Famille de Mary

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La famille de Mary est une famille du département de la Manche.

Bibliographie ou Sources à compléter

de Mary, de Longueville

Le certificat de noblesse de 1767

Pour Anne-Bon-François de Mary de Longueville, page de Monseigneur le duc d’Orléans[1]

Le 28 décembre 1767

Nous René François Pierre de La Cour, écuyer, l’un des gardes de la bibliothèque du roy, généalogiste de Sa Majesté, de la maison et des écuries de Son Altesse Sérénissime Monseigneur premier prince de sang, Duc d’Orléans, de Chartres, de Valois, de Nemours, d’Etampes et de Montpensier, Comte de Vermandois et Soissons, etc. certifions à Son Altesse Sérénissime et à Messire Henry Charles DE THIAN DE BISSY, comte de Thian, lieutenant général des armées du Roy, premier écuyer de Son Altesse Sérénissime, que

Anne-Bon-François de Mary de Longueville, né le treize janvier mil sept cent cinquante un et baptisé le jour suivant en l’église paroissiale de Longueville au diocèse de Coutances en Normandie, a la noblesse nécessaire pour estre reçu au nombre des pages que Son Altesse Sérénissime fait élever dans ses écuries et que les titres qu’il nous a représenté justifient qu’il est fils de

Paul-Bernard de Mary, écuyer, seigneur de Bourville et seigneur et patron de Longueville, au diocèse de Coutances et de dame Louise Marie Anne LEPIGEON, son épouse, mariée par traité sous seing privé, le vingt-trois aoust mil sept cent quarante sept, reconnu le vingt un novembre de la mesme année, ladite dame fille et unique héritière de Louis Gabriel LEPIGEON, sieur de Launey, et de demoiselle Charlotte Ester de MONTIGNY, ses père et mère, lequel seigneur de Longueville né le douze octobre mil sept cent dix-huict, et batisé le treize du mesme mois en l’église dudit Longueville, fut fait successivement aide-major de la capitainerie garde coste de Granville le six aoust mil sept cent quarante sept, capitaine d’une compagnie détachée d’infanterie de ladite capitainerie par commission du dix feuvrier mil sept cent cinquante quatre, capitaine de la compagnie détachée de Longueville dans la mesme capitainerie par commission du vingt mars mil sept cent cinquante huict et major de ladite capitainerie par commission du six septembre de la mesme année, il transigea avec ses frères puisnés par acte sous seing privé du huict juin mil sept cent cinquante sept, reconnu le quatorze du mesme mois, sur le partage des biens de leur père dont ledit Paul Bernard fils ainé de Mary avait opté par préciput la ditte terre et Seigneurie de Longueville ;


Que son ayeul

Philippe François de Mary, écuyer, seigneur et patron de Longueville, né et ondoyé le seize aoust mil six cent quatre vingt dix et auquel les cérémonies du batesme furent supplée en l’église paroissiale dudit Longueville le trois septembre suivant, fait capitaine d’une compagnie franche des milices garde coste par commission du douze janvier mil sept cent trente un, et puis capitaine d’une compagnie détachée d’infanterie de Longueville de la capitainerie garde coste de Granville, par commission du quinze février mil sept cent trente cinq, avant épousé par traité sous seing privé du quinze novembre mil sept cent treize reconnu le vingt-neuf décembre de la mesme année, noble demoiselle Bonne Catherine BROHON DE BRONVILLE, fille de Paul François BROHON ; sieur de Boisval, conseiller du Roy, président en élection de Coutances, et de dame Magdeleine HARASSE DE BOIS LANDELLE, ses père et mère, il obtint assise au parlement de Rouen le quinze may mil sept cent quarante un des lettres en la chancellerie de ce parlement le vingt juillet mil sept cent quarante six, il mourut le trente octobre mil sept cent cinquante trois et fut inhumé le premier novembre suivant dans le chœur de l’église de Longueville ;


