Emigration allemande en algérie

De GeneaWiki
Aller à : navigation, rechercher

Algérie - Emigration allemande au 19e siècle - Correspondances.

Cette page présente surtout des documents issus des Archives départementales du Bas-Rhin, concernant les demandes d'émigration de ressortissants des provinces rhénanes qui ont fait leur demande à Strasbourg, certains depuis l'Allemagne, mais essentiellement par ceux qui avaient passé la frontière et résidaient à Strasbourg, mais aussi, en nombre, dans des villes du nord de l'Alsace telles que Wissembourg, Lauterbourg, Weiler ou Hatten.
Quelques Suisses également.

Les raisons de cette émigration

Parmi les diverses causes qui ont provoqué cette émigration allemande vers l'Algérie, Jean-Maurice Di-Costanzo, dans son article "L'émigration allemande en Algérie de 1830 à 1890", sur le site du Cercle Algérianiste, nous en développe une :
Les émigrants étaient issus pour 51% du grand Duché de Bade, pour 24% de la Bavière dont la Bavière Rhénane ou le Palatinat, pour 17% de la Prusse dont la Prusse Rhénane et pour 8% de divers autres lieux. Les origines régionales des colons allemands se situent donc surtout dans les états du sud et de l'ouest de l'Allemagne, et "représentent donc 75% du courant migratoire vers l'Algérie, dû à un régime foncier spécifique qui en était la cause principale. Contrairement à l'est de l'Allemagne où la propriété était léguée à l'aîné lors de l'héritage, à l'ouest celle-ci était partagée entre tous les enfants mâles. Il en résultait un extrême morcellement des terres dans les zones de peuplement denses. Les villages d'origine se situent principalement dans les vallées du Rhin et de la Moselle, c'est-à-dire dans les grandes régions viticoles de l'Allemagne".
Il indique également qu'entre 1856 et 1872, ces colons représentent 3 à 5% de la population européenne. Ils sont répartis de façon presque égale entre les trois départements de l'Algérie : Alger, Oran et Constantine.
Les autorités et les burgemeister des villages ne voyaient pas d'un bon oeil le départ de leurs ressortissants, et faisaient traîner en longueur l'obtention des papiers nécessaires aux émigrants pour partir. Aussi, beaucoup quittèrent l'Allemagne pour venir en Alsace, faire leur demande à Strasbourg (ou des dizaines de familles séjournèrent) ou dans quelques autres villes du nord du Bas-Rhin.

Demandes d'émigration en Algérie des habitants des provinces rhénanes de 1840 à 1853.

326 documents de correspondances officielles, retranscrits chronologiquement.
Archives départementales du Bas-Rhin ( IIIM696).

Emigration - Colonisation de l'Algérie.
Demandes de passage gratuit.
Demandes de concessions de terrains formulées par les ressortissants allemands.
Instructions - Correspondance générale.
Etats - Dossiers individuels et collectifs.
Ces documents concernent des ressortissants allemands qui résident à Strasbourg ou bien dans le Bas-Rhin (Lauterbourg, Wissembourg, Weiler, Hatten) en attendant leur départ, ou bien qui ont écrit au Préfet, ou bien qui passeront à Strasbourg pour prendre leurs documents, en partance pour l'Algérie.


Nombre de documents.

Année Nombre de documents Total
1840 1 1
1841 0 1
1842 2 3
1843 6 9
1844 14 23
1845 82 105
1846 33 138
1847 7 145
1848 1 146
1849 3 149
1850 1 150
1851 15 165
1852 10 175
1853 151 326

A noter : ceci n'est pas exhaustif. Il existe d'autres documents, classés dans d'autres séries, et concernant cette émigration des Provinces Rhénanes vers l'Algérie.
Mais cela donne un aperçu significatif de la correspondance qui s'échangeait alors entre Préfecture, Ministère de la Guerre et Maires, au sujet de ces colons allemands.

Nota : la saisie est longue et pas si facile ! Alors il faudra patienter un peu avant d'accéder enfin à l'ensemble de cette page terminée. Mais tout sera mis en ligne le plus vite possible.

Les années :

1840

  • MÜLLER Joseph
Le 21/04/1840, puis le 10/05 suivant, Joseph Müller, charpentier à Gaubruckelheim, canton de Darmstadt (Hesse-Rhénane), écrit au Préfet du Bas-Rhin pour se renseigner sur les modalités à accomplir pour émigrer en Algérie, et principalement les "secours de route".
Le 19/05 suivant, le Préfet lui répond que "les secours de route accordés aux colons d'Afrique sont réservés exclusivement aux français, et que les étrangers n'y peuvent prétendre.""
Cette mesure n'aura plus cours plus tard, et de nombreux allemands recevront des "secours de route", somme attribuée (en une seule ou en plusieurs fois) à ces gens, pour les aider à subsister et payer le voyage jusqu'à l'un des ports d'embarquement (Toulon et Marseille surtout, mais aussi Sète.
Ceci était souvent accompagné d'une "autorisation de passage gratuit" pour la traversée en bateau vers l'Algérie.
Joseph Müller partira-t-il pour l'Algérie ?

1842

  • Herrmann Georg KLEINE
Le 16/04/1842, Herrmann Georg KLEINE, originaire d'Attenberg (Alterberg), Hanovre, a reçu du Ministre de la Guerre une lettre l'informant qu'il est compris dans un travail de répartition de terres situées autour des nouveaux villages que l'on s'occupe d'établir, et qu'il obtiendra en outre à Toulon le passage gratuit à bord d'un bâtiment de l'Etat.
Il se prépare à partir pour l'Algérie, quitte l'Allemagne et arrive à Strasbourg muni de cette lettre, accompagné de sa famille.
Le 08/11/1842, le Préfet du Bas-Rhin lui délivre un passeport avec secours de route, et il écrit à son collègue, le Préfet du Var à Draguignan :
"J'ai délivré aujourd'hui un passeport avec secours de route au nommé KLEINE Georges Herrmann, d'Attenberg (Hanovre), qui se rend en Afrique avec sa famille pour prendre possession de terres qui lui ont été concédées, suivant décision de Mr le Ministre de la Guerre le 16 avril dernier. Je vous prie de lui faire retirer son passeport et de lui remettre en échange les titres nationaux joints à la présente..."
  • Marie Catherine MASSER
Depuis 1837, Marie Catherine MASSER, née à Albersbach, royaume de Würtemberg, était en condition en France. En juin 1842, elle réside à Strasbourg, chez Madame Dussauer, place du Moulin n°6 en cette ville.
Le 27 juin de cette année, elle envoie une lettre au Préfet, exprimant son désir de partir en Algérie, et sollicitant un secours de route pour les frais du voyage.
"N'ayant pas de place en ce moment et ne sachant comment gagner honorablement ma vie, je prends la liberté de m'adresser à vous pour vous supplier avec insistance si vous ne daigneriez pas écouter ma prière, et donner vos ordres pour qu'on me délivre un passe-port gratuit pour pouvoir aller à Alger, vu que j'ai des parens qui y demeurent et qu'ils pourront me secourir dans la détresse où je me trouve."
"Ayez donc égard pour une pauvre fille éplorée qui demande de vos bontés assistance et protection, mes forces pécuniaires sont trop faibles pour faire le voyage que je désirerai faire avec grand plaisir, pour pouvoir trouver un meilleur avenir."
"Je suis dans l'entière espérance de recevoir de vos bontés l'objet de ma demande et vous rendrez par ce moyen un grand acte d'humanité."
"J'ai l'honneur d'être avec un profond respect, Monsieur le Préfet, votre très humble et très obéissante servante."
Son désir a-t-il été exaucé ?

1843

  • Frédéric RAUP
Feuille de route du 30/07/1843, de sous-officier et soldat, concernant :
RAUP Frédéric, division militaire d'Afrique, place de Mostaganem. 1er régiment de la Légion Etrangère, 3e bataillon, 2e compagnie, matricule 2194.
Agé de 32 ans, 1m600, front haut, yeux parme, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, cheveux et sourcils châtains clairs, visage ovale.
Fils de Philippe et de feue Anne TRENO. Né à Danslach (Bade).
Caporal libéré du service, rentre dans ses foyers. Partant de Mostaganem le 30 juillet 1843 pour se rendre en France, à Strasbourg.
Délivré par le sous-intendant militaire, à Mostaganem, le 30/07/1843.
A Alger, le 3 août au matin. Embarqué à Alger le 15 août au soir. Débarqué à Toulon le 19/08/1843. Il est à :
- Aix, le 20/08, il touche 3 francs,
- Avignon, le 23/08, il touche 8 francs,
- Lyon, le 31/08, il touche 2 francs,
- Bourg, le 03/09, il touche 2 francs,
- Lons-le-Saulnier, le 05/09, il touche 3 francs,
- Besançon, le 08/09, il touche 3, francs,
puis Strasbourg.
De là, est-il retourné en Allemagne, ou bien est-il resté à Strasbourg ?
En tous cas, trois ans plus tard, il présente à la Préfecture ce document, sur lequel est écrit en marge : "Ecrit le 19 octobre 1846 au Ministre de la Guerre."
Trois ans après sa libération, à Strasbourg, il demande à repartir en Algérie, et la lettre au Ministre est probablement une demande pour repartir.
  • Frédéric VOGELWEYD
Le 27/08/1843, le Maire de Stuttgart écrit au Préfet du Bas-Rhin :
"Monsieur le Préfet. Frédéric VOGELWEYD, mon pupille, âgé de 24 ans, libraire d'ici, a eu, il y a quelques jours, l'imprudence de s'engager pour aller à Alger comme colon. Il est faible et maladif, non coutumé de faire des travaux fatigants, et sera sans doute victime de son étourderie.
'"Son père tendre est en désespoir et veut faire avec moi tous les efforts pour empêcher qu'il s'embarque et pour le faire retourner au sein de sa famille".
"Monsieur le Préfet est donc prié très humblement de nous, à assister à nos efforts et à faire une oeuvre d'humanité en révoquant mon pupille et en lui donnant un passe-port pour le retour à Stoutgart."
"Je m'engage de rembourser tous les frais qu'occasionnent les effort que vous ferez dans ce but".
"Monsieur le Préfet, si vous aurez la bonté de m'accorder ma demande, vous nous obligeriez infiniment".
"Outre cela j'ai l'honneur de vous saluer et de vous témoigner mon respect et ma reconnaissance".
'"Le Maire de la ville. Signé : Gutbrod."
Le Préfet a dû répondre au Maire, et, en tous cas, il écrit au Préfet Maritime de Toulon, qui lui répond le 05/09/1843 :
"Monsieur le Préfet, je réponds à la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 29 août dernier relativement au passage de Mr.VOGELWEIT en Alérie".
"J'ai fait prendre les dispositions nécessaires pour que ce jeune homme ne fut point compris sur les états des passagers militaires, ni sur les listes des passagers civils de la poste à diriger sur Alger, par les navires de l'Etat"".
'"Mais j'aurais l'honneur de vous faire remarquer, Monsieur le Préfet, qu'il est seulement à craindre, comme il arrive quelque fois, que le jeune VOVELWEIT (sic) ne se soit présenté à Strasbourg comme déserteur et ne se soit engagé sous un autre nom, pour être incorporé dans la Légion étrangère, qui fait partie de l'armée d'Afrique. Agréez...".
  • Georges LIENHARDT et André ANTON
Le 19/12/1843, le Préfet écrit au Ministre de la Guerre :
"... J'ai transmis à V.E. vers le 4 de ce mois des certificats de la Mairie de Strasbourg concernant les sieurs LIENHARDT Georges et ANTON André, nés dans la Bavière Rhénane, déserteurs Bavarois qui désirent se rendre en Algérie comme terrassiers".
"Ces militaires se trouvant à Strasbourg sans aucun moyens d'existence, je prie V.E. de me faire parvenir le plutôt possible des permis de passage gratuit à bord d'un bâtiment de l'Etat, demandés en leur faveur"".
Le 31/12/1843, un bordereau d'envoi du Ministre nous informe de l'expédition de deux autorisations de passage gratuit pour les deux personnes concernées.
  • Antoine KOCK
Lettre du 23/12/184 de la Direction de l'Intérieur à Alger au Préfet du Bas-Rhin :
"Monsieur le Préfet, j'ai reçu la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 21 novembre dernier au sujet du nommé KOCK Antoine, de Neubourg (Bavière)".
"Il résulte des renseignements qui m'ont été fournis sur ce jeune homme, qu'il est parti pour la France dans la première quinzaine du mois de novembre".
"Il n'a pas été par conséquent possible de lui remettre la lettre qui lui était destinée, et que j'ai l'honneur de vous renvoyer ci-joint. Le Directeur de l'Intérieur"
Plus bas, ajoutés sur le document :
- "Mr. le Maire de Lauterbourg est prié de faire parvenir la lettre ci-jointe à Neubourg".
- Le sous-Préfet en renvoyant les présentes à Mr. le Préfet, a l'honneur de lui faire connaître que le sieur "KOCH" est inconnu à Neubourg. Wissembourg, le 4 mars 1844. Signé : le sous-Préfet".
Qu'est devenu l'intéressé ? De quoi parlait cette lettre et qu'est-elle devenue?

1844

  • Otton PRINTZ et Chrétien ZIMMER
Sur un papier libre à l'entête de la Préfecture, à la date du 08/01/1844 :
Algérie :
- PRINTZ Otton, de Franckenthal (Bavière Rhénane),
- ZIMMER Chrétien, des environs de Deux-Ponts (Zweibrucken), Bavière Rhénane, jardinier.""
Ecrit en leur faveur au Ministère de la Guerre le 8 janvier.
et, sur un bordereau d'envoi du 16/01 suivant, du Ministre au Préfet :
Expédiant... "deux autorisations de passage gratuit en Algérie délivrées d'après votre dépêche du 8 de ce mois, aux sieurs PRINTZ et ZIMMER à Strasbourg. Je vous prie de vouloir bien les leur faire parvenir."
"Le certificat du sieur PRINTZ s'est trouvé dans votre envoi du 25 octobre et non dans celui du 24, comme vous l'aviez annoncé. Les recherches du certificat du sieur ZIMMER dans vos envois de novembre et des premiers jours de décembre n'ont procuit aucun résultat. Néanmoins, Monsieur le Préfet, je vous transmet une autorisation de passage en son nom d'après la demande que vous m'en faites. Les causes du ralentissement mis dans la délivrance du permis de passage, dont il vous a été donné connaissance, vous expliquent suffisamment le retard que vous éprouvez dans l'envoi de ceux que vous m'avez demandés. Il y a eu à Toulon un encombrement considérable, et n'a pas encore... malgré les moyens... de transports fournis par la Marine. Circonstance qui demande encore attention et ..." (plusieurs mots illisibles).
  • Le baron de Meugden se fait l'intermédiaire pour l'envoi de colons de la Hesse-Rhénane en Algérie.
Le 18/03/1844, de son château d'Ingelsheim écrit au Préfet du Bas-Rhin :
"Monsieur le Préfet. Cette lettre vous sera remise par quatre jeunes gens qui se rendent en Alger. Les colons de la Hesse-Rhénane et du duché de Nassau les envoyent en avant, pour préparer plusieurs objets nécessaires à leur établissement en Algérie. Ils se nomment :
- Melchior WOLFF, de Sulzheim,
- Pierre GERHARD, idem,
- Wendel RUHL, d'Ingelsheim,
- Frédéric Jacques WOLFF, du duché de Nassau.
"Leurs certificats ont été envoyés par le nouveau Ministre de France à Darmstadt, le comte de Sercey, à Paris; il m'a prié de vous les recommander, pour faciliter leur voyage et leur arrivée en Afrique. Je vous prie, Monsieur le Préfet, de recevoir l'assurance de mes sentiments très distingués. Votre très obéissant serviteur".
Le baron Gustave de Meugden. Château d'Ingelsheim.

Une autre lettre, du même baron, le 24/03/1844, toujours au Préfet du Bas-Rhin, concernant un nommé Frédéric TOPP :
... "Monsieur le Préfet. La présente vous sera remise par Mr. Frédéric TOPP, l'économe que j'envoie à Alger pour y préparer tout ce qui a rapport à la prochaine arrivée des émigrants allemands.
"Je vous prierai, Monsieur le Préfet, de viser son passeport pour Alger. J'ai supplié Monsieur le Maréchal Ministre de la Guerre, de vouloir accélérer la délivrance des permis de passage de Toulon pour Alger; les travaux des campagnes commencent après Pâques et il serait inexcusable de laisser ces braves colons dans l'incertitude"
"Je compte toujours sur votre médiation bienveillante et vous prierai, Monsieur le Préfet, de vouloir bien m'honorer de la communication des nouvelles que vous allez recevoir de Paris. En attendant, j'ai l'honneur de vous présenter mes sentiments d'estime. Votre très dévoué serviteur"
"Le baron de Meugden. Ingelsheim près Mayence, Grand duché de Hesse".
Le document est accompagné d'un passeport, daté du 09/08/1800 (!?) en allemand, concernant Friederich Anton von TOPP, économe, né à Elsenach, Frankfurt, avec le signalement de celui-ci :
de TOPP Frédéric Antoine, économe, natif d'Elsenach (Saxe-Weimar), de passage, allant à Alger.
Age 27 ans, taille 1m66, cheveux blonds, sourcils... (rien), nez moyen, barbe.. (rien), visage large, front étroit, yeux bleus, bouche moyenne, menton rond, teint frais. Signes particuliers : néant.
  • Trois déserteurs Bavarois réfugiés à Strasbourg
Le 12 avril 1844, arrivent à Strasbourg trois déserteurs Bavarois, et qui logent en cette ville rue Sainte-Elisabeth n°19, chez le sieur WENGER, entrepreneur de travaux militaires. Un peu plus tard, ils logeront Grand'rue n°13.
Le 15 avril, le Préfet envoie un mot au Maire de Strasbourg en ces termes :
"Monsieur le Maire de Strasbourg est autorisé à tolérer le séjour en cette ville des nommés DRIESS Jean, MORBACHER Adam et ECKSTEIN Nicolas, déserteurs Bavarois, qui désirent se rendre à Alger, et qui ont déclaré avoir de l'occupation à Strasbourg jusqu'au moment de leur départ". Le document est accompagne de trois cartes de séjour, datées du 17 avril, délivrées par la mairie de Strasbourg (police). Voici ces trois cartes de séjour :
- DRIESS Jean, déserteur Bavarois, manoeuvre, natif de Schoenenbourg (Palatinat). 23 ans, 1m85, cheveux bruns, front rond, menton rond, sourcils blonds, nez grand, visage ovale, yeux châtains, bouche moyenne. Carte de séjour n°4781.
- ECKSTEIN Nicolas, déserteur Bavarois, manoeuvre, natif de Schoenenbourg (Palatinat). 23 ans, 1m61, cheveux et sourcils châtains, front bas, menton rond, nez petit, visage ovale, yeux doux, bouche grande. Carte de séjour n° 4782.
- MORBACHER Adam, déserteur Bavarois, manoeuvre, natif de Kuppelberg (Palatinat). 28 ans, 1m66, cheveux et sourcils bruns, front large et bas, menton rond, nez court et pointu, visage ovale, yeux gris, bouche grande. Carte de séjour n° 4783.
Ils ne séjourneront pas longtemps à Strasbourg. Le 19/04/1844, le Préfet écrit au Ministre de la Guerre à leur sujet, et précisant qu'ils "désirent se rendre à leurs frais à Alger et sollicitent seulement le passage gratuit à bord d'un bâtiment de l'Etat".
Le Ministre envoie les trois autorisations, le 27/04 suivant, en précisant : "...Veuillez les leur remettre et leur accorder, s'il y a lieu, les secours de route".
- Adam MORBACHER ne vivra pas longtemps en Algérie. Il est décédé le 21/10/1845 à midi, à l'hôpital militaire de Boufarik (Alger), acte n°48. Sur l'acte, il est dit : journalier, demeurant à Boufarik, fils de Jean et de FERBER Catherine. Les témoins sont : HOUDIN Louis, 23 ans, et MAYRAN Jean, 34 ans, tous deux infirmiers à l'hôpital militaire de Boufarik. (source C.A.O.M.)
- Nicolas ECKSTEIN est décédé le 04/01/1853 à 5 heures, à l'hôpital civil d'Alger, acte n°17. Sur l'acte, il est dit : journalier, venant du dépôt, fils de feu Philippe et de Maria... (illisible, acte en mauvais état).
- Jean DRIESS n'a pas laissé de trace en Algérie à priori. Aucun acte le concernant n'a été trouvé. Certains registres ont disparus et d'autres sont restés en Algérie, il est sans doute probable qu'il soit mort lui aussi en Algérie.
  • Deux autres déserteurs Bavarois arrivent également à Strasbourg et désirent partir en Algérie.
Le 09/11/1844, le Préfet écrit au Ministre de la Guerre :
"...Les nommés SCHOELLE Xavier et WERNER Jacques, déserteurs Bavarois, désirent se rendre en Algérie en qualité de cultivateurs et terrassiers. Ces individus se trouvent à Strasbourg sans ressources, ne pouvant pas retourner dans leur patrie, je prie V.E. d'accueillir favorablement leurs demandes en leur accordant le passage gratuit à bord d'un bâtiment de l'Etat".
Aucun acte n'a été trouvé en Algérie les concernant.
  • François KOENIG
- Le 14/11/1844, le Préfet écrit au Ministre de la Guerre :
"J'ai l'honneur de transmettre à V.E. un certificat de bonne conduite et d'aptitude délivré par le Maire de Strasbourg au nommé KOENIG François, cultivateur, originaire du duché de Nassau. Cet homme désire se rendre à Cherchell à ses frais, et sollicite seulement le passage gratuit à bord d'un bâtiment de l'Etat pour lui et sa famille. Comme il a déjà un frère établi dans cette ville, je prie V.E. d'accueillir favorablement sa demande. Agréez...."
- Le 22/11/1844, le Ministre envoie l'autorisation de passage gratuit concernant le sieur KOENIG, en précisant : "Je vous prie de vouloir bien la lui faire parvenir, et l'informer qu'il a été écrit à Mr. le Directeur de l'Intérieur à Alger, à l'effet d'assurer son départ pour Cherchell lorsqu'il arrivera dans la colonie".
- Le 25/11/1844, un troisième document : une lettre du Préfet à son collègue des Bouches-du-Rhône en signalant qu'il a l'honneur de lui transmettre le passage gratuit en Algérie accordé au nommé KOENIG en précisant qu'il le prie "de lui remettre et de l'informer qu'il a été écrit Mr. le Directeur de l'Intérieur à Alger à l'effet d'assurer son départ pour Cherchell lorsqu'il arrivera dans la colonie".
François KOENIG était donc déjà en route pour rejoindre le port de Marseille.
Il s'agit vraisemblablement du KOENIG François, boulanger, 36 ans, domicilié à Cherchell, rue de Ténès, époux de Anna ZIMMER, qui déclare en cette ville, le 13/10/1845, la naissance de son fils prénommé également François. (source C.A.O.M.)

  • Etat nominatif, sans date précise, mais de fin 1844, concernant des émigrants allemands
(document très abîmé et difficile à lire)
Commune Noms et prénoms Professions Personnes Fortune en francs
Heidersheim REISERT Martin Cultivateur, vigneron 3 650
id HI... Henri Maçon 8
id SCHMITT Martin Cultivateur, vigneron 6 2.000
id NUSSBAUM George 6
id HEIDER Jean 4
id KIRSCH George 5 400
id KIRSCH Joseph 6
id STOLE (?) Frédéric 6
id SCHENCK Melchior 6 400
id REBER Philippe Maçon 4
id URBINGER Nicolas Cultivateur, vigneron 9
id SWIDERSKY Jean Maçon 3
id ABEL Jacques Cultivateur, vigneron 2 200
id REITER Martin 4 200
id HINKEL François 4
id FREY Martin 3
Wackenheim ESCH Antoine 7 800
Ingelsheim HONER Jacques Tailleur, cultivateur 7 250
id WEINER Guillaume Cultivateur, vigneron 8 200
id BIEDERBUKER Pierre 6 400
id BIEDERBUKER Jean Marie 6 700
id SCHWEICKARD André 5
id NEUMANN George 7 400
id SCHWEICKARD Philippe 5 200
id FEURKAUF 5 200
ik HUBERT Antoine 6
id NEUMANN Jean 5
id REISSINGER Antoine 6
id FREUND Philippe Boucher 12
id BERG Martin Cultivateur 5
id HAM (?) Jean Boulanger 5
id BISCH Philippe Charpentier 2
id MOCHLIG Jean Tisserand, cultivateur 4
id FISCHER Frédéric Cultivateur 3
Hertersheim KINTZ Jacques Cordonnier, cultivateur 10
Gachenweier (?) HIESS Paul Cultivateur, vigneron 5 200
id KLIPPEL Jean 6
id ERNSFELD Eric Peter 6
id GROSS Jean 7 200
Benheim SUTTER Henri 6 200
id BROHM Jacques Maçon 5 120
id DEISTER Martin 8 850
id SCHWEICKARD Martin 4 150
 ? (illisible) RIEDEL Nicolaï Vigneron 4 300
id RIEDEL Nicolaï Vigneron 3 200
id RIEDEL Antoine Vigneron 3 300
id WOLZ Guillaume 8 2.000
id ERBER Jacques Menuisier 4 1.400
id BIESSER Charles Meunier 6 2.000
id HOFFMANN Henri Cultivateur 6 200
Schwabenheim LIEB Jean Cultivateur, vigneron 3 400
id HOLDERICH Philippe 7 100
id HOHR Adam 4 130
id GOEBEL Jean 4
id ECKERT Ernst 5 100
id BARTH Philippe 5 100
Duché de Nassau-Oestrich FALKER Basthasar 10 400
Stephan... (?) CHRIST Jean 5 200
id CHRIST Philippe 3 850
id MEKAM (?) Jean 7 300
id KREID Henri 6 800
 ? SCHWARTZ George 5 400
 ? BUMB Xavier 4 200
 ? SCHMITT Valentin 4 200
 ? FREDERICH Jacque Maçon 2

1845, 1er semestre

  • Adolphe RIETHER
Une autorisation de passage gratuit en Algérie, du 11/02/1845, comme rationnaire, de Toulon à Alger, concernant :
RIETHER Adolphe, du Grand duché de Bade, laboureur et maçon à Strasbourg.
Joint au document : un papier libre, non daté qui indique : "Le titulaire du présent ayant pris son passeport pour l'Algérie le 17 février dernier, tomba malade à Lyon, se fit guérir à Friebourg en Suisse, et vient ici pour solliciter de nouveau son passeport avec secours de route pour l'Afrique".
  • LUBERGER Nicolas
Un passeport gratuit, du 13/03/1845, délivré par le Maire de Strasbourg, concernant LUBERGER Nicolas, pour aller à Alger. Jardinier, natif de Maller, Suisse.
Délivré sur autorisation ministérielle, avec secours de route jusqu'à Toulon pour une personne.
Age 22 ans, 1m60, cheveux châtains clairs, front bombé, sourcils châtains clairs, yeux gris bruns, nez moyen, bouche grande, barbe... (rien), mention rond, visage ovale, teint clair. Signes particuliers : une cicatrice au-dessus de l'oeil gauche.
nb : au recto et au verso du passeport figurent les tampons et visas. Cet homme est allé en Algérie, y est resté environ 15 mois, puis est revenu en Suisse, toujours en passant par l'Alsace. Voici ses péripéties :
En 1845 :
- un tampon de "Luzern",
- Belfort, le 17/03/1845, payé 1,05 f. jusqu'à l'Isle-sur-le-Doubs,
- L'Isle, le 18/03/1845, payé ? de l'Isle à Baume,
- Baume, le 19/03/1845, payé 1,20 f. jusqu'à Besançon,
- Besançon, le 20/0/1845, payé 0,75 f. jusqu'à Quincy,
- Quincy, le 20/03/1845, payé 0,75 f. jusqu'à Arbois,
- Arbois, le 21/03/1845, payé 0,90 f. jusqu'à Lons-le-Saulnier,
- Lyon, le 24/03/1845, payé 1,80 f. à Bourg,
- Lyon, le 27/03/1845, payé 1,05 f. jusqu'à Vienne,
- Vienne, le 27/03/1845, payé 1,00 f. jusqu'à Saint-Rambert,
- Valence, le 29/03/1845, payé 2,55 f. de Saint-Rambert à Loriol,
- ?, le 30/03/1845, payé 2,10 f. de Pierrelatte à Avignon,
- ?, le 02/04/1845, payé 0,90 f. d'Avignon à Orgon,
- ?, le 02/04/1845, payé 0,75 f. d'Orgon à Lambesc,
- Aix, le 03/04/1845, payé 2,55 f. d'Aix à Toulon.
Un long chemin, par route, bateau ou train pour arriver au port d'embarquement. Il ira à Alger, mais reviendra vite en Suisse. N'a-t-il pas trouvé de travail ? Avait-il le mal du pays ?
Pour le retour :
- "Vu pour Toulon sur le Spéculateur, Cap Meifrée (?), Alger, le 31/07/1846".
- le 18/08/1846, payé 0,60 f. à Lambesc,
- le 20/08/1846, payé 1,05 f. d'Avignon à Orange,
- le 21/08/1846, payé 1,05 f. d'Orange à Pierrelatte,
- Valence, le 23/08/1846, mandat de 2,55 f. de "Loriné" (?) à Saint-Rambert,
- Vienne, le 26/08/1846, payé 2,00 f. de Saint-Rambert à Lyon,
- Lyon, le 26/08/1846, payé 1,05 f.
- Bourg, le 29/08/1846, payé ? f. jusqu'à Saint-Amour,
- Saint-Amour, le 30/08/1846, payé ? f. jusqu'à Lons-le-Saulnier,
- Lons-le-Saulnier, le 31/08/1846, payé 0,90 f. jusqu'à Arbois,
- Arbois, le 01/09/1846, payé 0,75 f. jusqu'à Quincy,
- Besançon, le 02/09/1846, payé 1,20 f. jusqu'à Baume,
- Baume, le 03/09/1846, payé 0,75 f.
- L'Isle, le 04/09/1846, payé 1,05 f. jusqu'à Belfort,
- Belfort, le 05/09/1846, payé 2,10 f. jusqu'à Colmar.
En bas du passeport : "Vu pour Maller, Suisse, par Strasbourg, et attesté de l'état d'indigence où se trouve le porteur. MM. les Maires des communes où il prendra gîte sont priés de lui accorder la continuation du secours de route jusqu'à la frontière. Marseille, le 17 août 1846. Le Pair de France, Préfet. Signé : illisible".
Nous avons là un exemple d'itinéraire utilisé par les colons qui se rendaient dans l'un des ports d'embarquement, à Marseille ou Toulon. Nicolas "descend" en 14 jours à Toulon. Il prendra plus de temps pour "remonter" : 37 jours.
  • Sébastien SAUER
- Un papier libre (non daté) qui indique : "SAUER Sébastien, femme, 7 enfants, de Zimern, commune d'Urloffen, Bailli d'Offenbourg (Bade). Envoyé le 14 mars au Ministre"
- Lettre du 04/04/1845 du Préfet au Ministre de la Guerre :
"Monsieur le Ministre. J'ai l'honneur de transmettre à V.E. un duplicata du certificat que je lui ai envoyé le 14 mars dernier, concernant le nommé SAUER "Etienne", originaire du Grand duché de Bade, qui désire se rendre en Algérie, accompagné de sa femme et de 7 enfants. Je vous prie de m'adresser le plutôt possible l'autorisation de passage gratuit dont il a besoin afin qu'il puisse se mettre en route avec ses compatriotes qui partiront en grand nombre sous peu de jours".
(voir plus bas au 06/06/1845).
  • Cinq familles arrivent à Strasbourg
Lettre du 17/04/1845, du Préfet au Ministre de la Guerre :
"Monsieur le Ministre. J'ai l'honneur de vous transmettre cinq certificats concernant cinq familles de cultivateurs de la Hesse qui viennent d'arriver à Strasbourg pour se rendre en Algérie. Je prie V.E. de me faire parvenir le plus promptement possible des autorisations de passage gratuit pour ces étrangers qui sont munis de papiers réguliers". En marge :
- ECKERT Jean - KLEIST André - AVENIUS Michel - HERBERT Nicolas - GESINN Frédéric.
  • Conrad FIX
Lettre non datée (probablement d'avril 1845) du sieur FIX au Préfet du Bas-Rhin :
"Monsieur le Préfet. Le soussigné FIX Conrad, laboureur, demeurant à Niederhost, canton Landau (Bavière Rhénane) a l'honneur de vous exposer très humblement qu'il est intentionné de s'expatrier en Afrique, y ayant déjà un beau-frère établi à Dély-Ibrahim, près de la ville d'Alger, avec sa famille, tout comme six autres chefs de famille".
"Nous venons de nous adresser à cet égard à Mr. le sous-Préfet de Wissembourg pour connaître les instructions et faveurs accordées aux colons qui désirent s'établir en Afrique, qui nous répondit n'en pas avoir concernant les étrangers".
"Veuillez, Monsieur le Préfet, s'il vous plaît, nous dire les formalités que nous aurons à remplir avant que nous vendions nos biens et avoir, pour nous mettre à même de suivre vos ordres".
"Comme notre Régence voit avec peine émigrer la fleur de ses habitans, voulant améliorer le sort de leur famille, elle fait toutes les difficultés possible à les retenir, principalement pour la délivrance des passeports; si donc le certificat de moralité et de bonne conduite tout comme celui des moyens suffisans à pouvoir faire le voyage à leur frais suffirait pour obtenir par contre leur passeport, vous obligeriez, Monsieur le Préfet, le soussigné ainsi que ses co-émigrans à améliorer leur départ trois mois plutôt".
"En attendant de vos bontés une réponse satisfaisante à sa demande, il a l'honneur d'être, Monsieur le Préfet, votre très humble et très dévoué serviteur".
"Signé : C. FIX".
  • Laurent RUH et Etienne SAUER
Lettre du 06/06/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin :
"Monsieur le Préfet. Par dépêche du 24 du mois dernier, vous me rappelez des demandes de passages gratuits en Algérie, que vous m'avez adressées en faveur des sieurs RUH Laurent et SAUER Etienne du Grand duché de Bade. Le grand nombre de demandes de cette nature, qui me sont adressées journellement, ne me permet pas d'admettre dans la colonie tous les pétitionnaires, et m'oblige à choisir ceux qui se trouvent dans les meilleures conditions, c'est-à-dire ceux qui possèdent quelques ressources pécuniaires et qui n'ont pas d'enfants en bas-âge".
"Les certificats produits par les sieurs RUH et SAUER n'indiquant ni l'âge, ni le sexe de leurs enfants, ni leurs ressources, je ne pourrai leur accorder de permis de passage qu'après avoir reçu des renseignements à cet égard. Veuillez me les transmettre".
"Je vous prie à cette occasion, d'inviter Mr. le Maire de Strasbourg à faire indiquer sur les certificats qu'il délivre à des chefs de famille, qui demandent à émigrer en Algérie, le sexe et l'âge des enfants, ainsi que le chiffre exact des ressources pécuniaires dont chaque famille peut disposer. Recevez...".
  • Michel SCHULTZ
Une autorisation de passage gratuit en Algérie, comme rationnaire, de Toulon à Alger, concernant : SCHULTZ Michel, de Bade, cultivateur à Strasbourg, avec sa femme et 2 enfants.
En haut du document : "Ne veut pas partir".
  • Nicolas ROSSNAGEL
Une autorisation de passage gratuit en Algérie, comme rationnaire, de Toulon à Alger sur un bâtiment de l'Etat, concernant : ROSSNAGEL Nicolas, de Bade, cultivateur et maçon à Strasbourg, avec sa femme et 2 enfants.
  • Joseph WALTER
Lettre du 10/05/1845 du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin :
Le Ministre à reçu une lettre (le 02/05) du sieur WALTER Joseph, demeurant à Berg (Bavière Rhénane), à l'effet d'obtenir, pour lui et sa famille, un permis de passage gratuit en Algérie. Il demande des renseignements (concessionnaire ou simple ouvrier, certificat indiquant le chiffre des ressources, nombre, âge et sexe des personnes qui doivent l'accompagner).
"Je vous prie d'écrire pour avoir ces renseignements au Maire de Lauterbourg, que le sieur WALTER désigne comme étant chargé de lui transmettre ma réponse. Recevez...".
En marge : "Le 16, écrit au Maire de Lauterbourg".
Effectivement, le Préfet écrit ce jour-là au Maire de Lauterbourg en ces termes :
"Monsieur le Maire. Le 2 de ce mois le nommé WALTER Joseph, demeurant à Berg (Bavière Rhénane), a demandé à Mr. le Ministre de la Guerre un permis de passage gratuit en Algérie pour lui et sa famille".
"Le sieur WALTER vous désignant comme étant chargé de lui transmettre la réponse, je vous prie de me faire parvenir des certificats authentiques indiquant le chiffre exact de ses ressources pécuniaires, ainsi que le nombre, l'âge et le sexe des personnes qui doivent l'accompagner. Recevez... Pour le Préfet, absent, le Conseiller de Préfecture délégué. Signé : Blanchard".
Le 30/05/1845, une lettre du Maire de Lauterbourg au Préfet, transmet les certificats délivrés par le bourgmestre de Berg concernant WALTER Joseph, que le Préfet transmettra au Ministre le 05/06.
  • Etat nominatif du 10/05/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin
"Monsieur le Préfet. Par dépêche du 2 mai courant, vous m'avez transmis 29 certificats concernant un pareil nombre d'individus, la plupart d'origine allemande, qui sollicitent des autorisations de passage gratuit en Algérie, où ils veulent se rendre comme ouvriers. Parmi ces pétitionnaires, 15, dont les noms suivent, désirent emmener avec eux leurs familles. Ce sont les sieurs :
Noms - Prénoms Provenances Professions
MARTIN Léonard de la Hesse Cultivateur
RUBENSCHUH Nicolas id id
HOLLZWART Sébastien id id
SCHMITT Pierre id id
HERTET Georges Nicolas id id
SPIELER Jean id id
GRIES Conrad id id
LIPP Pierre id id
PLARR (?) Pierre de la Bavière id
ESTREICHER Pierre Duché de Bade id
KEMMLER Georges id id
SCHWAN Jean Thomas id id
ABEL Vendelin id id
SCHEID Martin id id
KOCH Guillaume id id

"Tous demeurent actuellement à Strasbourg. Chacune de ces familles comptant des enfants en bas-âge, il est nécessaire que les individus susnommés justifient de quelques ressources pécuniaires pour obtenir les permis qu'ils sollicitent. Je vous prie de me transmettre des renseignements à cet égard. Recevez...".

  • Etat nominatif du 13/05/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin
"Monsieur le Préfet. Je vous adresse ci-joint 16 permis de passage gratuit en Algérie, destinés à un même nombre de familles allemandes choisies parmi celles qui se trouvent actuellement à Strasbourg, dont vous m'avez adressé les demandes dans le courant du mois dernier, et qui, sous le rapport des ressources que de l'âge des enfants, m'ont paru pouvoir être dirigées immédiatement sur l'Algérie."
"Voici les noms des chefs et la composition de ces familles : "
Noms - Prénoms avec et Provenances
BALHER Antoine sa femme 4 enfants Duché de Bade
PFAHL Michel sa femme son beau-père, son beau-frère et un enfant id
SCHMITT Adam seul id
KUNZ François sa femme 2 enfants id
BIMBEL Valentin sa femme 1 enfant, 2 domestiques id
GILADI Louis (ou GILAD) sa femme 2 enfants id
JUNGHANS Léonard sa femme 4 enfants id
JOST Pierre sa femme 5 enfants id
KUNZ Gaspard sa femme 7 enfants id
STAUB Pierre sa femme 3 enfants id
STUMPF Pierre sa femme 3 enfants id
NEUMANN Georges Michel sa femme 5 enfants, 2 domestiques Royaume de Bavière
GULB Michel sa femme 4 enfants id
BIEDER Antoine sa femme 4 enfants id
WALTHER Valentin sa femme 4 enfants id
BUPP (RUPP) Henri sa femme 5 enfants Duché de Bade

"Je vous prie de les informer qu'ils devront se présenter devant Mr. le Directeur de l'Intérieur, dès leur arrivée à Alger".
"Ce fonctionnaire fera délivrer des concessions de terres à celles de ces familles dont les ressources pécuniaires seront reconnues suffisantes, et il recommandera les autres au bureau de placement des ouvriers, afin qu'il leur soit procuré du travail le plus tôt possible".
"Il est essentiel, vu l'époque déjà avancée de la saison, et l'approche des chaleurs, que vous suspendiez de nouvelles demandes à fin de passage, sauf à le reprendre au mois de septembre prochain".
"Veuillez prendre des dispositions en conséquence et en donner avis par la voie des autorités locales, aux familles Allemandes qui pourraient être dans l'intention d'émigrer immédiatement".
"Afin de ménager les ressources de celles pour lesquelles je vous adresse aujourd'hui des passages, vous examinerez s'il ne convient pas de leur délivrer des secours de route jusqu'à Toulon. Recevez...".

  • Jacques RITTER et François FINCK
Lettre du 14/05/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin :
"Monsieur le Préfet. Je vous adresse ci-joint deux permis de passage gratuit, de Marseille à Stora, port de Philippeville, pour les sieurs RITTER Jacques, FINCK François, et leurs familles, sujets Bavarois, qui sont maintenant à Strasbourg et dont vous m'avez transmis les demandes en concessions de terres".
"Les sieurs RITTER et FINCK réunissant les conditions exigées pour être admis dans les nouveaux centres de population comme colons concessionnaires, il leur sera délivré, soit à Guelma, soit à El-Arrouch, des lots à bâtir et à cultiver en rapport avec les ressources pécuniaires dont ils devront justifier au préalable".
"A leur arrivée à Philippeville, les sieurs RITTER et FINCK devront se présenter devant Mr. le sous-Directeur de l'Intérieur, qui est prévenu de leur départ, et qui se concertera avec l'autorité militaire pour que leur placement n'éprouve pas de retard".
"Les paquebots de Marseille à Stora partent les 8 et 23 de chaque mois. Veuillez en informer les émigrants dont il s'agit afin qu'ils prennent leurs mesures pour ne pas séjourner trop long temps (sic) au port d'embarquement. Recevez... ".
nb : en haut du document, au crayon : "Les pièces ne sont pas jointes".
  • Cinq permis de passage gratuit en Algérie transmis à Strasbourg
Lettre du 22/05/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant 5 permis de passage gratuit pour l'Algérie pour des familles Bavaroises qui se trouvent actuellement à Strasbourg :
Noms - Prénoms avec
VOLHNER Jean Martin sa femme et 6 enfants
RAUSCH Jean sa femme et 2 enfants
SCHUUR Bernard sa femme, 2 enfants et 1 domestique
BULLINGER Pierre sa femme et 5 enfants
DEUTSCH Jacques sa femme, 4 enfants et une servante
"Je vous prie d'informer ces émigrants qu'ils devront se présenter devant Mr. le Directeur de l'Intérieur, aussitôt après leur arrivée à Alger. Ce fonctionnaire fera délivrer des concessions de terres à celles de ces familles qui justifieront posséder des ressources pécuniaires suffisantes, et il recommandera les autres au bureau de placement afin qu'il leur soit procuré du travail".
"Afin de ménager leurs moyens, vous examinerez s'il convient de leur accorder des secours de route jusqu'à Toulon. Recevez...".
  • Boniface METZINGER
Une autorisation de passage gratuit en Algérie, du 22/05/1845, comme rationnaire, au sieur METZINGER Boniface, cultivateur à Strasbourg, avec sa fiancée et trois enfants. Il est de Bade".
En haut du document : "Le permis a été donné à un nommé DOLL (?) et sa fiancée, sans enfants".
Sans autres renseignements ou précisions.
  • Charles MODEL et Gervais PFAFF
Lettre du 23/05/1845 du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin :
"Monsieur le Préfet. Par dépêche du 6 de ce mois, vous m'avez renvoyé, pour être rectifiés, les permis de passage gratuit en Algérie que je vous avais adressés pour les sieurs MODEL Charles et PFAFF Gervais, du duché de Bade, actuellement à Strasbourg".
"Les nouveaux certificats produits par ces étrangers font mention de 5 enfants qui n'avaient pas été portés sur ceux qui m'avaient été fournis primitivement et d'après lesquels les permis ont été délivrés".
"Je ne puis donner suite à la demande des sieurs MODEL et PFAFF, avant qu'ils m'aient fait connaître l'âge et le sexe de leurs enfants, ainsi que le chiffre des ressources pécuniaires dont ils pourront disposer à leur arrivée dans la colonie. Veuillez me faire parvenir des renseignements à ce sujet. Recevez...".
Le préfet répond le même jour au Ministre :
"MODEL a 4 filles âgées de 25, 24, 12 et 11 ans, et 1 fils de 23 ans. Il emporte 1.400 francs".
"PFAFF a 3 fils de 16, 13 et 10 ans, et 2 filles de 7 et 5 ans. Il possède une somme de 1.000 à 1.200 francs".
Enfin, sur un papier libre classé avec le document :
MODEL PFAFF
Thérèse, 25 ans Herrmann, 16 ans
Marie, 24 ans Joseph, 13 ans
Charles, 23 ans Guillaume, 10 ans
et 2 petites filles âgées de 12 et 11 ans Madeleine, 7 ans
Marie Anne, 5 ans
et, sur le document : "MODEL ... (un mot illisible) à Grussweyer - Baillage d'Offenburg".
Le 05/06, le Ministre envoie les autorisations pour MODEL et PFAFF, de Toulon à Alger, pour les deux familles.
"Veuillez les informer qu'à leur arrivée dans cette dernière ville (Alger), ils devront se présenter devant Mr. le Directeur de l'Intérieur. Ce fonctionnaire, qui est prévenu de leur départ, les recommandera au bureau de placement afin qu'il leur soit procuré du travail le plus tôt possible".
"Lorsqu'elles justifieront de ressources suffisantes, il leur sera délivré, dans un des nouveaux centres de population, des concessions proportionnées aux moyens d'exploitation dont ils disposeront. Recevez... ".
En marge : "Transmis au sieur MODEL le 10 juin".
Ils durent se mettre en route aussitôt sans doute. On voit que, certaines familles ne justifiant pas de ressources pécuniaires suffisantes, on acceptait leur départ, mais seulement comme ouvriers. Au début, seuls les terrassiers, les maçons... et ces types de métiers pouvaient partir.
  • Jean LEYBOLD
- Lettre du 23/05/1845, du Préfet au Ministre de la Guerre :
"... Le nommé LEYBOLD Jean, d'Eckertroh (Hesse), ancien militaire de la Légion Etrangère, âgé de 32 ans, désire se rendre en Algérie comme jardinier terrassier. Cet individu a fait en Afrique les campagnes de 1837 et 1843, est porteur d'un congé, et... (mot illisibles). Je prie V.E. de lui accorder le passage gratuit à bord d'un bâtiment de l'Etat".
- Bordereau d'envoi du 31/05/1845, du Ministre au Préfet, expédiant l'autorisation de passage gratuit pour LEYBOLD.
nb : parfois, comme dans ce cas, le délai pour l'obtention du passage gratuit était court (une semaine), mais parfois cela pouvait prendre des semaines... surtout si le dossier n'était pas complet !
  • Jean ZAUCKER, Pierre STUBER, et la veuve Catherine MULLER
Lettre du 04/06/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet, expédiant les permis de passage gratuit en Algérie pour ZAUCKER Jean, STUBER Pierre et le veuve MULLER Catherine, tous trois de la Bavière Rhénane, de Toulon à Alger, comme rationnaires.
"Le bureau de placement leur procurera de l'ouvrage, et ils obtiendront une concession plus tard, suivant leurs ressources. Ces émigrants indiquent leur adresse (à Strasbourg) chez Mr. Hasslauer, boulanger, marchand de grains, rue Derrière-le-Temple-Neuf n°15. Recevez...".
En marge : "Transmis le 9 au sieur Hasslauer".
  • Martin HEIM
Lettre du 09/06/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant un permis de passage gratuit, de Toulon à Alger, pour le sieur HEIM Martin, de la Bavière Rhénane.
"Veuillez informer le sieur HEIM qu'à son arrivée il devra se présenter devant Mr. le Directeur de l'Intérieur, à Alger..."
"Je vous prie de l'informer aussi que les émigrants étrangers, munis d'un permis de passage, jouissent du droit de transit en toute franchise par la France pour les meubles, instruments aratoires, chevaux etc.., qu'ils veulent conduire en Algérie. Quant au transport de ces objets du port d'embarquement à destination, il est à la charge des émigrants, qui doivent recourir à cet égard aux navires de commerce. Recevez...".
En marge : "Le 13, transmis au Directeur de l'Intérieur à Alger".
  • Henri REINHARDT
Trois documents :
- Demande de renseignements du 25/06/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet, concernant :
"... le sieur REINHARDT Henri, demeurant à Bissert (Bavière), qui demande un permis de passage gratuit en Algérie pour lui et sa famille". Transmis au Maire de Bissert le 27/06.
En marge : "Ecrit de nouveau au Maire de Bissert le 14 juillet".
- Papier libre, du 08/07/1845, du Maire de Bissert au sous-Préfet :
"Monsieur le sous-Préfet. En réponse à la lettre du 25 juin 1845 de Monsieur le Ministre, j'ai l'honneur de vous donner les renseignements sur le compte de Henry REINHARDT."
"1°- Cet individu n'est pas citoyen français; il est né en Bavière, non naturalisé".
"2°- Ne possède pas de fortune".
"3°- Sa femme n'est pas d'avis de se rendre avec lui".
"4°- Il a un enfant du sexe féminin de l'âge de 9 ans".
"Veuillez me dire si cet individu pourra obtenir une feuille de route pour l'Algérie (gratuit), et de ma dire si je dois lui délivré (sic) les pièces demandées. Agréez...".
En marge : "Renvoyé à Mr. le Maire de Bissert (Bav. Rhénane) pour faire connaître si cet étranger est porteur d'un passeport régulier, et quels sont ses moyens d'existence. Strasbourg, le 14 juillet 1845. Le Préfet".
- Réponse du Maire de Bissert :
"Monsieur le Préfet. J'ai l'honneur de vous faire connaître que le sieur Henry REINHARDT n'est pas porteur d'un passeport, mais qu'il s'est marié avec une fille de la commune; l'acte de mariage a été fait à Walsheim (Bavière), qu'il habite depuis cette époque avec sa femme la commune de Bissert, sans interruption, ne possède pas d'autres moyens d'existence que quelques pièces de terre appartenant à sa femme, Sophie HAURY" (ou HOURY ou HORNY), "native de cette commune. Recevez...".
  • Jean KELLER
Lettre du 25/06/1845, du Ministre de l'Intérieur, 2e division - Police générale, au Préfet du Bas-Rhin :
"Monsieur le Préfet. Le nommé Jean KELLER, originaire du Grand duché de Hesse, vient de m'adresser la pétition ci-jointe par laquelle il demande à résider à Strasbourg avec sa famille, en attendant le mois de septembre prochain, époque à laquelle il pourra obtenir son passage gratuis (sic) pour se rendre en Algérie avec ses enfans (sic). Je ne vois en ce qui me concerne aucun inconvénient à faire droit à la demande de cet étranger. Recevez...Signé : illisible".
En marge : "Renvoyé au Maire de Strasbourg le 27 juin".

1845, 2e semestre

  • Trois permis de passage gratuit pour l'Algérie
Lettre du 14/07/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, qui envoie trois permis de passage gratuit de 1ère pour l'Algérie concernant trois chefs de famille du Royaume de Bavière qui se trouvent maintenant à Strasbourg, chez Mr. Hasslauer, boulanger et marchand de grains, rue Derrière-le-Temple-Neuf n°15 :
- PFIRMANN Georges, sa femme et 3 enfants,
- PFIRMANN Gaspard, et sa femme,
- WALTER Joseph, sa femme et 9 enfants.
"Veuillez leur faire remettre ces pièces et les inviter à différer leur départ jusque vers la fin du mois d'aôut, si cela leur est possible, de manière à n'arriver en Algérie que lorsque les fortes chaleurs seront passées. Aussitôt après leur débarquement, ils devront se présenter devant Mr. le Directeur de l'Intérieur, qui les recommandera au bureau de placement des ouvriers afin qu'il leur soit immédiatement procuré du travail".
En marge : "Transmis le 16".
  • Georges PRIESTER
Lettre du 05/08/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, expédiant un permis de passage gratuit en Algérie, de Toulon à Alger, concernant :
PRIESTER Georges, maître maçon et cultivateur, et sa famille, demeurant à Waldmichelbach, Grand duché de Bade.
"Je vous prie de lui faire parvenir cette pièce par l'intermédiaire des autorités locales, en l'invitant à ne se mettre en route qu'à la fin du mois, de manière à n'arriver en Algérie qu'après les fortes chaleurs""'.
En marge : "Transmis le 11 au sieur Priester".
  • Autorisations de passage gratuit pour des habitants de Freckenfeld
Lettre du 07/08/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, expédiant 7 autorisations de passage gratuit en Algérie pour des habitants de Freckenfeld (Bavière Rhénane) :
Noms - Prénoms Professions avec
KEPPEL François Michel Cordonnier, cultivateur avec sa femme et 4 enfants
WAGNER Georges Adam Tailleur, cultivateur avec sa femme et 2 enfants
MULLER Louis Tailleur, cultivateur avec sa femme, 5 enfants et sa mère
MIES Mathieu Cultivateur avec sa femme et 2 enfants
KIRCHNER Jean Michel Cultivateur Célibataire
BAHNER Charles Louis Maçon, cultivateur avec sa femme et 4 enfants
HEINRICH Anne Dorothée Fille de 27 ans

"Ils devront se présenter, à Alger, devant le Directeur de l'Intérieur, qui.... comprendra ceux d'entre eux qui peuvent justifier de ressources suffisantes, dans l'état de peuplement d'un des nouveaux villages, pour une concession proportionnelle à leurs moyens d'action. Il recommandera les autres au bureau de placement des ouvriers, pour qu'il leur soit procuré du travail le plus tôt possible. Recevez..."
En marge : "Transmis le 11 au maire avec l'instruction".

  • Joseph STALTER
Lettre du 07/08/1845 du Maire de Lauterbourg au sous-Préfet de Wissembourg :
"Monsieur le sous-Préfet. Le sieur STALTER Joseph de Berg (Bavière Rhénane), en instance d'obtenir un permis de passage gratuit en Algérie, tant pour lui que pour sa famille, et par suite de la lettre de Mr. le Préfet du 16 mai dernier dont copie jointe, a adressé à ce magistrat, le 30 du même mois, les certificats demandés à l'appui de sa demande. Dans la persuasion que le passeport gratuit ne lui sera pas refusé, le sieur STALTER a vendu sa maison et tout ce qu'il possédait, et dans ces circonstances il m'a prié de vous solliciter, Monsieur le sous-Préfet, de vouloir bien rappeler l'objet de sa demande à Mr. le Préfet du département..."
En marge : "Transmis à Mr. le Préfet. Wissembourg, le 8 août 1845."
  • Vendelin SCHULTZ, Georges Jacques SCHENCK et André HERMANN, cultivateurs Bavarois.
Lettre du 09/08/1845, du Préfet au Ministre de la Guerre :
"... Ces étrangers ayant vendu tout ce qu'ils possédaient dans leur pays, je propose à V.E. de leur accorder le plus tôt possible des permis de passage gratuit pour l'Algérie. La plupart de leurs enfants dont en âge de travailler ainsi que l'indique le tableau ci-après :
Noms - Prénoms âges ils emportent :
SCHULTZ Vendelin 46 ans 1.000 francs
sa femme 46 ans
Daniel 18 ans
Vendelin 17 ans
Joseph 15 ans
Antoine 13 ana
Clara 9 ans
Philippe 6 ans
Louis 4 ans
Noms - Prénoms âges ils emportent :
SCHENCK Georges Jacques 49 ans 300 francs
sa femme 49 ans
Marie 25 ans
Vendelin 23 ans
Michel 20 ans
Claire 18 ans
Barbe 16 ans
Jacques 7 ans
Madeleine 3 ans
Noms - Prénoms âge ils emportent :
HERRMANN André 48 ans 2.000 francs
sa femme 49 ans
André 18 ans
Marie 17 ans
Elisabeth 11 ans
Françoise 8 ans
Marie Anne 6 ans

nb : sur le même état, a été barré la famille de Wihelm SPIEGEL, maçon de 46 ans, avec sa femme, 45 ans, avec 11 enfants, qui emportaient une somme de 1.500 francs. Rayés sur l'état, a-t-il renoncé à partir, ou lui a-t-on refusé à cause de sa nombreuse famille ?
Quelques jours après, Vendelin SCHULTZ, Georges Jacques SCHENCK, André HERRMANN et leurs familles arrivent à Strasbourg. Le 20/08/1845, le Ministre fait parvenir les trois permis de passage gratuit les concernant pour se rendre en Algérie. Ils partent comme ouvriers.
Georges Jacques SCHENCK décède à Mustapha (Alger) le 21/02/1857, et son épouse le 24/10/1855 également à Mustapha Voir fiche . Pas de traces trouvées pour les deux autres.

  • Guillaume HAAS
Lettre du 26/08/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant un permis de passage gratuit en Algérie, de Toulon à Alger, pour HAAS Guillaume, cultivateur, du duché de Bade.
"Il devra se présenter, à Alger, au Directeur de l'Intérieur qui le recommandera au bureau de placement des ouvriers, pour qu'il lui soit procuré de l'ouvrage le plus tôt possible, ainsi qu'à ceux de ses enfants en état de travailler".
  • Transmission de 10 permis de passage gratuit en Algérie pour des familles de Bavière
Lettre du 04/09/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, pour des chefs de familles de Bavière, qui sont à Strasbourg, d'où ils ont transmis des certificats émanant du Maire de cette ville :
Noms - Prénoms Professions
KOENIG Jean Georges Cultivateur
MARZ Philippe Jacques id
ROTHMUND Jean id
WENGERTER Georges id
ASSEL Jean Georges id
SPEIGEL Adam Maçon, cultivateur
PFISTER Adam Cultivateur
GEHELEIN Jean id
HERMANN André id
KELLER Martin id
  • Michel ALLESPACH et Pierre LEH
  • Lettre du 06/09/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant deux permis de passage gratuit en Algérie, de Toulon à Alger, pour ALLESPACH Michel et LEH Pierre, laboureurs, du Grand duché de Bade, qui se trouvent actuellement à Strasbourg.
  • Charles MERSEL
Demande de renseignements du 08/09/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, concernant MERSEL Charles, natif de la Principauté de Schwartzbourg, jardinier, demeurant à Strasbourg, suite à sa demande du 1er septembre, pour obtenir un permis de passage gratuit en Algérie. Transmis au Maire de Strasbourg le 10/09. Le Préfet envoie un certificat au Maire le 12/09. Sans autres renseignements.
  • Transmission de 10 permis de passage gratuit en Algérie pour des familles de la Bavière Rhénane
Lettre du 11/09/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant 10 permis de passage gratuit en Algérie, de Toulon à Alger, pour des chefs de familles ou célibataires de la Bavière Rhénane, qui ont adressé des demandes par l'intermédiaire du Maire de Wissembourg (Bas-Rhin) :
Noms - Prénoms Professions Venant de :
VOGEL Michel Tisserand, cultivateur Freckenfeld
HAHN François Michel id id
DEREMAUX Jean Louis id id
WAGNER Chrétien id id
KIRCHNER Jean id id
STENLE Michel id id
FRANZ Jean id id
BECK Jean id id
KASTNER Charles Serrurier Oberrotterbach, canton de Bergzabern
TRAUT François Jean Tailleur, cultivateur Dürrenbach
  • Transmission de 14 permis de passage gratuit en Algérie pour des familles allemandes
Lettre du 17/09/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant 14 permis de passage gratuit en Algérie, de Toulon à Alger, pour autant de chefs de familles du Royaume de Bavière et des duchés de Hesse et de Bade. "Veuillez leur faire parvenir...".
Noms - Prénoms Professions et origines part avec :
LEIDNER François Antoine Cultivateur à Niederschlettenbach (Bavière Rhénane) sa femme, 5 enfants, 1 parent
KLINSBOECKEL Pierre Maçon, cultivateur au même lieu sa femme, 1 enfant
GLUCK Gaspard Laboureur au même lieu sa femme, 5 enfants
KLINSBOECKEL Michel Maçon, cultivateur au même lieu sa femme, 1 enfant
DURCKHEIM Jean Jacques Cultivateur à Weingarten sa femme, 5 enfants, 2 domestiques
MESSERSCHMIDT Philippe id sa femme, 4 enfants
WELLER Vendelin id sa femme, 5 enfants, une servante
SCHANTZ Michel Laboureur à Weingarten sa femme, 3 enfants et sa belle-soeur
SCHANTZ André Laboureur, maçon à Weingarten sa femme, 2 enfants
HECKMANN Valentin Cultivateur, de la Hesse ducale sa femme, 3 enfants
WERNER Adam Cultivateur, de la Hesse ducale sa femme, 3 enfants
LANG Gustave Laboureur à Urloffen, bailliage de Offenbourg, Grand duché de Bade
HAAS Balthasard Cultivateur, de Bade sa femme, 3 enfants
KULL Jean Frédéric Laboureur, de Bade sa femme, 9 enfants

nb : devant les quatre premiers, en marge, une accolade avec noté : "Transmis le 23 octobre à la mairie de Wissembourg". Une croix devant chacun des autres noms, sauf pour HECKMANN Valentin et WERNER Adam.
C'est un groupe de 80 personnes qui va prendre le départ pour le long et éprouvant voyage vers l'Algérie.

  • Envoi de certificats pour demandes de passage gratuit
Lettre du 17/09/1845, du Maire de Wissembourg au Préfet du Bas-Rhin, transmettant des certificats pour obtention de passage gratuit en Algérie, ainsi que les secours de route jusqu'à Toulon, concernant :
Noms - Prénoms Professions Venant de Age part avec :
SEEMANN François Lithographe Landau 22 ans
MARX Simon Tailleur de pierres id 24 ans
GRAF Henri Pierre Commis id 21 ans
AUGST Joseph Cultivateur Essingen sa femme, 3 enfants
PFIRRMANN Jean Jacques Cultivateur 40 ans sa femme, 4 enfants
DACHNERT Pierre Teinturier Otterberg 23 ans

En marge : "Refus" apposé devant SEEMANN et GRAF. "Transmis les autres au Ministre". "Pour ces deux-là, écrit au Maire le 18 septembre".

  • Bernard FALCK
Un passeport, du 19/09/1845, délivré par le Maire de Strasbourg, pour aller de Strasbourg à Alger, concernant Bernard FALCK, avec sa fiancée et leur enfant, natif de Bade. Délivré sur autorisation ministérielle.
Signalement : âgé de 36 ans, 1m75, cheveux châtains clairs, front couvert, sourcils châtains clairs, yeux bleus, nez fort, bouche petite, barbe rousse, menton rond, visage ovale, teint sain. Signes particuliers : néant. Au-dessous : "ilettré".
Le 28/10/1845, secours de route accordé pour trois personnes, en tout 62,25 francs, qu'ils toucheront par petites parties au fur et à mesure de leur voyage vers Toulon (les tampons au dos du passeport nous renseignent sur l'itinéraire utilisé). Ils partent le 31/10/1845, et arrivent à Toulon le 15/11/1845, pour s'embarquer sur "L'Orénoque".
Ils resteront seulement 7 mois en Algérie. Le 07/07/1846 ils sont de nouveau à Toulon et reviennent sur Strasbourg. Les secours de route sont cette fois de 66,95 francs, toujours, comme au départ, répartis sur les étapes du voyage. Ils arrivent fin juillet à Strasbourg.
On trouve aussi une autorisation de passage gratuit en Algérie, à la date du 02/11/1846, concernant FALCK Bernard, tailleur de pierres, et sa femme, de Marseille à Oran, sur un bâtiment de la Compagnie Bazin. Mais, en haut du document, et noté : "FALCK Bernard a obtenu le secours de route déjà deux fois pour aller et revenir de l'Algérie". Il est probable qu'il ne soit plus reparti.
  • Valentin BRAUN
Une autorisation de passage gratuit en Algérie du 20/09/1845, concernant BRAUN Valentin, vitrier et menuisier à Bobenthal (Bavière), avec sa femme et 3 enfants, de Toulon à Alger, sur un bâtiment de l'Etat. Sans autres renseignements ou précisions.
  • Alexandre SCHLETT
Une autorisation de passage gratuit en Algérie du 20/09/1845, concernant SCHLETT Alexandre, de la Bavière, jardinier à Strasbourg, de Toulon à Alger, sur un bâtiment de l'Etat. Sans autres renseignements ou précisions.
  • Transmission de 32 permis de passage gratuit en Algérie pour des familles allemandes
Lettre du 26/09/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet, transmettant 32 permis de passage gratuit en Algérie, de Toulon à Alger, pour un même nombre de chefs de familles du Royaume de Bavière, et des duchés de Hesse et de Bade.
Noms - Prénoms Professions part avec : Provenances
LAUX Valentin Laboureur sa femme, 7 enfants de la Bavière
WEBER Jean Laboureur sa femme, 9 enfants, son beau-père et sa belle-mère id
HOENSEL Jean Jacques id sa femme, 3 enfants id
BETSCH Philippe Pierre id sa femme, 5 enfants id
BUTTZ Philippe Pierre id sa femme, 3 enfants id
KOEHLER Jean Valentin id sa femme, 5 enfants id
ORTWEIN Jacques id célibataire id
FAHLBUSCH Jean id sa femme, 6 enfants id
ARZENHEIMER Georges id sa femme, 7 enfants id
GARRECHT Valentin id sa femme, 5 enfants id
GRUNEWALD Martin id sa femme, 3 enfants id
LESNHARD Antoine id sa soeur, et 1 enfant id
WAGNER Laurent id sa femme, 3 enfants id
HENGEN Georges id sa femme, 2 enfants et 2 domestiques id
WINNEWISSER Pierre id sa femme, 8 enfants du duché de Bade
SCHAEFER Georges id sa femme, 3 enfants id
GERBERT Nicolas id sa femme, 5 enfants id
SCHAEFER Pierre id sa femme, 4 enfants et sa belle-mère id
KUNZ Henri id sa femme, 5 enfants id
ROTHMUND Laurent id sa femme, 3 enfants id
SCHAEFER Frédéric id sa femme, 4 enfants id
BAUER Antoine id sa femme, 4 enfants id
KUNZ François id sa femme, 2 enfants id
HARBART Michel id sa femme, 1 enfant, et son frère id
GRAESSER Jean id sa femme, 4 enfants id
HOHMANN Henri id sa femme, 8 enfants id
HEILMANN Michel Menuisier sa femme, 2 enfants id
WEBER Jean Adam Laboureur sa femme, 6 enfants du duché de Hesse
SCHNEIDER André id sa femme, 4 enfants id
WAGNER Jean id sa femme, 8 enfants id
GRUNEWALD Simon id sa femme, 2 enfants id
KUMPF id sa femme, 3 enfants id

nb : ce départ représente plus de 200 personnes.

  • Jean HUTTENLOCHER
Un passeport daté du 27/09/1845, délivré à Oran le 27/09/1845 (il était donc déjà en Algérie) :
"Au nom du Roi. Il est permis à HUTTENLOCHER Jean, profession de brasseur, natif de Stuttgart (Würtemberg), demeurant à Oran, de se rendre à Mostaganem par mer, sur le courrier de l'Etat".
Signalement : âgé de 18 ans, taille 1m55, cheveux blonds, front spacieux, sourcils blonds, yeux bleus, nez moyen, bouche moyenne, barbe naissante, menton rond, visage ovale, teint coloré. Signes particuliers : néant. Mostaganem, le 24/01/1846. Vu pour Alger sur le bateau-vapeur de l'Etat le 26/06/1846.
Quelques jours après, le passeport nous indique qu'il part pour Marseille :
"Vu pour Marseille, Alger, 29/01/1846"
"Vu pour Aix, Marseille, 07/02/1846"
"Vu pour Lyon (Rhône), Aix, le 10/02/1846"
"Vu pour Nantua, Lyon, le 18/03/1846"
"Vu à Genève, le 30/03/1846. Bon pour Strasbourg"
Puis Fribourg, Berne, Strasbourg (06/04/1846).
"Vu pour Mayence, Strasbourg, le 11/04/1846"
Puis en Allemagne - Stuttgart (24/04/1846).
Notre jeune homme mets trois mois pour faire le voyage !
Quelques années plus tard, il voudra repartir en Algérie. Sur le passeport on indique : "N'a pas les moyens pour retourner en Afrique. A justifié de la possession d'une somme d'environ 200 francs"
Il reçevra son sauf-conduit pour Oran le 12/01/1853 pour repartir en Algérie.
  • Transmission de 48 permis de passage gratuit en Algérie pour des familles de Bavière
Lettre du 03/10/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, expédiant 48 permis de passage gratuit en Algérie, à un même nombre de familles de la Bavière Rhénane, qui ont adressé, de Strasbourg, des certificats délivrés par Monsieur le Maire de cette ville. Ce sont les sieurs :
Noms - Prénoms Professions part avec : Provenance
VOELCKER Jean Adam Laboureur sa femme, 9 enfants Bavière
FUCHS Melchior id sa femme, 5 enfants id
WUNSCHEL Jean Jacques id sa femme, 1 enfant id
WUNSCHEL Pierre id sa femme, 7 enfants id
WUNSCHEL Jean Georges id sa femme, 1 enfant id
SCHLOSS Jean Jacques id sa femme, 12 enfants id
ROETHER Nicolas id sa femme, 2 enfants id
BURCK François id sa femme, 4 enfants id
HAUBER Valentin id sa femme, 2 enfants id
HEID Jean id sa femme, 4 enfants, une servante id
HEID Jean Philippe id sa femme, 2 enfants, une servante id
HEINTZ Simon id célibataire id
SCHAAF Jean id sa femme, 3 enfants id
HAMMER Jean Jacques id sa femme, 4 enfants id
WUNSCHEL Jean Georges id sa femme, 3 enfants id
WUNSCHEL Jacques Antoine Maçon célibataire id
WETTSTEIN Mathias Laboureur et sa femme id
POCHNER André Maçon sa femme, 2 enfants id
GRESS Jean Georges Laboureur sa femme, 3 enfants id
BRANDSTETTER Philippe id sa femme, 6 enfants id
SAMMER François Charpentier sa femme, 1 enfant id
ULRICH Conrad Laboureur sa femme, 4 enfants id
BURCKMANN Jean Forgeron célibataire id
SAND François Pierre Laboureur célibataire id
TEUTSCHLER Jean id et sa femme id
REISS François id sa femme, 3 enfants id
HILSMANN Georges id sa femme, 2 enfants id
LOESCH Jean Adam id sa femme, 1 enfant id
HEIGEL Philippe François id sa femme, 6 enfants id
BECHT Jean Philippe id sa femme, 3 enfants, 1 valet, une servante id
HAHN Pierre id sa femme, 7 enfants id
MOSER Georges id sa femme, 2 enfants id
FISCHER Mathias id sa femme, 4 enfants id
PUR Jean id sa femme, 5 enfants id
KUNDERMANN Guillaume id sa femme, 4 enfants id
FISCHER Jean id sa femme, 4 enfants, une servante id
HEIGEL Jean id sa femme, 3 enfants, une servante id
FROM Jacques Adam id sa femme, 3 enfants, une servante id
SETTELMEYER François Jean id sa femme, 3 enfants id
SCHMID François id sa femme, 3 enfants id
DIREIN Jacques id sa femme, 3 enfants id
WOLF Joseph id sa femme, 3 enfants id
BENS Jean id sa femme, 3 enfants id
GEIGER Everard id sa femme, 4 enfants, 1 valet id
SCHWAB Georges id sa femme, 6 enfants, 1 valet id
SCHWIND Philippe Pierre id sa femme, 2 enfants id
WISSEL Jean id sa femme, 2 enfants id
WISSEL Michel id sa femme id
"Veuillez faire parvenir à ces étrangers les permis ci-joints et les informer qu'à leur arrivée à Alger, ils devront se présenter devant Mr. le Directeur de l'Intérieur".
"Ce fonctionnaire les recommandera au bureau de placement des ouvriers, pour qu'il leur soit procuré du travail le plut tôt possible, et il portera sur l'état des centres de population à créer ceux d'entr'eux (sic) qui justifieront de ressources suffisantes pour obtenir des concessions. Recevez...".
Nombre de personnes concernées :
Hommes Femmes Enfants Domestiques Total
48 43 152 9 252 personnes
  • Philippe SCHUSTER
Lettre du 06/10/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant un permis de passage gratuit en Algérie, pour : SCHUSTER Philippe, et sa famille, de la Prusse Rhénane, qui émigre comme ouvrier. Sans autres renseignements ou précisions".
  • Transmission de 16 permis de passage gratuit pour des familles des Provinces Rhénanes
Lettre du 09/10/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant 16 permis de passage gratuit en Algérie, pour des chefs de familles des Provinces Rhénanes qui désirent se rendre en Afrique en qualité d'ouvriers.
Noms - Prénoms Professions Part avec : Venant de :
BROD Nicolas Laboureur sa femme, 5 enfants Bavière
SCHWAHN Jean Michel id sa femme, 1 enfant id
WALLIOR Bernard Serrurier sa femme, 4 enfants id
DEUBLER Jean Laboureur sa femme, 3 enfants id
KLEIN Jean-Baptiste id sa femme, 5 enfants id
SCHMITT Georges id sa femme, 1 enfant, 1 valet id
FELIX François id sa femme, 4 enfants, une servante id
BURCK Jean-Baptiste id sa femme, 1 enfant id
MORGENSTERN Philippe Jacques id sa femme, 4 enfants id
MORGENSTERN Jacques id sa femme, 3 enfants id
SCHAEFER Joseph id sa femme, 4 enfants Hesse
BAUMANN Jean Georges id sa femme id
LOEFFLER Adam id sa femme, 2 enfants id
WEBER Jean Joseph id sa femme, 2 enfants id
HOFFMANN Jean id sa femme, 6 enfants id
BENDER Vendelin id sa femme, 3 enfants Duché de Bade
"... à leur arrivée à Alger, ils devront se présenter devant Mr. le Directeur de l'Intérieur".
"Ce fonctionnaire les recommandera au bureau de placement des ouvriers, pour qu'il leur soit procuré du travail le plus tôt possible, et il portera sur l'état de peuplement des centre de population à créer ceux d'entre-eux qui justifieront de ressources suffisantes pour obtenir des concessions. Recevez...".
  • Jean Georges LANDMANN
Autorisation de passage gratuit en Algérie, du 11/10/1845, comme rationnaire, sur un bâtiment de l'Etat, concernant LANDMANN Jean Georges, de la Bavière, laboureur à Strasbourg.
"Le Préfet décidera si le sieur LANDMANN a droit aux secours de route".
  • Trois autorisations de passage gratuit en Algérie
Du 11/10/1845, concernant :
REICHEL Charles Gautier, de la Hesse, laboureur à Strasbourg,
FLINCK Joseph, de Bade, mécanicien à Strasbourg,
UBELLACHER Joseph, de la Bavière, menuisier.
  • Valentin HOERNER et Jean HUMMEL
Lettre du 14/10/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin :
"... j'ai reçu par votre intermédiaire des lettres de Mr. le Maire de Wissembourg, en date des 23, 25 et 26 du mois dernier, renfermant quatre demandes collectives de permis de passage gratuit en Algérie, formées par des étrangers".
"Ces demandes ne contenant pas les renseignements nécessaires, soit sur les ressources pécuniaires dont ils disposent, soit sur leur nationalité, je vous les renvoie afin de les faire compléter".
"La première de ces demandes est faite au nom des sieurs HOERNER Valentin et HUMMEL Jean, dont la nationalité n'est pas indiquée; quant aux trois autres qui comprennent 46 chefs de familles, nulle mention n'y est faite de leurs ressources pécuniaires... Recevez..."
En marge : "Renvoyé le 16/10 au Ministre de la Guerre avec les renseignements demandés", et "Le 22/10 renvoyé au Ministre les trois autres états nominatifs".
nb : acte de mariage de Jean HUMMEL, le 10/11/1853 à Mostaganem (Oran), 15 heures, acte n°45. Né à Kleingerau, canton de Grossgerau, Grand duché de Hesse Damrstadt, le 05/01/1827, 26 ans, brasseur, domicilié à Mostaganem, fils de feu Jean Jacob (+ Kleingerau le 13/12/1848) et de Elisabeth L... (?), domiciliée à Grossgerau, avec DÖRR Barbe Ernestine, née à Ridenau, gouvernement de Franckem et Aschoffenburg en Bavière le 20/04/1821, âgée de 32 ans, domiciliés à Mostaganem, fille de feu Pierre (+ Ridenau 20/01/1849) et de Marie Anne OCHS, domiciliée à Ridenau. Les époux "déclarent qu'il est né d'eux en cette ville, le 3 juin de la présente année, un enfant de sexe féminin, présenté à la Mairie et inscrit sur les registres de l'état civil de cette commune le 5 du même mois, sous les prénoms et nom de Berthe Emilie HUMMEL, laquelle enfant ils déclarent reconnaître pour leur fille". Témoins : DARVEAUX Jean, 41 ans, propriétaire, maître sellier, POHL Charles, 27 ans, brasseur, du côté de l'époux, COSMANN Cahen Elie, 33 ans, propriétaire, négociant, et ULRICH Jacques, 42 ans, propriétaire, aubergiste, du côté de l'épouse, tous domiciliés à Mostaganem.
  • Gertrude MACKERT
Lettre du 15/10/1845 (sans indication de destinataire)
"Monsieur et cher collègue. Je vous transmet ci-joint une autorisation de passage gratuit en Algérie, délivrée par Mr. le Ministre de la Guerre, à la nommée MACKERT Gertrude, de la Hesse Grand ducale. Je vous prie de lui remettre le permis lorsqu'elle se présentera dans vos bureaux".
  • Transmission de 20 permis de passage gratuit pour des chefs de familles des Provinces Rhénanes
Lettre du 17/10/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant 20 permis de passage gratuit en Algérie, pour des chefs de familles des Provinces Rhénanes, qui se rendent en Algérie comme ouvriers.
NOMS - Prénoms Professions Venant
WETTFLEM Mathieu Laboureur de la Bavière Rhénane
HURE Sébastien id id
FISCHER André id id
MAMZER (?) Jean id id
BURCK Jean Adem id id
STRAUSS Nicolas id id
KILIAN Pierre Charpentier id
BECKY Jean Laboureur id
BLAAR Pierre id id
KUHNER Geoffroi Laboureur du duché de Bade
ADAM Conrad id id
KONRAD Jean id id
HESSBERGER Vincent id id
PFLEGER Adam id id
SCHELL Laurent id id
BIEBER Michel id id
SCHOLL Christophe id id
BUHLER Chrétien Maçon id
NIED Georges Laboureur du duché de la Hesse
SCHULTHEISS Antoine id du duché de Wurtemberg
"... à leur arrivée à Alger, ils devront se présenter devant Mr. le Directeur de l'Intérieur".
"Ce fonctionnaire les recommandera au bureau de placement des ouvriers, pour qu'il leur soit procuré du travail le plus tôt possible, et il portera sur l'état de peuplement des centre de population à créer ceux d'entre-eux qui justifieront de ressources suffisantes pour obtenir des concessions. Recevez...".
Autre document :
Mot du 21/10/1845, du Préfet du Bas-Rhin au Préfet Maritime à Toulon : "Je vous transmet ci-joints les permis de passage gratuit en Algérie, délivrés par Monsieur le Ministre de la Guerre, aux nommés BECKY Jean et KILIAN Pierre, de la Bavière. Ces individus en déposant leurs demandes, ont manifesté l'intention de retirer les autorisations à Toulon. Je vous prie de la leur remettre lorsqu'ils se présenteront dans vos bureaux".
  • François Xavier BUNDT
Une autorisation de passage gratuit, de Toulon à Alger, comme rationnaire, pour le sieur BUNDT François Xavier, du Wurtemberg, tapissier et décorateur à Strasbourg"
Noté, en haut du document : "N'est pas cultivateur"
  • Plusieurs habitants de la Bavière Rhénane demandent où en sont leurs dossiers
Lettre du 21/10/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin : "... par lettre écrite de Wissembourg le 6 de ce mois, plusieurs habitants de la Bavière Rhénane me rappellent les demandes d'émigration en Algérie qu'ils m'ont adressées il y a deux mois. Ce sont les nommés : "
Noms - Prénoms Professions Noté en marge
LEIDNER François Antoine Cultivateur Transmis au Maire de Wissembourg
KLINSBOECKEL Michel Maçon id
KLINSBOECKEL Pierre Maçon id
GLUCK Gaspard Laboureur id
BARTH Georges Martin Menuisier
THOEBAD Dominique Maçon
ROTH Jacques Frédéric Laboureur
KLEIN Jean id
ZWEIBRÜCKER François id
HELD Vendelin id

"Je vous ai adressé des permis de passage pour les quatre premiers le 17 Septembre dernier. Quant aux autres, qui ont plusieurs enfants en bas-âge, je ne pourrai autoriser leur passage qu'autant qu'ils justifieront de ressources d'une certaine importance. Veuillez les en informer. Recevez..." En marge : "Ecrit le 23 octobre au sous-Préfet de Wissembourg".

  • Etat nominatif du 21/10/1845 établi par la Mairie de Wissembourg (Bas-Rhin)

"Etat des chefs de familles et des individus pour lesquels il a été demandé des autorisations de passage gratuit pour l'Algérie".
"Transmis le 22/10/1845 au Ministre".

Noms - Prénoms Venant de
GILBERT Balthasar Commune de Dudenhoffen
WAGNER Nicolas id
WOLF Jean id
STEIN Henri id
WESEL Sébastien id
LEHR Jean id
KAMB Nicolas id
KAMB Philippe id
NORD Valentin id
LEHMANN François id
MASSENBEYER Bernard id
SCHMITT Joseph id
MASSENBEYER Laurent id
DENNHARD Adam id
Noms - Prénoms Venant de
LEHR Jean Commune de Hanhofen
KRIPP Benoît id
FABER Jean id
LEHR François Ernests id
KRIPP Jean III id
JANTZ Pierre Adam id
LEHR François Antoine id
SCHANNINGER Frédéric id
LEHR Gaspard id
Noms - Prénoms Venant de
ZIEGLER Louis Ville de Spire
BRAUN Jacques id
ROTH Pierre Joseph id
BECK Georges id
LAFORCHE Michel id
GAMINGER François id
LAFORCHE Laurent id
STEIGLEIDER Henri id
ENGELHARDT Jean id
GOETZMANN Ferdinand id
HEREN Oscar Frédéric Auguste id
WACKER André id
WEBER Pierre id
WEBER Michel id
WAGNER Daniel id
NEUNER Charles id
SIMON Conrad id
HOFFMANN Adam id
WENDLING François id
HOFFMANN Laurent id
NEU Charles id
ROUAR Sébastien id
DREXLER Jacques id
Noms - Prénoms Venant de
WOLF François Commune de Waldsee
Noms - Prénoms Venant de
BEHLINGER Georges Michel Commune de Doerrenbach
Noms - Prénoms Venant de
MUNZ Michel Commune de Enserthal
MUNZ Jean id
Noms - Prénoms Venant de
ROHR Mathieu Commune de Venningen
ROHR Jean id
Noms - Prénoms Venant de
LIPPERT Georges Commune de Oberrotterbach
HEISLAUF Frédéric id
Noms - Prénoms Venant de
WODEY Jean Commune de Franckweiler
BECKER Frédéric Jacques id
Noms - Prénoms Venant de
BRAUN Jacques Commune de Burweiler
Noms - Prénoms Venant de
HAUSER Joseph Commune de Ramberg
Noms - Prénoms Venant de
FISCHER Michel Commune de Peterbaechal (?)
SIMON Jean id
Noms - Prénoms Venant de
ZIMPELMANN Jean Adam Commune de Dernbach
Noms - Prénoms Venant de
FLICK Georges Commune de Capsweyer
Noms - Prénoms Venant de
STEINER Georges Commune de Fischbach
SIMON Jean id
Noms - Prénoms Venant de
BEIWICK Adam Commune de Grosserweiler
Noms - Prénoms Venant de
IMO Michel Commune de Ruppersberg
Noms - Prénoms Venant de
STREHL Laurent Commune de Kirrweiler
SEILER Jacques id
FUCHS Georges Philippe id
DITSCH David id
WALTER Georges id
DITSCH Henri id
WOLF Frédéric id
BOB Georges Frédéric id
MAURER Gaspard id
HOLLAENDER Adam id
REUSCH Jacques id
Noms - Prénoms Venant de
MUTH Jean Georges Commune de Ottersheim
DOERZAPF André id
KOPF Sébastien id
STOERRER Rodolphe id
FRANCK André id
ROBERTUS Juste id
STOERRER Valentin id
DOERZAPF André id
DOERZAPF Sébastien id
WEBER Nicolas id
JAECKEL Sébastien id
Noms - Prénoms Venant de
PFEIFFER Jean Commune de Fischbach
SCHAEFER Nicolas id
Noms - Prénoms Venant de
SCHWEITZER Conrad Commune de Rulzheim
Noms - Prénoms Venant de
FISCHER Martin Commune de Oberrotterbach
BARTH Georges id
ZAHNBRECHER Antoine id
Noms - Prénoms Venant de
WEINMÜLLER Jean Pierre Commune de Godramstein
Noms - Prénoms Venant de
BOCK Etienne Commune de Gosserweiler
Noms - Prénoms Venant de
BEYERLE Maximilien Joseph Commune de Annweiler
Noms - Prénoms Venant de
NICOLLE Thomas Commune de Schwabach
Noms - Prénoms Venant de
MENGES Jacques Commune de Hirshshal
WUCHER Jean id
Noms - Prénoms Venant de
FERNES Paul Commune de Bellheim
Noms - Prénoms Venant de
HARTMANN Daniel Commune de Dernbach
ACKERMANN Jacques id
WADLINGER Mathieu id
Noms - Prénoms Venant de
RAPP Vendelin Commune de Hatzenbühl
Noms - Prénoms Venant de
LAUX Valentin Commune de Hainfeld
Noms - Prénoms Venant de
WEINACHT Guillaume Commune de Otterstadt
Noms - Prénoms Venant de
EICHENLAUB Christophe Commune de Herxheim
EICHENLAUB Ferdinand id
Noms - Prénoms Venant de
STRIBEL Louis Commune de Rechtenbach
Noms - Prénoms Venant de
BREIHOF Charles Commune de Schallodenbach
Noms - Prénoms Venant de
APFFEL Philippe Ville de Wissembourg
BOULAND Auguste id
Noms - Prénoms Venant de
MÜLLER Ulric, maçon Commune de Moersch (Bade) (transmettre le permis à Wissembourg)
  • Balthasar QUATI
Une autorisation de passage gratuit en Algérie, du 22/10/1845, comme rationnaire, de Toulon à Alger, pour le sieur QUATI Balthasar, de Bade, jardinier à Strasbourg.
  • Georges HAUSELMANN
Une autorisation de passage gratuit en Algérie, du 27/10/1845, comme rationnaire, de Toulon à Alger, pour le sieur HAUSELMANN Georges, de la Bavière, laboureur à Strasbourg, avec sa fiancée.
  • Transmission d'autorisations de passage gratuit en Algérie
"...de vous transmettre des autorisations de passage gratuit pour l'Algérie, accordées à des étrangers de la Bavière Rhénane. Veuillez prévenir les Maires de Wissembourg et de Weiler que ces permis d'embarquement devront être retirés dans vos bureaux par les individus qu'ils concernent, et par aucune autre personne. Ces étrangers s'adresseront ensuite à la Mairie de Wissembourg pour obtenir des passeports d'indigent. Agréez..."
(pas de noms indiqués).
  • Joseph FINCK
Lettre du 29/10/1845 de la Préfecture (destinataire non précisé)
"Monsieur et cher collègue. J'ai l'honneur de vous faire parvenir un permis de passage gratuit en Algérie concernant le nommé FINCK Joseph, de la Bavière. Je vous prie de lui remettre lorsqu'il se présentera à vos bureaux. Signé : illisible".
  • Etat nominatif du 04/11/1845, établi par la Mairie de Wissembourg
Etat des habitants de la Bavière Rhénane qui ont demandé des autorisations de passage gratuit en Algérie. En marge : "Transmis à Paris le 7 novembre".
Noms - Prénoms Venant de
DURR Barthélémy Commune de Bergraben
KUSSLER Nicolas Commune de Leinsweiler
KNOLL Nicolas id
BOCK Léonard Commune de Saint-Martin
ROTH Jacques id
ABRIS Mathieu id
ASCHBACHER Jean Georges Commune de Schweighoffen
RAPP Jean Adam Commune de Katzenbühl
VESSWEIN Georges Joseph Commune de Bellheim
STUTTER Sébastien Commune de Niederschlettenbach
METZ Michel id
KLINZBOECKEL Pierre id
KLINZBOECKEL Michel id
ROTH Frédéric Jacques id
SCHEDELBAUER .. Commune de Eschbach
MANDERSCHEID Philippe Jacques Commune de Niederosserbach
ARNO Conrad id
WEILLER Jean Adam Commune de Herxheim
NIEBLING Michel id
JOACHIM Pierre Commune de Albersweiler
GRISEMER Jacques Commune de Steinfeld
KUHN Joseph Commune de Annweiler
STARK Michel Commune de Capsweyer
GOERING Jean Nicolas de Edenkoben (?)
MARBACH Philippe Jacques id
IRIAN Jean Nicolas id
KROPFINGER Gaspard Commune de Steinfeld
THIERY Georges Commune de Wenningen
  • Transmission de 34 permis de passage gratuit en Algérie pour des familles des Provinces Rhénanes
Noms - Prénoms Profession Venant
BRAUN Jean Laboureur de la Bavière
PAHLE Georges id id
DECK Jean Jacques id id
KUHM Jean id id
EMLING Jean Philippe id id
HASLACHER Jean Georges id id
NETT Michel id id
WOLF Jean id id
MOHR Jean id id
BETSCH Valentin id id
KUNZ André id id
KERTH Pierre id id
WEBER Jean Georges id id
DENK Joseph id id
GALL André id id
SCHEIBER Valentin id id
BUTZ Velentin Menuisier id
BURCH Valentin Laboureur id
STEIN Jean Georges id id
ZIMMERMANN id du duché de Bade
SCHROEDER Georges Adam id id
BAUER Christophe id id
FEISEL Conrad id id
SCHMEDDING François id id
veuve PFLEGER id id
MAYER Menuisier id
HEISS Georges Laboureur id
ERWALD Michel id id
SCHMITT Adam id id
GUTTFLEISCH Henri id id
SCHEHRER id id
HESCH Adam id id
PANNENSCHLAG Jean Jacques id id
SCHUCH Christophe id id

Ils se rendent en Algérie comme ouvriers. "Veuillez faire remettre à ces étrangers les autorisations ci-jointes et les prévenir qu'à leur arrivée à Alger, ils devront se présenter à Mr. le Directeur de l'Intérieur, qui est prévenu de leur départ". Ce fonctionnaire les recommandera au bureau de placement des ouvriers pour qu'il leur soit procuré du travail le plus tôt possible, et portera sur l'état de peuplement des villages à créer ceux d'entre-eux qui justifieront de ressources suffisantes pour devenir concessionnaires..."

  • Sébastien STUTTER
Lettre du 12/11/1845, du Préfet au Ministre de la Guerre :
"STUTTER Sébastien, maître menuisier et conseiller municipal à Niederschlettenbach (Bavière Rhénane) a sollicité en août dernier l'autorisation de se rendre en Algérie avec sa femme et 5 enfants âgés de 17, 10, 8, 5 et 1 an. Le bourgmestre de la dite commune vient de me faire connaître que cet individu a déjà vendu tout son mobilier pour 400 francs, dans l'espoir d'obtenir bientôt un passeport pour l'Algérie, et se trouve privé de logement. Je prie V.E. d'accorder le plut tôt possible au sieur STUTTER l'autorisation de passage gratuit pour l'Algérie".
En marge : "le 27 novembre transmis au sous-Préfet de Wissembourg le permis d'embarquement".
Joint au document (sur papier libre) : "STUTTER Sébastien, menuisier à Niederschlettenbach, 49 ans, sa femme 34. Sa fille 17, son fils 10, Jean 8, Bernard 1. Emporte 400 francs. Demande déposée en août à la sous-Préfecture de Wissembourg. Une 2e demande envoyée par le Maire de Weiler".
(voir plus bas, au 25/11/1845).
  • Remarque du Maire de Wissembourg au Préfet du Bas-Rhin
Lettre du 15/11/1845, du Maire de Wissembourg au Préfet :
"Monsieur le Préfet. Toutes les demandes que j'ai au l'honneur de Vous transmettre pour obtention d'autorisations de passage gratuit en Algérie en faveur d'individus, soit de cette ville, soit de communes limitrophes de la Bavière Rhénane, étant restées jusqu'ici sans résultat, je me vois journellement obsédé par ces individus qui, pour la plupart, et malgré les recommandations que je leur avait faites à cet égard, ont fait argent de tout leur avoir et ont ainsi désorganisé leur ménage, dans l'espoir devenu trop vif de recevoir d'un jour à l'autre la pièce nécessaire pour se mettre en route".
"Cet état de choses menace de plonger beaucoup de ces familles dans la misère et je crois ainsi de mon devoir de Vous prier de vouloir bien avoir l'obligeance de me faire connaître si, par une mesure générale, Monsieur le Ministre de la Guerre désire qu'on ne propose plus d'émigrants pour recevoir le passeport gratuit, afin que ceux qui se présentés (sic) puissent renoncer définitivement à l'espoir qu'ils nourrissent, ou, dans le cas contraire, de vouloir bien faire accélérer la délivrance du permis de passage gratuit. Le Maire. Signé : Anselmann".
En marge, au crayon : "Le 17 novembre, répondre verbalement à Monsieur Anselmann".
  • Nicolas ROSSNAGEL
Un passeport gratuit, du 18/11/1845, valable pour un an, délivré par le Maire de Strasbourg, pour Alger, concernant le nommé ROSSNAGEL Nicolas, avec sa femme et 2 enfants, cultivateur, natif de Schönau (Bade), délivré sur autorisation ministérielle - n°762.
Age 24 ans, taille 1m70, cheveux blonds, front couvert, sourcils blonds, yeux bleus, nez pointu, bouche petite, barbe.. (rien), menton, visage ovales, teint sain. Signes particuliers : néant. (le porteur à signé). Au dos : "Le Préfet accorde le secours de route jusqu'à Toulon pour 4 personnes. Le 19 novembre 1845".
  • Philippe DINGLER
Il va en Algérie, en revient, puis y repart, comme semblent l'indiquer deux documents :
1°- Un "passe-port" gratuit du 19/11/1845, délivré par le Maire de Strasbourg, de Strasbourg à Alger pour DINGLER Philippe, avec sa fiancée et un enfant, profession de cultivateur, natif de Rheinbischoffsheim (Bade), y demeurant. Délivré sur autorisation ministérielle.
Agé de 33 ans, 1m72, cheveux châtains, front ordinaire, sourcils châtains, yeux gris bruns, nez fort, bouche petite, barbe brune, menton rond, visage rond, teint sain. Signes particuliers : néant.
Itinéraire : L'Isle, Baume, Besançon (04/12/1845), Villefranche (10/12), Lyon (11/12), Avignon (13/12), Orgon (14/12).
"Vu pour Toulon. Alger le 22/06/1846. Le commissaire en chef (signé illisible)".
"Vu pour Strasbourg, et de là pour le duché de Bade. En vertu de l'autorisation spéciale de Mr. le Ministre de l'Intérieur... l'indemnité de route pour 3 personnes est accordée au sieur DINGLER, venant d'Alger, avec sa femme et un enfant".
Au dos, toujours sur le passeport : "... (un mot) le 24/06/1846. Le sous-Préfet. Toulon (25/06/1846), Lambesc (27/06/1846), Orgon (28/06), Orange (28/06), Pierrelatte (29/06), Vienne (03/07), Villefranche (04/07), Lyon (04/07), Mâcon (05/07), Seurre (06/07), Dôle (07/07), Saint-Vit (07/07), Besançon (08/07), Baume (09/07), L'Isle (09/07), Belfort (10/07).
2°- Joint au document : une autorisation de passage gratuit en Algérie, datée du 12/10/1846, de Marseille à Oran, sur un bâtiment de la Compagnie Bazin pour le sieur DINGLER Philippe, cultivateur, sa femme, Madeleine ZIMMER, et de leur enfant.
  • Louis STUBEL
Brouillon de lettre, du 22/11/1845, du Préfet au Ministre de la Guerre :
"Le sieur STUBEL Louis, cultivateur, de la Bavière Rhénane, a sollicité il y a environ deux mois l'autorisation de passage gratuit en Algérie, pour lui, sa femme et ses deux enfants, âgés de 5 et de 3 ans. Cet étranger a quitté son pays après avoir vendu ce qu'il possédait et se trouve à Strasbourg dans le plus grand embarras. Comme il possède encore onze cent francs, je prie V.E. de lui accorder le plus promptement possible le permis d'embarquement qu'il attend pour continuer sa route".
En haut, mot (non daté) du Maire au Préfet : "STUBEL Louis, cultivateur à Rechsenbach, a demandé le passage gratuit pour l'Algérie, mais ne l'a pas obtenu. Il a vendu tout son avoir et se trouve dans le plus grand embarras".
  • Transmission de 14 autorisations de passage gratuit en Algérie pour des chefs de familles allemands

"Veuillez...".

Noms - Prénoms Professions Venant
ISSLER Martin Laboureur de la Bavière
SCHLINDWEIN Michel id id
SCHLINDWEIN Louis id id
HANCK Georges id id
BARDENSTEIN Guillaume id id
HANCK Philippe id id
SCHUSCHU Philippe id id
KUNTZ Mathieu id id
SITTER Michel id id
BOLZ Salomon id id
WAGNER Philippe id du Grand duché de Hesse
HOEFLICH Nicolas id id
SCHAEFFER Gaspart id id
LIBONER Adam id id
  • Transmission de 17 autorisations de passage gratuit en Algérie pour 17 chefs de familles allemands
"Veuillez... Le sieur SUTTER est l'individu dont vous m'avez rappelé la demande par votre lettre du 12 de ce mois, en m'annonçant que le bourgmestre de la commune vous avait fait savoir qu'il avait vendu tout son mobilier, dans l'espoir d'obtenir rapidement le permis de passage".
En marge, devant ce paragraphe : "Ecrit le 27 novembre au sous-Préfet en lui transmettant l'autorisation".
Noms - Prénoms Professions Venant
KLOEPFFER Georges Chrétien Laboureur de la Bavière Rhénane
GIB Georges Pierre id id
KLAER Jean Louis id id
RAAB Christophe Laboureur, tonnelier id
BECHTEL Daniel Laboureur id
WOEFF (WOLFF) Jean Valentin id id
FETH Jean Maçon id
BEINER Christophe Laboureur id
REICHLING Conrad Charpentier, laboureur id
DAMIAN Georges Jacques Laboureur id
GREINER Jacques id id
KOENIG Mathieu id id
SENN Jacques id id
FREVELE André id de la Hesse
THOMAS Pierre id id
HUBERT Georges id id
STUTTER Sébastien Menuisier à Niederschlettenbach
  • Lettre du 27/11/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin.
"... le 29 octobre dernier vous m'avez transmis de la part de Monsieur le Maire de la commune de Weiler, une liste de chefs de familles de la Bavière Rhénane, qui rappellent les demandes de passage en Algérie qu'ils m'ont adressées précédemment".
"D'autres habitants de la même province m'ont écrit de Strasbourg pour le même sujet, ce sont les sieurs : ""
- CHRIST Henri - SCHROTH Georges - KUHN Adam - SCHWAHN Jean-Baptiste - MULLER Henri - RIEDER Henri - KRAEMER Casimir - NUBER Jean Michel et EWALD Georges.
Veuillez faire savoir à ces étrangers que le grand nombre de demandes de passage qui me sont adressées journellement ne permet pas d'admettre immédiatement tous les pétitionnaires. Il est nécessairement fait un choix, et des permis sont accordés aux familles qui se trouvent dans les meilleures conditions, soit sous le rapport des ressources pécuniaires, soit sous celui de l'âge des enfants.
Celles qui ne sont pas admises, quant à présent, pourront l'être plus tard, au fur et à mesure des progrès de la colonisation. Mais jusqu'à ce qu'elles aient reçu l'autorisation de passage, elles ne doivent point vendre leurs propriétés, ni faire leurs préparatifs de départ.
Je vous prie de faire connaître ces dispositions à MM. les Maires des communes frontières, afin qu'ils en instruisent les étrangers qui leur adresseront à l'avenir des demandes de passage en Algérie. Recevez....
  • Henri SPRINGMANN
Papier libre (non daté, mais transmis le 29/11/1845). Pétition du sieur DROESTER, restaurateur à Strasbourg, rue de l'Ail n°22, adressé au Maire de Constantine au sujet de Henri SPRINGMANN, menuisier, du Hanovre. En-dessous : "Transmis le 29 novembre au Directeur de l'Intérieur à Alger". Sans autres renseignements ni précisions.
  • Jean BARCHET
Une autorisation de passage gratuit en Algérie, du 03/12/1845, concernant le sieur BARCHET Jean, de la Bavière, cantonnier à Strasbourg, avec sa femme et 4 enfants.
En haut du document : "Permis et passeport à remettre à la femme du sous nommé, lequel est parti seul à ses frais, le 08/01/1846; sa femme émigrera plus tard avec les enfants".
Papier libre, collé au document : '"Le 13 janvier (1846), le sieur BARCHET s'est présenté à nouveau à la Préfecture, mais il n'était muni d'aucun titre. L'ayant invité à se procurer un passeport national, il est reparti et n'a plus reparu".
  • Talon de passeport, du 05/12/1845
Concernant : CHRIST Henri, sa femme et 4 enfants, menuisier, natif de Kallstadt (Bavière) et allant à Alger.
30 ans, 1m66, cheveux roux, sourcils roux, nez gros, barbe.. (rien), visage ovale, front moyen, yeux gris, bouche moyenne, menton rond, teint coloré.
  • Lettre du 06/12/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin
Transmettant 18 permis de passage gratuit en Algérie pour des chefs de familles des Provinces Rhénanes (le Ministre annonce 18 permis... mais ne figurent que 17 noms !). "Veuillez... ".
Noms - Prénoms Professions Venant
HANCK André Laboureur de la Bavière Rhénane
SCHNEIDER François Joseph id id
DEPPORT Georges id id
ZIMMERMANN Jean id id
DOERRZAPF André id id
WEBER Nicolas id id
PFALTZGRAFF André id id
WALTHER Jean Georges id id
STOERTZER Valentin id id
RIEGER Georges id id
JOLD Jean id id
BARCHET Jean Charpentier id
SCHAEFER Jean Laboureur du duché de Hesse
LEHNART Nicolas Charpentier du duché de Bade
BOESCHER Michel Charpentier et maçon id
GRIMM Martin Laboureur id
GRIMM Georges Menuisier id
  • Boniface METZINGER
Un passeport gratuit du 06/12/1845, valable pour un an, délivré par le Maire de Strasbourg pour Alger (Afrique Française), concernant le sieur Boniface METZINGER, avec sa fiancée, cultivateur, natif de Bodernweyer (Bade) et y demeurant. Délivré sur autorisation ministérielle.
Age 36 ans, taille 1m75, cheveux châtains, front élevé, sourcils châtains, yeux gris, nez pointu, bouche moyenne, barbe brune, mention et visage ronds, teint sain. Signes particuliers : néant. Le porteur a signé.
  • André BIELER
Lettre du 12/12/1845, du Préfet au Ministre de la Guerre.
André BIELER, de Wagenschwend (?), Bade, 26 ans, célibataire, menuisier à Strasbourg, sollicite l'autorisation de se rendre gratuitement en Algérie.
"Cet ouvrier étant porteur de papiers réguliers, et ayant une somme de 460 francs à sa disposition, je prie V.E. de lui accorder un permis de passage gratuit en Algérie".
  • Nicolas MOLLAT
Lettre du 16/12/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin.
Le sieur MOLLAT Nicolas, laboureur, du duché de Hesse, l'a relancé pour sa demande de passage gratuit en Algérie, adressée le 4 octobre dernier.
"Le bas-âge de ses enfants et la faiblesse de ses ressources pécuniaires font que la demande d'autorisation est refusée actuellement".
  • Lettre du 24/12/1845, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin
Transmettant 7 autorisations de passage gratuit en Algérie, de Marseille à Stora, port de Philippeville, pour un même nombre de familles de la Hesse et du Grand duché de Bade. En marge : "Ils pourront être placés à Guelma".
Noms - Prénoms Venant
ZIEGLER Pierre du Grand duché de Bade
DIETRICH Philippe id
HEGER Philippe id
SCHUSTER id
MUNZENBERGER Charles id
SCHAAL Grand duché de Hesse
OLLENSCHAEGER id

"... à leur arrivée à Philippeville, ils devront se présenter devant Mr. le sous-Directeur de l'Intérieur. Ce fonctionnaire les remettra à la disposition de l'autorité militaire qui les fera diriger sur la ville de Guelma où il leur sera concédé des lots de terres à bâtir et à cultiver, d'une étendue proportionnée aux moyens d'exploitation dont chacun d'eux justifiera"
"Je vous prie de les faire prévenir, afin qu'ils ne séjournent pas trop à Marseille, et qu'ils arrivent dans cette ville quelques jours seulement avant l'embarquement, que le paquebot de Stora part les 8 et 28 de chaque mois. Ils devront à leur arrivée se faire inscrire chez Mr. l'Intendant militaire. Veuillez...".


1846, 1er semestre

  • Jean BARCHET
Un passeport du 08/01/1846, signé par le Maire de Strasbourg, de Strasbourg à Alger, concernant le sieur BARCHET Jean, cantonnier, natif de Spire (Bavière), demeurant à Strasbourg, avec sa femme et 4 enfants
Agé de 30 ans, 1m67, cheveux châtains, front large, sourcils châtains, yeux bleus, nez moyen, bouche moyenne, barbe châtain, menton rond, visage ovale, teint sain. Signes particuliers : néant.

(voir plus haut).

  • Transmission de 8 permis de passage gratuit pour des familles allemandes
Lettre du 19/01/1846, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant 8 permis de passage gratuit en Algérie, de Marseille à Stora, port de Philippeville, pour des chefs de familles des provinces rhénanes.
Noms - Prénoms Professions Venant
FEUERSTEIN Laboureur du duché de Bade
STAUB Jacques Cloutier id
SCHMITT Michel Laboureur id
DILLINGER Daniel id id
SEITZ Jean id du duché de Hesse
WADSTEL Jean id id
MARTERN Valentin id id
REINHARD Georges id id

"Veuillez..., et si le sieur "SEIK" (SEITZ), qui annonce posséder 6.000 francs peut en justifier, il sera porté comme concessionnaire sur l'état de peuplement d'un des centres en cours d'établissement dans la province de Constantine. Recevez... ".

  • Etat nominatif du 23/01/1846, établi par le Maire de Weiler (Bas-Rhin)
des individus Bavarois qui demandent un permis de passage gratuit en Algérie, conformément à la circulaire de Monsieur le Ministre de l'Intérieur du 30 août 1838, et à celle de Monsieur le Ministre de la Guerre du 29 octobre suivant :
Noms, prénoms, âge et domicile Professions Epouses Enfants Observations
1- BUSCH Frédéric J. de Trippstadt, 28 ans Cultivateur BECKART Charlotte, 27 ans Frédéric Jacques (7 ans), Catherine (5), Henri (3), Ferdinand (10 mois) Les 2 chefs sont les seuls en état de travailler. Ils disposent d'une somme de 100 florins.
2- BECKER Georges Frédéric, du même lieu, 36 ans Maçon SEIBERT Marguerite, 31 ans Elisa Barbe (5 ans 1/2) Les 2 chefs en état de travailler. Disposent de 200 florins.
3- HOLL Charles, du même lieu, 30 ans Journalier IMHOFF Barbe, 38 ans Jacques (14 ans), Charles (4), Madelaine (2) 3 personnes sont en état de travailler. Disposent de 150 florins.
4- HELLMER Geoffroi, du même lieu, 37 ans Maçon et tailleur de pierres FRÖLICH Madeleine, 34 ans Emilie (13 ans), Henri (10), Marie Thérèse (8), Hermann (4) Quatre personnes de cette famille sont en état de travailler, laquelle dispose d'une somme de 1.800 florins.
5- NIKOLA Joseph, de Fraukmeck (?), 35 ans Cultivateur MÜLLER Barbe, 34 ans Joseph (7 ans) L'homme et la femme en état de travailler. Dispose de 300 florins.
6- LAENGER Adam, du même lieu, 31 ans Cultivateur HELLERIEGEL Catherine, 26 ans Catherine (1 an 1/2) Même observation. Dispose de 300 florins.
7- KNOLL Frédérique, veuve de Jean WILLHAUER, de Gimmeldingen, 46 ans Tailleurs de pierres (les 3 fils) François (21 ans), Chrétien (18), Louis (15) La veuve et ses trois fils, qui exerçent l'état de tailleur de pierres, sont très capables. Ils disposent de 400 florins.
8- MÜLLER Charlet, d'Otterstadt, 45 ans Maçon et tailleur de pierres HAFNER Marie Anne, 46 ans Françoise, sa fille, 15 ans, et Appolonie, sa belle-soeur Sont tous en état de travailler. Ils disposent de 400 florins.
9- HEINTZ Adam, de Gimmeldingen, 53 ans Vigneron et tonnelier RIESS Elisabeth, 52 ans Philippe (30 ans), Christophe (23), Jacques (18) Sont tous en état de travailler, et disposent de 500 florins.
10- FRANTZ Adalber, de Merlen, 26 ans Garçon cultivateur célibataire A travaillé à Wissembourg.

Total : 40. nb : le numéro 1 est barré et noté : "Refusé".

  • Etat nominatif du 11/02/1846, commune de Weiler

Etat nominatif des individus Bavarois qui demandent le passage gratuit pour l'Algérie, conformément à la circulaire de Monsieur le Ministre de l'Intérieur du 30 août 1838 et autres.
En haut, en travers : "Transmis le 12 février au Ministre".

Noms, prénoms, domicile et âge Professions Epouses Enfants Nombre de personnes Observations
1- JUNG Jacques, de Trippstadt, 44 ans Laboureur HIMHOFF Elise, 40 ans Jeanne Catherine (20 ans), Henri (16), Madeleine (15), Daniel (13), Jacques (11), Anne Marie (10), Frédéric (8), Elise (6) 10 Cette famille dispose de 8.000 francs.
2- KALHUBACH Jean Philippe, du même lieu, 37 ans Journalier KNECHT Anne Marie 37 ans Charles (6 ans), Catherine (5), Pierre (2) 5
3- STILL Jacques, du même lieu, 50 ans Journalier HUBER Marguerite, 39 ans Catherine (16 ans), Louis (14), Marguerite (11), Madeleine (7), Mathieu (4) 7 Cette famille dispose de 1.000 francs.
4- GERBER Thiébaut, du même lieu, 38 ans Cordonnier HUMMEL Eve, 34 ans Henri (11 ans), Marie Anne (7), Anne Marie (4), Pierre (1 an) 6 Dispose de 100 florins.
5- LENHARDT André, du même lieu, 54 ans Journalier LOHR Elise, 49 ans Joseph (34 ans), Georges (22), Barbe (20), Marguerite (17), Charles (13), Nicolas (10) 8 A 300 florins à sa disposition.
6- FUCHS Jean Pierre, du même lieu, 45 ans Charron Marguerite (10 ans), Jean Georges (10), Catherine (8), ses enfants 4 Dispose de 500 florins.
7- GEIBEL Adam, du même lieu, 42 ans Journalier MALEK Elise, 41 ans Charles (4 ans) 3 Dispose de 500 florins.
8- JAEGER Nicolas, de Kittersberg, 43 ans Journalier ERCKER Marguerite, 33 ans Marguerite (13 ans), Philippe (4) 5 Dispose de 1.000 florins.

Total : 48. Certifié véritable par le Maire soussigné. A Weiller le 11 février 1846. Signé : Bastian.

  • Problème diplomatique
1°- Lettre du 14/02/1846, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin :
Le 5 du mois, le Ministre des Affaires Etrangères a transmis au Ministre de la Guerre la copie légalisée de deux procès-verbaux concernant la déposition de trois habitants du Grand duché de Hesse, nommés HECKMANN, WERNER et GALETTI, et quatre lettres jointes au procès-verbal n°2.
"Ces pièces que je vous envoie en communication lui ont été adressées par le Gouvernement Hessois qui désire savoir si les personnes de Strasbourg auteurs des lettres 1, 2 et 3, ont été autorisées à lui écrire. Le Département de la Guerre s'est toujours refusé à reconnaître et à accréditer des agents pour le recrutement des émigrans (sic), et il a constamment fait connaître que les demandes des étrangers devaient lui être transmises par la voie diplomatique ou par MM. les Préfets des départements frontière.
Les personnes dont il est question ici n'ont donc nullement été autorisées à agir comme elles l'ont fait.
En marge : Mr. le Maire de Strasbourg est prié de fournir les renseignements demandés par le Ministre. Strasbourg, le 16 février 1846. Le Préfet.
2°- Brouillon de lettre d'avril 1846 du Préfet au Ministre de la Guerre :
J'ai l'honneur de vous transmettre les explications fournies par le Maire de Strasbourg, au sujet de trois lettres qu'il a adressées au sieur GALETTI de la Hesse, relativement aux émigrations pour l'Algérie, et que le Gouvernement Hessois à communiquées à V.E.
Les pièces prouvent que la Mairie de cette ville s'est bornée à fournir les renseignements qu'on lui demandait et n'a nullement cherché à recruter des émigrants étrangers.
  • Transmission de 11 permis de passage gratuit pour des familles du duché de Bade
Lettre du 28/02/1846, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant des permis de passage gratuit, de Marseille à Oran, pour 11 chefs de familles du duché de Bade, dont vous m'avez transmis les demandes au mois de décembre dernier.
NOMS - Prénoms Professions
SCHULTZ Jacques Laboureur
LUICK Valentin id
ERLES Jean id
HENRIKUS François id
STATSMAN Gaspard id
GABEL Georges id
WERNER Jean id
SCHMITT Michel id
PFEFFER Guillaume Charron
FLECKENSTEIN Charles Laboureur
WALCH André id

"... qu'à leur arrivée à Oran ils devront se présenter devant le sous-Directeur de l'Intérieur. Ce fonctionnaire les recommandera au bureau de placement des ouvriers pour qu'il leur soit procuré du travail le plus tôt possible, et portera sur l'état de peuplement d'un des centres de population en cours d'établissement dans les environs de la ville d'Oran, ceux qui justifieront de ressources suffisantes pour devenir concessionnaires..."

  • Gaspard FESTOR
Lettre du 07/03/1846 du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant une autorisation de passage gratuit en Algérie, de Marseille à Oran, pour "le sieur FESTOR Gaspard et sa famille, boulanger et cultivateur à Saint-Nicolas, municipalité de Ludweiler, Cercle de Sarrebrück, régence de Trèves (Prusse Rhénane)".
Il a des enfants en âge de travailler. S'il a les ressources suffisantes, il pourra être concessionnaire aux environs d'Oran,tels que Misserghin ou Sidi-Chami.
nb : le Préfet avait transmis 14 autres demandes, qui sont refusées "vu la faiblesse de leurs ressources pécuniaires et le grand nombre de leurs enfants en bas-âge".
  • Christophe WEBER et Bernard EMMERLING
Bordereau d'envoi du 06/04/1846, du Préfet au Ministre de la Guerre, transmettant avec avis favorable les demandes pour WEBER Christophe et EMMERLING Bernard, de Kaiserslautern, avec documents joints (en allemand) précisant :
- Magdalena JUNG, femme de Christophe WEBER et leurs enfants :
. Margharetha née à Kaiserslaitern le 27/01/1835,
. Barbara née au même lieu le ?/11/1837,
. Friedrich né au même lieu le 14/03/1842,
. Magdalena née au même lieu le 27/10/1844.
Le second document (difficilement déchiffrable) précise que Bernard EMMERLING à 29 ans et deux enfants de 3 ans 1/2 et un an.
  • Transmission de 10 permis de passage gratuit pour des chefs de familles des provinces rhénanes
Lettre du 10/04/1846, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant des permis de passage gratuit, de Marseille à Oran, pour 10 chefs de familles des Provinces Rhénanes, "qui sont venus à Strasbourg" et dont les demandes lui ont été transmises les 27 janvier et 8 février dernier :"
Noms - Prénoms Professions Venant
HELLMER Geoffroi maçon de Trippstadt
RANG Pierre Bûcheron id
BECHTEL Jean Daniel Jardinier id
ADLER Antoine Laboureur id
RENJER Michel id id
veuve HOHR Eve id
TRANSIER (?) N. Laboureur id
ZIMMERMANN Michel du Grand duché de Bade
BULLER François Laboureur id
BITSCH (François) Adam id id
  • Jean Nicolas BAUER et Frédéric REISS
Brouillon de lettre du 17/04/1846, du Préfet du Ministre de la Guerre, concernant :
1°- Demande de permis de passage gratuit en Algérie "pour le nommé BAUER Jean Nicolas, âgé de 16 ans, originaire du Grand duché de Bade, qui désire rejoindre ses parents établie à Guelma (Algérie). Il transmet un certificat délivré par le commandant de la place de Guelma au père du jeune homme (vir ci-après).
2°- Transmission d'une demande de passage gratuit pour le sieur REISS Frédéric, de Traenheim, pour lui et sa famille.
En marge : "Le 4 mai transmis un rappel du Ministre de la Guerre".
Le 04/05/1846, le Ministre de la Guerre transmet au Préfet l'autorisation de passage gratuit pour REISS Frédéric.
  • Nicolas BAUER
Lettre du 27/04/1846, du Préfet au Ministre de la Guerre :
"Le 17 de ce mois, j'ai eu l'honneur de vous adresser une demande d'autorisation de passage gratuit en Algérie en faveur du jeune BAUER Nicolas, âgé de 16 ans 1/2, garçon laboureur, originaire de Heidelberg (Grand duché de Bade), qui désire aller rejoindre son père et sa mère à Ghelma, province de Constantine"
"Ce jeune homme se trouvant à Strasbourg sans occupation et ayant épuisé le peu de fonds qu'il avait, je prie V.E. de lui accorder le plus tôt possible un permis d'embarquement. La famille BAUER est recommandée par le commandant de Ghelma".
Le 02/05/1846, le Ministre de la Guerre transmet au Préfet l'autorisation de passage gratuit pour BAUER Nicolas.Le 04/05/1846, le Ministre de la Guerre transmet au Préfet l'autorisation de passage gratuit pour BAUER Nicolas.
  • Permis de passage gratuit en Algérie pour 10 chefs de familles
Lettre du 28/04/1846, de la Légation du Roi à Carlsruhe au Préfet du Bas-Rhin :
"Monsieur le Préfet. Le ministère a transmis à la Légation du Roi à Carlsruhe, les permis de passage en Algérie ci-joints pour 10 chefs de familles qui, dit-il, sont venus à Strasbourg, et dont la Légation aurait transmis les demandes".
"Vérification faite, il paraît que la Légation n'a pas transmis ces demandes, et comme les individus qui les ont faites sont déjà venus à Strasbourg, il est vraisemblable que leurs demandes auront été transmises par la Préfecture".
"Je vous envoie donc, Monsieur le Préfet, ces 10 permis, en vous priant de les faire parvenir à ces chefs de familles et de les informer qu'à leur arrivée à Philippeville ils devront se présenter devant Mr. le sous-Directeur de l'Intérieur, qui les répartira, selon leurs ressources, comme simples ouvriers, ou comme colons concessionnaires... Signé : illisible".
(aucune mention des individus concernés).
  • Jean GATTNER
Lettre du 06/05/1846, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, lui adressant une autorisation de passage gratuit, de Marseille à Alger, "pour le sieur GATTNER Jean et sa mère, de Stockah, Grand duché de Bade. Cet étranger qui est établi en Algérie depuis plusieurs années, est venu en Europe pour chercher sa fille. Il a annoncé qu'il se présenterait dans vos bureaux pour retirer le permis qui lui est destiné..."
En marge : "Remis le permis le 3 juin 1846".
  • Joseph LEPPERT
Une feuille de route, du 10/05/1846, de sous-officier et soldat, concernant LEPPERT Joseph, 1er régiment de la Légion Etrangère, 3e bataillon, grenadier, matricule 2938.
34 ans, 1m76, front couvert, yeux bruns, nez court, bouche moyenne, menton rond, cheveux et sourcils blonds, visage rond.
Fils de Jean Joseph et de Catherine HUBERGEN. Né à Ulm, Grand duché de Bade.
Grenadier porteur de son congé de libération, et embarquant sur le bateau à vapeur "Le Pharamond", partant d'Oran, le 10 mai 1846, pour se rendre à Strasbourg (Bas-Rhin).
Délivré par nous, Lecler, adjoint à l'Intendant militaire. Oran, le 10 mai 1846.. Au dos figurent les différents tampons et cachets jalonnant son itinéraire.
Le 31 mai 1846, à Strasbourg, il touche 2 francs, pour se rendre à Wissembourg, frontière la plus rapprochée de son pays..
  • Georges HARDE
Une feuille de route, du 24/06/1846, de sous-officier et soldat, concernant HARDE Georges, division de Constantine, place de Bône. 2e régiment de la Légion Etrangère, 2e bataillon, 2e compagnie, matricule 2174.
25 ans, 1m670, front plat, yeux châtains, nez petit et court, bouche moyenne, menton rond, cheveux et sourcils châtains, visage ovale.
Fils de feu Balthasar et de feue Catherine SCHILLING. Né à Ingenheim (Bavière).
Fusilier se rendant dans ses foyers, porteur de son congé de libération, partant de Bône le 24 juin au soir pour se rendre à Ingenheim (Bavière).
Délivré par nous, Datas, adjoint de 1ère classe à l'intendant militaire. Bône, le 24 juin 1846.
Arrivé à Philippeville le 25/06/1846. Embarqué à Philippeville pour Alger le 15/07 au matin. Arrivé à Alger le 17/07/1846.
S'embarque pour la France le 02/08/1846. Débarqué à Toulon le 05/08/1846.
Son itinéraire : Cuers, Brignoles, Barjols, Quinson, Valensolle, Les Mées, Sisteron, Serres, La Croix-Haute, Moustier de Clermont, Grenoble, Voiron, Les Abrets, Morestel, Lagnière, Bourg, Saint-Amour, Lons-le-Saulnier, Baume, L'Isle, Belfort, Cernay, Schélestadt, Erstein, Strasbourg. (il passe à Arbois le 23/08 et à Basançon le 24/08).
Il touche 11 francs à Toulon le 5 août 1846, 5 francs à Grenoble (15/08), 2 francs à Bourg (21/08), 3 francs à Lons-le-Saulnier (22/08), 3 francs à Besançon (25/08), 2 francs à Belfort (27/08), 3 francs à Colmar (29/08).
En dessous : Vu bon pour continuation de route sur Wissembourg, frontière la plus rapprochée de la Bavière, pays où se rend le titulaire. Soldé 2 francs jusqu'à destination. La voiture continue jusqu'à Haguenau. Strasbourg, le 30 août 1846. L'adjoint de l'Intendant militaire.
Joint au document : un certificat de visite du chirurgien-major du 2e régiment de la Légion Etrangère, certifiant qu'il n'est atteint "ni de maladie vénérienne ni de gale"

Mais, arrivé à Strasbourg, Georges HARDE va à la Préfecture. Une lettre du 08/09/1846 du Préfet au Ministre de la Guerre, précise que "le nommé HARDE Georges, âgé de 25 ans, natif de la Bavière, qui a servi pendant plusieurs années dans la Légion Etrangère, désire retourner en Algérie comme garçon de labour."

  • Transmission de permis de passage gratuit pour des familles des Provinces Rhénanes
Lettre du 27/06/1846, du Ministre de la Guerre au Préfet, transmettant des permis de passage gratuit, de Marseille à Oran, pour 9 chefs de familles des Provinces Rhénanes (en fait, il n'y a que 8 noms), qui sont venus à Strasbourg et dont vous m'avez transmis les demandes. Ce sont :
Noms - Prénoms Profession Venant
GLASBRENNER Adam Laboureur du Duché de Bade
HEILIG Joseph id id
ROECKEL Mathias id id
SCHNERMANN Pierre id id
BAUER Georges Adam id id
FALSOTT Michel id id
BICKEL Henri Charron, laboureur de la Bavière Rhénane
JUNG Jacques Laboureur id

....

1846, 2e semestre

  • VENDEL Mathéo
Une feuille de route, du 24/07/1846, de sous-officier et soldat, concernant VENDEL Mathéo, grenadier au 2e bataillon de la Légion Etrangère.
Division de Constantine - Place de Bône - 2ème régiment de la Légion Etrangère - 2ème bataillon - Grenadier - Matricule 2121. 41ans, 1m700, front couvert, yeux gris, nez long, bouche grande, menton rond, cheveux et sourcils blonds, visage ovale. Fils de Mathéo et de Marie PERRIEN, né à Passau, Bavière. Grenadier allant en congé, porteur de son acte de libération. Partant de Bône le 24 juillet au soir, pour se rendre à Passau, Bavière. Délivré par nous, Datas, adjoint de 1ère classe à l'intendant militaire, le 24 juillet 1846.
Arrive à Philippeville le 25/7 au matin. Embarqué à Philippeville le 14/8 au matin, pour Marseille. Débarqué à Marseille le 17/8/1846.
Itinéraire : Marseille (touché 4 francs le 17/8) - Aix - Lambesc - Orgon - Avignon (touché 8 f. le 20/8) - Bagnol - St. Andéol - Rochemaure - La Voulte - Tournon - Serrière - Vienne - Lyon (touché 2 f. le 27/8) - Villers - Bourg - St. Amour - Lons.le.Saulnier (touché 2 f. le 29/8, et 3 f. le 31/8) - Arbois - Quingey - Besançon (touché 3 f. le 2/9) - Baume - L'Isle - Belfort (touché 5 f. le 4/9) - Cernay - Colmar - Schélestadt - Erstein - Strasbourg.
Mais Mathéo veut retourner en Algérie. Quelques jours après son arrivée à Strasbourg, il se présente à la préfecture pour en faire part, et :
Lettre du 9/9/1846 du Préfet au Ministre de la Guerre :
"Le nommé "WENDEL" Mathéo, âgé de 41 ans, natif de la Bavière, qui a servi pendant plusieurs années dans la Légion Etrangère, désire retourner en Algérie comme tuilier ou comme journalier. Je prie V.E. d'accorder à cet étranger, qui est très robuste, une autorisation de passage gratuit." Il est reparti en Algérie, mais est décédé peu après :
Acte de décès n° 72, à Philippeville, le 3 avril 1847, WENDEL Mathéo, journalier, 42 ans, né à Passau (Bavière), fils de Mathéo et de Marie PERRIEN, domiciliés à ?? (Bavière). Témoins au décès : G..., secrétaire de la Mairie, 38 ans, et CHERKI Moïse, chaouch, 23 ans, les deux demeurant à Philippeville.
  • RINKENS Nicolas
Une feuille de route du 04/08/1846 de sous-officier et soldat, concernant Nicolas RINKENS. Division de Constantine, place de Bône. 2e régiment de la Légion Etrangère, 3e bataillon, 1ère compagnie, matricule 2331.
36 ans, 1m600, front ordinaire, yeux gris, nez épaté, bouche moyenne, menton rond, cheveux et sourcils châtains clairs, visage ovale.
Fils de feu Jean et de feue Elisabeth KUFFER. Né à Kruckenbach, Bavière.
Fusilier se rendant dans ses foyers, porteur de son acte de libération, partant de Bône le 4 août au soir pour se rendre à Kruckenbach, Bavière. Délivré par nous Datas, adjoint de 1ère classe à l'intendance militaire, le 04/08/1846.
Débarque à Toulon le 10/08/1846. Le 08/09 il est à Strasbourg, et il a le visa pour se rendre à Wissembourg (Bas-Rhin), endroit le plus proche de son but.
Il a reçu un certificat de visite du chirurgien-major de son régiment, certifiant qu'il n'est atteint ni de maladie vénérienne ni de gale.
  • WOLFF Henri Michel
Papier libre (non daté), mais de 1846. Colonisation de l'Algérie. WOLFF Henri Michel, de Mommenheim (Duché de Hesse), 46 ans, sa femme, 39 ans. Enfants : fille (20 ans), garçon (14 ans), garçon (12 ans), garçon (10 ans), enfant (?) 8 ans (noté : restera à Mommenheim""), fille (3 ans), fille (2 ans). Peut disposer de 1.300 francs. Le 19 septembre, écrit en sa faveur au Ministre de la Guerre.
  • STROA Christian
Un passeport à l'intérieur du 03/10/1846, n° 929, délivré par le Maire de Belfort, pour circuler de Belfort à Marseille et de là en Algérie, pour le sieur Christian STROA, accompagné de sa femme, Catherine ELZ, et d'un enfant en bas-âge. Tisserand, natif de Chatausen (Bade) et y demeurant. Délivré sur le dépôt de deux passeports étrangers, qui seront soumis au visa ministériel.
Agé de 29 ans, 1m68, cheveux châtains clairs, yeux bleus, nez moyen, bouche moyenne, barbe blonde, menton rond, visage ovale, teint pâle.
Le Préfet du département du Doubs, considérant que le titulaire du présent déclare avoir été volé et ne pouvoir continuer sa route, accorde le secours de route de 30 centimes par myriamètre, pour trois personnes, au nommé STROA Christian, pour le mettre à même de se rendre à Belfort (Haut-Rhin) avec sa femme et son enfant.
A reçu un permis d'embarquement le 31/10/1846.
  • LUBERGER Nicolas
Une autorisation de passage gratuit en Algérie, du 23/10/1846, de Marseille à Oran, concernant : LUBERGER Nicolas, jardinier, sur un bâtiment de la Compagnie Bazin.
  • GOETZ Jean
Une autorisation de passage gratuit en Algérie, du 27/10/1846, de Marseille à Oran, concernant : GOETZ Jean, tailleur, sur un bâtiment de la Compagnie Bazin.
  • WALTER Adam
Un talon de "passe-port", du 30/10/1846, au nom de WALTER Adam, cultivateur, né à Heimbrunner Hoff, y demeurant, allant à Guelma rejoindre son père qui est parti de Strasbourg le 24/11/1845.
Agé de 23 ans, 1m68, cheveux bruns, nez moyen, visage ovale, front haut, yeux châtains, yeux châtains, bouche moyenne, menton rond, teint ordinaire.
  • FALCK Bernard
Une autorisation de passage gratuit en Algérie, du 02/11/1846, concernant FALCK Bernard, tailleur de pierres et sa femme, de Marseille à Oran, sur un bâtiment de la Compagnie Bazin.
En haut du document : FALCK Bernard a obtenu le secours de route déjà deux fois pour aller et revenir de l'Algérie.
(voir aux 19/09 et 28/10/1845).
  • GROSMANS Frédéric
Un "passe-port" gratuit du 04/11/1846, délivré par le Maire de Strasbourg, pour circuler de Strasbourg à Belfort, concernant le nommé GROSMANS Frédéric, valet de labour, natif de Fürstenau, demeurant en Algérie. Délivré sur feuille de route et autorisation de Mr. le Préfet du Bas-Rhin.
Agé de 24 ans, 1m69, chevaux châtains, front bas, sourcil châtains, yeux gris, nez aquilin, bouche moyenne, barbe naissante, menton rond, visage ovale, teint ordinaire. Signes particuliers : néant.
Au dos : Vu pour Metz. Schlestadt le 16/11/1846. Le commissaire de Police. A reçu le 14/12 un permis d'embarquement pour l'Algérie.
  • GERSTNER Michel
Une autorisation de passage gratuit en Algérie, du 05/11/1846, concernant le sieur GERSTNER Michel, laboureur, et sa fiancée. Natif de Suerbach (Grand duché de Bade), de Marseille à Oran, sur un bâtiment de la Compagnie Bazin. (voir au 23/03/1847).
  • WAGNER Jean et HECKMANN Valentin
Lettre du 12/11/1846, du Préfet du Bas-Rhin au commissaire de police de Haimbrunn (Hesse) :
En réponse à votre lettre du courant par laquelle vous demandez des renseignements sur le résultat de plusieurs demandes de passage gratuit en Algérie qui ont été faites par quelques cultivateurs Hessois, j'ai l'honneur de vous informer que le Ministre n'en a accueillies que deux qui concernent les nommés WAGNER Jean, accompagné de sa femme et de 8 enfants, et HECKMANN Valentin, avec sa femme et 3 enfants. Il est probable que les autres demandes n'ont pas été jusqu'ici susceptibles d'être prises en considération, vu le bas-âge des enfants et leur peu de ressources financières.
Les deux autorisations ci-dessus mentionnées ne seront délivrées aux particuliers que sur la présentation d'un passeport national, ou d'un certificat d'origine, marquant nettement le nombre des personnes dont se composera chaque famille.
  • ANDRESET Jean
Un passeport Suisse, du 26/11/1846, délivré par la police du canton de Fribourg, concernant ANDRESET Jean, originaire de la commune de ...(? illisible)-sur-Morat, en ce canton, y domicilié, laboureur, allant dans la Hollande dans l'intention de prendre du service. Signé par le secrétaire en chef de la Direction de la Police centrale du canton de Fribourg : Antoine Stern.
Taille (mesure de France) 4 pieds 8 pouces, âgé de 27 ans, cheveux châtains, sourcils châtains, barbe châtain, yeux bruns, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, front couvert, visage ovale. Signes particuliers : grêlé de petite vérole.
En bas : N° 1320 - Vu pour légalisation de la signature ci-dessus de Mr. Stern, secrétaire en chef de la Direction de la Police centrale. Fribourg, le 26/11/1846. Le chancelier. Signé : illisible.
Au dos :
N° 1784 - Vu au Consulat général des Pays-Bas en Suisse. Bon pour les états du roi. Berne, le 27/11/1846.
N° 10431 - Geschen in Basel den 1er décembre 1846, nach Basel. Central polizei direction.
N° 17801 - Geschen in Basel den 3 décembre 1846, nach Saint-Louis. Policey direction.
Payé 75 centimes de Schlestadt à Colmar. Le 29/09/1846.
Le Préfet du Bas-Rhin accorde le secours de route au nommé ANDRESET Jean qui retourne dans ses foyers par Bâle. Strasbourg, le 22/12/1846. Pour le Préfet, le Secrétaire général. Signe : illisible
A reçu le 02/01/1847 un permis d'embarquement pour l'Algérie.




1847

  • MOREAU Charles
Lettre du 25/01/1847 du Préfet du Bas-Rhin au Ministre de la Guerre : "... le sieur Charles MOREAU, agriculteur, âgé de 27 ans, natif de Délement (Suisse), demeurant depuis peu de temps à Strasbourg, sollicite une autorisation de passage gratuit pour se rendre en Algérie, avec sa femme âgée de 21 ans".
"Cet étranger étant porteur de papiers réguliers, et n'ayant point d'enfant, je prie V.E. d'accueillir sa demande."
  • STOLL Jean
Lettre du 09/03/1847 du Préfet du Bas-Rhin au Ministre de la Guerre : "... le nommé STOLL Jean, charpentier, célibataire, âgé de 24 ans, originaire du Wurtemberg, demeurant à Strasbourg, sollicite une autorisation de passage gratuit en Algérie."
"Le pétitionnaire étant porteur de papiers réguliers, et possédant des épargnes évaluées à 500 francs, je prie V.E. d'accueillir sa demande."
En marge : "Recommandé par Monsieur d'Harbel."
  • GERSTNER Michel
Un "passe-port"" gratuit, du 23/03/1847, délivré par le Maire de Strasbourg, pour circuler de Strasbourg en Algérie, pour le nommé GERSTNER Michel et sa fiancée, tailleur, natif de Soultzbach (Bade), y demeurant. Délivré sur autorisation ministérielle.
Agé de 36 ans, 1m70, cheveux bruns, front couvert, sourcils bruns, yeux bleus, nez aquilin, bouche moyenne, barbe rousse, menton rond, visage ovale, teint ordinaire. Signes particuliers : néant.
Un papier libre (non daté) avec ce document, et un autre (voir au 05/11/1846) : "L'individu porteur de ces deux pièces n'était pas le nommé GERSTNER pour lequel elles avaient été délivrées. On l'a invité à constater son identité, mais il ne s'est plus présenté."
  • Les nommés FREUND, BOHN(ou BOHM), et HORNER.
Une lettre du 17/04/1847 du Ministre de l'Intérieur, police générale, au Préfet du Bas-Rhin, concernant les nommés FREUND, BOHN (ou BOHM) et HORNER, qui veulent aller en Algérie comme colons. Comme ils ont déjà essuyé un refus du Préfet du Bas-Rhin, le Ministre de l'Intérieur demande s'il doit transmettre leurs demandes au Ministre de la Guerre.
La réponse du Préfet au Ministre de l'Intérieur, le 12/05/1847, précise que "... ces étrangers ont précédemment sollicité des secours de route pour se rendre à Alger, mais leur demande n'a point paru susceptible d'être accueillie, attendu qu'ils ont beaucoup d'enfants et point de ressources pécuniaires."
  • SAMMLER Alexandre
Lettre du 13/07/1847 du Préfet du Bas-Rhin au bourgmestre de Rastatt :
"Le nommé SAMMLER Alexandre, de Rastatt, qui sollicite par votre intermédiaire le permis de passage gratuit en Algérie où il désire se rendre comme journalier, doit produire un certificat de moralité et de bonne conduite, indiquant en outre son âge, sa profession et le montant de ses ressources pécuniaires dont il peut disposer."
Il n'enverra cette pièce qu'au mois de septembre prochain, "car l'émigration en Algérie est suspendue pendant la saison des chaleurs qui pourraient devenir pernicieuses aux personnes non acclimatées. Recevez..."
  • Famille SICHMANN
Lettre du 19/08/1847 du Préfet du Var au Préfet du Bas-Rhin :
"La famille SICHMANN, originaire de Bade, revenant d'Afrique, a été admise le 27 juillet dernier à l'hospice civil de Toulon, en partie comme malade. Sortie le 13 du courant, ils ont pris la route de Strasbourg; arrivés à quelques lieues de Toulon, ils ont délaissé le jeune SICHMANN Frédéric, qui est retourné se faire réintégrer dans l'hospice."
"Conformément aux instructions sur les enfants abandonnés, Mr le Commissaire central de police dressera procès-verbal constatant la disparition des parents et toutes les circonstances qui s'y rattachent."
"Cette famille, composée de quatre membres, a obtenu le 25 juillet dernier des secours de route pour trois personnes. L'abandon du jeune SICHMANN devient une charge onéreuse, soit pour la commune, soit pour le département. J'ai l'honneur de vous soumettre ce fait, pour qu'au passage à Strasbourg de la famille SICHMANN, elle soit mise en demeure de reprendre son enfant. Agréez..."

1848

  • REMER Joseph
Souche de passeport du 10/11/1848, concernant : REMER Joseph, compositeur à l'Imprimerie d'Alger, natif de Offen (Hongrie).
Age 32 ans, taille 1m75, cheveux châtains, sourcils châtains, nez gros, barbe... (rien), visage ovale, front haut, yeux bruns, bouche moyenne, menton rond, teint ordinaire. Signes particuliers : néant.
"Délivré sur le vu de sa nomination."

1849

  • AUER Jean Toscan
Deux documents :

- Lettre du 04/07/1849 du Préfet du Bas-Rhin au Ministre de la Guerre : "Le sieur AUER Jean Toscan, originaire de la Hongrie, sergent libéré de la Légion Etrangère, vient d'être dirigé sur Strasbourg pour retourner dans son pays natal, mais il lui est impossible de traverser l'Allemagne quant à présent. Cet ancien militaire, âgé de 31 ans, se trouvant en cette ville sans moyens d'existence, je vous prie de m'adresser pour lui, le plus tôt possible, une autorisation de passage gratuit en Algérie où il désire retourner comme ouvrier."

- Lettre du 14/07/1849 du Ministre de la Guerre au Préfet. Concernant la demande de Jean AUER : réponse négative, car "d'après l'avis du Gouverneur général de l'Algérie et en raison du grand nombre d'ouvriers inoccupés en Afrique, je n'accorde actuellement d'autorisations d'embarquement qu'aux personnes justifiant d'une manière irréfutable avoir du travail assuré dans la colonie."

  • LOEFFER Adam
Passeport daté du 22/10/1849, délivré par le Commissariat central d'Alger. D'Alger à Toulon pour LOEFFER Adam, lattier, natif de Rodenberg (Allemagne).
Au dos : Vu pour Strasbourg. Toulon, le 29/10/1849. Secours de route pour une personne le 29/10/1849.
Encore au dos, tous les tampons et cachets jalonnant les villes de sa remontée sur Strasbourg, entre le 29/10/1849 et l'arrivée à Strasbourg le 21/11/1849.
Sans autres renseignements.

1850

  • JOLLY Léopold Frédéric
Lettre du 16/07/1850, du Préfet du Bas-Rhin au Ministre de la Guerre :
"J'ai l'honneur de vous transmettre ci-joint la pétition que m'a adressée la dame JOLLY Salomé née FUCHS, demeurant à Bône avec son mari le sieur JOLLY Léopold Frédéric, qui exerce la profession de tailleur."
"Arrivée à Strasbourg au mois de juin dernier pour chercher les deux enfants que les conjoints JOLLY, au moment de leur départ pour l'Afrique, avaient confiés aux soins d'un de leurs parents, cette dame sollicite le passage gratuit à bord d'un bâtiment de l'Etat pour elle et les deux enfants afin de rejoindre son mari à Bône."
"Je vous prie de vouloir bien accueillir la demande de la dame JOLLY et de me faire parvenir le plus tôt possible un permis de passage gratuit en Algérie pour trois personnes."
"Cette dame désire se mettre en route le 1er août prochain."

Nota bene : en fait, c'est probablement par erreur que leur dossier a été classé parmi les ressortissants allemands. Ils étaient Alsaciens, et l'Alsace n'était pas allemande à cette époque. Le mari était originaire de Soultz (Haut-Rhin), et Salomé était née à Strasbourg. Voir la famille.

1851 1er semestre

  • RUPERT Gottlob
Cinq documents :
- Lettre du 06/02/1851 du Préfet du Bas-Rhin au Ministre de la Guerre, qui transmet une lettre du sieur RUPERT Gottlob, de Mundelfingen (Bade), par laquelle il demande divers renseignements concernant la colonisation de l'Algérie. Il adresse également un certificat du conseil municipal de Mundelfingen, qui établit la fortune que possède le sieur RUPERT, et qui indique la composition et l'âge de tous les membres de sa famille.
- Lettre du 03/03/1851 du Ministre de la Guerre au Préfet, concernant le dossier du sieur RUPERT Gottlob, ancien soldat de la Légion Etrangère, qui désire obtenir une concession de terres en Algérie. Il sera traité sur le même pied que les émigrants français, et recevra une concession dont l'étendue sera proportionnée à ses moyens d'actions.
"Quant aux frais que nécessitera son installation, construction de maison, mise en culture des terres, achat de matériel... ils peuvent s'élever à environ 300 francs par hectare, et c'est sur cette base que sera calculée l'importance de la concession dont je suis disposé à lui faciliter la remise, dès qu'il m'aura fait savoir ses intentions définitives à cet égard..."
- Brouillon de lettre, du Préfet au sieur RUPERT Gottlob, demeurant à Mundelfingen (Bade), et reprenant les termes de la lettre ci-dessus.
- Lettre du 12/03/1851, du sieur RUPERT Gottlob au Préfet du Bas-Rhin :
"J'ai reçu la lettre que vous m'avez adressée concernant ma demande d'obtenir la permission pour me coloniser en Algérie. Dans cette lettre se trouvent les mots "quant aux frais que nécessitera l'installation, construction de maison, mise en culture des terres, achat de matériel, ils pourront s'élever à environ 300 francs par hectare".
"Ceci me laisse en incertitude, je voudrais bien savoir les frais que nécessitera la construction de maison, de même que les frais de l'achat de matériel. Car je ne sais pas si les 300 francs se rapportent seulement aux achats des terres par hectare, ou si les autres choses y sont aussi comprises. Je prie d'avoir la bonté de me donner des éclaircissements le plus tôt qu'il sera possible."
"Signé : Rupert Gottlob."
"nb : je vous avez (sic) adressé une lettre sous le 10 mars, je n'avais pas encore reçu vos renseignements."
- Lettre du 31/03/1851, du Préfet au sieur RUPERT Gottlob, qui précise que dans la base de 300 francs par hectare, sont compris dans cette somme les dépenses résultant de la construction de maison, achat de matériel etc... Il précise : "néanmoins il est à remarquer qu'il faut posséder une fortune d'environ 2.000 francs pour obtenir une concession de terrain."
  • HAAG Jean Jacob
Trois documents :
- Certificat du 31/03/1851 du Maire de Mazagran (Oran, Algérie) :
"Nous Maire de Mazagran, certifions à tous qu'il appartiendra que le sieur Jean Jacob HAAG, natif de Kempfeld, Prusse, actuellement colon domicilié à Mazagran, exploite un terrain à lui concédé par l'Administration civile et qu'il a bâti à ses frais une maison dans le village. Certifions en outre qu'il est de bonne vie et moeurs et qu'il n'a jamais donné lieu à aucune plainte sur son compte. Le Maire. Signé : illisible."
"Vu pour légalisation de la signature de Mr CLAUZEL (ou GLAUZEL), Maire de Mazagran. Le sous-Préfet. Signé : illisible."
- Extrait daté du 01/04/1851, du registre des mariages de Mazagran, pour le mariage de :
Jean Jacob HAAG, journalier, domicilié et demeurant à Mazagran, né à Kempfeld (Prusse) le 18 février 1819, fils de Daniel HAAG et de Anna Elisabeth D ...(?), cultivateurs, domiciliés et demeurant à Kempfeld, consentans (sic),
et de : demoiselle Joséphine ARNOLD, sans profession, domiciliée et demeurant également à Mazagran, née le 21 mai 1827 à Dorlisheim, Bas-Rhin, fille mineure du sieur ARNOLD et de dame Marguerite GILLIENBACH.. (un mot), débiteur de boissons, domiciliés et demeurant à Mazagran, présens (sic) et consentans (sic).
Témoins : le sieur ESPIN, maréchal des logis de gendarmerie, 40 ans - Matis FOLMER, maçon, 25ans- Frédéric HATT, brasseur, 35 ans - Jean Baptiste FOURNIER, employé aux subsistances militaires, 31 ans, tous quatre domiciliés et demeurant à Mostaganem et amis des époux.
- Lettre du 24/04/1851 du Préfet d'Oran au Préfet du Bas-Rhin :
"Le sieur HAAG, natif de Kempfeld, Prusse, concessionnaire à Mazagran, a dû rentrer dans son pays pour y régler des affaires de famille, et je lui ai à cet effet accorde un passage gratuit pour la France."
"Je suis informé que la position de concessionnaire n'étant pas suffisamment établie à vos yeux, vous lui avez refusé les facilités qu'il est d'usage d'accorder aux colons appelés en France pour régler des affaires de famille."
"J'ai l'honneur de vous remettre ci-joint,
1- un certificat émanant de Mr le Maire de Mazagran constatant que le sieur HAAG est concessionnaire dans cette commune,
2- l'acte de mariage de ce colon avec une jeune fille de ladite commune.
Je vous prie de vouloir bien accorder au sieur HAAG le secours de route qu'il réclame et de demander pour lui au Ministre de la Guerre un passage gratuit pour son retour dans la colonie. Agréez..."
  • HIRSCH Jules
Un passeport du 15/05/1851, émis par le Maire de Strasbourg, de Strasbourg à Alger, pour le sieur HIRSCH Jules, marchand, natif de Breslau (Prusse), y demeurant. Délivré sur passeport national à retirer au Havre.
Age 38 ans, taille 1m62, cheveux noirs, front large, sourcils noirs, yeux gris, nez fort, bouche moyenne, barbe noire, menton rond, visage ovale, teint sain. Signes particuliers : néant.
Au dos du passeport :
- Vu pour Strasbourg. Marseille le 07/07/1851.
- Vu bon pour retourner directement par Strasbourg, à Breslau (Prusse), son pays natal, avec allocation du secours de route jusqu'à la frontière, que la loi du 13 juin 1790 accorde aux voyageurs indigents. La Mairie de Marseille lui payera le montant de ce secours jusqu'à Avignon. Marseille le 07/07/1851. Le secrétaire général délégué. Signé : illisible.
Les différents tampons et cachets constellant sa route sont apposés au dos, au fur et à mesure de son voyage. Parti de Marseille le 7 juillet, il arrivera à Strasbourg le 24. Il touche en tout, à différentes étapes, environ 30 francs.
Le 27/07/1851 : "A reçu un sauf-conduit le 26 juillet 1851 pour retourner à Breslau."
  • KREPPIN (ou KREPPEN) Jean
Lettre du 30/06/1851, du sieur KREPPIN au Préfet du Bas-Rhin :
"A Monsieur le Préfet du département du Bas-Rhin. Strasbourg, le 30 juin 1851".
"Monsieur le Préfet. A l'honneur de vous exposer très humblement KREPPIN Jean, ancien grenadier au 1er régiment Etranger au service de France suivant son congé et certificat de bonne conduite."
"Sollicite... (un mot) de l'extrême bonté de Monsieur le Préfet à ce qu'il daigne lui accorder un passe-port gratuit pour retourner à Marseille, vu il a laissé son petit mobilier ayant eu l'intention de retourner à Bruchsal dans la ville natale où il espérait faire un petit héritage et ayant appris que la démarche ne servait à rien... (un mot) il sollicite retourner avec son épouse à Marseille et reçevoir de votre bonté un passe-port gratuit. Votre très humble et très obéissant serviteur. Signé : Johann KREPPIN."
En marge : "KREPPEN Jean, de Bruchsal, maçon, 46 ans, libéré en 1842 de la Légion Etrangère. A reçu à Marseille le 25/02/1851 un passeport avec secours de route pour retourner à Bruchsal."
Plus bas, au crayon : "A été autorisé seulement à rester à Strasbourg."


1851 2e semestre

  • KULLEN Frédéric
Un passeport daté du 14/07/1851, délivré par le Maire d'Alger, membre de la Légion d'Honneur, pour circuler d'Alger à Cette (Sète), concernant :
KULLEN Frédéric, musicien, natif de Dresde (Saxe), demeurant à Alger.
Age 32 ans, taille 1m86, cheveux châtains clairs, front ordinaire, sourcils blonds, yeux bleus, nez moyen, bouche petite, barbe blonde, menton rond, visage ovale, teint ordinaire. Signes particuliers néant.
En travers : "A reçu un sauf-conduit pour retourner dans ses foyers le 7 août 1851."
Au dos :
- "Vu à Alger pour aller à Cette sur le vapeur. Le 15/07/1851."
- "Vu débarquer à Cette. Le 17/07/1851. Le sous-intendant militaire."
(avec, au dos, les cachets et tampons jalonnant sa route vers Strasbourg, et le montant des secours de route reçus).
  • GONDELACH Jean Philippe Guillaume
Quatre documents :
- Demande de renseignements du 29/11/1851 du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, concernant : GONDELACH Jean Philippe Guillaume, demeurant 14, rue de l'Epine à Paris, suite à sa demande du 22 novembre courant.
- Lettre du 01/12/1851, sur papier à entête de la Préfecture du Bas-Rhin : "Le nommé GONDELACH Jean Philippe Guillaume, serrurier, originaire de la Prusse, a demeuré à Strasbourg pendant les années 1849 et 1850. Il est marié et a plusieurs enfants; peut-être réside-t-il encore en cette ville, et y aurait-il erreur sur la lettre du Ministre qui le signale comme demeurant à Paris. GONDELACH a travaillé, dit-on, chez Mr Waghette, marchand de houille. Mr Comte est prié de donner des renseignements sur cet étranger, notamment sur la conduite qu'il a tenue pendant son séjour à Strasbourg."
- Certificat de police - Strasbourg, le 03/12/1851. "Le nommé GONDELACH Jean Philippe Guillaume Frédéric, né en 1825 à Wesel (Prusse), ouvrier serrurier, sortant du 1er régiment de la Légion Etrangère, marié et père de deux enfants, dont l'un a 4 et l'autre 6 ans, était inscrit sur les registres de population du canton sud, rue Saint-Marc, n°15 (05/11/1844). Il a quitté Strasbourg, sans déclaration, au mois de septembre 1848, pour se rendre à Mutzig où il a travaillé 3 mois, de là il est retourné dans son pays natal, dit-il. Rentré en France au mois de mars 1849, il a laissé sa famille à Lauterbourg, lieu de naissance de sa femme. Depuis les deux ans et six mois d'un nouveau séjour en France, GONDELACH a travaillé chez plus de quinze maîtres. Rentré à Strasbourg il y a trois mois, avec sa femme et ses deux enfants, il n'a pas d'occupation ni moyens d'existence, et n'est pas inscrit. Pendant son séjour à Strasbourg, sa conduite n'a donné lieu à aucune plainte."
- Lettre du 17/12/1851 du Préfet au Ministre de la Guerre, reprenant les termes de la lettre précédente, en précisant que : "GONDELACH a obtenu au mois de décembre 1847 une autorisation de passage gratuit en Algérie, pour lui et sa famille, mais il en est revenu peu après en profitant des secours de route."



1852

  • le sieur CURTA
Lettre du 16/06/1852 du Préfet du Bas-Rhin, au sieur CURTA, commerçant et commissionnaire à Häfingen, près Donau-Eschingen (Bade) :"
"Vous demandez par votre lettre en date du 23 mai dernier, des renseignements relativement à l'admission des étrangers comme colons en Algérie. Le décret du 19 septembre 1848 n'admet point les étrangers au bénéfice de la colonisation dans les colonies agricoles. Ceux qui désirent se rendre en Algérie sont obligés de supporter les frais du voyage et de traversée sur mer, et de pourvoir à leur subsistance lorsqu'ils sont arrivés dans la colonie."
"La construction de leur maison est également à leur charge. Cependant, des concessions de terre peuvent être accordées à ceux qui justifient de la possession en numéraire d'une somme de 1.500 à 2.000 francs. Tout étranger qui va en Algérie doit être muni d'un passeport national régulier, et celui qui est célibataire, et voyage à ses frais, posséder au moins une somme de cent francs."
  • RATZINGER Hippolyte
Lettre du 16/06/1852, du Préfet du Bas-Rhin à Mr le Grand Bailli de Brisach (Bade) :
"Par la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 3 juin courant, vous me priez d'accepter en dépôt une somme de cent francs pour la remettre, à son passage à Strasbourg, au nommé RATZINGER Hippolyte, tisserand, demeurant à Merdingen, qui désire aller à ses frais en Algérie."
"Les motifs de la mesure que vous me proposez, ont pour but d'empêcher que RATZINGER ne gaspille cette somme dès qu'elle serait mise à sa disposition."
"Le Gouvernement exigeant de la part des colons qui se rendent en Algérie des garanties d'ordre, de moralité et d'économie, qualités que ne possède point, à ce qu'il paraît, celui qui est l'objet de votre lettre, je ne puis accepter la proposition que vous m'avez faite. Recevez... "
  • GRUBER Sébastien
Papier libre, daté du 01/10/1852 : "Le soussigné LITTERST, aubergiste au lieu... (un mot), faubourg de Saverne, certifie que Sébastien GRUBER et sa famille, de la commune de Berg (Bavière Rhénane) ont passé la nuit dans l'aire de ma grange, avec d'autres colons, lors de l'incendie qui a eu lieu ce matin dans l'habitation de la famille Schantz."
"Vu pour légalisation de la signature du sieur LITTERST, aubergiste, faubourg de Pierre" (! nb : à Strasbourg), "n°58. Strasbourg le 01/10/1852. Le Commissaire de police."
En marge : "Le 1er octobre, délivré un sauf-conduit pour Marseille et Bône, avec secours de route."
  • les sieurs LAUX et FINCK
Bordereau d'envoi du 13/11/1852, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, expédiant une autorisation de passage gratuit en Algérie pour "les sieurs LAUX et FINCK, cultivateurs, demeurant à Wissembourg" (expédié au sous-Préfet de Wissembourg le 15/11).
Autre document concernant François Joseph LAUX :
Attestation du 12/12/1852, du Maire de Wissembourg (Bas-Rhin):
"Ce jourd'huy douze décembre mil huit cent cinquante deux, devant Nous Maire de la Ville de Wissembourg, est comparu le sieur François Joseph LAUX, cordonnier, demeurant à Herxheim (Bavière Rhénane) lequel nous a dit :
- "que, désirant émigrer en Afrique il avait fait dresser par Mr le Bourgmestre de Herxheim un état de sa fortune s'élevant onze cent francs,"
- "qu'un sieur FINCK François, journalier, demeurant également à Herxheim avait eu le même projet, et avait aussi fait constater l'état de sa fortune par le Bourgmestre de Herxheim, qui aurait déclaré qu'il possédait une valeur de sept cents francs,"
- "qu'ils sont venus à Wissembourg et se sont adressés au sieur Georges WIMSCHENDORFF, ancien huissier, qui leur a fait une demande de passage gratuit à Monsieur le Ministre de la Guerre,"
- "que le 21 novembre 1852, il a reçu dudit WIMSCHENDORFF l'avis que l'autorisation demandée était arrivée,"
- "que ne pouvant pas quitter de suite, son camarade FINCK était venu à Wissembourg. Qu'à son retour ce dernier lui avait dit qu'il était nécessaire de produire encore quelques justifications,"
- "que cependant FINCK ne lui avait plus parlé depuis, qu'étant venu aujourd'hui il nous exhibait son certificat d'identité."
"Recherche faite des souches de passeport déposées à la Mairie, nous lui avons représenté la souche d'un passeport collectif dont le timbre avait été envoyé à la Mairie, et qui a été rempli au nom d'un sieur LAUX. Mais il a protesté aussitôt que ce n'était pas sa signature, qu'un autre qu'il soupçonne être le sieur STRAUSS Nicolas, demeurant chez le comparant,lequel a aussi demandé le passage gratuit pour l'Algérie, et doit l'avoir obtenu, avait faussement déclaré à la Mairie de Wissembourg qu'il se nommait LAUX et a signé faussement la souche du passeport de ce nom."
"De quoi a été dressé procès-verbal que le comparant a signé avec nous après lecture faite. Au procès-verbal ont été annexés le certificat d'identité du Bourgmestre de Herxheim et la lettre du sieur Wimschendorff. Signé : Frantz Josef Laux et Pugnière (le maire)."
"Ont signé comme témoins les sieurs Joseph MÜHL, tisserand, et Conrad ADLER, jardinier, les deux demeurant, le premier à Capsweyer et le second à Moerlheim, lecture par interprétation à eux donnée du procès-verbal qui précède. A Wissembourg, les jour, mois et an que dessus."
(voir au 06/01/1853).
  • KOLBER Jean
Lettre du 26/11/1852, du Préfet au sous-Préfet de Wissembourg : demande de renseignements, suite à demande de passage gratuit en Algérie, formulée par Jean KOLBER, cultivateur à Wissembourg, qui dispose de 2.400 francs environ, pour savoir "...quelle est la moralité du pétitionnaire, et s'il possède réellement le revenu qu'il accuse (constaté par acte de notoriété du Juge de Paix)."
Un autre document, du 08/12/1852, du Préfet au sous-Préfet de Wissembourg, concernant Jean KOLBER, transmettant la lettre ci-dessus pour réponse."
(voir aux 13/12/1852, 06/01/1853, 12/01/1853, 19/01/1853, 24/01/1853 et 01/05/1853 ci-dessous).
  • Documents concernant les sieurs KOLBER, LAUX, FINCK et STRAUSS
Deux documents (voir également sur 1853) :
- Lettre du 13/12/1852 du sous-Préfet de Wissembourg au Préfet du Bas-Rhin, suite à la demande de renseignements au sujet du nommé KOLBER Jean.
Le sous-Préfet précise : "... qu'il n'est pas connu à Wissembourg. Je suppose que cet individu, qui paraît avoir pris la qualité d'habitant de Wissembourg pour procurer un meilleur accueil à sa demande de passage gratuit pour l'Algérie, s'était servi du même moyen coupable que d'autres individus de la même commune Bavaroise, signalés par Monsieur le Maire de Wissembourg, pour tromper l'Administration."
"Afin d'éclairer le justice à laquelle les auteurs de ces manoeuvres ont été déférés, je vous pris, Monsieur le Préfet, de me faire connaître si les étrangers qui désirent se faire admettre en qualité de colons dans les possessions françaises de l'Algérie et obtenir le passage gratuit, sont susceptibles d'être reçus et s'ils ne sont pas tenus de produire les mêmes justifications de moralité et de fortune que l'on exige des français?"
"Dans l'affirmative, il me paraîtrait nécessaire de tenir la main à ce que les demandes de ces étrangers ne puissent être expédiées au Gouvernement qu'après que les pièces justificatives auraient été examinées et visées par le sous-Préfet de l'arrondissement le plus voisin et dont jusqu'ici on a cherché à éviter les contrôles, car aucune de ces demandes n'a passé par mes bureaux."
"Veuillez également ordonner le renvoi de la demande de Jean KOLBER pour que je puisse la faire réunir aux autres pièces de cette nature, déférées au Ministère Public. Jz vous prie..."
- Lettre du 13/12/1852, du Maire de Wissembourg au sous-Préfet :
"Le nommé KOELBER Jean, qui fait l'objet de la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 9 de ce mois, n'est pas connu à Wissembourg. On m'a assuré qu'il habitait Herxheim (Bavière Rhénane). A cette occasion, je vous signalerai, Monsieur le sous-Préfet, le fait suivant :"
"Il y a quinze jours que j'ai reçu une autorisation de passage gratuit en Algérie, en faveur des nommés Joseph LAUX et François FINCK et une feuille de passe-port gratuit. Ces deux individus ne sont pas de Wissembourg, ils demeurent à Herxheim (Bavière Rhénane). Instruits de l'arrivée de leur autorisation, ils se présentèrent dans mes bureaux et un passe-port collectif leur fut délivré. Mais quelle ne fut pas ma surprise d'apprendre hier que le signataire du passe-port n'était pas LAUX, qu'un tiers d'accord sans doute avec FINCK avait usurpé le nom de LAUX et avait faussement signé le passe-port de ce nom."
"Ce tiers m'a été signalé pour être un nommé STRAUSS Nicolas, du même lieu, lequel a obtenu, dit-on, l'autorisation de passage pour l'Afrique; mais l'a adirée" (sic !) "et a voulu usurper cette donnée à LAUX."
"J'ai dresse un procès-verbal à ce sujet et j'ai l'honneur de vous en envoyer une copie. Je désire savoir s'il est nécessaire de le remettre à Monsieur le Procureur Impérial."
"J'ai immédiatement après l'avis qui m'a été donné de ce faux, expédié l'employé chargé du service des passe-ports, à Herxheim pour y faire saisir le passe-port et l'autorisation desquels il devait être fait un criminel usage. Il m'a rapporté ces deux pièces que je tiens à votre disposition."
"Veuillez, Monsieur le sous-Préfet, me faire connaître vos instructions au sujet de cette affaire et me mander si des autorisations de passage gratuit en Algérie sont accordées à des étrangers. Agréez..."

1853 1er semestre

  • les sieurs KOLBER, LAUX, FINCK, STRAUSS, SCHLINGER, KUBER et WETZKER
Quatre documents :
- Lettre du 06/01/1853, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, qui envoie les dossiers et les demandes (voir ci-dessus) pour : KOLBER Jean, LAUX, FINCK, ainsi que pour le sieur STRAUSS Nicolas, "qui se serait approprié l'un des permis délivrés à ceux-ci."
Le Ministre envoie également trois pétitions présentées par SCHLINGER André et KUBER André, de Wissembourg, et de WETZKER Antoine, de Bellheim, sur lesquels des renseignements ont été demandés, "... attendu que leurs demandes ont été écrites par la même personne que celles des sieurs KOLBER, LAUX, FINCK et STRAUSS."
Il signale également que des mesures sont prises pour que dorénavant toutes les demandes - sans exception - formées par des personnes habitant des localités limitrophes du département, soient envoyées à l'examen des autorités voisines de la frontière."
- Lettre du 12/01/1853, du Préfet au sous-Préfet de Wissembourg, lui expédiant les dossiers ci-dessus, et précisant : "L'autorité judiciaire étant saisie de cette affaire, je vous prie de lui déférer ces documents qui l'éclaireront sur le degré de culpabilité de ces étrangers et de leurs complices." Il envoie également, pour instruction, les demandes des sieurs SCHLINGER, KUBER et WETZKER.
- Lettre du 19/01/1853, du Ministre de la Guerre au Préfet, transmettant "avec un certificat à l'appui, une lettre par laquelle le sieur KOLBER Jean insiste pour obtenir le permis de passage gratuit en Algérie, et, à défaut, le renvoi des pièces qu'il a produites. Si la demande du sieur KOLBER ne peut être accueillie, veuillez l'informer des motifs qui s'y opposent. Dans le cas contraire, je désire être mis à même de lui répondre."
- Lettre du 24/01/1853, du Préfet au sous-Préfet de Wissembourg, reprenant les termes de la lettre précédente.
  • METZINGER Jacques et MEYER Jean
Lettre du 31/01/1853, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin. Il a reçu une lettre des sieurs METZINGER Jacques, maçon, et MEYER Jean, laboureur, demeurant à Herxheim (Palatinat), pour une concession en Algérie. Ils ont 1.700 francs. Il demande des renseignements "sur la moralité et les ressources pécuniaires des intéressés".
  • METZINGER François Joseph, METZINGER Pierre, REICHERT Mathieu et MICHEL Valentin.
Même lettre que la précédente, mais concernant les sieurs METZINGER François Joseph, METZINGER Pierre, REICHERT Mathieu et MICHEL Valentin. Ils possèdent 1.500 francs, et ont provisoirement établi leur domicile à Wissembourg.
METZINGER Jacques et MEYER Jean
Lettre du 05/02/1853, du Préfet au sous-Préfet de Wissembourg, lui demandant de prendre les renseignements demandés par le Ministre de la Guerre, concernant METZINGER Jacques, maçon, et MEYER Jean, cultivateur, demeurant à Herxheim (Bavière).
En marge : "PS : au moment de fermer la lettre, S.E. le Ministre de la Guerre envoie une nouvelle demande collective à instruire que l'on joint à la présente."
  • PFIRMANN Daniel
Bordereau d'envoi du 10/01/1853, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant une autorisation de passage gratuit en Algérie pour PFIRMANN Daniel, laboureur à Daxland (Bavière), élisant domicile chez Mr WENCKER, propriétaire à Hatten, arrondissement de Wissembourg.
En marge : "Transmis le 11 au sous-Préfet de Wissembourg pour le faire parvenir au Maire de Hatten. Femme et 6 enfants : 8 personnes."
  • STRAUSS Marguerite
Un billet d'entrée, du 13/02/1853, de l'hôpital civil de Strasbourg, concernant :"
"STRAUSS Marguerite, 42 ans, née à Herwheim (Bavière Rhénane), fille de feu Jacques KURTZ, cultivateur, et de feue Marguerite WEINGARTEN, mariée à Nicolas STRAUSS, chanvrier, de passage en cette ville... "est indigente" Avec ses 6 enfants. Certifié par le commissaire de police du canton nord.
Plus bas : "La dénommée ci-dessus est atteinte de metrorrhabie" (?!) "Admis salle 46. Entré le 13/02/1853."
  • FRIEDMANN Michel, KORSCHNER et SCHROEDER - DOERR Jean - HARTMANN Jacques de Haguebach (Bavière Rhénane).
Lettre du 16/02/1853, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, concernant les demandes de concessions de ces personnes (demande de renseignements). Ils possèdent chacun 2.150 francs.
Rajoutés : FLICK Henri, KNOEHR Jean, FELDMANN Philippe Jacques : demandes de renseignements également.
  • Demandes de concessions dans le village de Penthièvre, près Bône
    (Algérie)
Lettre du 18/02/1853, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, concernant les demandes de concessions dans le village de Penthièvre, formées par :
HEINRICH Georges, SCHMIEG Philippe, ANGST Georges, BÄR Jean, VETTINGEL Valentin, ANGST Jean, SCHNEIDER Joseph, SCHAAF François, de Forst (Pfortz ?) (Bavière Rhénane), et de SCHERRER Joseph de Hagenbach, annonçant posséder chacun 2.000 francs. Il demande des renseignements.
"Ils ont élu domicile chez Mr Joseph WENCKER, propriétaire à Hatten."
Rajoutés sur la lettre : ACKER Jacques, WESCHLER Valentin, REISCH (?) Michel, FRETTE Jean, KUNTZ Michel, STEPHAN Pierre et ... (illisible) Jacques.
Pour HEINRICH Georges, une lettre du Préfet au Ministre, le 25/02/1853, signale que les demandes n'ont pas été jointes à la lettre.
  • VOGEL Pierre, BROSSARD Antoine et SCHARDT Jacques
Lettre du 25/02/1853 du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, pour les demandes de concessions de : VOGEL Pierre et BROSSARD Antoine, résidant à Hagenbach (Bavière Rhénane), et SCHARDT Jacques, résidant à Leimersheim. Ils possèdent environ 2.000 francs. Demande de renseignements à leur sujet.
  • RUDOLPH Frédéric, RUDOLPH Dionise, 'BRAUN François Michel, BRAUN Charles Joseph, BROSSARD François Joseph et RUDOLPH Jean-Baptiste
Lettre du 27/02/1853, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin : "... les nommés RUDOLPH Frédéric et Dionise, BRAUN François Michel et Charles Joseph, BROSSARD François Joseph et RUDOLPH Jean-Baptiste" (nb : ce dernier nom rajouté), "laboureurs, résidant à Buchelberg (Bavière Rhénane), et qui ont élu domicile chez le sieur WENCKER, propriétaire à Hatten, arrondissement de Wissembourg, m'ont adresse des demandes en vue d'obtenir des concessions de terres dans le village de Penthièvre près Bône. Ils déclarent posséder une somme de 2.000 francs environ."
"Afin de prévenir le retour de semblables abus de nature à susciter de nombreux embarras à l'Administration, je vous prie de faire recueillir des renseignements sur le compte des pétitionnaires dont vous trouverez les demandes ci-jointes, et de vous assurer s'ils possèdent réellement les sommes dont ils prétendent pouvoir disposer."
"En me transmettant ces renseignements, vous voudrez bien me donner votre avis sur l'opportunité de satisfaire aux désirs des sieurs RUDOLPH, BRAUN et BROSSARD."
"Par diverses dépêches dont la dernière porte la date du 18 février courant, je vous ai prié d'inviter le sieur WENCKER, qui paraît servir d'intermédiaire aux habitants de la Bavière Rhénane, à vous faire parvenir directement les demandes formulées par ces étrangers en vue d'obtenir des concessions en Algérie."
"Il paraîtrait qu'il n'a tenu aucun compte de vos prescriptions et je vous recommande de l'inviter de nouveau, et de la manière la plus formelle, à s'y conformer à l'avenir."
"Je vous prie en outre de me fixer sur la moralité et la position du sieur WENCKER et de me faire connaître les motifs qui l'ont déterminé à patronner ainsi les familles allemandes qui désirent se rendre en Afrique...".
Lettre du 02/03/1853, du Préfet au sous-Préfet de Wissembourg, reprenant les termes de la lettre ci-dessus.
Lettre du 05/03/1853, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, transmettant les demandes que l'on avait omis de faire parvenir (voir lettre du 25/02 plus haut). En marge : "Le 7 mars, transmis les demandes à Mr le sous-Préfet de Wissembourg pour l'instruction."
  • KOENIG Conrad, BUCHER Jacques et SCHRANTZ Georges
Lettre du 07/03/1853 du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin : "... le sieur WENCKER m'en adresse trois autres de même nature formulées par les sieurs KOENIG Conrad, BUCHER Jacques et SCHRANTZ Georges, de Neubourg (Bavière Rhénane)." Demande de renseignements à leur sujet.
Rajouté sur la lettre : KOENIG Valentin, PFIRMANN André, BUCHER Georges et STRUBER André.
En marge : "Le 8 mars, transmis à Mr le sous-Préfet de Wissembourg."
  • METZINGER François Joseph, METZINGER Pierre, MICHEL Valentin, METZINGER Jacques, MEYER Jean et REICHERT Mathieu
Lettre du 08/03/1853 du Préfet au Ministre de la Guerre, transmettant les demandes formées par 6 habitants de la commune Bavaroise de Herxheim, qui sollicitent leur admission comme colons en Algérie. Il en résulte que :
- METZINGER François Joseph, METZINGER Pierre, MICHEL Valentin, possèdent chacun 1.700 francs.
- Les nommés METZINGER Jacques, MEYER Jean et REICHERT Mathieu ne peuvent disposer que d'une somme inférieure à 1.500 francs, minimum exigé.
Il estime donc qu'il n'y a lieu de donner suite qu'aux trois premières demandes. "Ci-inclus un état nominatif." :
Nom - Prénom Somme part avec Age Domicilié à
METZINGER François Joseph 1.700 francs sa femme, 5 enfants et sa belle-soeur 42 ans Herxheim
METZINGER Pierre 1.700 francs sa femme, 3 enfants 40 ans idem
MICHEL Valentin 1.700 francs sa femme, 4 enfants 51 ans idem
(voir ci-après).


  • Treize nouvelles demandes pour des concessions en Algérie
Lettre du 15/03/1853, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin : "... par lettres ci-jointes, les sieurs SCHULTZ Jean et BADSCHING Joseph, REBUHN François et MILZ Philippe, SCHWEIN Jean et GRIESMER Adam, KIRCHMER Joseph Antoine, DITTLOH Jean Philippe, RITTER Pierre et REISS Jean, PERSOHN Georges, MULLER Antoine et WELZENBACH Joseph, cultivateurs à Jockgrim (Bavière Rhénane), "qui ont élu domicile chez le sieur WENCKER, propriétaire à Hatten, arrondissement de Wissembourg, sollicitent des concessions de terre en Algérie. Ils déclarent posséder chacun une fortune de 2.075 francs".
"Avant de donner des ordres pour le placement des familles dont il s'agit, je désire être fixé sur la moralité des pétitionnaires, et savoir s'ils possèdent réellement les ressources dont ils prétendent pouvoir disposer pour la mise en valeur de terres qui leur seraient attribuées..."
  • METZINGER François Joseph, METZINGER Pierre et MICHEL Valentin
Deux documents :
- Lettre du 16/03/1853, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, qui autorise le placement comme concessionnaires en Algérie, et transmet les permis de passage gratuit de Marseille en Algérie, des chefs de familles Bavarois :
- METZINGER François Joseph, maçon et cultivateur,
- METZINGER Pierre, cultivateur et tisserand,
- MICHEL Valentin, cultivateur,
demeurant tous trois à Rixheim, près de Landau. Secours de route accordé de Wissembourg au port d'embarquement, "et invitation à se présenter devant Mr le sous-Préfet de Bône à leur arrivée".
- Lettre du 18/03/1853, du Préfet au sous-Préfet de Wissembourg, transmettant les trois permis de passage gratuit ci-dessus et précisant :
"Ils devront se munir d'un passeport ou d'un Heimathschein régulier pour venir en France. Vous viserez en conséquence leurs passeports, et leur allouerez l'indemnité de route jusqu'à Strasbourg, à charge de se présenter à la Préfecture pour la continuation des secours. A leur arrivée à Bône, ils devront se présenter devant Mr le sous-Préfet, qui les dirigera sur Guelma où ils trouveront déjà un certain nombre d'allemands établis et où ils recevront des concessions de terrain proportionnées à leurs moyens d'action."
Demandes refusées pour METZINGER Jacques, MEYER Jean et REICHERT Martin (voir plus haut), en raison de l'insuffisance de leurs ressources."
  • 'Retour de demandes refusées
Lettre du 02/04/1853, du Préfet au sous-Préfet de Wissembourg, retournant "des demandes d'habitants de la Bavière Rhénane qui sollicitent leur admission comme colons en Algérie. Ces demandes concernent des familles qui veulent s'associer pour l'exploitation en commun d'un lot de terrain".
"Cette association n'a d'autre but que d'éluder les règlements, attendu que la plupart de ces familles ne possèdent pas le montant de la fortune exigée, dont le minimum est 1.500 francs."
"Je vous prie donc de renvoyer ces demandes au sieur WENCKER qui les a formulées, et de le prévenir que vous n'accepterez dorénavant que des demandes séparées pour chaque famille."
  • Habitants d'Insheim
Certificat du 07/04/1853 du Landkommissariat, concernant "4 habitants d'Insheim" (sans autres renseignements).
  • Documents concernant des demandes de concessions pour la vallée de Bou-Merzoug en Algérie
Quatre documents :
- Lettre du 09/04/1853, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin, lui rappelant les demandes en concessions de terres pour des familles de la Bavière Rhénane dans la vallée de Bou-Merzoug en Algérie. Les pétitionnaires le relançent, et "les retards apportés à leur installation leur cause un véritable préjudice, car ils arriveront en Algérie après la saison des labours, et au milieu des fortes chaleurs, c'est-à-dire dans les conditions d'acclimatement et d'installation les plus défavorables."
"Veuillez bien en outre faire connaître aux pétitionnaires, dont vous trouverez la lettre ci-jointe, les motifs qui ne m'ont pas encore permis de prendre une décision." En marge devant ce dernier paragraphe : "Cette lettre n'est pas jointe."
- Lettre du 13/04/1853, du Préfet au sous-Préfet de Wissembourg, transmettant en les termes la lettre ci-dessus du Ministère de la Guerre, suite aux diverses demandes qu'il lui a transmises pour examen les 9, 25 et 26 février, et les 2, 7, 8 et 17 mars dernier."
- Lettre du 15/04/1853, du sous-Préfet de Wissembourg au Préfet, qui précise que ces demandes n'ont pu être renvoyées, "parce que je n'ai pas encore reçu les renseignements demandés les 4 et 26 mars dernier à MM. les Landkommissaires de Germersheim et de Landau, sur la moralité et la fortune des pétitionnaires."
Le sous-Préfet indique que "quatre des pétionnaires, les nommés George WÜRTH, Georges DÖRZAPFF, Pierre WIEBEL et Georges François BRAUN ont renoncé à leur projet d'émigration; "ils resteront en Bavière. J'ai l'honneur de vous transmettre" (à ce sujet) "l'avis qui m'a été donné par le Landkommissaire."
4 - Lettre du 19/04/1853, du Préfet au Ministre de la Guerre, transmettant la réponse du sous-Préfet ci-dessus.
  • STRAUSS Nicolas
Lettre du 25/04/1863, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin :
"Le 19 octobre, un permis de passage gratuit a été délivré sous le n° 2563 au sieur STRAUSS Nicolas, laboureur, natif de Herxheim, élisant domicile à Wissembourg, pour se rendre à Alger avec sa famille composée de sa femme et de 8 enfants..."
STRAUSS écrit de Marseille au Ministre de la Guerre, où il est parti avec seulement 2 enfants, car le Préfet a refusé d'accorder le secours de route à sa femme et à ses 6 autres enfants. Il demande que cette faveur soit accordée à ces derniers pour venir le rejoindre.
"Le sieur STRAUSS fait partie d'individus de la Bavière Rhénane qui auraient employés des manoeuvres frauduleuses". (voir plus haut)
Le Ministre demande donc le résultat de l'enquête en cours, en ce qui concerne le sieur STRAUSS "Jean" (sic), afin de statuer en connaissance de cause, sur la suite qu'il convient de donner à sa réclamation. Le 27/04, le Préfet écrit au sous-Préfet de Wissembourg à ce sujet.
Le 27/04/1853, le Ministre envoie au Préfet une demande de renseignements au sujet "du sieur STRAUSS" "Michel", "natif de Herxheim, suite à sa demande du 20/04 courant" (s'agit-il d'une erreur de prénom concernant Nicolas, ou bien est-ce un autre STRAUSS, ou bien peut-être l'un des enfants ?).
  • Document concernant le sieur WENCKER, intermédiaire dans le nord de l'Alsace pour les demandes d'émigration des Bavarois.
Lettre du 29/04/1853, du Ministre de la Guerre au Préfet du Bas-Rhin :
"... le sieur WENCKER, demeurant à Hatten, dans votre département, vous a communiqué la demande ci-jointe, formée par des sujets Bavarois, à l'effet d'obtenir des concessions de terrain en Algérie, et vous les avez repoussées, par la raison qu'elles étaient adressées par des familles associées, qui ne possédaient qu'ensemble et grâce à leur association, la somme nécessaire pour obtenir une concession de terrain : vous avez vu là une manière d'éluder les règlements."
"Je ne crois pas, Monsieur le Préfet, qu'il faille systématiquement repousser la demande formulée dans la condition dont il s'agit. Par une lettre que je vous envoie également ci-joint, le sieur WENCKER fait connaître que les familles qui se sont ainsi rapprochées par l'exploitation de concessions en commun, sont, pour la plupart, unies par des liens de parenté. Il convient, d'ailleurs, d'expérimenter ces associations, qui peuvent être une très bonne chose si elles sont sincères, et de n'écarter que celles qui paraîtraient faire clairement ressortir l'abus que vous appréhendez, c'est-à-dire l'unique pensée d'éluder le règlement."
"Au surplus, au point de vue des concessions, de leur mode de délivrance, des formalités de déchéance, et de toutes les autres mesures administratives dont elles peuvent être l'objet, les associations ne peuvent causer aucun embarras, soulever aucune difficulté."
"Je vous prie donc d'instruire les demandes ci-jointes, conformément aux règles que je vous ai tracées à l'égard des demandes étrangères, et en ne vous préoccupant que de la sincérité de l'association et de la réalité de l'avoir commun des familles associées."
"Ces demandes sont déjà anciennes; je désire vivement que vous me mettiez à même de statuer sans délai, et je vous serai très obligé des mesures que vous prendrez à cet effet."
"La population d'outre-Rhin, travaillée par les agents de l'émigration en Amérique, sont, plus que toute autre, disposées à renoncer, au moindre retard, à leur projet d'établissement en Algérie. Il importe de prévenir ce revirement. Je vous rappelle à cette occasion, les nombreuses demandes que je vous ai communiquées, et qui réclament une très prompte solution. Recevez.... "
  • Autre document concernant les nommés LAUX, FINCK, STRAUSS et KOLBER (voir plus haut)
"Les pièces concernant LAUX, FINCK et STRAUSS ont été adressées à Mr le Procureur Impérial qui a fait diriger une information contre eux pour raison du faux par substitution de personne dont ces individus étaient soupçonnés, soit comme auteur, soit comme complice, STRAUSS ayant signé un passeport au nom de LAUX. Mais par ordonnance de la Chambre du Conseil du tribunal de cette ville, en date du 12 du courant, les trois prévenus ont été relaxés des poursuites dirigées contre eux. Le tribunal a reconnu notamment que STRAUSS n'aurait pas eu d'intérêt à commettre sciemment un faux."
"La réclamation de KOLBER n'a pas donné lieu à une plainte. Ses justifications sont jusqu'à ce jour incomplètes. Rien ne s'oppose donc à ce que STRAUSS obtienne la faveur qu'il sollicite. D'autant plus qu'il résulte des pièces qui m'ont été communiquées, que STRAUSS a déjà obtenu le passage gratuit et qu'il paraît avoir perdu ses pièces. Veuillez... "
  • les sieurs ZOLLER, SCHWARTZ, FELDMANN, WOLMER Valentin, WOLMER Jacob et PFIRMANN
Suite aux demandes de concessions en Algérie formées par les sieurs : ZOLLER, SCHWARTZ, FELDMANN, WOLMER Valentin, WOLMER Jacob et PFIRMANN, demeurant à Neubourg, canton de Kandel, arrondissement de Germersheim (Bavière Rhénane) :
"J'ai accueilli favorablement celles des sieurs ZOLLER, SCHWARTZ et FELDMANN qui ont produit des pièces authentiques, constatant qu'ils possèdent chacun une somme de 2.000 francs."
"J'ai dû rejeter les autres qui n'étaient pas appuyées de justifications pécuniaires suffisantes."
"En raison de l'intérêt que j'attache à la prompte expédition des demandes d'émigration formées par les sujets allemands, toujours prêts à tourner leurs regards vers l'Amérique, par suite des suggestions des Agents de l'émigration aux Etats-Unis, j'ai immédiatement donné des ordres à Monsieur le Préfet de Constantine, afin que des concessions fussent réservées aux dits ZOLLER, SCHWARTZ et FELDMANN, et je vous adresse ci-joint des permis de passage gratuit, que je vous prie de faire parvenir à ces familles, en les informant des dispositions prises à leur égard."



Petites études généalogiques :

La famille FÜG

Martin FÜG, né vers 1809, décédé le 24/11/1867 à Guelaat-bou-Sba (Guelma, Constantine), garde champêtre était l'un de ces colons. Il était marié (av. 1836) à Elisabeth RASTAEDTER (+ ap. 1860). Ils eurent 7 enfants, dont :

- Vendelin FÜG, né le 26/09/1836 à Daxlanden (Bade-Würtemberg), agriculteur, propriétaire, qui épouse à Guelaat-bon-Sba, le 06/06/1859, Madeleine RUDMANN, née le 12/06/1838 à Wasenveiler (Bade-Würtemberg), décédée le 29/06/1888 à Guelaat-bou-Sba. Ils eurent aussi plusieurs enfants, dont :
- Valentin FÜG, né le 06/09/1871 à Guelaat-bou-Sba, décédé le 07/10/1918 à Sedrata, région de Souk-Ahras, qui épouse à Héliopolis (Guelma, Constantine), le 29/04/1909, Magdeleine AMANN, née le 11/09/1875 à Guelaat-bou-Sba, issue d'une famille originaire de Jechtingen (même région allemande). Une postérité s'est établie en Algérie.

C'est de cette famille dont nous parle Jean-Maurice Di-Costanzo, dans son article "L'émigration allemande en Algérie de 1830 à 1890", sur le site du Cercle Algérianiste :
A la fin de 1853, la famille FÜG s'embarque gratuitement sur le "Charlemagne", bateau mixte alliant voilure et machine à vapeur. Elle voyage en 3e classe sur le pont avec des sous-officiers et des soldats envoyés en Algérie.
Elle a droit au transport gratuit de 50 kg de bagages par personne et chacun reçoit la ration alimentaire des matelots, "qui est abondante et d'excellente qualité".
Munie de la somme de 2.365 francs, cette famille de treize membres a obtenu l'autorisation de cultiver 4 à 5 ha dans les environs de Guelma. Arrivés à Philippeville, les FÜG se rendent au bureau du commandant Lapérrine qui dirige alors la subdivision de Constantine et les fait accompagner à Guelaat-bou-Sba (via Guelma) pour l'acquisition de la concession.
On pourra faire des recherches sur cette famille en suivant ce lien.

Autres émigrants allemands ayant séjourné dans le Bas-Rhin avant leur départ (liste non exhaustive) :

Strasbourg

Georges BUCHER - Nicolas Joseph DOCTEUR - Alexandre KEIL - Mathias KNEIS - Théodore Jean MAISCH - Nicolas RINKENS - Xavier SUTTERER

Hatten (près de Wissembourg)

Philippe BETSCH - Valentin TROPF -

Niederseebach

Moïse Loeb JONAS


Emigrants allemands ayant séjourné dans le Haut-Rhin avant leur départ (liste non exhaustive) :

Colmar

Georges MEYER


Articles à voir

Liens à suivre