Dictionnaire des termes du Blason - C

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher

< Retour au dictionnaire des termes du blason

Dictionnaire des termes du blason

Accueil - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Voir aussi : Héraldique - Blasons des régions et départements français ou des anciens pays et anciennes provinces français


Cablé : Signifie que des objets, tels que fasces, croix, etc., semblent formés de cables tortillés.


Cabré : Se dit d'un cheval dressé sur ses jambes.


Caducée : Nom du bâton de Mercure, consistant en une verge ailée, accolée de deux serpents qui se regardent.


Caillou : Représente une pierre de forme quelconque : c'est la vigilance que la grue tient dans sa patte et qu'elle semble prête à lancer pour se défendre.


Caleçon : Sous-vêtement qui paraît comme meuble dans les armoiries de la famille van Abbenbroeck en Hollande et de la famille Braga à Trévise.


Calice : Espèce de gobelet sur un pied, dont on se sert dans les ordres religieux


Camail : terme de blason, espèce de lambrequin servant à couvrir le casque et l'écu des chevaliers au Moyen Âge


Canette : Petite espèce de canard.


Cannelé : Se dit de l'engrêlé dont les pointes sont en dedans et le dos en dehors.


Canton : Partie carrée qui occupe l'un des angles, généralement celui du chef, à destre. Le canton a deux parties de large et deux parties et demi de haut, des sept parties de la largeur de l'écu. Canton senestre se dit lorsqu'il est placé à l'angle senestre du chef. On trouve des cantons arrondis. Canton se dit encore de l'un des quatre espaces vides laissés sur un écu par la croix ou le sautoir, ou par des pièces passées en croix ou en sautoir.


Cantonné : Se dit :

1° d'une croix ou d'un sautoir qui dans ses angles est accompagné d'autres objets
2° de quatres figures, posées dans les quatres cantons de l'écu, autrement dit posées 2 et 2
3° d'une figure placée en abîme, et accompagnée de quatre objets, posés 2 et 2.


Capuchons : Voir Chaperons


Carnation : La couleur naturelle du corps humain ou de ses parties. Dans la description des figures humaines nous n'exprimerons pas que le visage et les mains sont de carnation, ce qui peut-être considéré comme sous-entendu.


Carreaux : Objets carrés, dont tous les côtés sont de la même dimension.


Cartouche : Cadre sculpté de forme ovale ou carrée, dont on entoure une armoirie. Les cartouches s'emploient presque exclusivement comme ornement architectural.


Casque : ce meuble est souvent employé dans les armoiries ; on l'y rencontre posé de face ou bien de profil ; il est toujours de métal.


Caudé : Indique l'émail de la queue d'une comête, lorsqu'il diffère de celui de cet astre lui-même.


Centaure : Etre mythologique, moitié homme, moitié cheval, appelé centaure-sagittaire, quand il décoche une flèche d'un arc. Il y a un seul exemple en armoiries d'une centaure femelle (Krauter, à Nuremberg)


Cep de vigne : C'est un pied de vigne; d'ordinaire il est accolé à son échalas.


Ceps : Barre de fer, avec deux demi-anneaux pour contraindre les mains du prisonnier.


Cerbère : Chien mythologique à trois bouches béantes. On en trouve un exemple dans les armes de Médiico del Sale à Vérone.


Cèrelé : Se dit de l'émail des cercles d'un tonneau ou d'une cuve.


Cerf : On le dit élancé lorsqu'il est courant; grimpant lorsqu'il se dresse sur ses pieds; en repos, lorsqu'il est couché. Dans ces trois acceptions, on peut se servir tout aussi bien des termes courant, rampant et couché, qui sont plus clairs.


Chabots : Petits poissons de rivière, d'ordinaire posés verticalement, la tête en haut.


Chaînes : Les chaînes dans les armoiries sont de diverses formes; elles ont des chaînons ronds, ovales ou carrés. Sous le nom de chaînes de Navarre on entend plusieurs chaînes d'or, posées en croix, en sautoir et en orle, aboutissantes en huit annelets 3 en haut, 2 en flancs et 3 en bas, et mouvantes d'un neuvième annelet posé au centre de l'écu. Portées par les rois de France en qualité de rois de Navarre, ces chaînes formaient une double orle..


Champ : Surface de l'écu, sur laquelle sont représentés les différents meubles d'une armoirie.


Champ clos : Figure qu'on ne rencontre que dans une seule armoirie, celle d'Exea, en Aragon, et qui représente un champ de combat ou de tournoi, compris dans une barrière en forme de fer-à-cheval.