Que son bisayeul

Claude de Mary, écuyer, seigneur de Bourville et patron de Longueville fut marié en présence de son père, par contrat du vingt mars mil six cent quatre vingt sept, avec demoiselle Barbe DE MORTAINGT, fille de Jacques DE MORTAINGT, écuyer, sieur de la Branslierre, conseiller secrétaire du Roy, maison et couronne de France, et de ses finances, et de demoiselle Françoise DU BUISSON, ses père et mère, il servait pour ledit sieur son père au ban et arrière ban du Bailliage du Costentin, suivant certificat donné à Coutances le vingt-un octobre mil six cent quatre vingt neuf par messire le Marquis de Gratot, capitaine de cent gentilshommes détachés dudit Bailliage et servait en son nom dans la mesme compagnie, suivant certificat dudit sieur Marquis de Gratot ; du vingt huict juin mil six cent quatre-vingt onze, il lui fut donné quittance le vingt-sept may mil six cent quatre-vingt quatorze et seize juin mil six cent quatre-vingt seize, des sommes pour lesquelles il avait été compris pour sa part de la contribution des années mil six quatre-vingt treize et mil six cent quatre-vingt quatorze, à cause de l’arrière ban dudit bailliage du Costentin, il mourut le dix sept juin mil sept cent onze, et fut inhumé le jour suivant en l’église paroissiale de Longueville ;


Que son trisayeul

Melchior de Mary, écuyer, seigneur et patron de Longueville,épousa par contrat du quinze février mil six cent soixante-un, demoiselle Françoise DURVIE, inhumée en l’église de Longueville le vingt-huict may mil six cent soixante dix-huict, fille de Jean DURVIE, écuyer, seigneur de Querqueville, et de demoiselle Françoise LEMOINE, ses père et mère, il donna procuration le trois may mil six cent soixante dix-neuf pour et en son nom, à cause de laditte défunte son épouse ; demander et recevoir de la demoiselle veuve de Pierre DURVIE, écuyer, seigneur de Querqueville, en son nom et comme tutrice de la demoiselle sa fille mineure et dudit défunt le payement de ce qui restait du de la dot qui avait été promise à laditte défunte demoiselle Françoise DURVIE, par ledit défunt Pierre DURVIE son frère, et par la demoiselle leur mère ;


Que son IV° ayeul

Bernard de Mary, écuyer, seigneur et patron de Longueville, fut marié comme fils aisné de ses père et mère, par traité sous seing privé du sept novembre mil six cent dix-sept, reconnu le seize février mil six cent trente un, avec demoiselle Gilette LE POUPINEL, fille de noble homme Melchior LE POUPINEL, sieur de la Besnardière, conseiller du Roy au bailliage et siège présidial de Coutances et demoiselle Guillemette BELIN, il transigea le vingt six may mil six cent dix huict avec Hervé de Mary, écuyer, sieur du domaine de son frère puisné, sur le partage de la succession de leur père, et par acte il déclara prendre par préciput le fief, terre et Seigneurie dudit Longueville, il luy fut donné quittance le dix-huict septembre mil six cent vingt-trois, de la somme à laquelle il avait été taxé par le lieutenant général du Bailliage de Costentin pour sa part de cotte, ordonna une levée sur les nobles de la Vicomté et élection de Coutances, et paya au sieur de Saint-Vast, député pour l’état de la noblesse dudit Bailliage, pour avoir assisté à la convocation et assemblée des Etats-Généraux du Royaume, tenue à Paris, en l’année mil six cent vingt-quatre de la Représentation qu’il avait faite du tiers de la noblesse par devant les commissaires députés par le Roy, pour le Règlement des tailles en la généralité de Caen, il lui fut donné quittance le vingt sept aoust mil six cent trente cinq de la somme à laquelle il avait été taxé par le Bailli du Costentin pour subvenir aux frais du Ban et arrière-ban du dit bailliage, et il eut acte de la représentation qu’il avait fait des titres justificatifs de sa noblesse devant Messire le Roy de la Poterie, intendant de justice en la généralité de Caen le vingt mars mil six cent quarante un.

Laditte dame Gillette LE POUPINEL sa veuve obtint par lettres du Roy données à Paris le vingt deux mars mil six cent quarante quatre la garde noble et administration des enfants dudit défunt son mary et d’elle à cause des fiefs et terres qu’ils possédaient en la province de Normandie et dans la mouvance de sa Majesté et elle fut présente l’an mil six cent quarante au traité de mariage de Melchior de Mary en qualité de sa mère et tutrice.


Que son V° ayeul

Noble homme Christophe de Mary, écuyer seigneur de Longueville épousa par traité accordé sous seing privé le trois aoust mil cinq cent soixante douze demoiselle Barbe DE JUVIGNY fille de noble homme Jean DE JUVIGNY sieur de Saint-Nicolas et de la Rollierre et de demoiselle Jeanne MAHÉ ses père et mère il transigea avec noble homme Pierre de Mary son frère puisné sur le partage de noble homme André de Mary seigneur de Longueville leur père par acte sous seing privé du dix-huit juin mil cinq cent quatre vingt trois. Reconnu le premier mars mil cinq cent quatre vingt sept et il eut acte le dix décembre mil cinq cent quatre vingt dix huit de la représentation qu’il avait fait des titres de sa noblesse devant les commissaires ordonnés par le Roy pour le règlement de tailles en la généralité de Caen sa femme demeurée veuve vivai encore en mil six cent dix-huict le vingt six may.


