Famille de Cugnac

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La famille de Cugnac est une famille de la noblesse française subsistante.

Elle est originaire du département de la Dordogne.

Bibliographie ou Sources à compléter

Histoire

Cette famille, dont le nom se trouve écrit dans les titres Cuniac , Gunhac et Cugnac, est une des plus anciennes de la Guyenne , où elle est connue dès le douzième siècle. Elle est également distinguée par son ancienneté , par ses services militaires et par ses alliances avec les meilleures maisons du royaume, telles que Abzac de la Douze, Arpajon, Beaupoil de Saint-Aulaire, Béon-Luxembourg, du Bouzet de Marin, du Bosc, Bussy-Rabutin, la Châtre, Chapt de Rastignac, Cosnac, Carbonières, Coligny , Durfort, Ebrard Saint-Sulpice, Escars, Fumel, Biron-Gontaut de Saint-Geniez, Galard, Hautefort, Hurault, Langheac, Lostanges, du Lac, la Marthonie, Mornay, Pathay, de Prie, Prunelé, Rançonnet de Polignac, Rochechouart, Salignac de la Motte-Fénélon, Savary-Lancosme, Solages, Saint-Exupéry, La Trémouille, Villeneuve-Vence et plusieurs autres anciennes familles dans lesquelles les filles de la maison de Cugnac sont entrées.

Elle a donné un cordon bleu, un sénéchal du Bazadois, un évêque, plusieurs chambellans de nos rois, un chevalier de leur ordre, deux conseillers d'état d'épée, plusieurs officiers généraux, trois mestres-de-camp de cavalerie, deux capitaines de cinquante hommes d'armes des ordonnances sous les règnes de Henri III et de Henri IV (dans ces temps-là, dit Sainte-Foix, Histoire de l'ordre du Saint-Esprit, le grade de capitaine de cinquante et de cent hommes d'armes des ordonnances était le plus éininent dans les armées, les titres de lieutenant-général et de maréclial-de-camp, s'il en est quelquefois parlé, n'étaient que de simples commissions dont le rang et les fonctions cessaient avec la campagne), plusieurs chevaliers de Malte, dont un est devenu grand-bailli, et un page de Louis XIV.

Les guerres civiles, celles surtout avec les Anglais, qui ont désolé les plus belles provinces du royaume, sous les règnes de Philippe-dé-Valois, du roi Jean et de Charles VI ; celles de religion, dont elles ont ensuite été le théâtre, ont enlevé à cette ancienne noblesse des titres et documents qui auraient donné connaissance des premiers de son nom; ce qu'elle a pu en retrouver me remonte qu'au treizième siècle, temps auquel les maisons de Cuguac et de la Marthonie se partagèrent une succession de vingt et quelques terres. La branche de Cugnac du Bourdet, établie en Poitou, en possède l'acte de partage.

Vers le milieu du douzième siècle, les sieurs de Gontaud, de Cugnac et d'Abzac, écuyers, fondèrent une abbaye dans les environs de Périgueux.

Suivant un mémoire domestique, Jean de Cugnac s'allia, en 1380, à Delphine de Gontaut, fille de Séguin de Gontaut, seigneur de Badefol et de Saint-Geniez.

Leur fils Pierre de Cugnac fit don, en 1431, à Richard de Gontaud son neveu, de tous ses droits sur la seigneurie de Badefol.

En 1496 on 1497, Jean de Cugnac, seigneur de Panliac, épousa Jeanne de Carbonières, fille d'Antoine, seigneur de la Chapelle Biron, et de Jeanne d'Abzac de la Douze. La maison de Carbonières était alliée dès l'an 1070 aux vicomtes de Comboru et de Ventadour. (La Chesnaye-des-Bois.)

Jean de Cugnac, seigneur de Panctoc, plaidait, en l529, au parlement de Bordeaux, contre Jean Chapt de Rastignac, co-seigneur de Siourac.

Hélie de Cugnac de Caussade fut reçu chevalier de Saint-Jean de Jérusalem en 1551.

