Diocèse de Valence - Les Ecclésiastes morts, cités et décorés de la guerre de 1914-1918

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

<< Retour à la page Diocèse de Valence

Les Ecclésiastes morts, cités et décorés de la guerre de 1914-1918

Recherche par patronyme

Patronyme commençant par :

A B C D E F G H K L M N P R Q S T V

Patronyme commençant par A

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
ARMAND Joseph Marie
Curé de Saint-Benoit
30-08-1882
Bourg-lès-Valence
14-11-1914
Zillebeke
(Belgique)
Sergent au 14e bataillon de chasseurs à pied (14e BCP)
Mobilise (S. A.) caporal de B, C, A. (2 août 1914); au front (17 sept. 1914) sergent (14 oct. 1914.
A participé aux actions suivantes : - 1914: Lihons (sept.,), Ypres, Zillebecke (oct.).
Tué le 14 nov. 1914, a la cote 60, II. Zillebecke (Belgique), d'une balle au ventre
1 Ordre 14" B. C, L, no 125 du 25 sept. 1915: « Glorieusement tombe le 14 novembre 1914."
2° Méd. MH. posthume, if oct. 1919 - J. 0., 22 février . 1920 : " Excellent gradé, courageux et dévoué. Glorieusement tombé, le 14 novembre 1914, a Zillebecke (Belgique)," A été cite.
Fiche
✞ Mort pour la France  
Ferdinand Joseph César ASTAUD
Étudiant séminariste
24-10-1892
Montbrun-les-Bains
10-09-1914
Mortagne - La Croix Idoux
(Vosges)
Fils de Joseph Félix et de Marie Rose ASTAUD - Soldat de 2e classe au 52e Régiment d'Infanterie (52e RI)
" Brave soldat. Tombé glorieusement pour la France, le 10 septembre 1914 à la Croix Idoux. (Disparu)
- Croix de guerre avec étoile de bronze.
Fiche
✞ Mort pour la France  
"Georges" Antoine Joseph AUDEMARD
Prêtre
Professeur au Petit-Séminaire de Valence (1921) [1]
Vicaire à Notre Dame de Valence
Curé de Puy-Saint-Martin (1933) [2]
16 février 1898
Luc-en-Diois
- Fils de Georges Joseph Antoine et d'Emma Jeanne Marie Marguerite AUDRA [3]
Agent de liaison
A pris part aux actions suivantes : Manonvillers, Montdidier, St-Quentin, Ligne Hindenburg.
- Ordre 194" n. 1., n° 389, du 22 octobre 1918: ; "Brave agent de liaison, Toujours volontaire pour les missions les plus dangereuses, A assuré son service de la façon la plus parfaite aux cours des combats d'août et septembre 1918 et en particulier dans les premiers jours d'octobre."
Démobilisé le 30 avril 1920  


^ Sommaire

Patronyme commençant par B

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Henri Joseph BARBE
Prêtre
Professeur Petit Séminaire de St-Paul-Trois-Châteaux.
08-09-1883
Nyons
20 août 1918
Carlepont
(Oise)
Mobilise (8.' A.) XIVe Sect. 1 ~ Ambulance. 11/18 (3 aout 1914);\ Train Sanit. Etat n° 15; combattant 56e R.I. (début 19I7); brancardier.
Tué d'une balle au cœur-, le 20 août 1918, à Carlepont, au moment ou il relevait des blessés.

- Ordre du 56'" R. I., août :" Brancardier d'un dévouement et d'un courage dignes d'éloges. Mortellement blessé le 20 aout 1918, en accomplissant son devoir."

- Médaille. Militaire posthume 5 juin (JO. 30 oct. 1919). même texte que ci-dessus
Fiche
✞ Mort pour la France  
Alexandre BARNASSON
Curé d'Eygalayes (1901)
Vicaire de Peyrus (1908)
Curé à Casablanca - Maroc (1921)
21 février 1876
Peyrus
- Fils d'Adrien et de Marie Madeleine BLANC
Brancardier Régimentaire

- Citation : Cité % du Régt n°51 de la 88e Division - Réserve Service Santé du 14/11/1917: "A fait preuve de la grande activité dans la direction d'une équipe de brancardiers chargés de procéder aux inhumations de cadavres ennemis dans un secteur difficile et soumis à de fréquents bonbardements. Relevé par %, à demander à rester à son poste" [4]

- Croix de Guerre Étoile de bronze
- Médaille commémorative Interalliée  
Joseph Aloïs Conrad Théodore BARNAUD
Vicaire de Saint-Jean-en-Royans
27 novembre 1881
Moras
11 février 1967
Moras
Fils de Jules Auguste BARNAUD (1838-1936) et d'Angélique MEYER (1857-1932)
Son frére Auguste-Bernard-Maurice BARNAUD, né en 1893, est décédé le 30 août 1916 à Verdun (Meuse) à l'âge de 23 ans.
Démobilisé, le 7 mars 1919

- Cité à l'% du Régiment n°48 du 26/101917 : Brancardier aumonier, il a fait preuve d'un courge remarquable accompagnant et pensant les blessés du groupe; C'est signalé en particulier lors du violant bombardements du 15 octobre 1917.
- Cité à l'% du 240 RAC, % n°151 du30/11/1918 : Aumonier volontaire du plus beau dévouement pendant la période du 20 août au 30 septembre. C'est beaucoup dépensé pour soigner les blessés à l'échelon. A pris part aux combats du 25 octobre au 6 novembre. Pendant cette dernière période et malgré une grande fatigue dus à une intoxication par gaz. Est resté à son poste de combat fesant preuve du plus beau moral. Se dépensant énormément pour ses blessés et les transportant sous de violant bombardements.

- Croix de Guerre avec étoile de bronze
- Médaille Militaire (décret du 18 mai 1934 JO du9/6/34
- Médaille de la Victoire n°916  
Marius Clément BAYARD
Vicaire de Grignan (1906)
Curé à Valence (1909)
(Chanoine honoraire
Secrétaire particulier de Mgr de GIBERGUES [5]
13 octobre 1880
Romans
- Fils de Joseph Antoine et Marie Zélie Anaïs CLEMANT
Engagé volontaire pour 3 ans le 12 septembre 1900
Brancardier aumônier, exerçant, sur sa demande, les fonctions de brancardier et d'aumônier dans une batterie, alors que l'ancienneté de sa classe l'eût autorisé à être versé dans une formation de l'arrière, s'est distingué par un calme exemplaire au feu et un mépris absolu du danger.
A été grièvement blessé à son poste le 22 juin 1916 par éclats d'obus.
Réformé pour fracture au péroné gauche au 1/3 inférieur, cicatrice profonde, gène de la marche par raideur du coup de pied.  
Noël Pierre Jean Adrien BLANC
Étudiant ecclésiastique
25 décembre 1895
Bourg-lès-Valence
7 octobre 1916
Morval
(Pas-de-Calais)
Fils de Jean Pierre BLANC et de Félicie NOIRET
Soldat de 2e classe au 355e Régiment d'Infanterie (355e RI)
Blessé au bras droit le 24 juillet 1915 devant Souchez
Citation : "Soldat d'élite. Étant auprès de son commandant de compagnie comme agent de liaison, s'est offert volontairement pour porter des ordres urgents. N'a pas hésité à franchir une zone de terrain battue par les mitrailleuses ennemies. Est tombé mortellement blessé, en accomplissant la mission qui lui a été confiée"
Médaille militaire
Fiche
✞ Mort pour la France  
Joseph BOSSAN
Curé de Vinsobres
Curé de Saint-Michel (1929) [6]
7 octobre 1888
Rochefort-Samson
- Ordination. le Dimanche 6 juillet 1914: Mgr l'Evêque de Valence a ordonné, dans la chapelle des Séminaires de Saint-Paul-trois-Châteaux, M. l'abbé Joseph BOSSAN, de Marches. [7]
Citation :
Ordre 75e R.I., n° 216, 6 novembre 1917:" Au front depuis le début de la campagne. Fait prisonnier le 3 sept. 1914, il réussi à s'évadé le 21 septembre. Revenu volontairement au régiment, a fait preuve en toutes circonstances de zèle et de dévouement. "  
"Louis" Auguste BOURBONNAIS
Vicaire à Montélimar
Curé de Sauzet (1921)[8]
Curé-archiprêtre de Chabeuil
Curé-archiprêtre de Saint-Barnard, à Romans (1936) [9]
28 mars 1882
Allan
- Fils de louis Auguste et de Virginie DELLIÈRE
Engagé volontaire pour 3 ans en 1901 en tant d'"Etudiant ecclésiastique"
Infirmier à la 18e Section (1914) - puis à la Colonial d'Infirmiers (1918)
Citation :
Ordre 4e R. A, C., n°133 - 21 février 1919:" Brancardier d'un dévouement remarquable et d'un courage a toute épreuve. Au cours de la campagne s'est dépensé sans compter, apportant aux blesses le concours de ses soins et donnant à tous le puissant réconfort de sa parole moralisatrice., S'est mOIltl'6 particulièrement brave :aux opérations du Fort de la Malmaison' (23 oct. 1917). aux attaques sur la Marne (2 et 3 juin 1918) avec le 33e R I.C., aux affaires de la forêt de Reims du 15 au 30 juillet, ramenant des blessés sans souci de la fatigue et des dangers, et donnant a tous le plus bel exemple d'abnégation poussé jusqu'au sacrifice,"
Démobilisé le 4 mars 1919  


