Famille de La Haye

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

La famille de La Haye, est une grande famille médiévale normande. La baronnie de la Haye-du-Puits remonterait aux premiers partages de la Normandie, vers 933, réalisés par Rollon au profit de ses compagnons de combat. Selon les Antiquaires du XIXe siècle, Emma, femme de Turstain Haldup serait fille et sœur des ducs de Normandie mais rien de cela n’est corroboré par des chartes ou des textes. Le premier baron que nous connaissons est Turstain Haldup ou Richard Turstain (ca 1000-1056), baron de La Haye du Puits.

Généalogie

La généalogie de la famille de La Haye est mal connue d'autant qu'elle comporte de nombreuses branches et donc des homonymies qui donnent lieu à diverses interprétations. La branche des seigneurs de Hottot-en-Auge et La Meurdraquière n'a quasimment pas été étudiée. Pour cette étude nous avons essayé de laisser un appareil de notes et de références afin de justifier les hypothèses et pour permettre l'enrichissement ultérieur.

La numérotation utilisée est celle de Paul Leportier dans son ouvrage sur les familles médiévales normandes (voir bibliographie)

  • - Turstain Haldup ou Richard Turstain (ca 1000-1056), baron de La Haye du Puits. Il fonda l’abbaye de Lessay avec son fils Eudes au Capel en 1056, époux de Emma d’où :
  • Eudes au Capel (†1098), baron de la Haye-du-Puits, vicomte de Cotentin, sénéchal de Guillaume-le-Conquérant en 1083, après la conquête a reçu nombre de seigneuries dans le Sussex, l’Essex, le Surrey et le Suffolk. Époux de Muriel de CONTEVILLE puis de Ermengarde FLAITEL, sans postérité c’est son neveu Richard, fils de Raoul, qui héritera de ses biens.
  • II - Raoul de La Haye († av.1098), sénéchal du comte de Mortain, Epoux d’Olive de RYES fille d’Hubert de Ryes dont :
  • III - Robert de La Haye, baron de la Haye-du-Puits, seigneur de Halnacker, sénéchal de Normandie, baron de L’Echiquier, connétable du Lincolnshire. Époux de Muriel, fille de PICOT de Lincolnshire auteur des différentes branches.
  • Emma de La Haye, épouse d’Ernault GIROIE, seigneur d’Échauffour. Postérité Échauffour.
  • Adélaïde de La Haye, religieuse à la Trinité de Caen.


Branche d'Éroudeville

Des La Haye de La Meurdraquière, le personnage le plus connu est Gauvain de la Haye (parfois dénommé Germain dans certaines généalogies[1]).

IX – Jean II de La Haye (1247-), seigneur d’Éroudeville et de Percy, fils de Jean et de ? de Vauville, seigneur d’Éroudeville. Il est le père de :

  • Guillaume, qui suit


X – Guillaume de La Haye († vers 1370), seigneur d’Éroudeville, fils de Jean II. Marié avec Jeanne d’ANNEVILLE, fille de Michel, seigneur de Montaigu dont :

  • Nicolas, seigneur d’Éroudeville, défenseur du Mont-Saint-Michel en 1424, marié à Philippe Paynel
  • Jean, qui suit


XI – Jean III de La Haye[2] († après 1419), seigneur d’Eroudeville et de Vauville, lieutenant au château de Valognes en 1417 , fils de Guillaume et de Jeanne d’Anneville. Marié avec Robine COSTARD, fille de Jean Costard, écuyer, et de Guillemette De Coudeville dont :