En 1552, furent présents au contrat de noble Germain de Saillant du Luc, écuyer, avec Anne Chapt de Rastignac : Edme de Cugnac, seigneur de Giversac; Robert de Lignerac, chevalier de l'ordre du roi; Antoine de Reilhac, Gilbert d'Hautefort, Raimond de Saint-Clar, François de Royère, Pierre de la Faye, Hélie de Saillant, seigneur de Trasalvas, et Reimond de Reilhac, tous parents et amis communs des parties.

Jean-Paul de Cugnac, chevalier, seigneur de Pauliac, épousa, vers 1630, Elisabeth de Beàulieu. Il était capitaine aux Gardes, et descendait par femmes de l'illustre maison de Balzac-d'Entragues, qui a fourni une grande quantité d'officiers généraux, plusieurs cordons bleus, et dont toutes les branches sont maintenant éteintes. Il portait : Écartelé, aux 1 et 4 d'azur, à la bande d'or, accostée de deux fleurs de lys du même, qui est Thiembrone ; aux 2 et 3 de Balzac, qui est d'azur, à trois sautoirs d'argent ; au chef d'or, à trois sautoirs d'azur, et sur le tout un écusson gironné d'argent et de gueules de huit pièces, qui est de Cugnac.

Noblesse

La famille de Cugnac est une famille de noblesse d'extraction.

Généalogie

Les seigneurs de Giversac, établis en Quercy, sont les aînés de cette maison. Leur filiation suivie commence avec :

I. Jean de Cugnac, seigneur de Beaumont et de Giversac, capitaine de cinquante hommes d'armes des ordonnances , chevalier de l'ordre du roi, gentilhomme ordinaire de sa chambre, maréchal de ses camps et armées, sénéchal du Bazadois , mort en 1575. Il avait épousé, le 10 novembre 1555, Antoinette de Hautefort, fille de Jean de Hautefort, gentilhomme de la chambre du roi de Navarre, et de Catherine de Chabannes. Il en eut :

Marc, qui suit;
Françoise de Cugnac, mariée, en 1593, à Marc-Antoine de Durfort, seigneur de Goujonnac. Jean avait pour sœur Marguerite de Cugnac, dame de Giversac, épouse , en 1547 de François de Beaurpoil. Ils n'eurent qu'une fille unique, mariée , en 1566, à Jean de Durfort, seigneur de Léobard.

II. Marc de Cugnac, seigneur de Giversac, fut marié, en 1598, à Polixène de Durfort, fille de Mathurin de Durfort, seigneur de Goujonnac, et de Marguerite d« Clermont. De ce mariage naquirent:

Brandelis, qui continue la branche aînée en Quercy et en Condomois ;
Perrot, qui forme la seconde tranche, rapportée ci-après.

III. Brandelis de Cugnac, seigneur de Giversac, fut mestre-de-camp d'un régiment de son nom. Il épousa, le 12 novembre 1630, Paule du Lac de la Peyrède ; il en eut :

Mathieu-Paul, qui suit ;
Suzanne, mariée, en 1650, à noble Gratien Gêniez de l'Angle. ;

IV. Mathieu-Paul de Cugnac, seigneur de Giversac, t'allia, en 1654, à Anne Ebrard de Saint.-Sulpice.il en eut:

1° Louis-Christophe de Cugnac, comte de Giversac, marié, en 1681, à Marie-Anne de Beaupoil de Saint-Aulaire, fille de Bon-François, marquis de Lanmari, premier écuyer du prince de Condé et mestre-de-camp de cavalerie, et d'Anne de la Roche-Aimon, tante du cardinal de la Roche-Aimon; sa postérité a fini à Emmanuel de Cugnac, comte de Giversac, mort en 1750 ; sans enfants de son épouse Marguerite de Fumel, fille du vicomte de Fumel, mestre-de-camp de cavalerie, et d'Anne de Berthier;
Antoine, dont l'article suit.

V. Antoine de Cugnac, seigneur de Giversac, fut marié, en 1687, à Marie de Vervais, dame de Pérille, mère de :

VI. Jean-Louis de Cugnac, qui a épousé, en 1720, Marie du Faure de Roufhlhac, dont :

Antoine-François, qui suit ;
Emmanuel de Cugnac, né en 1729 , sacré évêque de Lectoure le 7 septembre 1772, député à l'assemblée générale du clergé de France en 1788 et mort en 1800.