Que son VI° ayeul

Noble homme André de Mary seigneur et patron de Longueville donna aveu aux plaids de la Baronnie de Saint-Pair le vingt-six janvier mil cinq cent trente cinq de saditte terre de Longueville et de la terre de Longueville et de la terre et sieurie de Coudeville tenue en parage de saditte Seigneurie à cause de la quelle il reçut plusieurs adveux aux années mil cinq cent quarante quatre et mil cinq cent quarante huict, il fut rendu sentence au bailliage de Coutances le vingt sept mars mil cinq cent quarante neuf entre ledit Seigneur de Longueville, comme fils ainé de noble homme François de Mary seigneur de Longueville et Demoiselle Anne DAVY ses père et mère d’une part et ses frères puisnés d’autre part par laquelle il lui fut donné acte de sa déclaration qu’il avait pris et prenait ledit fief de Longueville par prééminence d’aînesse, il luy fut fait transport d’une pièce de terre située en la paroisse de Longueville le onze may mil cinq cent cinquante deux, et le dix juin suivant il luy fut donné déclaration de plusieurs héritages tenus en fief de saditte seigneurie de Longueville aux plaids de laquelle il obtint sentence le trente mars mil cinq cent cinquante huict pour la réunion à sa ditte seigneurie de plusieurs héritages qu’il avait fait saisir par défaut d’hommes et hommages non faits, il ratifia par acte du trois septembre mil cinq cent soixante huit un écrit du vingt huict juin mil cinq cent trente neuf parlequel il serait obligé d’assigner à demoiselle Gillette LEPROVOST sa femme fille de defunct noble homme Julien LEPROVOST Seigneur de Saint-Marc-sur-Couaisnon et de La Dauffinaye la dot qui luy avait été constituée par noble homme, Georges LEPROVOST, seigneur desdits lieux frère de laditte demoiselle et il la luy assigna sur sa terre et seigneurie de Longueville.


Que son VII° ayeul

François de Mary écuyer seigneur et patron de Longueville était encore le quatre novembre mil quatre cent quatre vingt quatorze sous la tutelle de noble homme Guillaume DU HOMME, seigneur de Mesnildrey, de Granville, de Foligny lequel en qualité de tuteur et ayant la garde par justice des enfants mineurs de defunct noble homme Thomas de Mary seigneur de Longueville transigea avec les abés et religieux du Mont-Saint-Michel seigneurs et barons de Saint-Pair au sujet de la présentation à la cure de laditte paroisse de Longueville dans le droit de laquelle présentation il fut maintenu et cette transaction fut conffirmée par sentence rendue aux assises du Bailliage de Constentin tenue à Saint-Lô quatorze du mesme mois en qualité de fils de defunct Thomas de Mary écuyer et il donna aveu de son fief terre et seigneurie de Longueville à la baronnie le ( ?) juillet mil cinq cent cinq dans lequel il déclara que le fief terre et sieurie de Coudeville était tenue de luy en quatrième degré de parage et que ce fief appartenait à noble homme Jean DE LA HAYE écuyer à cause de défunte dame Robine COSTARD son ayeulle sœur puis nées de la mère de défunt noble homme Robert de Mary ayeul dudit François de Mary il fit un traité le vingt-un may mil cinq cent six avec noble et puissant seigneur Jean DE LA HAYE sieur et chevalier de Hotot seigneur de Banville et Coudeville, au sujet du droit de patronage de la cure de Saint-Georges dudit Coudeville qui était en litige entre ledit seigneur de Hotot, les abés et Relligieux du Mont-Saint-Michel à cause de leur baronnie de Saint-Pair et duquel seigneur de Longueville laditte terre de Coudeville était tenue en parage, il reçut aveu le vingt-huit avril mil cinq cent sept, de plusieurs fiefs rellevans de sa seigneurie de Longueville et ne vivait plus le onze janvier mil cinq cent trente, il avait épousé demoiselle Anne DAVY des seigneurs du Perron en Normandie laquelle était décédée avant le vingt-sept mars mil cinq cent quarante-neuf.


Que son VIII° ayeul

Thomas de Mary écuyer seigneur de Villiers et patron de Longueville plaidait pour et au nom de Robert de Mary écuyer son père aux assises du Bailliage de Coutances où il fut rendu sentence le dix sept septembre mil quatre cent cinquante-neuf et fieffa au nom dudit seigneur son père le 24 juin 1461 une pièce de terre en la paroisse de Coudeville, il partagea le vingt-deux juillet mil quatre cent soixante quatre avec son frère aisné, les biens qui luy étaient échus par le décès de Robert de Mary écuyer seigneur dudit lieu de Mary et de Jobourg et de demoiselle Jeanne DE VERDUN leur père et mère et il eut entre autres biens lesdits fiefs terre et seigneurie de Longueville et de Villiers fit offre d’hommages aux plaids de la Baronnie de Saint-Pair, le vingt décembre mil quatre cent soixante-quatorze de sa terre set seigneurie de Longueville, et de la terre et seigneurie de Coudeville qui appartenait à noble homme GAUVIN DE LA HAYE son parager que dans la déclaration qu’il fournit le vingt deux mars mil quatre cent soixante sept à M. le Cardinal d’Estoutteville abbé commandataire de l’abbaye du Mont Saint-Michel articula qu’il tenait en tiers degré de parage son fief terre et seigneurie de Coudeville de noble homme Thomas de Mary écuyer, il obtint des lettres de relief en la chancellerie du parlement de Paris le douze avril mil quatre cent quatre-vingt avant Pasques dans lesquelles il est dit qu’il était fils et héritier en partie de Robert de Mary écuyer et qu’en l’année mil quatre cent cinquante parage avait été fait entre ledit défunt son père et Gauvin DE LA HAYE, écuyer des biens qui leur étaient échus à cause de leur mère, fille et seule héritière de Jean COSTARD, écuyer. Il lui fait transport le vingt deux septembre mil quatre cent quatre-vingt trois par noble homme Geoffroy DE TOURNEBU, écuyer, seigneur de Fresnay, d’une rente de vingt-six livres six sols, qu’il avait droit de prendre sur laditte terre et seigneurie de Longueville et qui lui était échue de la succession de dame Guyonne DE LA HAYE, vivante baronne d’Annebec sa mère et le douze juin mil quatre cent quatre vingt six s’il reçut adveu de plusieurs héritages tenues en foy et hommage de sa seigneurie de Longueville.


Que son IX° ayeul

Noble homme Robert de Mary écuyer seigneur de Mary de Jobourg de Vascogne et patron de Longueville, reçut aveu le vingt sept juillet mil quatre cent trente trois de plusieurs héritages mouvans de sa seigneurie de Longueville, transigea le dix décembre mil quatre cent cinquante-un avec noble homme Gauvin DE LA HAYE, écuyer, son cousin germain, fils de noble homme messire Jean DE LA HAYE, chevalier et de demoiselle Robinne COSTARD sur le partage des biens de défunct Jean COSTARD écuyer et de Guillemette DE COUDEVILLE leur ayeul et ayeulle maternelle, il eut entre autres biens comme aisné en la ditte succession, les fiefs de Longueville, de Beaufougeray et d’Appeville, et ledit sieur DE LA HAYE les fiefs de Coudeville et de la Poissonnière. Il fit hommage de sa seigneurie de Longueville le vingt huict avril mil quatre cent cinquante deux à Guillaume cardinal d’Estouteville, abé connendataire de l’Abbaye du Mont-Saint-Michel auquel il en donna aveux le vingt-quatre février mil quatre cent cinquante sept, il traita le vingt huit juin mil quatre cent cinquante cinq avec ledit Gauvin DE LA HAYE, écuyer seigneur de Héroudeville et de Vauville au sujet du payement d’une rente qui avait été assignée sur le fief de Coudeville par ledit Jean COSTARD, écuyer, seigneur de Coudeville, et il reçut adveux à cause de sa ditte seigneurie de Longueville le trente novembre mil quatre cent soixante, il avait épousé demoiselle Jeanne DE VERDUN dont les biens ainsi que les siens furent partagés par leurs enfants le vingt deux juillet mil quatre cent soixante quatre.


Et que son X° ayeul

Noble homme Jean de Mary écuyer seigneur dudit lieu de Mary de Jobourg, etc., décédé avant l’an mil quatre cent trente trois avait été marié avec Jeanne COSTARD fille aînée et héritère avec Robine COSTARD sa sœur puis née de Jean COSTARD seigneur de Longueville et de Beaufougeray d’Appeville, etc. et de demoiselle Guillemette DE COUDEVILLE dame dudit lieu au diocèse et élection de Coutances.