Champagne : Pièce héraldique formée par un trait horizontal qui coupe le bas de l'écu. Elle a deux partie des huit de la hauteur de l'écu.


Chandelier : Les chandeliers ordinaires sont rares en armoiries. Les chandeliers d'église ont trois branches.


Chantant : Se dit du coq qui a le bec ouvert.


Chapé : Se dit de l'écu divisé par deux lignes diagonales jointes au milieu du bord supérieur et qui se terminent l'une à l'angle dextre l'autre à l'angle senestre de la base de l'écu. Dans les armoiries allemandes, où cette partition est très fréquente, on a la coutume d'arrondir ces lignes diagonales, ce qui alors s'appelle chapé-ployé. Pour le chapé-chaussé voir Chaussé


Chapeau : Il y en a plusieurs sortes. - Le chapeau ordinaire a la forme assez basse, et les bords assez larges, souvent relevés d'un côté. - Le chapeau pyramidal qui se voit surtout dans les cimiers, est très élevé en comparaison de sa largeur et porte d'ordinaire


Chapelet : Nom que l'on donne quelquefois aux couronnes de feuillage et aux rosaires.


Chaperon : Ancien habillement de tête qui se rencontre fréquemment dans les armoiries de familles liégeoises. Il a la forme d'un capuchon terminé en bourrelet derrière la tête. Du bourrelet pendait une manche étroite et longue que l'on entortillait autour du cou.


Chaperonné : Se dit du faucon dont la tête est couverte d'un chaperon. Ensuite, le "chaperonné" est une partition de la nature du chapé, à la différence des deux lignes diagonales qui n'aboutissent pas dans les angles de la base, mais se dirigent vers le milieu des flancs de l'écu. "Chaperonné-ployé" se dit lorsque les diagonales sont arrondies, ce qui se rencontre presque exclusivement dans les armoiries allemandes.


Chargé : Se dit d'une pièce sur laquelle sont posées un ou plusieurs autres objets.


Charrue : Outil agricole composé d'un train monté sur deux roux portant un gros fer pointu et un soc tranchant pour couper et diviser la terre.


Château : À cause de la grande diversité des châteaux que l'on rencontre dans les armoiries, il est possible qu'on pût en donner une description exacte dans chaque cas.


Chaudière : Les chaudières, assez fréquentes dans les armoiries espagnoles, parce qu'elles étaient l'emblême de la puissance des ricos-hombres, sont des bassins sans pieds, moins haut que larges, pourvus d'une cornière.


Chaudières de saline : Meubles qu'on rencontre dans quelques armoiries des pays allemands où les salines étaient la propriété de gentilshommes. Ces chaudières ont la forme d'un baquet oblong, muni d'un manche.


Chaudrons : Les chaudrons ont à peu près la même forme que les chaudières, mais ils sont plus hauts que larges.


Chaussé : Le chaussé est le contraire du chapé les diagonales se dirigent des angles du chef vers le milieu de la base. Lorsque ces lignes diagonales sont arrondies, cette partition reçoit le nom de "chaussé-ployé". Le "chapé-chaussé" est la réunion du chapé et du chaussé.


Chaussetrapes : Instruments de fer, à quatre pointes, disposées en triangle de telle sorte qu'en les jetant à terre une pointe se trouve toujours droite. On semait les chaussetrappes sur la route où la cavalerie devait passer, afin de blesser les pieds des chevaux.


Chauve-souris : Meuble très rare. La chauve-souris est posée de front, les ailes étendues.


Chef : Partie supérieure de l'écu, séparée du champ au moyen d'une ligne horizontale et haute de deux parties des huit de la hauteur de l'écu. Ceci est le chef ordinaire mais on en trouve d'autres sortes.

- D'abord on a le chef retrait ou rétréci, aussi appelé "comble" qui n'a que la moitié de la hauteur ordinaire.
- Ensuite, on trouve "le chef voûté", où la ligne de séparation est arrondie, la courbe en haut;
- le "chef triangulaire" formé par deux lignes diagonales qui sortent des angles du chef et se réunissent au point d'honneur;
- le "chef dextre" ou "senestre";
- le "chef en forme de trèfle" représentent un grand trèfle renversé qui occupe la place propre au chef (les armes des barons de Viron en offrent un exemple), etc. La ligne qui forme le chef peut, comme tout autre ligne, être engrêlée, cannelée, denchée ou dentelée, émanchée, bastillée, ...