VII. Antoine-François de Cugnac, comte de Giversac, seigneur de Sermet et chef du nom et armes de sa maison, mousquetaire du roi dans la première compagnie , en 1745 marié, en 1753, à Marie de Lostanges, fille de Louis-Emmanuel, marquis de Saint-Alvaire, gouverneur et sénéchal de Quercy , et de Marie de Larmandie de Longua. Il eut entre autres enfants :

VIII. Emmanuel de Cugnac, comte de Giversac, seigneur de Sermet en Agenois, de Limenil, Fondelain, etc., capitaine de cavalerie dans le régiment de Belsunce; allié, en 1779, à N.... du Bouzet, fille du marquis de Marin. Il a eu l'honneur d'être présenté au roi et à la famille royale en 1784, et a fait ses preuves devant Chérin, généalogiste des ordres, pour monter dans les carrosses et chasser avec sa majesté. Il a six enfants de son mariage :

Philibert, qui suit;
Théodore, non marié en 1815 j il a servi sous S.A.R. le duc d'Angoulême, en 1814;
Louise, mariée à Hubert de Brivasac, fils du comte de Brivasac, chef d'escadron dans le régiment de la Reine;
Une autre fille, alliée à N.... de la Roque, d'une ancienne noblesse du comte d'Armagnac;
5° et 6° Deux filles.

IX. Philibert de Cugnac , né en 1785; il a servi sous S.A.R.M. le duc d'Angoulême, en 1814, et a épousé, en 1812, demoiselle Élise de Solages, d'une ancienne noblesse de Rouergue. Il a un fils né en 1815.

Seconde branche , établie en Flandres

III. Perrot de Cugnac, second fils de Marc et de Polixène de Durfort, fut seigneur de Tourandel. Il épousa, en 1633, Marie de Gontaut de Saint-Geniez, qui le fit père de :

IV. Henri de Cugnac, marié, en 1658, à Marie d'Abzac de la Douze , mère de :

V. Charles de Cugnac, seigneur de Tourondel, qui épousa, le 4 janvier 1694, Madeleine de Gontaut de Saint-Geniez , sa parente, dont sont issus :

Antoine, qui suit ;
Jean de Cugnac, capitaine de cavalerie dans le régiment de la Reine, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, reçu chevalier de Malte de minorité, en 1699; se maria, en 1734, à Jeanne Tardif, qui le rendit père de trois enfants, tous morts en bas âge. Il a eu l'agrément, en se mariant, de porter la croix de Malte, en faveur du zèle qu'il avait manifesté de tout temps pour le service de l'ordre ;
Pierre de Cugnac, capitaine de cavalerie dans le régiment de Bourbon, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis;
Louis-Christophe de Cugnac de La Coste, capitaine dans le régiment de Provence, mort sans alliance, comme le précédent.

VI. Antoine de Cugnac , seigneur de Tourondel, Traissaies, etc., laissa de N.,.. de Pons de la Borie, entre autres enfants :

Sébastien du Cugnac, d'abord page de S.A.S. monseigneur le prince de Condé, ensuite capitaine dans le régiment de Royal-Vaisseaux, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, mort émigré, sans alliance , en 1800;
N...., dit le marquis de Cugnac, capitaine dans le même régiment, ensuite lieutenant de roi de la ville d'Antibes, où il est mort en 1806. Il y avait épousé, en 1784, N... de Villeneuve-Vence, d'une des plus anciennes et des plus illustres maisons de Provence, alliée à la maison royale de France, et reconnue pour parent par les princes du sang, qui signent comme tels les alliances que cette maison contracte. Elle vit encore en 1814 et est fille d'Alexandre de Villeneuve, marquis de Vence.
Pierre, qui suit ;
N.... de Cugnac, dit l'abbé de Cugnac, reçu sur ses preuves élève de l'école royale-militaire, nommé vicaire-général de l'évêché d'Aire, député ensuite à l'assemblée générale du clergé de France, tenue en 1788; est existant en 1816;
Une fille, morte en 1809, religieuse à Fougoulfier.