  • Gauvain de La Haye, qui suit


XII – Gauvain de La Haye († vers 1470), écuyer, seigneur d’Éroudeville et de Vauville, fils de Jean III et de Robine Costard. En 1439, il rend hommage au roi de France pour les terres d’Eroudeville et de Vauville au bailliage de Costentin à lui venues de son côté et pour celles de Hotot, de Vasceuil, de Vaudry, d’Espromesnil[3], de La Meurdraquière et de Beauchamps le fief de Dame Philippe au Mesnil-Amand (arrière-fief de la vavassorie de la Frétardière elle-même arrière-fief du fief du Mesnil-Villeman), le fief de la Gazilière au Mesnil-Villeman (arrière-fief de la vavassorie de Vierville elle-même arrière-fief du fief du Mesnil-Villeman) aux bailliages de Rouen, Caen, de Cotentin à lui venues du coté de Jeanne de Hotot († vers 1470), sa femme[4]. Le 10 décembre 1450, à Coutances, il transige avec Robert de Mary pour partager entre eux les biens de Jean Costard et Guillemette de Coudeville, leurs ayeux, à cet effet Robert de Mary cède et délaisse à Gauvain de La Haye, les fiefs, terres et seigneuries de Coudeville et la Poissonnière assis en la vicomté de Coutances[5]. Cet acte précise qu’il tint continuellement le parti du roi de France. Il fait preuve de noblesse devant Montfaut en 1463. Marié avant 1439 avec Jeanne de HOTOT († vers 1470), fille de Jean de Hotot († av. 1408) et de Jeanne de Beauchamps, dont :

  • Guyon de La Haye[6] († vers 1505), seigneur de Vauville[7], héritier en partie de Gauvain de La Haye.
  • Jean de La Haye, qui suit


XIII – Jean IV de La Haye († av. 1490), noble et puissant seigneur, sire vicomte et châtelain de Hottot-en-Auge, Vaudry, Vauville, Coudeville, Eroudeville et La Meurdraquière, valet et écuyer-tranchant du Roy, Capitaine de la grand nef (nommée contatine destinée pour l’armée de mer par le Roi François premier)[8], fils de Gauvain et de Jeanne de Hotot. Il fait preuve de noblesse devant Montfaut en 1463. Il rend aveu en 1475 devant Guyonne de La Haye baronne de Coulonces pour la sieurie de Vaudry. Marié avec Jeanne de VIEUXPONT, fille de Laurent, baron du Neubourg, et de Marie de Husson dont[9] :

  • Jean de La Haye, qui suit
  • Jeanne de La Haye († 1533), mariée en 1506[10] à Pierre de La Roque, chevalier, seigneur de Flottemanville, du Saucey, Omonville, Foliot, Bareul et Craville, fils de Pierre, seigneur de Flottemanville, Baudreville, Thury-en-Cotentin et de La Haulle, et d’Anne de Pellevé.

Il est porté aux échiquiers des années 1490, 1497 & 1509 : demoiselle Jeanne de Vieuxpont veuve de Jean de La Haye, écuyer, seigneur de Hotot avait la garde de leurs enfants.


XIV – Jean V de La Haye († ca 1526)[11], noble et puissant seigneur, sire vicomte et châtelain de Hottot-en-Auge, Vaudry, Vauville, Coudeville, Eroudeville et La Meurdraquière, fils de Jean et de Jeanne de Vieuxpont. Il rend aveu en 1516 devant François de Bordeaux pour le fief de Vaudry. On lui rend aveu en 1526. Héritier de Guyon de La Haye[12]. Marié avec ? dont :

  • Jacques de La Haye, qui suit
  • Pierre de La Haye († ap. 1582)[13], prêtre, curé de Sainte-Croix[14], curé de la Meurdraquière[15].
  • Jean de La Haye († av. 1570[16]), prêtre, curé de Vaudry.

Le fief d’Espromesnil est vendu avant 1536 aux d’Anneville.


XV – Jacques de La Haye († ~ 1575[17] et 1582), noble et puissant seigneur, bailli et capitaine de St-Sauveur-le-Vicomte, châtelain de Hottot-en-Auge, Vaudry, Vauville, Coudeville, Eroudeville et La Meurdraquière, fils de Jean et de Jeanne de Vieuxpont. Marié avec Joceline de MOUY, fille de Jacques, seigneur de Bellencombre, et de Jacqueline d’Estouteville d’où une fille unique et présomptive héritière[18] :