Chef (En) : Se dit d'un objet placé dans le haut de l'écu, ou de plusieurs objets rangés côte à côte et placés dans la partie supérieure de l'écu.


Chef de France : Nom que l'on donne à un chef d'azur, semé de fleurs-de-lis d'or.


Chef-pal, Chef-chevron : Se dit d'un pal ou d'un chevron qui est immédiatement réuni au chef sans aucune ligne de séparation.


Chêne : Arbre qui se distingue des autres arbres par les glands dont il est chargé. On le dit fruité si l'émail des glands est particulier.


Chérubins : Anges qu'on représente sous la forme de têtes d'enfants avec deux ailes.


Cheval : Cet animal est représenté ou "galopant" ou "passant" ou "arrêté". Dressé sur ses pieds, il est dit "cabré" ou "effrayé" ; le cheval cabré porte la queue levée ; "gai" indique qu'il n'est ni sellé ni bridé et "sanglé" que son corps est entouré d'une ceinture ; "housse" ou "reparaçonné" se dit l'émail de sa housse.


Chevalé : Se dit des cheveux lorsqu'ils sont d'un autre émail que la tête.


Chevaliers : Les chevaliers sont représentés armés de toutes pièces, le casque en tête, à cheval ou à pied. On doit indiquer si la visière est levée ou baissée.


Chevillé : Se dit lorsqu'on veut indiquer le nombre des dagues de la ramure d'un cerf.


Chevron : Pièce héraldique composée de deux bandes plates assemblées en haut et s'ouvrant en bas, en forme de compas ouvert. Chaque jambes a deux parties des sept de la largeur de l'écu, quand le chevron n'est pas accompagné d'autres pièces. Le chevron est "abaissé


Chevron (divisé en) : Se dit d'un champ divisé en deux parties au moyen d'un trait en forme de chevron.


Chevron (en) : Se dit d'objets en nombre, rangés dans la direction triangulaire qui est propre au chevron.


Chevron (posé en) : Se dit de deux pièces longues posées de telle manière qu'elles occupent la position d'un chevron. Elles peuvent également suivre la direction d'un "chevron renversé".


Chevronnés : Se dit d'un écu ou d'un objet entièrement couvert de chevrons en nombre pair. De la même manière on peut avoir un un "chevronné-renversé".


Chicot : Gros bâton avec des nœuds.


Chien : On ne représente guère en armoiries que les braques et les lévriers.


Chimère : Monstre ayant la tête et le sein d'une femme, les cheveux épars, les pattes de devant d'un lion, le corps d'une chèvre, les pattes de derrière d'un griffon et la queue d'un serpent.


Choucas : Espèce de corneille très fréquente dans les armoiries du comté de Cornouailles, en Angleterre, où elle s'appelle "Cornish chough".


Chouette : Hibou de grande espèce, toujours posé de front.


Ciclamor : bordure de l'écu ou des pièces


Cimeterre : Sabre large et recourbé, échancré à la pointe.


Cimiers : Ce sont les objets qu'on porte sur le sommet du casque tels que cornes, ailes, figures humaines, animaux, etc.


Cintré : Se dit des cercles qui environnent l'objet qu'on appelle "monde"


Clairevoies : Nom des espèces vides produits par la fretté, le treillissé et le papelonné.


Claricorde : Objet qu'on rencontre exclusivement dans les armoiries anglaises et qui est considéré par quelques-uns comme un instrument de musique, une orgue antique, et par d'autres comme un étui destiné à soutenir la lance du chevalier


Clariné : Terme pour indiquer l'émail de la sonnette que les vaches et les béliers portent souvent au col


Clé : Il faut indiquer si la clé est posée à plat, en face, en bande, etc. Et si ce panneton est tourné à dextre ou à senestre. Lorsque deux clés sont passées en sautoir, les pannetons sont tournés en dehors. Dans quelques armes allemandes on voit des clés antiques.


Cléché : Voir Croix cléchée.


Cloche : Pièce représentée au repos. Lorsque le battant n'est pas du même émail que la cloche il faut l'indiquer, on la dit alors bataillée de...(émail). Lorsque la cloche n'a pas de battant elle est dite muette.


Cloué : Se dit d'objets tels que fer-à-cheval, boucliers, frettes, ... dans lesquels sont enfoncés des clous dont on ne voit que la tête.


Clous de la passion : Gros clous dont la tête est triangulaire


Cœur : Nom du centre de l'écu.