^ Sommaire

Patronyme commençant par C

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Ernest Rémy CARRÉ
Curé se Saint-Christophe-le-Laris (1908)
Curé de Beaumont-Monteux (1914)
Curé de Peyrins (1924)
10 juillet 1879
Chantemerle-les-Blés
3 avril 1933
Valence
Fils de Charles CARRE et de Virginie Victoire MARTIN
Infirmier à la 5e, 6e puis à la 14e Section d'Infirmiers
Démobilisé le 23 février 1919
Citations :
- Ordre de Brigade, n° 494, 14 août l918: « A activement vivement coopéré à la relève des blessés, aux cours des combats du 8 au 10 août 1919. Brancardier, plein d'ardeur et d'entrain . A toujours donné, a ses camarades un bel exemple de courage et de dévouement."
- Ordre 94e R. I., n° 718, 18 janvier 1919 ;- "Brancardier très courageux et d'un grand dévouement. s'est de nouveau signalé lors de l'attaque du 1er novembre 1918, en assurant la relève et l'évacuation rapide des blessés du régiment sous de violents tires de mitrailleuses faisant preuve de beaucoup de sang-froid."
Croix de Guerre 2 étoiles de bronze  
Adrien-Henri CHAFFOIS
Curé de Saint-Michel-le-Colonel
13 mars 1881
Montlaur-en-Diois
4 septembre 1916
Au tunnel de Tavannes
Eix (Meuse)
Soldat trompette de 2e classe à la 14e section d'infirmiers militaires (14e SIM)
- Médaille Militaire posthume le 24 mars 1920 (J.O., 11 mai 1920) [10]: " Brave brancardier, s'est toujours très bien conduit et il a donné à ses chefs les plus complètes satisfactions."
- Croix de guerre avec étoile de bronze
Mort dans une explosion dans le Tunnel de Tavannes à Fleury devant Douaumont et Eix (Meuse)
Fiche
✞ Mort pour la France  
Charles-Jean CHALAMET
Professeur à l'institut de Saint-Paul-Trois-Châteaux
Curé à Montélimar
Directeur de l'école Sainte Croix (Montélimar - 1931)
8 mai 1882
Saint-Donat
- Fils de Jean Hippolyte Narcisse et Marie Joséphine Victorine CHUILON
Engagé volontaire pour 3 ans dans les conditions d'étudiants ecclésiastiques en 1902
Citations :
- Ordre A, 6 juin 1917 : " En de nombreuses circonstances, s'est porté avec le plus grand dévouement au secours de ses camarades blessés, montrant un complet mépris du danger. En particulier les 9 et 12 avril 1917, a prodigué ses solos, sous un bombardement violent, à des canonniers blessés n'appartenant pas à sa batterie, et a donne l'exemple d'un calme et d'un courage."
- Ordre 114e R. A. L., 22 août 1918: "A su, par son dévouement et par son courage, conquérir l'estime de tous au groupe, s'est prodigué les 14 et 18 mai et les 27 et ~3 juin 1918 pour secourir les blessés "
Démobilisé le 8 mars 1919
- Médaille Militaire [11]
- Médaille de la Victoire [12]
- Chevalier de la Légion d'honneur [13]  
"Léon" Adrien Baptiste CHALON
Vicaire à Die (rue Saint Vincent - 1909)
Vicaire à Saint-Vallier (1911)
Vicaire à Sisteron (1926)
30 janvier 1884
Rochefort-en-Valdaine
18 février 1948
Livron-sur-Drôme
Fils de Léon Claude et de Félicie PIALAT [14]
Officier d'administration de 3e classe en 1914 [15]
Officier d'administration de 2e classe le 10 décembre 1919
- Ordre 319e R. I., n° 667, 10 mars 1919: " Officier d'un dévouement absolu ; en juillet, 1918, a fait preuve de courage et d'audace en menant à bien plusieurs patrouil1es difficiles, fournissant ainsi de très utiles renseignements au commandement."
Démobilisé le 19 mars 1919  
Emile CHAMBON
Vicaire à Saint-Lambert-d'Albon (1914)
Curé de Saint-Nazaire-en-Royans
3 janvier 1887
Voreppe
(Isère)
- Citations:
Félicitations du Général. BARRET, Commandent du 14e C.A - 29 avril f915 : " Pour avoir avec un zèle et un dévouement dignes de tout les éloges identifies les soldats tues à l'ennemi dans la zone de la 27e D J, zone très battue par les balles et les obus ennemis."
- Ordre Division, if oct. 1915: " Engagé volontaire pour la durée de la guerre. D'un dévouement a toute épreuve, s'offrant spontanément avec le plus grand mépris du danger pour les missions périlleuses A toujours fait l 'admiration de tous par son courage et son sang froid. A été gravement blessé le 21 sept. dernier. "
- Ordre Brigade, 11 sept. 1920: " Sujet d'élite d'une bravoure sans égale. "
- Médaille Militaire 16 juin 1920 (J.O. 7 février 1921).
Réformé n°1 le 13 novembre 1918  
Henri CHAMBON
Vicaire à Saint-Donat
7 avril 1886
Montéléger
- Mobilise (S.A.) XIVe Sect. I M.G.B. D/74 (1er aout 1914)
Blessé le 22 février 1917 à Verdun
Citations :
- Ordre S. S. 74e I.. no 1(1, ?f] mars f9f7;: " Brancardier d'une bravoure et d'un sang-froid exceptionnels. A été blesse le 22 février 1917 en transportant sous le feu un de ses camarades."
- Ordre 71e B.C.P., 12 juin 1918 : "Chasseur doué de hautes qualités morales. S'est particulièrement distingué dans les opérations du 27 mai au 3 juin 1918, par son courage et son dévouement. "
-Ordre 70e D.I., n° 83, 29 oct. 1918 : " Brancardier' de bataillon faisant fonctions d'aumonier. Le 1er octobre 1918, s'est particulièrement signalé par son audace, son mépris du danger, en allant identifier les tués du bataillon en avant de la première ligne."
Démobilisé le 9 mars 1919  
Adrien CHEVAL
Curé de Saint-Thomas-en-Royans
20 janvier 1887
Marches
31 mai 1956
Hostun
Fils de Ferdinand CHEVAL (1848-1931) et Noémie "Sylvie" MOTTET (1858-1935)
Mobilise au 252e R. I. (4 aofIt 1914)
- - Ordre 259e R.I., n° 174, 2 juillet 1916: "Est demeuré, à son poste de chef de section ayant été plusieurs fois enterré sous le bombardements Blessé a refusé de se laisser, évacuer."
- Chevalier de la Légion d'honneur 13 août (J.O. (25 septembre 1916):" Excellent officier. N'a cessé depuis le début de la campagne, de se distinguer par ses brillantes qualités militaires. A été grièvement blessé le 13 août en maintenant sa section dans un poste avancé, sous un violent bombardement."  
Louis Marie Marcel CHEVALLIER
Séminariste
Curé à Issy-les-Moulineaux (1919)
Curé à Romans (1924)
Curé à Montélier (1940)
14 février 1895
Le Creusot
(Saône et Loire)
- Fils de Louis et de Marie JOURNEAUX
Grièvement blessé en Belgique (oct. 1918)
Citations :
- Ordre 159{{}} R.I. n°188, 2 décembre 1916 : " Agent de liaison d'un entier dévouement, à toujours rempli ses missions avec beaucoup de courage et de sang-froid, c'est particulièrement distingué aux combats les 4 et 5 septembre 1916."
- Ordre I.D./77, n° 38, 10 novembre 1918 : "Excellent soldat, modèle de devoir. Très grièvement blessé aux cotes de son commandant de bataillon, en reconnaissance, sous un violent bombardement."
Démobilisé le 6 février. 1919.  
Camille Louis Honore CRIMIER
Vicaire de la Cathédrale à Valence
13 juin 1881
Crest
7 janvier 1937
Saint-Paul-Trois-Châteaux
Fils de Jean-Louis CRIMIER et de Louise Thérèse LAMBERT
Mobilisé (S.A.) XIVe Sect. .I.M. H.D.E. 1/14 (3 aout 1914)
Citations :
Ordre 24e R.I. 12.oct. 1917: "Aumonier volontaire a fait preuve d'un esprit remarquable d'abnégation et de sacrifice, circulant dans les lignes de jour et de nuit, pansant les blesses, les réconfortant par sa présence. "
Ordre 28e D.I. 12 nov. 191B : " Brancardier d'une valeur exceptionnelle. Se fait de son devoir le plus noble sentiment. A fait l'admiration de ses chefs et de ses camarades pendant les attaques de sept. 1918, en Champagne, en se prodiguant auprès des blessés en terrain découvert malgré la violence des tires ennemis."
Démobilisé le 4 mars 1919  
Gaston CRIMIER
Vicaire de la Cathédrale à Valence (1922) [16]
Curé de Saint-Gervais
Curé de Beaufort-sur-Gervanne
Curé de Chabrillan (1929) [17]
18 août 1891
Crest
27 novembre 1969
Chabrillan
Fils de Jean-Louis CRIMIER et de Louise Thérèse LAMBERT
Frère de Camille-Louis-Honore (Vicaire de la Cathédrale à Valence)
En service au Maroc XXIe Section I.M. Amb. 13/18 le 8 août 1914
Médaille Hon. Ep; bronze 18 septembre (J.O. 23 septembre 1915 [18] Le diplôme porte: ".S'est particulièrement' distingué pendant l'épidémie de fièvre typhoïde (novembre 1914 à avril 1915).
Ordre 365e R.I. 1er novembre 1918: "Chef de liaison de compagnie de grande valeur, a transmis les ordres avec le plus grand esprit d'initiative dans. des circonstances difficiles."
- Médaille Coloniale du Maroc.
Démobilisé Je 20 août 1919  


^ Sommaire

Patronyme commençant par D

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
DÈCORME Gustave
Vicaire à La Chapelle-en-Vercors (1902)
Vicaire au Bourg-de-Péage (1905) Curé de Saint-James à Montélimar (1911)
Curé de Rochefort-Samson (1919)
18 décembre 1878
Anneyron
16 novembre 1920
Rochefort-Samson
Mobilisé à la 5e Section d'Infirmier Militaire
Démobilisé le 15 février 1919
✞ Mort des suites de la guerre le 16 novembre 1920
Pas de Fiche  


^ Sommaire

.

Patronyme commençant par E

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Louis EYNARD
Ordonné prêtre en 1909 [19]
Vicaire à Saint-Paul-Trois-Château
Vicaire à Notre Dame de Valence (1921) [20]
Curé archiprêtre à Crest (1935) [21]
9 mars 1887
Plan-de-Baix
- Fils d'Auguste EYNARD et de Marie DIDIER
Deux fois blessé (30 mai et 22 août 1918)
Citations :
Ordre 8e A.C., n° 297, 16 juin 1918 :"Sous-officier très courageux et très brave. Lo 30 mai 1918, attaque dans le poste qu'i commandait un ennemi dlx fois supérieur en nombre, lui a tenu tète jusqu'à 1a dernière extrémité. Pris à partie lui-même par un Allemand, qui le griffant à la figure, voulant le terrasser, a réussi à se dégager, et par son énergie et son activité, assuré la défense de, son poste, malgré un violent bombardement de minenworfer et d'obus de tous calibres:, a donné à tous le plus bel exemple de courage, de bravoure et de sang-froid."
Réformé n°1 le 13 août 1919
Chevalier de la Légion d'honneur 20 juin (J.O. 23 octobre 1919) : "Officier d'une rare énergie et d'un courage admirable. Le 22 août 1918, chargé d'une reconnaissance hardie pour facilité la poursuite, a été blessé très grièvement. Sa section étant encerclé par l'ennemi a lutter vaillamment, a lune pendant qu'il faisait prévenir son commandant de compagnie, qui l'a aidé à se dégager. Une citation"
Croix de Guerre avec étoile de vermeil et palme  


^ Sommaire

Patronyme commençant par F

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Placide Hippolyte FER
Étudiant ecclésiastique
18 octobre 1896
Nyons
3 septembre 1916
Leforest
(Pas-de-Calais)
Fils de Germain Jean Baptiste FER et de Marie Rose MATHIEU
Chasseur de 2e classe le 8 avril 1915, Caporal le 1er décembre 1915, Sergent le 20 décembre 1915, Aspirant le 1er janvier 1916
Passé au 13e Bataillon de Chasseurs à Pied le 21 janvier 1916
Médaille Militaire posthume - 4 dec. 1920 (J.O. 12 mai 1921) : "Jeune aspirant plein d' entrain. Le 3 sept, 1916, au Forest, a trouve une mort glorieuse en s'élançant en avant de sa section pour l'entra1ner a l'assaut d'une position fortement organisée. Croix de guerre avec étoile d'argent. "
Fiche
✞ Mort pour la France  


^ Sommaire

Patronyme commençant par G

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Maurice GAILHARD BANCEL
Tonsure (1914)
Étudiant à l'Institut Catholique de Paris
Docteur en droit, prêtre (1923)
Vicaire à Crest Archiprêtre du Désert de 1925 à 1958 [22]
25 septembre 1885
Grane
30 janvier 1972
Avignon
(Vaucluse)
Fils d'Hyacinthe de GAILHARD BANCEL (1849-1936) et d'Amélie BERGASSE (1860-1943)
Mobilisé (S.A.) Sergent. 526e R.I. (2 août 1914)
Blessé le 28 août 1914 à St Rémy (Vosges)
Ordre Armée 15 juillet (J.O. 2 sept. 1915): " Animé d'un sentiment très élevé du devoir, a toujours commandé sa section avec une rare énergie et beaucoup d'entrain. A été grièvement blessé en l'entrainant à l'attaque, au combat de Saint-Rémy-la-Salle (Vosges) du 22 août 1914."
Article de presse :
Nous venons de recevoir des nouvelles de notre compatriote, M. l'abbé Maurice de GAILHARD BANCEL. Notre ami va aussi bien que possible et cette blessure, qui aurait pu être très grave, a été, grâce à Dieu, relativement légère. C'est dans une charge à la baïonnette, à X... qu'il a été frappé. Une balle lui a traversé les deux cuisses, dans la partie supérieure, puis elle est allée se loger dans la poche de sa capote, où elle a brisé son sifflet et perforé son portefeuille. Le blessé a été soigné sur le champ de bataille par un de nos amis de la Drôme. M. CAMBUS, et un de ses confrères d'Issy, à l'ambulance, il a été pansé par deux prêtres du diocèse. Actuellement, il est, à Montélimar, l'objet de soins très attentifs. Il y a tout-lieu d'espérer que la guérison complète ne se fera pas trop attendre. C'est le vœu que forment tous ses amis, et ils sont très nombreux. [23]  
"Odon" Marie Etienne GAILLARD
Étudiant ecclésiastique
8 août 1895
Valence
16 avril 1917 (disparu)
8 août 1917 (retrouvé)
Craonne
Tranchée de Chevreux
(Aisne)
Fils de Jules Eusèbe Marie Rémi GAILLARD (1866-1930) et de Marie Hélène Antoinette DEFFOSSE (1870- )
Soldat au 208e régiment d'infanterie (208e RI)
Citations :
Ordre Brigade 8 sept. 1918: "Magnifique soldat ayant de son devoir la conception la plus haute. S'est lancé à l'assaut d'une tranchée ennemie, est tombé grièvement blessé à quelques mètre de cette tranchée. Ne pouvant marcher par suite de ses blessures, est reste sept jours dans le réseau de fil de fer barbelé ennemi qu'il impossible d'atteindre. Pendant cette période malgré le feu terrible, malgré ses souffrances a noté quotidiennement sur son carnet de route avec le plus admirable sang-froid ses impressions, écrivant qu'il était heureux d'avoir en faisant son devoir offert sa vie à la France. Tué par une balle au moment ou dans un extrême effort il essayait en rampant de regagner les lignes françaises."
Médaille Militaire posthume 16 oct. (J.O. 29 décembre 1920) ; "A toujours servi en brave et dévoué soldat. Tombé glorieusement pour la France le 8 août 1917 au bois de Chevreux.
Croix de Guerre avec étoile de bronze."

Tué au bois de Chevreux (plateau de Graonne) le 22 avril 1917, après être resté sept jours blessé dans des trous d'obus sur le champs de bataille. Son corps fut retrouvé en août 1917
Inhumé à la Nécropole nationale Beaurepaire (tombe 4549).
Fiche
✞ Mort pour la France  
Léon Aimé Evariste GEMENS
Vicaire de Châtillon-en-Diois
Curé de Lus-la-Croix-Haute
11 octobre 1884
Verclause
20 décembre 1955
Lus-la-Croix-Haute
Fils de Pierre Isidore GEMENS (1844-1895) et Henriette Eugenie ALEXIS (1851-)
Téléphoniste, blessé à la jambe le 11 décembre 1916
réformé n°1 le 1er février 1918
Citations :
Ordre 64e D.I. n° 345 11 janvier 1817 ; "Du 6 au 11 décembre 1916 a réparé, malgré des tirs violents d'artillerie allemande, les lignes téléphoniques et a été grièvement blessé au cours de cette mission."
Médaille Militaire 7 janvier (J.O. 8 mars 1917) "Bon et brave soldat. Blessé grièvement en faisant vaillamment son devoir le décembre 1916  
"Louis" Joseph Antoine GRANIER
Prêtre
5 février 1891
Pierrelatte
13 septembre 1914
Besançon
(Doubs)
Mobilise (S.A.) Sous-lieutenant au 75e R.I. (aout 1914)
Blessé, le 7 septembre 19l4, au Col de Saales; Mort a l'Hôpital de Clermont à Besançon, le 13 sept.
Chevalier de la Légion d'honneur, 22 août (J.O. 28 nqv. 1920) ; "Prêtre servant avec le grade d'officier,. d'une haute valeur morale et ayant pris en quelques jours de combat, par son abnégation une autorité absolue sur ses hommes. Blessé grièvement dans les Vosges, le 7 septembre 1914, en maintenant en place, dans des circonstances critiques, sa section déjà éprouvée par le feu, Mort des suites de ses blessures. A été cité"
Fiche
✞ Mort pour la France  
Paulin Louis GRASSOT
Missionnaire du Diois à Sainte Croix
Curé d'Omblèze(1927) [24]
Curé de la Motte-de-Galaure (1942)
22 juin 1897
Chalencon
(Ardèche)
4 février 1971
Valence
Fils de Frédéric GRASSOT et Rosine Julie BLANC
Mobilisé (S.A.) 17e R.I. (7 janv. 1916); XIVe Section I.M. (4 juillet 1916); 158e R. 1. (26 avril 1917); 5e R. 1.. C. (2 janvier 1918); Reg. Inf. Col. Maroc. (10 juill. 1018)
Démobilisé le 25 septembre. 1919
Citation :
Ordre R.I. Col. Maroc n" 260, 12 oct. 1918: " Grenadier d'élite. Au cours des attaques du 26 au 29 sept. 1918, s'est porté courageusement a l'assaut des positions ennemies et a contribue à la capture de nombreux prisonniers. "  
Paul Joseph Hector GRENOUILLET
Vicaire à Lamotte-Chalançon
Curé de Bouvières
Vicaire à Luc-en-Diois [25]
10 février 1887
Romans-sur-Isère
- Mobilisé (S.A.) 159e R.I. (2 août 1914)
Blessé le 3 septembre 1914
Démobilisé le 21 mars 1919
Citation ; Ordre 159 e R.I. - 3 sept. 1914 : "Très brave soldat, blessé a son poste de combat."  
Frédéric de GUYON
Vicaire à la cathédrale
Curé-archiprêtre de Mirabel-aux-Baronnies (1934) [26]
26 septembre 1895
Vaison-la-Romaine
(Vaucluse)
19 février 1988
Valence
Fils d'Ernest Raymond Joseph de GUYON (Notaire) et de Reine Marie Thérèse BROCHERY
Mobilisé (S.A.) combattant 34e R.I.C. Sergent
Blessé à Barleux le 20 juillet 1916
Démobilisé en 1919
Citations ;
Ordre Régiment, n° 585, 26 oct. 1917: "Excellent gradé. Blessé grièvement, le 20 juillet 1916, en accomplissant bravement son devoir."
Ordre Brigade, n° 4 25 juin 1918: " Sous-officier mitrailleur adjoint au chef de peloton de mitrailleurs, déjà blessé antérieurement. A donné de nouveau la mesure de son énergie dans les derniers combats par son sang-froid lucide, repérant dans les conditions périlleuses les emplacements précis des premières lignes de combat, assurant la liaison constante, a travers les péripéties de la bataille, avec les éléments d'infanterie voisins."
- Médaille Militaire
- Croix de Guerre avec 2 étoiles de bronze
- Chevalier de la Légion d'honneur décret du 27/05/76 (J.O. 27/05/76)  


^ Sommaire

Patronyme commençant par H

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Jean Joseph Antoine HYVERNAT
Étudiant ecclésiastique
19 mars 1895
Mâcon
(Saône-et-Loire)
13 février 1923
Bourg-lès-Valence
Fils de Jean et de Marie CAYNARD
Classe : 1915 (Romans - Drôme)
Domicile au moment du recrutement: Bourg-lès-Valence
Réformé temporairement le 24 mars 19155
Reformé n°1 100% le 29 sept. 1920
✞ Mort des suites de la guerre, le 13 février 1923 à Bourg-lès-Valence.  


^ Sommaire

Patronyme commençant par K

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
André KAISER
Curé des Monnières
Curé de Bouchet
Vicaire à Taulignan
Curé de Joncières (1911) [27]
Curé de Chantemerle-les-Blés
Curé-archiprêtre d'Etoile [28]
23 octobre
Saint-Étienne
Loire
- Récupéré (S.X.) XIIIe Section I.M. le 30 mars 1915
Volontaire pour Ambulance au front n°212 le 1er novembre 1916
Aumonier militaire au 31e D.I. le 28 juin 1918
Ordre 31e D.I. n° 375, 8 mars 1918 :" Depuis son arrivée à la Division, n'a cessé de contribuer dans sa sphère au maintien du moral de la troupe. Notamment pendant l'avance a travers la forêt de St Gobain et sur la Serre s'est prodigué dans les postes de secours des régiments, portant aux combattants le réconfort de sa parole et de son ministère au mépris des bombardements toxiques les plus violents. "
Démobilisé le 12 mars 1919  


^ Sommaire

Patronyme commençant par L

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Aimé LAFONT
Vicaire à Bourg-de-Péage (1922) [29]
30 décembre 1893
Piegros-la-Clastre
7 avril 1968
Aouste-sur-Sye
Fils de Marius Adrien LAFONT et Léa DELEGUE [30]
Mobilise (S.A.) 52e R.I. (2 aout 1914)
Blessé et prisonnier (aout 1914)
Démobilisé le 17 septembre 1919
Ordre Armée 23 juin (J.O. 8 sept. 1919): " Bon soldat et dévoué. A été blessé, le 19 aout 1914, a Meyssingot (Alsace) ; fait prisonnier, s'est évadé au bout de quarante-trois mois et a réussi a gagner la Suisse"
Article de presse:
Nous somme trop heureux d'apprendre que notre concitoyen Aimé LAFFOND, soldat au 52e d'infanterie, s'est évadé des geôles d'Allemagne où il était détenu depuis le 19 août 1914. Pour revenir en France il a dû, avec plusieurs de ses camarades, essuyer pas mal de difficultés que lui paie largement sa joie du retour. [31]  
Dosithé Marius Annyssé LAFONT
Séminariste
19 janvier 1887
Colonzelle
28 juillet 1918
Parcy-et-Tigny
(Aisne)
Fils d'Alfred Auguste LAFONT et Marie Célestine GUEYMARD
Capitaine au 350e régiment d'infanterie (350e RI)
Classe 1907 - Bureau de recrutement de Montélimar N° 236
Tué d'une balle en plein front, le 28 juillet 1918.
Citations ;
Ordre Division, 195 : "Le commandant du bataillon étant tombé, a été grièvement blessé en se portant en avant pour prendre le commandement du bataillon et reconnaitre 1a position."
Ordre 20e C.A. n° 862, 15 août 1918 : "Commandant de compagnie, d'un zèle et d'une conscience rares, homme de devoir et d'abnégation , a reçu une mort glorieuse, le 28 juillet 1918, en visitant ses premières lignes a plusieurs reprises aux vues rapprochées et sous le tire des fusils et des mitrailleuses de l'ennemi."
Chevalier de la Légion d'honneur posthume.
Transcription du décès à Buis-les-Baronnies
Fiche
✞ Mort pour la France  
Vincent "Toussaint" LAGUT
Vicaire à Nyons
21 septembre 1881
Clérieux
22 juin 1917
Saint-Maurice
(Val-de-Marne)
Mobilisé (S.A.) XVe Section I..M., Infirmier Ambulancier (5 aout -1014}
Aumônier militaire au 213e régiment d'artillerie (213e RA)
Grièvement blessé en Champagne, le 31 mal 1917 ; décédé à l'Hôpital complémentaire du Val de Grace, n° II, 11 Paris, le 22 juin 1917.
Ordre 2e Groupe 213e R.A.C., 28 juin 1917: " Infirmier modèle. Grièvement blesse, le 31 mai 1917. en partant secours à des blessés sous un violent bombardement"
Médaille Militaire posthume.
Lieu de transcription du décès à Montchenu (Drôme)
Fiche ✞ Mort pour la France  
Eugène LEYDIER
Prêtre
Curé de la Motte-Chalençon
Chanoine honoraire de Notre Dame de Valence (1934)
6 octobre 1889
Rochetaillée
près Saint-Barthelemy-de-Vals
11 février 1961
Valence
Fils de Georges Jules Camille LEYDIER (1845-1907) et de Louise Pierrette Elisa NIKLY (1858-1922)
Mobilisé (S.X.) infirmier au 75e R.I. (3 août I9I4.)
Démobilisé en mai I919
Citations :
Ordre 22e R.I. n° 21, 18 avril 1916 : "S'est précipité un des premiers dans une cave menacée d'effondrement et il venait de tomber un obus, pour opérer le sauvetage des blessés."
Ordre C. A. n° 159, 6 nov. 1917: " Caporal-brancardier extrêmement brave et très dévoué. A refusé, de partir en permission pour assurer son service pendant 1'attaque, le 23 octobre. 1917; bien qu'ayant été commotionné par l'éclatement d'un gros projectile sur le poste de secours, n'a cessé, pendant toute la journée, de se prodiguer dans tous les endroits dangereux au secours des blessés."  
Elie Louis LIOTARD
Vicaire à Pierrelatte (1924)
Vicaire à Notre-Dame de Valence (1925)
Curé de Beaufort-sur-Gervanne (1929) [32]
et dessert les paroisses de Plan-de-Baix et d'Eygluy
Curé de Peyrins avec le titre d'Archiprêtre Honoraire (1938)
4 avril 1898
Pontaix
18 janvier 1974
Hôpital de Romans-sur-Isère
Fils d'Antoine LIOTARD et Marie Célina TEMPLIER
Mobilisé (8. A.) 1576 R. I. (16 avr. 1917)
Blessé le 18 juin 1918
Démobilisé le 16 avril 1920
Ordre 26e R.I. n° 130, 8 juillet 1918 ; "Jeune soldat, modeste, courageux et dévoué, observateur du bataillon ; au cours de l'attaque du 28 juillet 1918, est reste à son poste sous un bombardement violent et a été blessé."  


^ Sommaire

Patronyme commençant par M

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Albert Joseph Alfred MANEINT
Séminariste
14 février 1894
Grignan
18 mai 1915
Valréas
(Vaucluse)
Soldat de 2e classe au 157e régiment d'infanterie (157e RI)
Mort de maladie contracté en service à l'hôpital N°129 bis, 84 (congestion pulmonaire)
Articles de presse ;
- 1/ M. l'Abbé Albert MANIENT, séminariste du diocèse de Valence ; un directeur du Grand Séminaire a écrit de lui : "Sa belle écriture nette, soignée, offrant une imge de vie, où tout était à sa place dans un ordre parfait. Il entendait accomplir ses obligations de soldat consciencieusement comme le reste : 18 mai 21 ans." [33]
- 2/ Le diocèse de Valence vient encore d'être éprouvé par la mort d'un grand séminariste, M. l'abbé Albert MANIENT enlevé pour une double pneumonie, le mardi 18 mai à l'hôpital miliaire de Valréas. Le 13 décembre 1914 pour répondre à l'appel de la mobilisation de sa classe (la classe 1914). Albert MANIENT se rendit au dépôt de Gap pour être ensuite dirigé sur le camp de concentration de Valréas. C'est là que pendant cinq mois il devait donner à ses chefs la preuve d'une obéissance encore plus chrétienne que militaire et d'une endurance extrême et c'est là aussi que la mort l'a marqué de son sceau et l'a enlevé si prématurément à l'affection de sa famille naturelle et ecclésiastique. Les supérieurs qui sous sa nature plutôt timide, avaient su discerner les trésors de son Unie et de son esprit, déplorent sa mort qui prive le diocèse d'un prêtre qu'on devinait devoir être très bon. Mais, ainsi que l'a dit si éloquemment M. le chanoine VERNET dans l'allocution qu'il a prononcée après l'absoute, il n'y a pas seulement les travailleurs d'ici bas, il y a aussi les travailleurs du ciel. Et, quand les apôtres de la terre semblent faire défaut, ceux qui sont auprès de Dieu ne manquent jamais à leur tâche. Le jeune Albert MANEINT se range parmi ces deniers. Les obsèques ont eu lieu à Valréas le mercredi 19 mai et ses restes transportés à Grignan.[34]
Médaille Militaire posthume
Fiche
✞ Mort pour la France  
Eugène MARCON
Séminariste à Lyon (1904)
Professeur au Petit Séminaire
10septembre 1876
Saint-Julien-en-Vercors
1 juin 1922 Réformé n°2 le 20 avril 1915
Décédé le 21 juin 1922, des suites de maladie contractée en service.
Inhumé au Cimetière de Saint-Julien-en-Vercors
A savoir : Le 7 juin 1904, ont eu lieu, à Saint-Julien-en-Vercors, les funérailles solennelles de M. Adrien MARCON, président du conseil de fabrique de cette paroisse. Le regretté défunt qui n'était âgé que de 56 ans, était pieusement décédé à Lyon, à la suite d'une grave opération. Il était la frère de M. le chanoine MARCON, mort, il y a deux ans, aumônier de l'hospice de Romans il est le père de M. l'abbé Eugène MARCON, actuellement étudiant du séminaire universitaire de Lyon. [35]  
Elie "Germain" Daniel MARCON
Vicaire à Taulignan
Vicaire à Chabeuil (1910) [36]
Vicaire à Sainte-Croix de Montélimar
Aumônier de l'Hôtel-Dieu de Montélimar (1926) [37]
30 décembre 1883
Saint-Martin-en-Vercors
8 mars 1962
Montélimar
Fils de Daniel Louis MARCON (1843-1906) et de Marie Sabine BON (1851-1933)
Mobilisé S.A. XIVe Section I.M. G.B.D/74 (4 août 1914)
Démobilisé le 22 mars1919
Ordre S.S. 88e C.A., n° 58, 18 novembre 1918 ; "Excellent brancardier, modèle de dévouement et de conscience professionnelle notamment dans les circonstances difficiles et périlleuses notamment au cours des combats de Crouy Chadutun et de la région de Massiges, s'est toujours distingué par son endurance et sa bravoure"  
Joseph "Camille" MICHEL
Nouveau prêtre nommé vicaire à Meymans (1898) [38]
Curé de Montboucher
21 février 1873
La Laupie
22 juillet 1918
Angers
(Maine-et-Loire)
Soldat 14e Section d'Infirmiers Militaires (14e S.I.M.)
Mort à l'hôpital mixte d'Angers, le 22 juillet 1918 des suites de blessures reçues le 17 juillet dans un accident de chemin de fer.
Fiche
✞ Mort pour la France  
Eugène MICHELON
Ordonné prêtre à Saint-Paul-Trois-Châteaux (1921)
Professeur à l'Institution Notre-Dame de Valence (1921)
Vicaire à Chabeuil (1923)
Curé d'Aix-en-Diois (1927) [39]
Curé à Puy-St-Martin (1931)
Préfet de discipline à l'Institution Notre-Dame (1933)
2 avril 1894
Vinsobres
18 janvier 1835
Valence
Mobilisé (S.A.) 12e B.C.A.(1914)
Démobilisé le 19 septembre 1919
Ordre A.D/77 n°41, 8 août 1918 ; "Très dévoué et très courageux, n'a cessé de faire preuve d'entrain, de bonne volonté et de dévouement, pendant les combats du 15 juillet au 2 août 1918"
Le vendredi, 18 janvier 1935, mourait à Valence, à la clinique Saint-Joseph, après plusieurs mois d'immobilisation occasionné par un accident et par suite d'une complication soudaine qui l'a emporté : M. l'abbé Eugène MICHELON. [40]  
Henri MOINS
Ordonné prêtre (1907) [41]
Curé de Propiac
5 novembre 1880
Saint-Basile
(Ardèche)
10 novembre 1915
Orange
(Vaucluse)
Fils d'Henry MOINS et Marie Philomène MICHEL
Soldat de 2e classe 15e Section d'Infirmiers Militaires (15e S.I.M.)
Décédé le 10 novembre 1915, de maladie contractée au chevet des malades, à l'hôpital mixte d'Orange.
Fiche
✞ Mort pour la France  
Charles (Antoine) Joseph de MONTGOLFIER
Séminariste à Saint Sulpice [42]
Curé de Luc-en-Diois
17 mars 1895
Lacenas
(Rhône)
septembre 1928
Thorenc - Valderoure
(Alpes-Maritimes)
Fils de Charles Henri Marie de MONTGOLFIER et Marie Emilie THIVEL
Mobilisé (S.A.) 140e R.I. (14 décembre 1914)
Reformé. temporaire le 4 février 1915
Démobilisé le 16 septembre 1919
Ordre 140e, mars 1918 ; "Sous-officier consciencieux et brave. Grièvement blessé a son poste de combat le 11 mars 1918. Déjà blesse le 17 avril 1911. Deux fois volontaire pour revenir au front."  


^ Sommaire


Patronyme commençant par N

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Pierre Lucien NICOLAS
Séminariste du Grand-Séminaire de Valence
20 mars 1895
Valence
19 août 1914
Maisonsgoutte
(Bas-Rhin)
Fils de Joseph Auguste et de Marie Joséphine BENOIT
Caporal au 52e Régiment d'Infanterie (52e RI)
Médaille Militaire posthume, 18mai (J.O. 12 juin 1923) "Caporal énergique et brave, ayant toujours donne l'exemple du devoir. Tombé g1orieusement au champs d'honneur , le19 août 1914 dans les Vosges. Croix de guerre avec étoile de bronze"
Lu dans la presse ; M. Pierre Nicolas, séminariste du Grand-Séminaire de Valence, du 52° d' infanterie " Caporal des plus dévoués et des plus courageux " dit la lettre du colonel. [43]
Transcription, le 7 juillet 1921, à Annonay (Ardèche)
Fiche
✞ Mort pour la France  


^ Sommaire

Patronyme commençant par P

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
(Joseph Adrien) Urbain PALADEL
Professeur à l'institut Notre-Dame de St-Paul-Trois-Château
Desservant à Payzac (Ardèche)
Curé de Vinsobres
2 septembre 1885
Faugères
(Ardèche)
15 décembre 1918
Vinsobres
Fils de Maurice PALADEL et de Marie BADAROUX
Réformé n°2 le 21 mai 1907
Sursitaire jusqu'au 31 juillet 1918
Mobilisé (S.X.) 52e R.I.
Hospitalisé le 2 mai 1918
Réformé en août 1918
✞ Décédé le 15 décembre 1918, des suites de maladie contractée en service.
Paru au Journal officiel: Par décret du 22 octobre 1906, sur le rapport du ministre de l'instruction publique, des beaux-arts et des cultes et du ministre des finances, les neuf pensions ecclésiastiques ci-après sont approuvées, avec jouissance du 1er janvier 1906 :... PALADEL (Joseph-Adrien-Urbain), desservant à Payzac (Ardèche) [44]
Pas de Fiche  
Maurice PASCALIN
Curé de Lachau
Curé de Réauville (1926) [45]
Curé de Saint-Gervais-sur-Roubion (1928) [46]
19 mars 1883
Bégude-de-Mazenc
- Mobilise (S.A.) XIVe Section I.M. G.B.D/74 (2 août 1914)
Blessé le 18 août 1918 à Tracy-le-Val (Oise)
Démobilisé le 11 mars 1919
Ordre 180e R. A. L., n°91 1918 : "Prêtre, a su s'imposer à ses camarades par sa bonté et ses belles qualités. Infirmier a assuré son service avec calme et abnégation, sous les bombardements les plus violents. Blessé à son poste, le 18 août 1818"  
Léon Jean PESTRE
Curé à Saint-Julien-en-Quint (1909) [47]
24 juin 1884
Montlaur-en-Diois
6 juin 1916
Landrecourt-Lempire
(Meuse)
Caporal au 52e régiment d'infanterie (52e RI)
Ordre Brigade 1916 ; "A, malgré un bombardement continuel et des plus violent assuré la liaison téléphonique en allant a plusieurs reprises réparer 1a ligne coupée par les obus, en mai 1916 devant Verdun."
Medaille Militaire posthume 25 avril 1921 (J.O. 12 mai 1921) :" Caporal d'une bravoure réputée, qui s'est fait remarquer par sa belle conduite au feu. Mort pour la France le 6 juin 1916, des suites de glorieuses blessures reçues à Verdun. Croix de guerre avec étoile d'argent. "
Inhumé au cimetière communal de Montlaur-en-Diois
Fiche
✞ Mort pour la France  
Maurice Jean PINGET-BOJON
(Maurice Jean PINJET BOJON)
Prêtre
15 juillet 1888
Saint-Rambert-d'Albon
22 juillet 1915
Lingekopf
Commune d'Orbey
(Haut-Rhin)
Sergent 30e bataillon de chasseurs (30e BC) puis au 30e bataillon de chasseurs alpins (30e BCA)
Tué, au Lingekopf, le 22 juillet 1915, d'une balle en plein cœur, en conduisant sa demi-section a l'assaut d'un fortin.
Médaille Militaire posthume 24- sept. " Tué glorieusement à son poste de combat en faisant vaillamment son devoir, le 22 juillet 1915,·au Lingekopf. A été cité. "
Hommage du journal : La Croix de la Drôme :M. l'abbé Maurice Pinget, ordonné prêtre l'année dernière, venait d'être enlevé par un éclat d'obus et il tombait sur la terre d'Alsace dont il était fier de fouler le sol. M. l'abbé Pinget appartenait à une famille éminemment chrétienne. Il était l'aîné de quatre garçons dont deux se trouvent actuellement sur le front. Prêtre pieux et zélé, aimé de tous ses condisciples, il réunissait en lui toutes les qualités sacerdotales et nous savons que Monseigneur fondait sur lui les plus belles espérances. Au mois d'août dernier, presque au lendemain de son ordination, il quittait le foyer familial pour aller, en qualité de sergent, défendre son pays, montrant ainsi que sous la soutane du prêtre, battra toujours un cœur de Français. Il partait heureux et fier ; nous espérions tous le revoir après la victoire finale. Dieu ne l'a pas permis et après un an de combats accompagnés de sacrifices journaliers, il meurt sans avoir entrevu le triomphe de notre chère France. Mais, nous en sommes persuadés, son dernier regard aura été pour son église de Saint-Rambert où il célébrait, il y a un an, une de ses premières messes comme aussi sa dernière prière aura été pour ses parents dont il était à juste titre l'orgueil. [48]
Fiche
✞ Mort pour la France  
Séraphin PITAVY
Professeur externat de Notre Dame de Valence
Sous-directeur de la Maîtrise de la Cathédrale de Valence
1889
La Motte-Chalancon
- Démobilisé le en juillet 1919
Ordre Brigade, 1917 : " Sous-officier de grande valeur, a contribué par son courage et son sang-froid à maintenir le moral des ses hommes soumis à de violents bombardements, s'est dépensé sans compté du 2 au 6 août 1917 et a contribué pour une large part au dégagement d'hommes ensevelis et au transport des blessés "
Témoignage d'estime et d'honneur ; En faisant part officiellement de cette promotion, dimanche dernier, & la Messe capitulaire, Monseigneur voulut profiter de la présence du vénérable Chapitre pour décerner un particulier témoignage d'estime et d'honneur à M. l'abbé Séraphin PITAVY, sous-directeur de la Maîtrise, à qui la Cathédrale doit, depuis quelques années, la très intéressante "schola" [49] des jeunes maitrisiens, dont la voix pure et artistiquement exercée donne un si grand charme à nos offices liturgiques. M. l'abbé Séraphin PITAVY est autorisé, à titre personnel, à porter la mozette [50] des Archiprêtres. Mous adressons à M. l'abbé PITAVY nos vives et sincères félicitations. [51]  


^ Sommaire

Patronyme commençant par R

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Louis Jean Paul REY
Vicaire à Nyons
18 mai 1889
Clérieur
- Fils de Jean Louis REY et de Marie Pauline ROBERT
Démobilisé le 25 juillet 1919
Ordre 74e D.I. n° 190, 7 avril 1917: " Au cours d'un violent bombardement, le 9 mars 1917, ayant transporté un blessé au poste de secours, est de nouveau retourné à la position de batterie pour chercher un brigadier blessé i a été lui-même très grièvement blessé. "  


^ Sommaire

Patronyme commençant par Q

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Pierre "René" QUINON
Prêtre
4 mars 1888
Tain-l'Hermitage
- Caporal au 178 e rég. d'infanterie alpine.
Ordre- Régiment, n° 435, 23 janvier 1917: " Caporal brancardier d'un courage et d'un dévouement inlassables. La. 20 janvi-e1', s'est lancé entre les deux lignes. pour ramener le corps d'un homme qui vel1ait d'être tué au cours d'une reconnaissance. "
Ordre 88e Brigade, no 81, 15 avril 1917r: " Brancardier d'un courage. et d'un dévouement sans limite. Toujours Volontaire pour la compagnie les missions périlleuses. N'a pas cessé, pendant les combats du 25 mars au 15 avril 1917, de .parcourir les avant-postes, réconfortant les blessés Est parti, le 11 avril 1917, avec une vague d'assaut, sur la position ennemie, et a réussi à ramener en plein jour, et malgré un feu violent de mltraiI1euses et d'infanterie. un de ses camarades blessé."
Ordre 1er C.A.C., n° 74, 17 octobre 1918 : " Brancardier, a montré un dévouement, admirable pendant trois jours d'attaque, passant jour et nuit aux points les plus critiques. en avant des lignes, pour relever et consoler les blessés. S'est prodigué, malgré 1a fatigue, sous les rafales de projectiles, avec une bonté souriante. "
Croix de guerre belge. 3 février 1919
Médaille Militaire anglaise, 1919.
Chevalier de la Légion d'honneur [52]  


^ Sommaire

Patronyme commençant par S

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Pierre Henri Louis SARTRE
Vicaire à Luc-en-Diois
Curé à Bourg-de-Péage
Sainte Croix de Valence
Curé de Hauterives
28 novembre 1897
Crest
- Fils d'Henri Zéphirin SARTRE et Marie Louise ROCHE
Mobilisé (S.A. 163e R.I., le 7 janvier 1916
Démobilisé le 25 septembre 1919
Médaille Italienne le 20 mars 1918
Ordre 203e R.I. n°279, 28 juillet 1918 ; " Blessé grièvement, le 20 juillet 1918 au bois le Prêtre, au cours d'une reconnaissance  


^ Sommaire

Patronyme commençant par T

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Marius Jean TARDY
Curé à Charols
6 décembre 1892
Terrenoire [53]
(Loire)
-
Fils de Claudius TARDY et de Françoise COURBON
En service (S.A.° 52{{}} R.I. le 2 août 1914
Blessé au denou droit et prisonnier à Moynmoutier
Réformé n°1, le 12 juillet 1915
Remise de croix de guerre Le jeudi 17 février 1916, une foule sympathique tait réunie sur la place Notre-Dame, pour la remise de médailles militaires et de croix de guerre. Parmi les soldats qui devaient être décorés, on remarquait un de nos grands séminaristes, M. l'abbé TARDY et la cérémonie en devenait plus émouvante. Après une revue des troupes, le colonel commandant le 157e régiment d'infanterie donna lecture de la citation à l'ordre de l'armée que voici :La médaille militaire a été conférée au militaire dont le nom suit : TARDY Marius-Jean, soldat au 52e d'infanterie. Très bon soldat. Agent de liaison auprès de son capitaine, a toujours rempli avec le plus grand zèle et le plus grand courage les missions qui lui ont été confiées. Blessé grièvement le 27 août 1914. Amputé de la jambe droite. La présente nomination comporte l'attribution de la Croix de guerre avec palme.
La remise de la médaille militaire à l'abbé TARDY se fit suivant le rite traditionnel. Et alors, s'évoquèrent pour ses amis, les diverses étapes d'un héroïsme qui aboutissait à une consécration si justement glorieuse. L'abbé TARDY connut d'abord les heures lumineuses des premiers jours d'août, où « l' on marchait au martyre en chantant », où l'on franchissait les cols, les vallées et les plaines comme pour un jeu de vitesse, et où l'enthousiasme se magnifiait pour beaucoup de la vision plus nette d'un idéal supérieur. Je vais â cette guerre, disait Ernest PSICHARI, comme â une croisade; parce-que je sens qu'ii s'agit de défendre les deux grandes causes à qui j'ai voué ma vie : Dieu et la France. Aux heures d'exaltation Joyeuse, succédèrent les jours de la retraite lourde d'angoisse, où brillait, tenace quand même, l'espoir.
Le 27 août au matin, l'abbé TARDY était blessé par une balle de shrapnell. Il demeure sur le champ de bataille jusqu'au lendemain. Relevé par les Boches, il souffrit, à Moyenmoutier, toutes les détresses d'une captivité délaissée. Mais, le 12 septembre, les Français reprirent la localité, et il retrouva la joie de la liberté si ardemment désirée. Evacué sur Lyon, au pied de Notre-Dame de Fourvière, il vécut, pendant onze mois, la vie d'hôpital, toute faite d'oblations silencieuses. Le 26 octobre, l'amputation de la jambe droite avait été jugée nécessaire. Puis, ç'avait été, peu à peu, la grande paix reposante de la convalescence, illuminée de la joie qu'apporta ca jour Monseigneur : Notre Saint-Père le Pape accordait à l'abbé TARDY, malgré irrégularité canonique provenant de l'amputation, la faveur de recevoir le sacerdoce.
C'est dans l'intimité recueillie du Grand Séminaire que la consécration officielle d'un héroïsme qui voulut être modeste, est venu trouver notre ami. Les confrères sont fiers fit heureux d'offrir au nouveau décoré leur félicitations émues, et d'enregistrer cette cérémonie comme une belle page dans le Livre d'Or du clergé de la Drôme.
Nous nous en voudrions de ne pas noter, en terminant, le geste généreusement délicat des dames du comité de la Croix-Rouge de Saint-Paul-Trois-Châteaux qui, depuis le début de la guerre, se dévouent inlassablement à toutes les œuvres de zèle : à l'issue de la cérémonie, elles se sont réunies à la cure (local actuel du Grand Séminaire) et ont voulu fixer le souvenir de cette journée par l'offrande d un riche bréviaire à M. l'abbé TARDY, en vue de son prochain appel au sous-diaconat.
La « Croix de la Drôme offre ses plus sincères et ses plus sympathiques félicitations à M. l'abbé TARDY.
[54]  
Marius TERRAIL (Livre d'or du clergé)
Marius Désiré TERRAS (Mémoire des hommes)
Ordonné prêtre (nov. 1898) [55]
Professeur au Petit-Séminaire (1898) [56]
Curé de la Bégude-de-Mézenc
26 mars 1874
Saillans
6 juin 1917
Prouilly
(Marne)
Fils de Victor Julien André TERRAS et d'Adeline EYMARD
Soldat de 2e classe à la 1er Section d'Infirmiers Militaires(1er SIM)
Tué le 6 mai 1917, dans un déraillement du train sanitaire qu'il desservait.
Lieu de transcription du décès à La Bégude-de-Mazenc
Fiche
✞ Mort pour la France  


^ Sommaire

Patronyme commençant par V

Prénom(s) NOM Naissance Décès Observations
Adrien Gabriel VIGNON
Tonsuré (1921)
Ordonné prêtre le 6 juillet 1924
Vicaire à la paroisse Saint Jean de Valence (1924)
Curé de Mévouillon (1927)
Curé de Sahune (1929)
Curé de Châteauneuf-sur-Isère (1943)
Curé de Mours (1952)
6 janvier 1894
Marches
27 juillet 1956
Mours-Saint-Eusèbe
Fils de Jean Julien VIGNON et Zélie Joséphine MALOSSANE
Sergent au 55e Régiment d'Infanterie (55e RI)
- Blessé le 16 juin 1915 à Souchet ; plaie obtuse cuisse gauche par éclats d'obus
- Blessé le 24 octobre 1916 Brachez ; Plaie région deltoïdienne droite par E.O.
- Blessé le 24 mai 1917 à Vacherauville par éclats de grenade à la langue
- Blessé le 20 juin 1918 à Villers S/Coudun ; Par éclats pétarde main droite et genou droit
- Cité à l'% du Régiment n°127 du 28 décembre 1915 ;"Agent de liaison d'un courage et d'un dévouement remarquables. Blessé en portant un ordre."
- Cité à l'% de la Brigade n°21 du 28 septembre 1916 ; "Bricadier volontaire, le 4 septembre 1916 au soir, malgré les fatigues de la journée, n'a pas hésité à faire des patrouilles entre les lignes , et à ainsi ramené et sauvé des soldats."
- Cité à l'% du Régiment n°188 du 2 décembre 1916 ; "Blessé le 21 octobre dans un poste de guetteur violement bombardé."
- Cité à l'% de la Division n°154 du 4 novembre 1918 ; "Gradé, d'un allant et d'un courage remarquable , s'est particulièrement distingué au cours des attaques des 8, 9 et 17 octobre 1918. Le 12 octobre a entrainé une partie de sa compagnie privée de tous officiers."
Croix de Guerre avec étoile d'argent
Médaille Militaire
Démobilisé le 6 septembre 1919
✞ Inhumé le 30 juillet 1956 au cimetière de Mours  


^ Sommaire

Visuel sources.png Sources

Référence.png Notes et références

  1. Source: Lectura Plus: La Croix de la Drôme 1923/10/07 Edité en 1923
  2. Source: Lectura Plus: La Croix de la Drôme 1933/09/23 - Edité en 1933
  3. AD de la Drôme en ligne - Cote 2Mi 2636/R1 (1897-1905) page 24/71
  4. Source: Lectura Plus - La Croix de la Drôme 1918/03/10 - Edité en 1918
  5. Mgr GIBERGUES, Emmanuel Martin de (1855-1919) - Evêque De Valence.
  6. Source: Lectura Plus : La Croix de la Drôme 1929/09/29 - Edité en 1929
  7. Source: Lectura Plus : La Croix de la Drôme 1914/07/19 - Edité en 1914
  8. Source: Lectura Plus : La Croix de la Drôme 1921/11/13 - Edité en 1921
  9. Source: Lectura Plus : La Croix de la Drôme 1936/03/08 - Edité en 1936
  10. Source: Gallica ; Journal officiel de la République française. Lois et décrets - 1920/05/11 (Année 52, N°129) - Édité en 1920
  11. Décret du 18/5/34 J.O. du 9/6/34
  12. Certificat n°1224 délivré le 30/11/37
  13. Base Léonore : Cote : 19800035/813/92461
  14. AD Drôme en ligne - Rochefort-en-Valdaine N°1 p160 - Décès: Mention sur l'acte de naissance
  15. Décret Présidentiel du 7 novembre 1914 (J.O. du 11 novembre 1914)
  16. Source: Lectura Plus : La Croix de la Drôme 1922/07/30 - Edité en 1922
  17. Source: Lectura Plus : La Croix de la Drôme 1929/09/29 - Edité en 1929
  18. Source: Gallica: Journal officiel de la République française. Lois et décrets - 1915/09/23 (Année 47, N°258) - Edité en 1915
  19. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1909/04/11 - Edité en 1909
  20. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1925/01/25 - Edité en 1925
  21. Source: Lectura Plus : La Croix de la Drôme 1935/09/01 - Edité en 1935
  22. Geneanet ; Arbre de : ndbdv266974
  23. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1914/09/13 - Edité en 1914
  24. Source: Lectura Plus : La Croix de la Drôme 1927/09/11 - Edité en 1927
  25. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1921/09/11 - Edité en 1921
  26. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1934/12/30 - Edité en 1934
  27. Source: RetroNews ; Le Petit Marseillais : journal quotidien ["puis" journal politique quotidien "puis" le plus important des journaux de province] 1911/09/24
  28. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1935/06/30 - Edité en 1935
  29. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1922/09/10 - Edité en 1922
  30. AD de la Drôme en ligne - Cote 2Mi 945/R2 (1875-1899) page 404/552 (naissance et décès en marge)
  31. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1918/05/05 - Edité en 1918
  32. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1929/09/29 - Edité en 1929
  33. Source: RetroNews ; Petit Marseillais : journal quotidien politique quotidien 1915/06/05 - Edité en 1915
  34. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1915/06/06 - Edité en 1915
  35. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1904/06/12 - Edité en 1904
  36. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1910/10/09 - Edité en 1910
  37. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1926/07/04 - Edité en 1926
  38. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1898/11/06 - Edité en 1898
  39. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1927/07/17 - Edité en 1927
  40. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1935/01/27 - Edité en 1935
  41. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1907/06/09 - Edité en 1907
  42. Fondé en 1642 par Jean-Jacques Olier, curé de l'église Saint-Sulpice à Paris, le Séminaire Saint-Sulpice forme des prêtres diocésains. (Issy-les-Moulineaux)
  43. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1914/10/18 - Edité en 1914
  44. Source: Gallica ; Journal officiel de la République française. Lois et décrets - 1906/10/28 (Année 38, N°293) - Edité en 1906
  45. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1926/10/31 - Edité en 1926
  46. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1928/08/26 - Edité en 1928
  47. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1909/08/15 - Edité en 1909
  48. Source: Lectura Plus : La Croix de la Drôme 1915/08/08 - Edité en 1915
  49. Schola : un mot latin signifiant "école" ou "groupe" - maîtrise de chant d'une église
  50. Mozette : Manteau qui couvre des épaules jusqu'à la taille porté par les ecclésiastiques catholiques lors des cérémonies. La couleur de la mozette varie selon la fonction du propriétaire.
  51. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1930/04/06 - Edité en 1930
  52. Base Léonore : Cote 19800035/1026/18394
  53. Saint-Étienne a absorbé en 1969 ; Terrenoire
  54. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1916/03/05 - Edité en 1916
  55. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1898/11/06 - Edité en 1898
  56. Source: Lectura Plus ; La Croix de la Drôme 1898/11/20 - Edité en 1898