  • Jeanne de La Haye (vers 1498 - † 1545), mariée en 1510[19] à François d’Harcourt, fils de Charles, baron de Beuvron. Ce mariage a été cassé car ″les parties ayant été assemblées avant le temps de leur puberté, le baron de Beuvron n’ayant pas atteint quatorze ans et Jeanne de La Haye n’ayant pas douze ans accomplis″[20]. En seconde noces, elle se marie en 1518[21] avec Adrien de BRÉAUTÉ, baron de Néville, fils de Jean, baron de Néville capitaine et gouverneur de la ville de Dieppe, et d’Antoinette de Maunoury d’où :
  • Pierre de Bréauté
  • Adrien II de Bréauté, chevalier de l’ordre du Roi, conseiller en son conseil privé et gentilhomme de sa chambre, capitaine et bailli de Gisors, seigneur & châtelain de Neville, de Cailleule et de Boussey. Marié avec Suzanne de MONCHY dont :
  • Adrien III († 1658), gentilhomme ordinaire de la chambre du Roi, chevalier de l'Ordre de Saint-Michel, baron de Néville, seigneur de Bréauté, de Boussey et d'Eroudeville, de Hottot et de Canchi, du Parc-d’Orléans, de Corbon, de Vaudry et de Viessoix, châtelain de Hottot-en-Auge. Marié, le 13 octobre 1603 à Pont-Saint-Pierre (27), avec Françoise de Roncherolles.
En 1607, Adrien de La Bréauté vend les fiefs de Coudeville, Donville et Saint-Martin-le-Vieux à Pierre Gaultier, sieur de la Benserie.
Il vend la seigneurie de La Meurdraquière, le fief de Dame Philippe au Mesnil-Amand, le fief de la Gazilière au Mesnil-Villeman à Charles de Launay, sieur de la Villarmois, entre 1610 et 1626. Ladite seigneurie passera ensuite, par héritage, aux de Saint-Marie et aux de Piennes.

Jacques fut certainement marié en secondes noces avec Jourdaine de Pellevé, née le 22 avril 1534 à Jouy (Jouy-sous-Thelle, Oise), fille de Charles de Pellevé dit Malherbe († 1547) et de Hélène de Fay († 1568). Le mariage a dû avoir lieu entre 1547 et 1558 et ils n’eurent point d’enfants[22].

Documents

F. 100. (Liasse.) — 2 pièces, papier.[23]

1559-1583. — de Bordeaux — Consultation donnée à noble homme Antoine de Bordeaux, sieur et baron de Coulonces, ladite baronnie tenue du Roi, sur sa demande faite aux nobles tenant de lui et même à ses sujets tenant en roture de lui, de contribution aux aides chevez auxquels sa baronnie est sujette envers le Roi (1559). — Acte par Antoine de Bordeaux, seigneur de Coulonces, des foi et hommage à lui prêtés par Adrien, sire de Bréauté, bailli et capitaine de Gisors, seigneur et châtelain de Néville, Calteville et Boussey, comme procureur de Pierre de La Haye, seigneur de Hotot, du Valdery, Vauville, La Muldracquère et autres lieux, à cause de la seigneurie de Vaudry, dépendant de la baronnie de Coulonces (1583).


F. 158. (Liasse.) — 27 pièces, parchemin ; 3 pièces, papier.

1455-1515. — Delahaye. — Sentence rendue par Guillaume de Banville, lieutenant à Vire du bailli de Caen, et procédures aux pleds de la sieurie de Vaudry tenus à Blon, pour Germain de La Haye (Gauvain), écuyer, sieur du lieu, contre Michel Langlois (1453). — Fieffe devant Jean et Marin Legros, tabellions au siège de la Haye-Pesnel, à Jean Crespin, prêtre, de la paroisse de Vaudry, par Germain de La Haye, écuyer, seigneur de Vaudry, et à Jeanne de Hotot, sa femme, d'une pièce de terre, jardin et maison sis paroisse de Vaudry (1470). — Aveux rendus à Jean de La Haye, seigneur de Vaudry, par les tenants de pièces de terre et masures de ladite sieurie (1473). — Aveu rendu devant Jean Chastel, lieutenant du sénéchal de la baronnie de Coulonces, en présence de Guyonne de La Haye, dame et baronne de Coulonces, par Jean de La Haye, écuyer, sieur de Hotot, héritier de Jeanne de Hotot, sa mère, de la sieurie de Vaudry, tenue de ladite baronnie (1475). — Mandement de Jean Chastel, sénéchal de la baronnie de Coulonces, aux prévôts d'icelle, concernant la plainte de Guyon de La Haye, écuyer, sieur de Vauville et de Vaudry, que Louis de Tournebu, écuyer, baron de Coulonces, a fait saisir par l'un de ses prévots les fief, terre et seigneurie de Vaudry, par défaut d'aveu et hommage (1485). — Accord devant Michel Pierres et Michel Le Marroley, tabellions à Vire, entre Jean de La Haye, sire et baron de Hotot, à Jacques d'Anfernet, sieur de Montchamps, et Richard de Vengeons, pour éviter un procès entre eux concernant le cours d'eau venant du moulin de Maine tendant au moulin à blé (1503). — Aveux rendus à Jean de La Haye, sire et châtelain hérédital de Hotot, sieur de La Meurdraquière, Vauville, Vaudry et autres lieux : par Jean Crespin, de la masure au Valloys, tant pour lui que pour ses puînés (1505); par Jean Davy, de la masure Capellière, tant pour lui que pour ses puînés (1505) ; par Pierre Ravenel, de la fiefferme du petit pré sis à Vaudry (1507). — Fieffe devant Jean Turpin et Jean Collemiche, tabellions, par Jean de La Haye, d'une pièce de terre nommée le Clos-au-Fèvre, sise à Vaudry, moyennant 13 sols une poule et dix œufs de rente (1507). — Copie d'arrêt du Parlement entre Jean de Laval, seigneur de Châteaubriant, mineur, Jean de La Haye, écuyer, sieur de Hotot, héritier de Germain de La Haye, et Guillaume Carrey, conseiller en ladite Cour, concernant le patronage et droit de présenter à la cure de l'église paroissiale de Viessoix, adjugé audit de La Haye (1510). — Aveux rendus à Jean de La Haye par : Colin Vengeons, de la masure Ferry au Buain ; Jean Davy, de la masure de la Pillière ; Robert Lair et Jean Bosnart, prêtre, tuteurs des enfants de feu Gires Germain, de la masure du Haut-Pissot (1515), etc.


F. 159. (Liasse.) — 22 pièces, parchemin ; 8 pièces, papier.

1515-1525. — Delahaye. — Fragments de terrier de la seigneurie de Vaudry. Aveux rendus à Jean de La Haye, sire et châlelain de Hotot, seigneur de Vaudry et autres lieux, par Jacques Bréart, de la masure de la Louvetière, et par Jean de La Lande, de la masure de la Huardière (1513). — Aveu rendu à François de Bordeaux, président en la Cour du Parlement de Rouen, par Jean de La Haye, à cause de la baronnie de Coulonces, d'un fief de haubert nommé le fief de Vaudry (1516). — Aveux rendus à Jean de La Haye, par Louis Crespin, de la masure Sauron, et par Colas Madeline, de la masure Madeline, tant pour lui que pour ses puînés (1517). — Aveu rendu à Jacques de La Haye, bailli et capitaine de St-Sauveur-le-Vicomte, vicomte et châtelain de Hotot, seigneur de Vaudry et autres lieux, par les frères Lyoult, de la masure servante de la Morelière (1520). — Aveux rendus à Jean de La Haye par Martin Lioult, Jean Genvrin, de la masure des Boscqs, Robin Champion, Pierre Crespin, Jean Foucault, écuyer, tant pour lui que pour ses puînés, Richard Crespin et autres, etc., pour fieffermes, masures, pièces de terre en pré, etc. (1525). — Bail à ferme par Jean de La Haye, vicomte et châtelain hérédital de Hotot, sieur d'Hérodeville, Vauville, Coudeville, La Murdraquière et le Vaudary, à Me Jean Mitaine, prêtre, sa vie durant, de la cure de Vaudry, dont est curé son troisième fils (1525).