Cœur : Les "cœurs" dans les armoiries sont représentés sous la forme que nous connaissons par les cartes à jouer. Le cœur est dit "enflammé" lorsqu’il est sommé d'une flamme, "ailé" lorsqu'il a deux ailes. Le "cœur humain" en diffère par un petit tuyau qui s'élève de la partie supérieure.


Cœur (En) : Se dit d'un objet, posé au centre du champ de l'écu. On dit aussi en "abîme"


Collet : Nom de la tige de fer à laquelle se trouve attachée la molette d'un éperon


Colleté : Se dit :

1° des animaux qui portent au collier, généralement bardé et bouclé d'un autre émail.
2° d'une molette d'éperon attachée à sa tige dite "collet".
3° d'un sanglier qu'un chien arrête par le cou ou pas.


Colombe : Oiseau qui paraît dans l'écu de profil, son émail particulier est l'argent. Lorsqu'il est de sable, il prend le nom de tourterelle. La colombe soutient souvent un rameau d'olivier dans son bec.


Colonnes : On en trouve de tous les ordres d'architectures, de sorte qu'une indication précise est nécessaire. Celles dont la forme n'est pas décrite sont d'ordre toscan. On blasonne le chapiteau, la base et le socle de la colonne séparément lorsqu’ils sont d'un autre ordre.


Comble : Nom du chef, réduit à moins de la moitié de sa hauteur ordinaire. Ne pas le confondre avec le retrait qui s'applique également au chef et qui en a juste la moitié en hauteur.


Comète : Cet astre est représenté sous la forme d'une étoile à six ou huit rais, dont un s'allonge en queue ondoyante. Il faut indiquer si la comète est posée en pal, c'est-à-dire ayant la queue verticalement en bas, ou bien en bande, en barre ou peut être renversée. Le mot "caudé" indique l'émail de la queue.


Comété : Se dit d'un meuble qui se termine en queue de comète.


Componé : C'est un rang de carreaux nommés "compons", d'ordinaire d'un métal alternant avec une couleur. Le componé est surtout en usage pour des bordures de l'écu, mais on trouve également des fasces, des chevrons, des croix componées.


Conque marine : Coquillage naturel sous la forme d'un cornet


Contournée : Se dit des animaux ou objets qui regardent le flanc senestre de l'écu. C'est une déviation des règles ordinaires en matière héraldique suivant lesquels ils doivent regarder le flanc dextre. Dans la plupart des cas, on trouvera que le "contourné" est une faute des artistes et que sans les très anciens exemples d'une telles armoiries - les sceaux sont les guides les plus sûrs - les objets étaient tournés vers dextro. Souvent le contourné est la conséquence d'une coutume ancienne en rangeant les écussons sur les monuments ou dans les cabinets d'armes ; ou voulait que les écussons se fissent face, ce qui avait pour résultat que les figures dans les écussons à dextre étaient représentés dans sa position contournée.


Contre-appaumé : Se dit d'une main dont on voit le dos, et qui est ainsi appelée "arrière-main"


Contre-bandé, Contre-barré, Contre-chevronné, Contre-fascé, Contre-palé : Veut dire qu'un écu est entièrement couvert de bandes, barres, chevrons, fasces ou pals et qu'ensuite ledit écu est divisé par une ligne qui sépare chacune de ces pièces en deux parties dont l'une est de métal et l'autre de couleur. En comptant les pièces, on n'énumère que celles d'une des moitiés de l'écu. Par exemple un écu est tiercé en pal, et coupé par une ligne qui passe sur le milieu des pals. Supposons que dans la moitié supérieure de l'écu les trois pals sont d'argent, de sable et d'argent, ils seront dans la moitié inférieure de sable, d'argent et de sable. L'écu présentera alors six pièces d'émaux divers, mais ces six pièces ne forment ensemble que trois pals. Par conséquent on dira : palé contre palé d'argent et de sable de trois pièces. Et ainsi pour les autres divisions.


Contre-componé : Terme qui ne s’emploie que dans des cas extrêmement rares. Quand un écu est lascé ou palé de certains émaux et entouré d'une bordure componée des mêmes émaux dont les compons de couleurs sont opposés aux fasces ou pals de métal, cette bordure est dite contre-componée.


Contre-écartelé : Se dit d'un écu écartelé, dont un ou plusieurs des quartiers sont écartelés de nouveau.


Contre-hermine : C'est la fourrure, appelée hermine, aux émaux intervertis. Le champs est de sable et les mouchetures sont d'argent


Contre-passant : Se dit de deux animaux, placés l'un au-dessus de l'autre, dont l'un passe à dextre et l'autre à senestre. Il est plus simple de décrire ce dernier comme contourné.


Contre-vair : C'est un vair dans lequel les pièces azur se joignent par les bases. "Contre-vairé" se dit lorque le contre-vair est composé d'autres émaux que d'argent et d'azur.


Coq : Cet oiseau, toujours représenté de profil, est "chantant" lorsqu'il a le bec ouvert, "hardi" lorsqu'il lève la patte dextre. Il peut être "becqué", "crété", "barbé" et "membré" d'un autre émail que celui de son corps. Lorsqu'il fait la roue comme un paon, ce qui se dit de la dernière rareté en armoiries, on l'appelle "coq en amour".


Coquerelles : Noisettes dans leurs gousses, jointes ensemble au nombre de trois, dont une droite et les deux autres posées horizontalement.


Coquillage : Voir Conque marine


Coquille : Meuble d'armoiries qui représente une coquille de mer montrant le dos. Autrefois on la nommait "coquille de Saint-Jacques". Les coquilles qui montrent le dedans ou le creux - très rares en armoiries et généralement le produit d'un dessin imparfait - s'appellent "vannets".


Cor de chasse : Il se reconnait à son lien ou attache qui manque aux huchets et greliers.


Cordé : Terme que l'on emploie pour les arcs et les instruments de musique, lorsque les cordes sont d'un autre émail que le corps dudit objet.


Cormoran : Grand oiseau de mer, communément représenté au naturel


Cornes : voir Probescides


Cornet : Il y en a de trois sortes les "grêniers", les "cors-de-chasse", et les "huchets". L'embouchure des cors se trouve à senestre : au cas contraire le cor est contourné.


Cornière : Anse de pot, de coffre, etc. destiné à soulever ces objets plus aisément


Cotice : Bande réduite à la moitié ou au tiers de son épaisseur ordinaire. Lorque c'est la barre qui a été réduite de cette manière, on l'appelle "cotice en barre"


Coticé : Se dit :

1° d'un écu couvert de bandes au nombre de dix ou plus
2° de la fasce, de la bande, de la barre et du chevron, lorsqu'une telle pièce est posée entre deux cotices qui se suivent la direction. "Doublement coticé" veut dire que ladite pièce est accompagnée de deux cotices de chaque côté


Côtoyé : Se dit de la bande et de la barre, ou d'une pièce longue posée diagonalement, lorsqu'elle est accompagnée des deux côtés de figures rangées dans la même direction que ces pièces.


Couleur : Voir Héraldique / Les couleurs


Couleuvre : Elle parait toujours formant des sinuisités en ondes, communément posée en pal, la tête de profil.


Coulissé : Se dit d'un château ou d'une tour dont on voit la herse ou coulisse


Coupe : Grand gobelet sur pied. Munie d'un couvercle, elle est dite "couverte"


Coupé : Se dit

1° d'un écu ou d'une pièce divisée en deux parties égales au moyen d'un trait horizontal,
2° des têtes d'animaux qui semblent séparer du corps au moyen d'un instrument tranchant
3° des fleurs-de-lis dont le pied est coupé


Coupé alternativement : S'emploie par rapport à deux ailes (dit en vol), à deux proboscides ou à deux autres objets quelconques qui sont coupés de telle manière que l'émail qui occupe la première place sur l'objet dextre, occupe la seconde place sur celui de la senestre ; l'émail du second compartiment à dextre se trouve sur le premier à senestre.


Coupeau : Nom pour les sommets d'une colline, d'un rocher d'un mont. Les tertres dans les armoiries allemandes sont représentées presque sans exception avec les trois coupeaux arrondis, ce qui est tellement fréquent qu'on peut se dispenser de l'exprimer.


Couplé : Se dit des chiens de chasse liés ensemble


Couple de chiens : Meuble qui consiste en un petit bâton avec deux liens dont on se sert pour coupler les chiens de chasse


Couronnes : Elles sont de formes les plus diverses et varient suivant les pays. Une couronne d'un baron anglais ne sera pas la même que celle d'un baron allemand. Un comte français en porte une autre que celle du comte néerlandais. Cependant, sur le continent, il est ...


Courtines : C'est le nom :

1° des murs qui relient deux ou plusieurs tours entre elles
2° des parties de pavillon royal formant de manteau


Cousu : