Equilly, mort sans postérité
  • François de SAINTE-MARIE, (- † 1689), écuyer, baron d’Aspres. Marié, le 8 mars 1677 à Equilly (cm. 21 déc. 1676 devant les tabellions de Cérences), avec Catherine de PIENNES, († 14 mars 1704 à Saint-Lô de Rouen), fille d’Isaac, seigneur de Regnéville, et de Magdeleine de Launay d’où :
  • Madeleine de Sainte-Marie (28 juillet 1678 à Equilly - † ca 1730), dame de La Meurdraquière (au droit de sa mère Catherine de Piennes). Mariée, le 28 novembre 1699 à Banville-sur-Mer (14), avec Regnobert de Cyresme, chevalier, seigneur de Banville et de Villiers-le-Sec.
  • Pierre-Armand de SAINTE-MARIE, seigneur d’Auvers, qui suit

X – Pierre-Armand de SAINTE-MARIE (- † 29 janvier 1705 à Auvers), écuyer, seigneur d’Auvers. Marié, avec Catherine-Sophie DUQUESNE d’où :

  • Jules-Joseph de SAINTE-MARIE (2 février 1672 – 18 juillet 1742 à Equilly), seigneur d’Equilly, héritier de son oncle Michel de Sainte-Marie
  • Octave-Constantin de SAINTE-MARIE (26 avril 1673), curé d’Ecaquelon.
  • Michel de SAINTE-MARIE. Marié, le 1er mai 1706 à Combourg, avec Marie de la Belinaye.

Armes

  • de Sainte-Marie d'Équilly : D’argent à deux fasces d’azur accompagnées de six molettes de gueules, trois en chef, deux en fasce et une en pointe[19]

Référence.png Notes et références

  1. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Bibl. Nat., Ms franc 32394, p. 19-20
  2. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Bibl. Nat., Ms franc 32394, p. 21-22.
  3. Ibid.
  4. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Bibl. Nat., Ms franc 32394, p. 27-28
  5. 23 octobre 1380, aveu rendu par Foulques de Sainte-Marie pour la seigneurie du Tanu.
  6. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Bibl. Nat., Ms franc 32394, p. 29-30
  7. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Bibl. Nat., Ms franc 32394, p. 31-33
  8. 1472 Jean de Sainte-Marie, écuyer, seigneur d’Equilly et du Tanu, 50 ans, Dom Lenoir, t. 11, p. 45.
  9. François Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la Noblesse, 1778, t. 12, p. 864. La date fournie par Chamillart est erronée. Louis-Pierre D’Hozier, armorial général de France ou registres de la noblesse de France, registre second, première partie, Firmin-Didot, 1741, p. 291.
  10. En 1530, pour le paiement de la rançon de François 1er c’est Jacques de Sainte-Marie, fils feu Jean, qui doit s’en charger. Seigneur d’Equilly en 1524 et peut-être en 1512.
  11. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Bibl. Nat., Ms franc 32394, p. 51-52.
  12. La Recherche de Chamillart dit mariage en 1559 et 1596 pour son fils Jacques. Ce dernier ne peut se marier à cette date puisqu’il est mort avant 1587.
  13. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Bibl. Nat., Ms franc 24090.
  14. François Aubert de La Chesnaye-Desbois, dans le Dictionnaire de la Noblesse, 1776, t. 11, p. 418.
  15. Elle épouse en secondes noces, par contrat du 20 août 1589, Jean de Juvigny, écuyer, seigneur de Saint-Nicolas-des-Bois, Bréville.
  16. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Bibl. Nat., Ms franc 32394, p. 62
  17. François Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la Noblesse, 1778, t. 12, p. 864. D’Aubert attibue ce décès à son neveu Jacques or celui-ci est reçu chevalier de l’ordre de Saint-Jean-de Jerusalem (chevalier de Malte) en 1623. Il y a certainement confusion mais hypothèse à valider.
  18. Trésorier de France qui fonda l'établissement des Pères de l'Oratoire à Caen en 1622.
  19. G.A. Rrevost, Armorial général de France, généralité de Caen, t. I, p. 169

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Nous n'avons pas trouvé d'études écrite sur cette famille. L'essentiel des éléments proviennent d'un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de France que Michel Lepesant a traduit en fiches. D'autres sources existent, notamment les preuves de l'Ordre de Malte où Jacques de Sainte-Marie est reçu en 1623 (AOM 3399).