En foy de quoi nous avons signé le présent certificat et nous i avons apposé l’empreinte du cachet de nos armes à Paris le vingt huit décembre mil sept cent soixante sept.

Signé : de La Cour


Descendance de Robert de Mary

22 juillet 1464 – Saint-Côme-du-Mont devant Jean Chanot et Colin de Beuzeville, tabellions au siège de Sainte-Marie-du-Mont :

Partage[2] entre noble homme Nicolas de Mary, écuyer, fils aîné, et de Thomas de Mary, écuyer, fils puiné, des biens venus de la succession de feu Robert de Mary, écuyer, sieur dudit lieu de Mary et de Jobourg, leur père, et de feue demoiselle Jeanne de Verdun, leur mère.

  1. Nicolas de Mary a les fiefs de Mary, de Jobourg et de Vascogne.
  2. Thomas de Mary a par non choix les fiefs, terres et seigneuries de Longueville et de Villiers avec cour, juridiction, patronage d’église, etc., à la charge des droits dus aux religieux du Mont-Saint-Michel et autres, spécialement 100 s. de rente à cause du patronage de Coudeville et à la réserve de 18 l. de rente aux héritiers de feu messire Jean de La Haye, chevalier, sieur du Bouillon.


Descendance de André de Mary

Né en 1514[3], décédé en 1578. Il épouse Gillette le Prévost d’où :

  • Christophe, né vers 1540, décédé en 1615. Il épouse, en août 1572 à Saint-Nicolas-des-Bois, Barbe de Juvigny
  • Pierre, épouse Anne de Thorre[4]. Enregistré dans la recherche de noblesse de Cornilleau en 1624, à la paroisse de Longueville.
    • Antoine.
    • Jean
    • Pierre, baptisé à Longueville en 1607.
    • Thomas, inhumé à Longueville en 1615
    • Jeanne, épouse, à Longueville en 1613, Pancrace de Lespault fils de Pancrace
    • Barbe, à Longueville en 1617, Louis Eudes fils de François, bourgeois de Granville
  • Pierre (Géraud) de Mary[5], né vers 1540, que l’on retrouve dans les lettres patentes du grand conseil et quittances 1607, 1609, 1618, 1624, 1630, 1633, 1635 ; qualifié de sire de Croiziat (Meymac), vice sénéchal du Limousin. Marié à Marguerite Paulhac. Tige des de Mary de la Corrèze.
    • Jean de Mary, marié en 1571 avec Catherine COMTE de BEYSSAC

Descendance de Bernard de Mary

Né en 1575[6], décédé en 1644. Il épouse en 1617, Juliette Le Poupinel avec laquelle il a eu 3 garçons et 6 filles :

  • Melchior, né en 1629, décédé en 1689 qui suit
  • Charles, né en 1632, sieur du Bosc et de Bactot, marié en 1661, à Saussey, à noble demoiselle Elisabeth Le Moyne. Fondateur de la branche de Bactot.
  • Jean, né en 1636, sieur de Saint-Amand, marié à Barbe de REVIERS, fondateur de la branche de Hudimesnil
  • Charlotte, née en 1627, mariée à Longueville, en 1654, à Messire Louis JOURDAN, sieur de la Quesnelière, en Saussey, conseiller du Roy en l’élection de Coutances
  • Guillemette, mariée à Jean GIRARD, sieur de Marmoutier de Hudimesnil d’où
    • César GIRARD marié à Suzanne de Vauborel d’où
  • Renée, mariée à Longueville, en 1652, à Bernard de REVIERS, âgé de 22 ans de Coudeville (frère de Barbe), inhumée à Coudeville le 30 janvier 1711.
  • Ysabeau (ou Elisabeth), mariée à Longueville, en 1647, à Gilles Gaultier, sieur de la Hardelière en Cambernon (Les Gaultier ont acheté la seigneurie de Coudeville en 1607).
  • Marie, mariée en 1659, à Henri des TOUCHES, écuyer, sieur des Forges d’Hudimesnil, portant d’azur à la rose d’or, accompagnée de trois feuilles de chêne d’argent.
  • Georgine, mariée à son cousin issu de germain François de JUVIGNY, écuyer demeurant à Saint-Nicolas-des-Bois.


Descendance de Melchior de Mary

Né en 1629[8], décédé en 1689, fils de Bernard et de Gilette Le Poupinel. De ses trois mariages, il eut neuf enfants, cinq fils et quatre filles.

x1 : en 1650 à Charlotte de Neuville inhumée à Longueville en 1660, fille du second mari de sa mère Bernard de Neufville, sieur de Villiers et de Vaurichard d'où :

  • Bernard, né en 1652 et mort en bas âge.

x2 : en 1661 à Françoise Durevie inhumée à Longueville le 28 mai 1678 (voir supra),

  • Françoise
  • Louis-Pierre-Denis, mort jeune
  • Marguerite, baptisée en 1670, inhumée en 1677
  • Jacqueline, baptisée en 1672
  • Claude, qui suit
  • Jacques, baptisé en 1674, inhumé en 1677
  • Anne, baptisée en 1675, inhumée en 1678
  • Louis

x3 : le 14 octobre 1683 à Marie Lair veuve de Guillaume Escoulant de Muneville près la Mer


Descendance de Claude de Mary

Né en 1666[9], décédé le 17 juin 1711. Il épouse en 1687 à Nicorps, Barbe MORTAING, décédée en 1734, avec laquelle il a eu 10 enfants dont 6 garçons :

  • Barbe-Hélène, mariée en 1709, à Gilles Louvel, sieur du Colombier, bourgeois de Granville
  • Melchior-François, sieur de Bourville, baptisé en 1688, inhumé en 1708
  • Françoise Louise, mariée à maître Jean Le Chevallier, de la paroisse de Saint-Martin-le-Vieux
  • Philippe-François, ondoyé à Longueville le 16 août 1690, baptisé le 3 septembre à Longueville
  • Joseph, baptisé en 1691, mort en 1694
  • Jean-Baptiste, chevalier de Longueville, baptisé à Longueville en 1692, marié en premières noces à Marchésieux à demoiselle Jeanne-Pétronille DU PARC, morte en 1623 à 26 ans, marié en secondes noces à Marie-Louise MICHEL. Il était mort en 1727 et laissait deux filles mineures
  • Marc-Antoine, baptisé en 1695, inhumé à Longueville en 1759, célibataire.
  • Michel-François, baptisé en 1696, inhumé en 1703
  • Claude-Anne-François, sieur de Grandpré, ondoyé en 1699 à Longueville, baptisé solennellement en l’église de Saint-Pair le 22 septembre 1729. Il épouse à Longueville le 8 octobre 1729, Marguerite de POILVILLAIN, fille de feu Gilles-Claude et de Marguerite LANGLOIS. Il s’établit à Saint-Pair et fonde la branche des De MARY de Saint-Pair.
  • N.., baptisé en 1702


Descendance de Philippe-François de Mary

Né à Longueville le 16 août 1690[10], décédé le 3 octobre 1753. Il épouse, le 30 décembre 1713 à Coudeville, Bonne-Catherine-Françoise Brohon de Bronville, fille de Paul-François BROHON, sieur de Boisval, conseiller du roi, lieutenant en la Vicomté de Granville, sénéchal de la baronnie de Saint-Pair, avocat au Présidial de Coutances et de Magdeleine Harasse de Boislandelles. Le contrat de mariage a été reconnu devant Tanqueray, notaire à Bréhal, le 29 décembre 1713. D’où :

  • Madeleine-Françoise, née en 1715
  • Paul-François, écuyer, sieur de Bourville, né en 1716, mort en 1742.
  • Jean-Baptiste-Philippe-Auguste, né en 1717, mort en 1720.
  • Paul-Bernard, né en 1718, mort en 1793. Ce sera lui le dernier seigneur de Longueville.
En 1766 , lors du partage des biens de sa mère[11], il reçoit la terre de la Brohonnière à Coudeville.
  • Bonne-Suzanne-Perrette, née en 1719, morte en 1723.
  • Bonne-Barbe-Suzanne-Madeleine-Michelle, née en 1724. Epouse, le 14 juillet 1760 à Longueville, Nicolas-Charles-Antoine Le Comte, sieur d’Ymouville ; contrat passé devant maitre Hue, notaire à Bréhal, le 23 décembre 1760.
  • Anne-Jean-Maximin, appelé Maximin, chevalier de Longueville, né le 1er juin 1721. Secrétaire des commandements du duc d’Orléans, épouse, le 7 février 1773 à Paris, Félicité Therresse, fille de M° Jacques Therresse conseiller du roi et notaire au Chatelet de Paris et de Marie-Nicolle Patu.
En 1766, Lors du partage des biens de sa mère[11], il reçoit le Poirier, le ménage et le pré Lucas au Loreur ainsi que le bois des landes à Hudimesnil.
  • Philippe-Bon-Marie-Anne, sieur de Sainte-Marie, né le 11 décembre 1725 à Longueville, décédé le 16 juillet 1816 à Cambernon. Conseiller du roi, garde des sceaux au bailliage et siège présidial de Cotentin à Coutances. Epouse, le 30 janvier 1766 dans l’église Saint-Pierre de Coutances, Louis-Henriette Guérin d’Agon, fille de Louis-Charles Guérin, chevalier, seigneur et patron d’Agon. En 1766, Lors du partage des biens de sa mère[11], il reçoit l’office, obtenu de son oncle Paul-Bernard Brohon sieur du Bouillon, de conseiller garde des sceaux au présidial de Coutances
    • Charles-Henry, sieur de Sainte-Marie, né le 24 mars 1771 à Saint-Pierre-de-Coutances. Entre en 1777 au collège militaire royal de Beaumont-en-Auge. Sous-lieutenant dans le Régiment Royal de Vaisseaux en garnison à Longwy. Emigre en 1791 et sert dans l’armée de Condé et est décédé à l’hôpital d’Obindorf (Allemagne) en 1792.

de Mary, de Hudimesnil

Le fondateur de cette branche fut le second frère de Melchior, Jean de Mary[12], seigneur de Saint-Amand, qui épousa Barbe de REVIERS, la sœur de son beau-frère Bernard de REVIERS.

Ils eurent pour enfants :

  • Bernard (1671-1672)
  • Guillemette-Renée (1674-1731), dénommée Renée dans tous les actes, mariée à Pierre DETHORRE, sieur des Champs, de Hudimesnil
  • Pierre (1676)
  • Antoine (1677-1683)
  • Jeanne (morte en 1680)
  • Charlotte, baptisée en 1681 à Longueville, inhumée à Hudimesnil le 12 juin 1731, mariée en 1706 à Saussey à Jean LECHEVALIER, sieur de la Porte, fils de Catherine LESAGE
  • François (1684-1687)
  • Jacques, sieur de la Tessonnière, né en 1654, marié le 3 juillet 1707 à Bourey à Jacqueline GOSSELIN, fille de Jacques GOSSELIN, sieur de Beauprey et de Guillemette LEMAISTRE de Cérences. De leur union naquit :
    • Philippe-François de Mary, sieur de Fierville (1712-1738), marié en 1733 à Hudimesnil à Louise-Charlotte HARASSE, fille d’Adrien HARASSE, sieur de Prépont et de Françoise-Marie BASIRE, de la famille BASIRE, sieurs de Villodon en Courcy. Ils eurent pour enfants :
      • Adrien de Mary
      • Louise-Françoise, née en 1737, mariée en premières noces à François-René MAHÉ de Boislandelles et en secondes noces à Guillaume-Nicolas-Léonor POTIER de la VARDE d’une vieille famille de Coutances, sieurs d’Orval, de Courcy.
  • Catherine, épouse à Hudimesnil le 5 février 1735 Pierre Harasse, sieur de La Vicardière fils de Michel, sieur de Savigny et Delle Françoise Basire (peut-être remariée à Hudimesnil à Antoine Le Monnyer les Longrais en 1739)

La succession de Jehan Costard

10 décembre 1450. Brémor de Trolay, écuyer, garde du scel des obligations de la vicomté de Coutances, devant Etienne Jourdan, clerc, tabellion juré au siège de Coutances :

Accord portant que de défunt Jean Costart, ecuyer, et delle Guillemette de Coudeville, sa femme, étaient issues delles Jeanne Costart et Robine Costart à qui échut la succession paternelle et maternelle. Ladite Jeanne Costart, fille aînée, fut mariée à noble homme Jean de Mary, écuyer. Ladite Robine Costart, fille cadette, fut mariée à noble homme messire Jean de La Haye, chevalier. De Jean de Mary et de Jeanne Costart était issu Robert de Mary, De Jean de La Haye, chevalier, et de Robine Costart était issu Gauvain de La Haye, écuyer, qui tint continuellement le parti du roi de France, alors que ledit de Mary était demeuré quelques temps en la subjection des anglais au moyen de quoi il avait joui de plusieurs des héritages qui avaient appartenus aux dits Costart et sa femme, d’une partie desquels il avait dispersé à son plaisir quoique par raison et coutume, il n’eut pas en faire aucune fieffe ou vente au préjudice dudit Gauvain, lequel depuis la reddition du pais de Normandie avait voulu avoir sa portion desdits héritages.

Pour partager entre eux les biens desdits défunts Costart et sa femme, ils reconnaissent scavoir ledit seigneur de Mary combien qu’il soit aîné de la fille aînée desdits défunts cède et délaisse à fin d’héritage audit Gauvain de la Haye et à ses hoirs en la ligne de ladite dame sa mère, les fiefs, terres et seigneuries de Coudeville et la Poissonnière assis en la vicomté de Coutances avec, toutes les droitures, franchises et libertés appartenants auxdits fiefs tenus noblement à cour et usage avec les hommages, patronages et autres droits appartenants auxdits fiefs. Le mariage tel que donne ou promis fut à ladite dame mère dudit Gauvain de La Haye est et demeure joint avec le partage dessus dit et par ce moyen les fiefs de Longueville, de Beaufougeray, Appeville et autres héritages qui avaient appartenu auxdits Costart et sa femme demeurent audit de Mary et à ses hoirs pour en jouir par partage et avec ce est et demeure audit de Mary. Condition telle que, en cas où ledit de Mary aurait vendu ou engagé lesdits fiefs ou autre chose demeurés audit Gauvain, il sera obligé de les faire remettre et délivrer audit Gauvain et moyennant ce les dits cousins germains demeurent quittes.

Présence : Richard Guihommar, Guillaume des Loges, écuyer, Guillaume Le Margotel, Colin Christophe[13].

Armes

  • de Mary : D’argent au chef de gueules chargé de trois roses d’or

Référence.png Notes et références

  1. Fac-similé dans abbé Noël Langlois, « Une famille normande à travers 1000 ans. Histoire généalogique de la maison de Mary de Longueville », 1910, Imprimerie Notre-Dame, Coutances.
  2. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Bibl. Nat., Pièces Originales 1878, de Mary, dossier 43222, no 21
  3. "Une famille normande à travers mille ans, histoire généalogique de la famille de Mary", p. 160 et s. et tableau généalogique imprimé N°2.
  4. Anne de Thorre selon Deschamps-Vadeville, Barbe de Thère selon l’abbé Langlois dans Une famille normande à travers mille ans, histoire généalogique de la famille de Mary …. Deschamps-Vadeville dans son dépouillement des registres de Coudeville fait état de plusieurs de Torres ou de Thorre. En premier lieu en février 1615, lors du mariage de Charles de Reviers, présence de noble homme maitre Philippe de Torres, prêtre curé de Chanteloup, noble homme Pierre de Mary. En second lieu en 1616, il fait état de dame Anne de Torres épouse de noble homme Pierre de Mary. En troisième lieu, en 1620, il est fait mention de demoiselle Jeanne de Poilvillain épouse de noble homme Antoine de Torres ; concernant ce dernier, que nous connaissons mieux, l’orthographe s’est figée en Déthorre. Anne ou Barbe de Thorre, Deschamps-Vadeville fait état de plusieurs actes qui sont cohérents entre eux. L’acte d’inhumation, en 1637, de Barbe De Thorre précise qu’elle est veuve de Pierre De La Cour. L’erreur doit donc se situer chez l’abbé Deschamps. On retrouve un Pierre Déthorre dans la branche des de Mary d'Hudimesnil. Concernant l’hypothèse que ce Pierre de Mary serait celui qui devint vice-sénéchal du Limousin, nous ferons remarquer qu’en 1616, il est présent à Coudeville et en 1624 dans l’étude de Cornilleau, il est enregistré à Longueville.
  5. hypothèse car il ne doit pas être confondu avec le précédent.
  6. "Une famille normande à travers mille ans, histoire généalogique de la famille de Mary", p. 178 et s.
  7. Dispense d'affinité du 5 janvier 1725 entre Gilles ESTORRE et Marie DETHORRE.
  8. "Une famille normande à travers mille ans, histoire généalogique de la famille de Mary", p. 197 et s.
  9. "Une famille normande à travers mille ans, histoire généalogique de la famille de Mary", p. 225 et s.
  10. "Une famille normande à travers mille ans, histoire généalogique de la famille de Mary", p. 264 et s.
  11. 11,0 11,1 et 11,2 Acte de partage dressé à Paris le 18 janvier 1766.
  12. "Une famille normande à travers mille ans, histoire généalogique de la famille de Mary", pp. 222, 293.
  13. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Bibl. Nat. Pièces Originales, 1878, de Mary, dossier 43222, no 14.
  14. Blason, Armorial général de France. Vol. 20 : Normandie (Caen) (906 p.), dressé en vertu de l'édit de 1696 par Charles d'Hozier, Bibliothèque nationale de France, Mss fr.32247, Gallica.

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie