Famille d'Ourches

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La famille d'Ourches est une famille éteinte de la noblesse française.

Cette famille était originaire du département de la Meuse.

Bibliographie ou Sources à compléter

Histoire de la famille d'Ourches de 1200 à 1400

Dans cette première partie on ne note pas le nom des épouses ; elles peuvent facilement être trouvées dans diverses généalogies existantes.

Cette étude a été largement inspirée du travail de recherche de l'historien lorrain Benoit Picard, moine à Toul, qui réalisa ce travail avant 1710, afin de le présenter au procès pour usurpation du patronyme d'Ourches. Cette étude du père Benoît ayant été réalisée pour une des deux parties en cause, elle est entachée d'anomalies.

Chaque personnage cité fait l'objet d'au moins deux actes qui les nomment. Aucun acte n'est filiatif. Ceux notés enfants inconnus, sont ceux dont n'apparaît ni épouse ni testament.

On comprend, donc, que se lancer dans une filiation sur la seule base d'une communauté d'intérêt - en l'occurrence : chevalier résidant à Ourches - reste extrêmement périlleux et peut être facilement manipulé afin de faire apparaître une descendance imaginaire.

Cette première partie est la moins contestée par les branches qui vont suivre :

  • Lamberin d'Ourches (Warche) (°vers 1180 - +avant 1229) cité en 1214 il commande l'armée de Simon de Joinville pour une intervention conjointe avec Thibaut de Lorraine contre l'empereur en Alsace.
  • Rémy d'Ourches (Warche) (°vers 1208 - +1248) premier des écuyers de Jean de Joinville, acte de Simon de Joinville (père de Jean) pour la reconstruction de Ourches en 1229
  • Jehan-Nicolas d'Ourches (de Warchi) (°vers 1245 - + après 1310), cité dans un acte de 1281. Gouverneur bailli de Bar
  • Aubertin d'Ourches (°vers 1268 - + vers 1322) Prévot de Foug de 1305 à 1322
  • Wautherin d'Ourches (°vers 1270 - +entre 1318 et 1322) député de la chevalerie à la coutume de Bar (enfants inconnus)
  • Husson d'Ourches (°vers 1290 - +après 1354) Il siège en 1352 au conseil de régence du comte Robert de Bar (alors mineur) (enfants inconnus)
  • Jean d'Ourches (°vers 1290 - +après 1354), gouverneur, et bailli du Bassigny entre 1320 et 1330
  • Johan d'Ourches (°vers 1310 - +entre 1380 et 1386).
  • Hugues d'Ourches Chanoine, maître de fabrique à la cathédrale de Toul entre 1385 et 1410 (sans enfants)
  • Aubert d'Ourches (°vers 1334 - +vers 1410), prévôt, capitaine de Foug
  • Jean d'Ourches (°1352 - +1442), en 1402 maréchal de Barrois et grand-maître de la maison d'Edouard III duc de Bar. Il bat l'armée du duc Charles de Lorraine en 1414. Il a été l'époux d'Isabelle de Foug

Branche d'Ourches dite de Vidampierre

Vidampierre est le fief de Neuville-sur-Ornain près de Bar. Il tombe dans l'escarcelle d'un chevalier d'Ourches de cette branche, par son mariage avant 1450, puis passera, toujours par mariage, de la détentrice (Catherine d'Ourches) à la famille de Bar (de La Mothe), avant de revenir, par mariage, à la branche des chevaliers d'Ourches qui s'installe à La Mothe. L'aîné de cette branche en prend le titre (seigneur de Vidampierre). Au procès de 1710, Charles d'Ourche de Cercueil prétend garder pour lui seul le patronyme d'Ourche et réduire les chevaliers d'Ourches de Vidampierre au seul patronyme de Vidampierre.

Cette branche noble s'éteint en 1756, mais un rameau non noble était apparu, vers 1600, par le remariage roturier de Jehan d'Ourches à Uruffe (54): en 1608 Amprosne Héraudel, amie d'enfance d'Aester de Bar et épouse du seigneur d'Uruffe, offrit pour épouse sa propre nièce Marguerite Héraudel (Dame de Sauville) à l'aîné des fils de Jehan : François d'Ourches. Plus tard, François racheta la maison forte de feu Amprosne à Uruffe afin d'y loger la famille de son père décédé et ses demi-frères et sœurs.

La généalogie qui suit, est déduite du "Précis" des chevaliers d'Ourches de Vidampierre critiqué par l'historien Benoît Picart dans les ouvrages du procès de 1710 : Sommaire, Analyse et Contredits de Charles de Cercueil. Avec une problématique : Il y a au moins trois Aubert d'Ourches vivant entre 1410 et 1455 d'au moins 2 générations différentes le père et le fils. Un seul témoigne au procès de réhabilitation de Jeanne d'Arc en 1456 et cet Aubert a 60 ans. Il serait donc né vers 1396.

On commence aux enfants de Jean d'Ourches et Isabelle de Foug :

  • Aubert d'Ourches (1391 - vers 1469) x Marie d'Apremont. C'est cet Aubert qui aurait témoigné en 1456. Il est aussi fort probablement l'époux de Catherine de Stainville.
  • Thomas d'Ourches (vers 1442 - vers 1520) x Alix de Gombervaux.
  • Thomas d'Ourches x Claude de Fourcelles. Leurs enfants sont : Claude d'Ourches, chevalier de Malte, tué à Lépante en 1571, et les Dourches seigneurs de Delouze : Jean, Thomas et Louis.
  • Jehan d'Ourches x Aesther de Bar. D'un autre mariage de Jehan, roturier celui-là, est issue la branche d'Uruffe. Son frère Louis eut un fils Jean, chevalier de Malte, mort prisonnier des sarrazins en 1606.

Branche de La Mothe

  • François d'Ourches, chevalier (1590 - 1663). Fils de Jehan d'Ourches x Aesther de Bar. Il est seigneur de Vidampierre, Delouze, Rosières-en-Blois, Sauville (Vosges), Parey-sous-Montfort Titres et actes à Parey-sous-Montfort, Vitrey-sous-Montfort. Fils de Jehan d'Ourches (d'Uruffe) seigneur de Delouze, et d'Aester de Bar, Dame de Vidampierre, originaire de La Mothe.
  • François d'Ourches a épousé :
    • Marguerite Héraudel originaire de La Mothe-en-Bassigny et Dame de Sauville (Vosges) en 1609. Elle est décédée en 1623 ; dont il eut :
      • Jacques d'Ourches né vers 1610, mort au combat à la bataille de Bingen (25 et 26 septembre 1668) près de Mayence. Il possédait alors un régiment de 6 compagnies de cent hommes.
      • Yolande d'Ourches (~1615-1681).
    • Beatrix de Berman (fille du sénéchal de La Mothe-en-Bassigny) en 1623 ; décédée en 1631 et dont il eut :
      • Nicolas François d'Ourches, né en 1623, capitaine de cavalerie dans le régiment de son frère Jacques ; il est mort au combat à Spire en 1666.
    • Claudianne Rémy (fille de Nicolas Rémy procureur de Lorraine), dame de Rosières-en-Blois, en 1632, et dont il eut :
      • Antoine Charles d'Ourches de Vidampierre, né en 1633, seigneur d'Outremécourt et Rosières-en-Blois. Chevalier, capitaine de cavalerie, il est mort au combat contre les turcs au siège de Buda (Hongrie) commandant la cavalerie du duc Charles V de Lorraine au service de l'empereur autrichien du Saint Empire Romain Germanique. Siège de Bude

François d'Ourches commande une compagnie de cavalerie du duc de Lorraine pendant toute la guerre de 30 ans. En 1627 sa compagnie de 200 hommes, dans le régiment de Ligniville-Tuméjus porte le nom de Vidampierre. (Fulaine). En 1634, cette compagnie fait partie du régiment Bassompierre, engagé auprès de l'Empereur. Elle est signalée parmi les vainqueurs de la première Bataille de Nördlingen sur le camp des protestants, des suédois et des français. En 1653, lors de la "montre des régiments de Lorraine" qui impressionna tant les parisiens, sa compagnie porte le nom de Delouze dans le régiment de Fauge-Ligniville. Lors de cette montre, un régiment de cavalerie porte le nom d'Ourches. C'est celui de son fils Jacques, colonel de cavalerie, seigneur de Bonvillet, qui signa la reddition de la place forte de La Mothe-en-Bassigny en 1645 (Fulaine)(Jules Marchal). François d'Ourches disparait en 1663 à Sarreguemines, lors d'une des dernières batailles contre les armées françaises. Il portait D'or au lion de sable.

  • Louis Charles d'Ourches, (1662-1728), est le fils de Jacques d'Ourches et de Claude Louise de la Vallée. Chevalier, capitaine, il est chargé en 1688 d'engager son cousin Cardon de Vidampierre comme lieutenant dans sa compagnie. Seigneur de Sauville et Delouze, il est nommé chambellan du duc Léopold en 1714.
  • Jacques d'Ourches (1662-1755) est le fils de Nicolas François et de Marianne de Sarazin. Capitaine des gardes du duc de Lorraine, lieutenant de la compagnie des cadets gentilshommes, il a aussi été chambellan du duc Léopold. Il est mort à 93 ans sans descendance; sa sœur Gabrielle avait épousé Charles de Lavaulx, comte de Vrécourt.
  • Nicolas Louis d'Ourches, né vers 1655, élevé comme page du duc Charles V à Vienne. Fils d'Antoine Charles d'Ourches et d'Élisabeth Marthe de Roncourt (fille de René de Roncourt, sénéchal de La Mothe), il est seigneur d'Outremécourt de la mort de son père en 1686, à sa mort en 1718. Il combat dans les armées de l'Empereur, où il est capitaine major dans la cavalerie. Il est aussi lieutenant des chevau-légers de la garde du duc de Lorraine. Le 26 juillet 1692 il épouse Marianne de Hazelberg à Vienne.
    Ils ont une fille Marie-Josèphe née en 1693 qui sera demoiselle d'honneur de la Princesse Élisabeth Charlotte Béatrix de Lorraine, fille du duc Léopold et de Élisabeth Charlotte de Bourbon, son épouse. On retrouvera Marie-Joseph d'Ourches prétexte involontaire de la querelle qui conduit au procès d'Ourches.

Cette généalogie figure dans le "Précis" versé au procès, que l'on peut consulter à la bibliothèque municipale de Nancy.

Branche roturière d'Uruffe

Uruffe a été une seigneurie des chevaliers d'Ourches. En 1438, René d'Anjou a besoin du chevalier Aubert d'Ourches pour sa campagne italienne. Il autorise donc Jean, père d'Aubert d'Ourches, à vendre le patronage de la cure d'Uruffe au chapitre de la cathédrale de Toul afin d'élargir Aubert de ses dettes envers Vaudémont, dont il était le prisonnier.
Entre 1570 et 1580, on trouve à Uruffe Amprosne Héraudel, épouse du seigneur local, Aester de Bar demoiselle de sa compagnie, toutes deux originaires de La Mothe.
Entre 1610 et 1620, on trouve dans la maison forte d'Uruffe (l'actuelle mairie) :

  • Jehan d'Ourches d'Uruffe, mort entre 1615 et 1620, l'aïeul, dont le fils François a financé la maison. Jean est aussi acté propriétaire à Uruffe. François, lui, est à La Mothe.
    • Martin d'Ourches, majeur,(né en 1580 calendrier julien ) qui fut maire d'Uruffe à cette époque, acté propriétaire à Uruffe marié à ?? dont un fils Marc Dourche né en 1620 et décédé le 26 novembre 1691 à Uruffe.
      • Demange enfant mineur. Il figurera sur un acte de son petit fils.
      • Jean enfant mineur.

On ne connaît pas les mères de ces enfants encore mineurs en 1620. Leur père est d'Ourches, soit Martin (majeur avant 1610) soit Jehan (père à presque 60 ans). Le patronyme, sur les actes de 1650 à 1750 est noté indifféremment Dourche, Dourches, d'Ourche. Après 1750, c'est généralement Dourche avec quelques Dourches.

Branche d'Ourches dite d'Hamonville

La branche d'Hamonville commence avec le couple Aubert x catherine de Stainville, mais le situe une génération plus tard (naissance d'Aubert vingt ans plus tard vers 1395).

  • Aubert d'Ourches (1395-1447) x Catherine de Stainville. Cet Aubert aurait témoigné au procès de Jeanne d'Arc en 1456.

Cet Aubert aurait été marié à une autre Catherine : Catherine de Mandre dont l'existence n'apparaît qu'après le procès de 1710 dans les généalogies complaisantes au sieur de Cercueil Comte d'Ourches. Ce mariage en 1468 (à 71 ans) est plus que douteux. Benoit Picard nous dit que plusieurs enfants seraient issus de ce deuxième mariage dont un Christophe.

Quoiqu'il en soit, il apparaît un Christophe d'Ourches vers 1480, qui est, semble-t-il, la tige de la branche d'Hamonville. Ses possessions à Stainville laissent pourtant à penser qu'il pourrait être l'enfant du couple Jean d'Ourches (°1410 -) licencié en droit, décrets et lois x Alix de Stainville.
Ce Christophe d'Ourches siège en 1498 aux assises de Bar. (Bien que Généalogie Lorraine n°153 le situe, de manière erronée, aux assises lorraines).

  • Christophe d'Ourches (vers 1468 -) x Mademoiselle de Blanzey
  • Christophe d'Ourches x Claude de Saint Ignon (mariage vers 1532) (ce Christophe et le précédent pourraient être une seule et même personne)
    • Adrien d'Ourches x Isabelle Mourot (fille noble de Didier Mourot officier du duc). Ils ont 5 enfants qui suivent.
    • Christophe et Mademoiselle de Savigny semblent être les parents de Vaultier d'Ourches qui épousa Claude Hordal du Lys
      • Marie Rachel d'Ourches x Médard de Marchéville.
      • Adrien d'Ourches
      • Renée d'Ourches x Jean de Vaubécourt
      • Jeanne d'Ourches x Louis de Venoys , puis x Philippe de Joysel de Bettoncourt
      • Christophe d'Ourches ne vers 1560 et dont les trois enfants suivent :
        • Bastienne Dourche
        • Christophe Dourche (1604 - 1680) x Anne Dourche : voir sa descendance jusqu'à Jean Philibert Dourche (+1933) dernier chevalier d'Ourches
        • Jean Dourche x Marie Cugnot qui eurent au moins les trois enfants suivant :
          • Anne x Claude Laurent (1644 - ?)
          • Christophe x Marie Thyrion (voir tableau ci-dessous)
          • Claude x Mansuette Henrion (voir tableau suivant)


 
 
 
 
 
 
 
Christophe d'Ourches
 
 
 
Marie Thyrion
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Claudine Laurent
 
 
 
 
Jean d'Ourches
 
 
 
Barbe d'Ourches
 
 
 
Clément Guillaume
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean d'Ourches
 
Thérèse Chrétien
 
 
 
 
 
 
Anne Marie Guillaume
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Etienne
 
 
Marie Thérèse
 
 
Claude



Descendance Claude d'Ourches x Mansuette Henrion :


 
 
 
 
 
 
 
 
 
Claude d'Ourches
 
 
 
Mansuette Henrion
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Claude
 
Marie Goujot
 
Joseph
 
Marie Vigneron
 
Françoise(+8ans)
 
Marie Anne
 
Etienne
 
Françoise
 
Marguerite
 
Christophe
 
 


  • Claude d'Ourches et Marie Goujot ont huit enfants à Lucey et à Foug, dont Barnabé d'Ourches qui en eut neuf avec Barbe Saunier.
  • Joseph d'Ourches et Marie Vigneron ont huit enfants à Lucey et à Foug.

Armes

Famille d'Ourches de Cercueil dite comte d'Ourches

Le père Benoît a tenté de relier Didier Douche (ci-dessous) à Jean d'Ourches (1352) x Isabelle de Foug. On peut constater qu'au début du XVIe siècle, l'apostrophe n'étant pas encore inventée, le patronyme d'Ourches s'écrivait Dourche, donc très proche de Douche, patronyme assez répandu en Lorraine. Il rapproche un Robert d'Housse (de Goussaincourt) de Robert D'Houche ou Dosche père de Didier (voire la plaque funéraire dans l'église de Puxe). Il rapproche aussi un Jean Douche (de Récicourt ou Clermont en Argonne) d'un Jean d'Ourches descendant d'Aubert et le tour est joué. On consultera cette descendance imaginaire qui fut présentée au procès de 1710. Plus tard, Dom Pelletier dans son armorial de Lorraine, représente les armes d'Ourches de Cercueil d'un lion sans queue et sans couronne afin de frapper ce blason d'infamie.

On débutera cette liste avec celui qui est la tige de cette maison : c'est lui qui achète le fief de Cercueil (Cerville) sous le nom Douche et c'est son épouse qui le fait enterrer sous le patronyme d'Ourches. Outre l'écu d'Houche, elle décore le tombeau de son mari des armes des épouses des chevaliers d'Ourches, en particulier de celles d'Apremont, pensant que Marie d'Apremont est la grand-mère de Robert, son beau-père. Cette thèse sera abandonnée 130 ans plus tard par le père Benoît Picart défenseur des Cercueil. En effet, l'acceptation de l'existence de cette aïeule conforterait la thèse des d'Ourches de Vidampierre dans leur démonstration généalogique. Il préfère inventer pour ce degré une Catherine de Mandres, qui n'a malheureusement pas ses armes sur le tombeau de Didier.

  • Didier Douche bailli d'Epinal (1510-1583) x Alix de Bilistein.
  • Nicolas d'Ourche x Antoinette de Saint Belin.
  • Henri d'Ouche x Madeleine du Breuil (patronyme d'Ouche déterminé par l'enquête de l'occupant français sur les preuves de noblesse).
  • Charles d'Ourche x Françoise Collignon de Silly.
    • Leurs descendants
    • Charles comte d'Ourches (1680-1746), lieutenant général des armées du roi de France x Anne Le Goullon de Champbel (C'est celui qui fit procès aux d'Ourches de Vidampierre).

Armes

Annexe

Entre juin 1218 et juillet 1219, à Amance, Lamberin Warche (Ouarche) propose de mettre en gage les bijoux de sa femme pour payer la rançon du duc de Lorraine prisonnier à Wurtzbourg et prononce un discours de ralliement au duc Thibault :

  • « Adonc, dit-il, m'avés mandé à cestuy assemblée que doit rendre grande et de grand pouvoir la présence de Monsieur l'oncle de Monseignor notre duc la foy et loyauté que devons à notre sire doit échauffer tous nos couraiges à ces fins j'apporte pierreries et bijotteries de ma femme, que je veux faire vendre et bailler pour parfaire la rançon de Monseignor. Mais si mon esprit ne me faut point, ne puis doubter qu'autre sujet ne vous tienne en ce lieu. 0 Lorrains seriés assés déloyaux et malféaux pour laisser en abandon votre prince Thibaut seriés honnis à toujourmais, et ne pourrois, moy qui vous parle, parfaire tel déshonneur à ma patrie. Si adonc toute espérance de tirer cestuy prince de sa détention et captivité, avons son frère Mathieu, qu'est légitime à succéder à la duché. »

On ne répondit rien le seul Hugues de Lunélville insista, peignant les malheurs qu'alloit éprouver la Lorraine si on n'élisoit promptement un duc, et assurant que jamais l'empereur n'oublieroit l'infraction du traité d'Amance, et qu'il n'écouteroit que sa vengeance.

  • « Croiés, compagnons, que li duc Thibaut est mort, A sinon quasi comme estoit mort, et ne faut faillir à li donner successeur en la duché ; n'ai, comme le sire Lamberin, pierreries et bijotterie de femme à vous offre, mais bin gran cœur, bon bras et cette mienne espée pour soutient et maintient en la place di duc cestuy que choisirés. Le sire Mathieu, par trop grande jouvence, ne peut soutenir tel fardeau et peine mons de Gerbéviller est grand homme et de bonne tête et grand sens, et ne pouvons dire que n'aye grand droit à la chose; mais par trop d'àge me paroit duire en tems si criseux. Estat est en chancelance, et sommes nobles et avons nobliaux, us et costume en not susdite province, et sont maints grands personnaiges qui sont jeunes et que pensent, ainsy que moy, qu'avés tousjours chéri d'amitiance, que peuvent estre bons chefs de votre choix. »

Référence.png Notes et références

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

Logo internet.png Liens utiles (externes)

  • Armes d'Ourches (La famille de Jeanne d'Arc. Documents inédits, généalogie, lettres de J. Hordal et de Cl. du Lys à Ch. du Lys ; publiées pour la 1re fois par E. de Bouteiller et G. de Braux; Éditeur : Claudin. Orléans, Herluison (Paris) page 282)
  • Armes de Jean d'Ourches (Le Martyrologe des chevaliers de S. Jean de Hiérusalem, dits de Malte, contenant leurs éloges, armes, blasons, preuves de chevalerie et descente généalogique... avec la suite des grands-maîtres, cardinaux, archevesques, évesques... de cet ordre, version 1654).