VII. Pierre de Cugnac, dit le vicomte de Cugnac, né en 1753, entré au service en 1767, successivement sous-de-major, lieutenant et capitaine dans le régiment de Royal-Vaisseaux , chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, fut pourvu, en 1788 , de l'office de lieutenant des maréchaux de France, à Lille en Flandres, où il a épousé, en 1781 , Marie-Thérèse-Josephe du Toict, l'une famille originaire d'Espagne, où elle était connue sous le nom del Tecto ; il s'est émigré, et a fait toutes les campagnes des princes. Il a de son mariage :

VIII. Sébastien-Marie-Jules-Henri de Cugnac, né le 21 septembre 1786, a servi plusieurs années dans la cavalerie ; il était volontaire royal en 1814, et a épousé, le 24 février 1813, Anne-Françoise de Chaton, sa cousine-germaine, fille de Henri-René de Chaton, ancien gentilhomme des états de Bretagne, et d'Élisabeth du Toict.

Branche des marquis de Dampierre

Cette branche et celle du Bourdet, rapportée plus bas, ont, selon une tradition constante, une tige commune avec celle de Giversac, et sortent toutes deux du Périgord ; mais on ignore l'époque de leur séparation. La filiation suivie des marquis de Dampierre commence à :

I. Antoine de Cugnac, chevalier, seigneur de Dampierre, en Beauce, chambellan du roi Charles VII, né en 1397, mort en 1454; eut de Jeanne le Brun, son épouse :

II. Pierre de Cugnac, seigneur de Dampierre, conseiller et chambellan du roi Louis XI, marié à Jeanne de Prunelé, d'une maison de Beauce d'ancienne chevalerie; elle testa en 1484, et eut de son mariage :

Antoine, qui sait :
Une fille, mariée à Jean de Mornay, seigneur d'Achères.

III. Antoine de Cugnac , IIe du nom, seigneur de Dampierre , premier maître-d'hôtel du roi Louis XII, eut de Marguerite de Mornay, son épouse :

Antoine, qui suit ;
Anne de Cugnac, mariée à Jean de Blosset, seigneur et baron de Torcy. Il est sorti de ce mariage un fils et deux filles. Le garçon est devenu maréchal de camp et chevalier du Saint-Esprit. Claude, l'aînée des filles, était une des plus belles femmes de la cour de François Ier; elle épousa, eu i53o, Louis de Montberon , seigneur de Fontaine-Chalandray, en Angoumois, d'une ancienne maison qui adonné un maréchal de France et un chevalier des ordres. Françoise, la seconde des filles, eut un fils naturel de Léonor d'Orléans de Longueville, marquis de Rothelin, nommé François de Longueville, auteur des marquis de Rothelin; elle était alors veuve de Jean de Briqueville , seigneur de Colombières, père de François de Briqueville, l'un des plus célèbres guerriers de son siècle, d'où sont sortis les marquis de la Luzerne.

IV. Antoine de Cugnac, IIIe du nom, chevalier, seigneur de Dampierre, baron d'Imonville, grand-maître des eaux et forêts de l'Orléanais, s'allia avec Marie du Lac, fille de Lancelot du Lac, seigneur de Chemerolles, et de Louise de Coliguy, sœur de Gaspard de Coiigny, IIIe du nom , maréchal de France, et petite-fille du célèbre Gaspard de Coliguy, amiral de France, tué à Paris, au massacre de la Saint-Barthélémy, en 1571. Leurs enfants furent :

François, qui suit ;
Louis de Cugnac, baron d'Imonville, auteur d'un rameau rapporté à la fin

V. François de Cugnac, 1er du nom, chevalier, seigneur de Dampierre, décéda en 1546; il avait épousé Jeanne Davy, dame de Saint-Peravi et d'Huisseau , dont il eut :

François, qui suit;
Paul de Cugnac, marié à Antoinette de Prie, d'une illustre famille du Nivernais, qui a fourni un cardinal en 1506, un grand-maître des arbalétriers et plusieurs cordons bleus. Ils n'eurent point d'enfants de leur mariage.

VI. François de Cugnac, IIe du nom, en faveur de, qui la seigneurie de Dampierre fut érigée en baronnie, par lettres du 9 février 1598, enregistrées le 7 mai suivant, avec permission de se qualifier premier baron du comté de Gyen, baron de Dampierre et d'Huisseau, conseiller d'état d'épée, capitaine de cinquante hommes d'armes des ordonnances, lieutenant-général au gouvernement de l'Orléanais, maréchal des camps et armées du roi, reçu chevalier du Saint-Esprit le 7 janvier 1595, mourut le 5 novembre 1615. Il avait épousé, 1° Gasparde de Boucard, fille unique de François de Boucard et de Marie de Martini; et 2° le 4 novembre 1593, Anne le Loup de Beauvoir, fille de Christophe, seigneur de Bellenave, de Pierre-Brune et de Beauvoir, et de Claude Malain. Ses enfants furent :

Du premier lit :
Henri de Cugnac, mort à quinze ans, en 1592;
François, baron de Dampierre, lieutenant-général au gouvernement de l'Orléanais, marié à Gabrielle de Popillon du Ryau , qui le rendit père de Françoise de Cugnac, femme, en 1632, d'Edme de la Châtre, comte de Nançay, grand-maître de la garde-robe du roi et colonel-général des Suisses et Grisons , dont la fille, Louise-Antoinette de la Châtre, dame du palais de la reine, épousa, en l653 , Louis de Crevant d'Humières, IVe du nom, duc d'Humières, chevalier des ordres du roi et maréchal de France, dont la fille, Marie-Thérèse de Crévant-d'Humières, fut mariée, le io février 1677, à Jean de Gand, dit Villain, prince d'Isenghien, père de Louis de Gand de Mérode de Montmorency, prince d'Isenghien, comte du SaintEmpire, chevalier des ordres du roi et maréchal de France.
Du second lit :
Antoine, qni suit;
Paul, chevalier de Malte, mort en 1611 ;
Marie Diane, mariée, en 1609, à Léonor de Rabutin, comte de Bussy, père du célèbre Bussy-Rabutin, qui s'est rendu illustre par sa valeur et ses écrits;
Aimée de Cugnac, femme de Claude, seigneur de Pathay et baron de Rereau ;
Charlotte, morte le 10 novembre 1608, en religion.

VII. Antoine de Cugnac, IVe du nom de sa branche, en faveur de qui la baronnie de Dampierre fut érigée en marquisat, par lettres de 1616, enregistrées la même année, marquis de Dampierre, baron d'Huisseau, conseiller d'état, mort en 1666, avait épousé Madeleine de Tixier, fille d'Amar, seigneur de Brie, et de Françoise Huraull de Marais, dont il eut:

Paul, mort jeune ;
François, qui suit ;
Anne, femme 1° de Michel Champront, conseiller au parlement; et 2° de Louis le Cordier, marquis de Tronc ;
Marie de Cugnac, femme de Jean-Louis, comte de Béon-Luxembourg, dont l'aïeule maternelle, Louise de Luxembourg, était de l'ancienne maison de ce nom, l'une des plus illustres et des plus puissantes de l'Europe, laquelle a donné quatre empereurs à l'Allemagne, trois de Bohême et de Hongrie, six reines, dont une impératrice d'occident, et plusieurs princesses qui ont illustré les maisons auxquelles elles se sont alliées. Le comte de Béon n'a laissé qu'un fils de son mariage , mort sans enfants de son épouse Anne-Dorothée du Hautoy.

VIII. François, IIIe du nom, marquis de Cugnac, baron d'Huisseau, mort le 21 septembre 1680, fut marié, en 1664, à Anne de Cugnac, dame de Richarville, fille de Gabriel de Cugnac et de Marguerite de Vérail. De ce mariage sortirent:

François, qui suit ;
Pierre, auteur de la branche rapportée après la postérité de son aîné ;
François-Alexandre, chevalier de Malte, capitaine de cavalerie, mort en Italie en 1701 ;
François', mestre-de-camp de cavalerie, sous-lieutenant des gendarmes de Berri, brigadier des armées du roi le premier février 1719, grand bailli honoraire de l'ordre de Malte, premier écuyer de M. le Duc, mort à Paris, à l'hôtel de Condé, en 1728, et selon le Mercure en 1729, âgé de cinquante-deux ans.

IX. François de Cugnac, IVe du nom, marquis de Dampierre, baron d'Huisseau, seigneur de Richarville, enseigne des gendarmes de Berri, puis sous-lieutenant des gendarmes d'Anjou, mestre-de-camp de cavalerie, est mort en 1724. Il avait épousé, en 1699, Marie-Henriette de Lagny, dont il a eu :

Jean-Baptiste-François, qui suit ;
Louis-Achille, chanoine et grand-vicaire de Tours ;
Louis-Félicien, chevalier de Malte, ofifcier de marine, dit le chevalier de Cugnac, enseigne de galères en 1728, puis gentilhomme de M. le duc, mort en 1737, d'une fluxion de poitrine, à l'hôtel de Condé;
François, dit le chevalier de Dampierre, chevalier de Malte, capitaine dans le régiment de Bourbon, cavalerie, exempt des gardes-du-corps du roi en 1727, mort à Paris en 1730;
Plusieurs autres filles.

X. Jean-Baptiste-François de Cugnac , marquis de Dampierre, baron d'Huisseau, seigneur de Richarville, etc., né le 3o mai 1700, mestre-de-camp d'un régiment de cavalerie, ci-devant enseigne des gendarmes de Berri, est mort en 175.... II avait épousé, en 1732, Françoise-Charlotte de Langheac, dont le neveu Jean, comte de la Guiche, s'allia, en 1740, à Henriette de Bourbon, appelée mademoiselle de Verneuil, fille naturelle et légitimée de M. le duc Louis-Henri de Bourbon, prince de Condé. Leur fils Amable Charlet, marquis de la Guiche, était, en 1774, colonel du régiment de Bourbon, cavalerie. Françoise-Charlotte de Langheac était fille de Marie-Roger de Langheac, comte de Dalès et de Toulongeon, et de Jeanne-Diarie-Marie Palatine de Dio et de Montpeyroux, marquise de Roquefeuille et baronne de Castelnau. Ses enfants sont :

Marie-Pierre-Antoine, qui suit;
2°, 3°, 4°, Trois autres garçons, dont deux chevaliers de Malle et un ecclésiastique ;
Marie-Celse-Antoinette, née en 1734, tenue sur les fonts par Michel-Celse-Roger de Rabnlin, comte-de-Bussy, évêque de Luçon, et par la marquise de Cugnac, son aïeule;
Plusieurs autres filles.

XI. Marie-Pierre-Antoine de Cugnac, marquis de Dampierre, baron d'Huisseau, seigneur de Richarville , capitaine de vaisseau, né le a juin 1738, a épousé Louise-Angélique de Savary-Lancosme, fille du marquis de Savary et de Louise Barjot de Ronce. Il n'est resté de ce mariage qu'une fille unique, Antoinette de Cugnac, alliée au comte de Bizemont, dont un garçon. La mers est morte il y a quelques années. Le marquis de Dampierre est le dernier mâle de cette branche.

Rameau de la branche précédente

V. Louis de Cugnac, baron d'Imonville, second fils d'Antoine et de Marie du Lac, fut tué en 1567, à la bataille de Saint-Denis. Il avait épousé Marthe ou Marie de Prunelé , dame de Richarville, qui le rendit père de :

Paul, qui suit ;
2° et 3° Deux filles mariées, l'une à François de La Trémouïlle, fils naturel, et ensuite légitimé de Louis de La Trémouïlle, IIIe du nom, premier duc de Thouars, prince de Talmont et de Tarente, et arriére-petit-fils de Louis de La Trémouïlle, l'un des plus célèbres guerriers de son temps, et qu'on a surnommé le chevalier sans reproche. Louise de Cugnac, la seconde fille, a épousé, en 1580, Louis du Bosc, seigneur d'Épinoy.