F. 160. (Liasse.) — 28 pièces, parchemin ; 7 pièces, papier.

1526-1558. — Delahaye. — Aveu rendu à Jean de La Haye, seigneur de Hotot, Vaudry et autres lieux, par Gilles Louvel, de la masure de la Lande (1526). — Aveu rendu à Jacques de La Haye, par Jean Gosset, de la masure servante de Doinier (1527). — Transaction devant les tabellions de la vicomté de Hotot entre les seigneur et baron d'Aunay et des Essarts et le seigneur de Vaudry, concernant le fief de La Pennellière, assis à Vaudry (1535). — Aveu rendu à Jean de La Haye par la veuve Lioult, de l'aînesse et masure de La Morelière (1536). — Aveu rendu à la baronnie de Coulonces du fief de Vaudry par Jean de La Haye (1540). — Sentence de Thomas de La Haye tenant la juridiction du bailli de Caen, conservateur des privilèges de l'Université, prononçant défaut pour Pierre de La Haye, curé de Ste-Croix, contre François Duparc, écuyer (1544). — Sentence de Jacques Desloges, écuyer, vicomte de Vire, concernant la remise sur clameur féodale à Jean de La Haye, écuyer, curé et seigneur de Vaudry, par Pierre Mesquet, adjudicataire des héritages décrétés sur Pierre Davy (1545). — Reconnaissance de Pierre Le Rocquais, du bail à lui fait par Jean de La Haye, prieur de Trépagny, curé de Vaudry, des terres, maisons et moulin à blé, sis à Vaudry, pour cinq années, moyennant 112 livres 16 sols, 2 charretées de foin, et une potée de beurre, du prix de 40 livres (1546). — Sentence de Jean Chauvin, écuyer, lieutenant en la vicomté de Vire, ordonnant sur la requête de Jean de La Haye, seigneur et curé de Vaudry, la visite du manoir seigneurial de Vaudry, pour dresser le procès-verbal des réparations (1548). — Procès-verbal de visite des manoir, terres, moulins et château, faite en présence des hommes et vassaux de la seigneurie de Vaudry (1548). — Déclaration des héritages de la masure et fiefferme de La Houillère, tenue de Jacques de La Haye, sieur de Vaudry (1530). — Aveu rendu aux pleds de la seigneurie de Vaudry devant Jean Jean, sénéchal du lieu, pour Jean de Hotot, par Jean Tirel, de la masure de La Hunelière (1550). — Aveu rendu à Jean de La Haye, seigneur et patron de Vaudry et de Viessoix, par Michel Dubosq, de la masure ou fiefferme de La Lande des Rivières (1553). — Clameur de gage-pleds par Jean Le Cresp et Pierre Boivin, sergents, à la requête de Jean de La Haye, curé de Vaudry, sur l'eau du bien du moulin de Vaudry, etc.


F. 161. (Liasse.) — 23 pièces, parchemin ; 7 pièces, papier.

1558-1564. — Delahaye. — Ajournement par Boivin, sergent, de Michel Dubosq, de la paroisse de Burcy, pour répondre sur le gage-plège mis sur le bieu du moulin de Vaudry (1558). — État sommaire des pièces concernant le droit du seigneur de Vaudry de prendre l'eau de la rivière de Maine, jusque sous le moulin de Maine, pour la conduire au moulin de Vaudry sans qu'on la puisse détourner (1558). — Aveux rendus à Jacques de La Haye, châtelain de Hotot par : Jean Le Besnereys, de la fiefferme du clos Touppineux ; par Richart et Jean Mesquets, pour eux et leurs puînés, de la masure du Fay ; par Jacques Bréard, de la masure de La Louvellière (1559)) ; à Jean de La Haye : par les frères Mesquet, de la masure nommée la demi-masure de La Hunelière (1559) ; à Jean de La Haye, curé de Vaudry : par Jean Le Besnerais, de la masure du Clos-au-Fèvre (1564) ; par Jeanne Lelandays, tutrice de Michelle, sa fille, de deux pièces de terre, nommées le Clos-Lorrin (1565) ; par les frères Lyoult, de la masure de La Darginyère (1565) ; par Thomas Diennemy, de la masure ou fiefferme des Boscq (1564) ; par Girot de La Lande, de la fiefferme des îles (1564) ; par Guillaume Martin, de la fiefferme nommée la Croix-du-Moulin (1564); par Guillaume Esnault, de la fiefferme de la Coursière (1564) ; par Guillaume Maupas, fils Jean, pour lui et ses puînés, de la masure de la Thiboudière (1564) ; par Julien Le Roquais, ainé de la masure Hébert (1564). — Copie d'un accord entre les frères Mesquet, fils de feu Pierre Mesquet, et autres, et les époux David, concernant la possession d'une pièce de terre, ladite copie collationnée sur l'original représenté par Jean de La Haye, curé de Vaudry.


F. 162 (Liasse.) — 28 pièces, parchemin ; 38 pièces, papier.

1565-1697. — Delahaye. — Aveux rendus à Jean de La Haye, curé de Vaudry, par Richard Crespin, fils de feu Richard, à droit d'adjudication de la masure ou aînesse de la petite masure au Valloys, et par Nicolas Lecomte, aîné de la fiefferme des Landes de Maine (1563). — Blâmes mis par ledit Jean de La Haye sur l'aveu rendu par Jean Lioult, de la masure de La Morelière (1566). — Aveu rendu audit Jean de La Haye, seigneur et patron de Vaudry, par Amaury de La Bellière, écuyer, sieur de La Championnière et du petit fief de Vaudry, à cause de Jeanne Faulquet, son épouse, du petit fief de Vaudry, s'étendant dans les paroisses de Roullours, Viessoix et autres (1566). — Sentence de Gabriel du Rosel, écuyer, sénéchal de la sieurie de Vaudry, condamnant au profit de Jacques de La Haye, Jean Lioult et autres tenants du fief de Vaudry à payer leurs rentes de froment à la mesure accoutumée (1567). — Aveux rendus à Jacques de La Haye, capitaine de St-Sauveur-le-Vicomte : par Girot de La Lande, de la fiefferme de la Boullée (1569) ; par Germaine Le François, veuve de Louis Lemosnier, tutrice de son fils, comme ainé de la masure Lantyer (1570); par Philippe Forlée, de la fiefferme nommée La Houllière (157l) ; par les frères Mesquet, de la grande masure de la Hunelière (1571) ; par Jean Champion, écuyer, du membre de fief ou vavassorie nommée La Penelière (1572); par Noël Lavarde, de la fiefferme du Bas-Pissot (1572) ; par Pierre Boivin, de la fiefferme de la Hèze (1572); par Nicolas Dufour, de la masure de la Pillière (1577) ; par Jean Crespin, pour lui et ses puinés, de la seconde masure du Pissot(1582); par Gilles Castel, de la fiefferme de Brouaisnel (1583). — Copies d'arrêts, notamment entre Jean de La Haye, sieur de Hotot et de Vaudry, héritier de Germain de La Haye, et Jean de Laval, sieur de Châteaubriant, Viessoix et autres lieux, concernant le patronage et droit de présentation à l'église de Viessoix (1610-1674). — Aveux de la fiefferme Crespin de la Groudière (1638). — Procédure entre Gabriel de La Haye, curé de Morteaux, et Jacques de La Haye[24], son frère, et Jacques Le Picard (1697).


F. 163. (Cahier.) — Moyen format, 14 feuillets, papier.

1470-1528. — Delahaye. — « Inventaire des lettres « des masures servantes et fiefz fermes. » — Aveux Par : Guillot Deslandes, pour une masure assise en la vavassorie de la Daverye, contenant 24 acres de terre, le 4 mai 1474; Pascal Tirel, pour la fiefferme du Quesnoy, contenant 2 acres, le 12 juillet 1525 ; Mathurin Legrix, prêtre, pour une pièce de terre nommée le Champ-de-la-Loix, contenant 4 acres, le 7 septembre 1524; Jean Duboscq, pour la vavassorie de St-Pair, contenant 12 acres 1/2 de terre, le 9 mai 1526 ; le même, pour la maison et masures du manoir de Blon et le moulin à blé, le 7 septembre 1524 ; Jean Fauquet, écuyer, pour la masure de la Hunnelière, contenant 2 acres de terre, le 13 juillet 1525. — Fieffe faite par de La Haye à Jean Crespin, prêtre, de Vaudry, d'une maison et jardin moyennant 10 sols tournois de rente, le 2 juillet 1470.

Armes

  • de La Haye :

Référence.png Notes et références

  1. Dans ses corrections et additions, Pierre E. Labbey de la Roque, (Recherche de Montfaut: contenant les noms de ceux qu'il trouva nobles et de ceux qu'il imposa à la taille, quoiqu'ils se prétendissent nobles, en l'année 1463, paru en 1823) fait la correction de Germain en Gauvain.
  2. Le 10 décembre 1451, Gauvain de La Haye règle la succession de son ayeul Jehan Costard avec son cousin germain Robert de Mary (voir le certificat de noblesse de 1767 pour Anne-Bon-François de Mary de Longueville, Page de Monseigneur le duc d’Orléans) ou le 10 décembre 1450 selon François Aubert de La Chesnaye-Desbois dans Dictionnaire de la Noblesse, 1775, t. 9, p. 580.
  3. Arrière-fief assis en la paroisse de Quettreville, mouvant de la baronnie de Gouville ; tenu en 1399 par Fouques de Beauchamps, en 1420 par Jeanne de Hottot.
  4. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), A. N. P264 1, no 832.
  5. Fonds Michel Lepesant (AD50 284 J 39, fiches par fiefs), Bibl. Nat. Pièces Originales, 1878, de Mary, dossier 43222, no 14.
  6. Gilles-André de La Roque, Généalogie de la maison d'Harcourt, t. 2, p. 1099.
  7. Gilles-André de La Roque, op. cit., t. 2, p. 1109. Il y a une généalogie produite autrefois en la Cour de L’Echiquier comme Jean & Guyon de La Haye Seigneurs de Vauville & autres terres étaient fils de Gauvain de la Haye, seigneur d’Eroudeville, & de Jeanne de Hotot héritière de la terre de Hotot s’agissant de la succession de Jean Paynel & de Jeanne de Cuves, sa femme…
  8. Gilles-André de La Roque, op. cit., p. 1099.
  9. Gilles-André de La Roque, op. cit., p. 1581.
  10. Gilles-André de La Roque, op. cit., p. 1106-1107. Traité de mariage du 11 mars 1506 passé devant les tabellions de Hotot.
  11. Nous avons pris pour hypothèse en s’appuyant sur plusieurs points : 1 – Jeanne de Vieuxpont est déclarée veuve en 1490, En s’appuyant sur de La Rocque, mais si l’on en croit d’Hozier il fait beaucoup d’erreurs. 2 - Concernant l’aveu de 1570 entre Pierre de La Haye et Robert de Mary : Pierre de la Haye, escuier, prestre, seigneur de La Meurdraquière… Coudeville et autres terres et sieuries, confesse et avoue tenir en icelle sieurie de Longueville en sixième degré de parage le fief, terre et sieurie de Coudeville. Le sixième degré de parage comporte une génération supplémentaire à celles dont nous connaissons le mariage. Ainsi, cela fait 6 générations de parage. Cette hypothèse semble confirmée, nous pouvons remarquer dans les aveux pour Vaudry qu’ils sont de Jean en 1473 et 1475, puis de Guyon en 1485, 1490 et 1500 pour la Meurdraquière, puis de nouveau Jean de 1503 à 1526. Enfin il s’agit d’un Jean puisqu’en 1525 Jean parle de son troisième fils Jean, curé de Vaudry (F 159).
  12. Gilles-André de La Roque, op. cit., p. 1106. Arrêts de l’Echiquier des années 1500, 1506, 1509 et 1510 concernant les différents qu’avait Jean de La Haye, éscuyer, seigneur de Vauville et de Hotot héritier de Guyon de La Haye tuteur de Jacques Paynel, seigneur de Bricqueville, contre Jacques Sirou, prêtre…s’agissant de l’aliénation de la terre de Brévens faite par Guyon de La Haye, seigneur de Vauville.
  13. Gilles-André de La Roque, op.cit., p. 1226. Contrat du 30 août 1582 devant les tabellions de la vicomté d’Hotot, par lequel noble et puissant seigneur & circonspecte personne Pierre de La Haye Seigneur Vicomte & châtelain hérédital de Hotot & des seigneuries de Vauville, Coudeville, Donville, Vaudry, Héribel & Eroudeville, frère unique & héritier de noble et puissant seigneur messire Jacques de La Haye, chevalier de l’ordre du Roi, gentilhomme ordinaire de sa chambre, son conseiller et chambellan, bailli et capitaine de Saint-Sauveur-le-Vicomte & seigneur desdites terres reconnut voir accordé et délaissé à noble et puissant seigneur Adrien sire de Bréauté, chevalier de l’ordre du Roi, conseiller en son conseil privé et gentilhomme de sa chambre, capitaine et bailli de Gisors, seigneur & châtelain de Neville, de Cailleule et de Boussay, son neveu et présomptif héritier, à savoir 1330 écus évalué à 400 livres de rente par chacun an sur noble dame Jourdaine de Pellevé veuve dudit seigneur de Hotot, la vie durant d’icelle…
  14. Benet, op. cit, voir infra F 160 : Sentence de Thomas de La Haye tenant la juridiction du bailli de Caen, conservateur des privilèges de l'Université, prononçant défaut pour Pierre de La Haye, curé de Ste-Croix, contre François Duparc, écuyer (1544).
  15. Gilles-André de La Roque, op. cit., p. 1107.
  16. Benet, Inventaire sommaire des Archives du Calvados, voir infra F 159 : Bail à ferme par Jean de La Haye, vicomte et châtelain hérédital de Hotot, sieur d'Hérodeville, Vauville, Coudeville, La Murdraquière et le Vaudry, à Me Jean Mitaine, prêtre, sa vie durant, de la cure de Vaudry, dont est curé son troisième fils (1525). Il est le procureur de son frère Pierre en 1549 (Fonds Michel Lepesant, fichier fiefs ; Arch. Diocésaines de Coutances, secrétariat Evêché). Il n’y a plus d’actes le concernant après 1560. Comme il est décédé avant 1582, son frère Pierre peut se présenter comme frère unique et héritier de Jacques de La Haye dans sa donation à son neveu Adrien de Bréauté.
  17. Gilles-André de La Roque, op. cit., p. 1107 : Acte de l’an 1575, dixième jour de novembre par lequel il est déclaré que le roi veut que noble et puissant seigneur Jacques de La Haye, seigneur de Hotot, Héribert, La Meurdraquière, Vaudry, Vauville, Eroudeville, Coudeville et Saint-Martin, chevalier de l’ordre du Roi, gentilhomme ordinaire de sa chambre fut exempt de la contribution du ban et de l’arrière-ban de l’armée, ensemble de la taxe & paiement à quoi ses fiefs avaient été taxés et imposés.
  18. Gilles-André de La Roque, op. cit., t. 2, p. 1099.
  19. Gilles-André de La Roque, op. cit., p. 1099. Ce mariage règle aussi un conflit pendant. En effet la dot comprend une rente de 150 livres tournois à prendre sur le père de l’époux et son frère et constituée par le bisayeul de ce dernier Philippe de Harcourt au profit de sa fille Blanche de Harcourt mariée à un seigneur de Vieuxpont, une rente de 75 livres tournois à prendre sur les héritiers de Jacques de Harcourt, père du dénommé Philippe. Ces rentes avaient donné lieu à saisie sur les Harcourt en 1488 et de nombreuses procédures judiciaires.
  20. Gilles-André de La Roque, op. cit., p. 1113.
  21. François Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la Noblesse, 1771, t. 3, p. 151
  22. Anselme, Histoire de la maison royale de France, anciens barons du royaume et des grands officiers de la couronne, 1726, t. 2, p. 79 ; Gilles-André de La Roque, op. cit., p. 1581.
  23. Armand Bénet, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Calvados, Archives civiles, série F, t. 1, Fonds de Pierreville, de Beaumont, Le Duc et Le Hardy
  24. F 325 Jacques de La Haye, sieur de Vesqueville

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Paul Leportier, Familles médiévales normandes, tome I, page de garde, 2005
  • Gilles-André de La Roque, Histoire généalogique de la maison d'Harcourt, 1662, t. 2