VI. Paul de Cugnac, chevalier, baron d'Imonville, s'allia avec Anne Hurault, fille de Jean Hurault, IIe du nom , seigneur de Bois-Taillé, et de Bonne, conseiller d'État et ambassadeur à Constantinople pour le roi Henri III. De ce mariage sont issus treize enfants qui suivent. Paul de Cugnac mourut en 1615, à Paris, où il avait été député par la noblesse du pays Chartrain, pour assister aux étals généraux qu'on venait de convoquer. Il fut inhumé dans le choeur de l'église de Notre-Dame-du-Mont :

Paul, mort à vingt ans;
Louis de Cugnac, chevalier de Malte;
François, baron d'Imonville, qui suit
Charles, mort au siège de Montpellier ;
Philippe, chanoine à l'église de Chartres;
André, aussi religieux;
Gabriel de Cugnac, seigneur de Richarville, marié à Marguerite de Vérait ;
Marie, femme d'Edme de Prunelé , sieur de Méninville ;
Anne de Cugnac, épouse de Charles, seigneur de Poilone ;
10° Jeanne, épouse de Jérôme du Luc, sieur de Fontenay ;
11° Françoise de Cugnac, épouse d'Alexandre de Fourcroy, écuyer, sieur du Bois de Villiers;
12° Élisabeth, religieuse;
13° Louise, religieuse.

VII. François de Cugnac, chevalier, baron d'Imonville, épousa Louise de Paviot, fille de Charles de Paviot, seigneur de Boissy-le-Sec et de Marie de Rochechouart sa femme. De cette alliance sortit :

VIII. François-Philippe de Cugnac, baron d'Imonville, seigneur de Jouy, père, par Elisabeth de Morainville, d'Elisabeth de Cugnac, mariée, en 1692, à Louis de Rochechonart, seigneur de Montigny, d'une des plus anciennes et des plus illustres maisons du royaume. Leur postérité subsiste.

Barons de Veuilly, éteints

IX. Pierre De Cugnac, second fils de François III et d'Anne de Cngnac, chevalier, seigneur et baron de Veuilly en Galvesse, généralité de Soissons, mort le 5 novembre iy45» avait épousé, en 1707, Marie-Anne de Vassan, d'une ancienne noblesse de Valois, laquelle mourut en 1755, à soixante-onze ans, laissant:

X. Aimé-Gabriel de Cugnac, marquis de Cugnac de Dampierre, chevalier, seigneur et baron de Veuilly, enseigne, puis sous-lieutenant au régiment des Gardes Françaises, mort le 17 novembre 1758 , âgé de quarantesept ans. Il avait épousé, en 1728, Jeanne-Marie-Joseph de Guyon, nièce de la ducliesse de Sully, qui l'avait faite sa légataire universelle, De ce mariage sont issues:

Anne-Madeleine de Cugnac, mariée au marquis d'Escars ;
Marie-Louise, mariée à N.... de Forget du Vol, capitaine général de la fauconnerie du roi;
Henriette-Diane, née en 1734, mariée au marquis de Saint-Exupéri.

Branche des seigneurs du Bourdet, établie en Poitou.

Cette branche, à l'origine de laquelle on ne peut remonter, sort, comme les autres, du château de Cugnac, situé en Périgord, et remonte sa filiation à :

I. Jean de Cugnac, vivant en 1480; il était seigneur de Canssade, Chaban , Florimond, Vimenier et du Bosc-Calrigure, viguier de la ville de Périgueux, et son épouse Marguerite Vigiere. Ils marièrent, en 1501, leur fils :

II. Jean de Cucnac, IIe du nom, à Philippe de Salignac de la Motte-Fénélon , dont naquirent :

III. Jean de Cugnac, IIIe du nom, seigneur de Caussade, etc., père en 1544, par Isabeau de Galard , 1° dé Geoffroy, et 2° de Gabriel de Cugnac. il n'est fait mention que du premier :

IV. Geoffroy de Cugnac épousa, en 1582, Jacquette du Dose; ils eurent pour fils ;

Charles, qui suit ;
Jean, dont on ignore le sort ;
Suzanne, qui apporta la terre de Caussade dans la maison de la Marthonie , par son mariage avec Armand de la Marthonie, auteur de la branche de la Marthonie-Caussade.

V. Charles de Cugnac, Ier du nom, épousa, en 1612, N..». de Rançonnet de Polignac, fille de Benjamin de Rançonnet, seigneur de Polignac, et de Marthe de Raymond; elle était sœur de Marie de Rançonnet de Noyan, mariée, en 1609, à Louis de Galard de Brassac de Béant. Leur fils fut :

VI. Charles de Cugnac, IIe du nom, quitta le Périgord pour aller habiter le Poitou, où il devint seigneur du Bourdet, par son mariage, en 1647, avec Catherine Acarie, dame du Bourdet, issue d'une ancienne famille alliée à plusieurs grandes maisons du royaume, entre autres avec celle de Rochechouart, dont une branche connue sous le nom de Rochechouart-Jars, seigneurs du Bourdet, a possédé long-temps la terre de ce norw. Les enfants de Charles de Cugnac et de Catherine Acarie du Bourdet sont :

Jean-Louis, qui suit ;
Charles de Cugnac, marié en Picardie, père de Louis de Cugnac du Bourdet, successivement officier dans un régiment d'infanterie, lieutenant-colonel , avec rang de colonel, dans le régiment de Bourbonnais, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis , nommé brigadier des armées du roi le 20 février 1761, et maréchal de camp le 16 avril 1767. Ses services furent récompensés de la place de lieutenant de roi de la ville de Sainl-Omer, où il est mort sans postérité.

VII. Jean-Lonis de Cugnac, dit le marquis Du Bourdet, était, en 1680, capitaine dans le régiment des Fusiliers du roi, et en 1689 exempt dans la deuxième compagnie des gardes du corps. On voit dans l'Histoire de la maison du roi qu'il se distingua, en 1691, à la bataille de Leuze. Il est mort ayant à peine quarante ans, se rendant à Paris, auprès de madame de Maintenon. Il s'était marié, en 1680, avec Antoinette de Châteauneuf qui le rendit père de :

Gaspard-Louis-Philippe de Cugnac, marquis du Bourdet, né en 1681, mort en 1761 , sans alliance. Il avait commencé par être page de Louis XIV, sur ses preuves faites en 1697; eut, en 1700, un bâton d'exempt dans les Gardes-du-Corps, obtint liii régiment en 1706, l'aide-majorité de la seconde compagnie des Gardes-du-Corps en 1720, une lieutenance en 1732, fut nommé brigadier en 1734 et maréchal des camps et armées du roi en 1738.

Louis-Paul-Philippe, dont l'article suit.

VIII. Louis-Paul-Philippe de Cugnac, seigneur du Bourdet, épousa, en 1735, Marie-Angélique de Ranques, et laissa pour fils :

IX. Louis Philippe de Cugnac, seigneur du Bourdet, qui épousa, en 1775, Marie-Madeleine-Alexandrine de Bazes d'Auzarices; il mourut en 1810, laissant :

Jules-Émilien, qui suit ;
N...., mariée au seigneur de Mougon, d'une ancienne maison du Poitou;
Alexandrine de Cugnac, mariée à N.... de Monnier, seigneur d'Availles.

X. Jules Émilien de Cugnac, né en 1783, a été député an commencement de 1815 à Beaupré près de monseigneur le duc de Bourbon , par la garde royale de son département , pour offrir à ce prince leurs services ; il à épousé, en 1813, demoiselle Aglaé de Maynard, dont deux filles, l'aînée, née en juin 1814, décédée; elle fut tenue sur les fonts par le marquis de Cugnac-Dampierre et par la comtesse de Maynard sou aïeule. La seconde est née le 1er mars 1816. On la nomme Marie-Françoise-Aglaé. La filiation de cette branche est copiée sur les preuves produites en 1697 par Gaspard-Louis-Philippe de Cugnac du Bourdet, pour entrer aux Pages.

Personnalités

Alliances

Les principales alliances de la famille de Cugnac sont :

Armes

  • de Cugnac :
  • Armes de Jean-Paul de Cugnac au XVIIe siècle : Écartelé, aux 1 et 4 d'azur, à la bande d'or, accostée de deux fleurs de lys du même, qui est Thiembrone ; aux 2 et 3 de Balzac, qui est d'azur, à trois sautoirs d'argent ; au chef d'or, à trois sautoirs d'azur, et sur le tout un écusson gironné d'argent et de gueules de huit pièces, qui est de Cugnac

Référence.png Notes et références

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 12, pages 390 à 395 Cugnac (de)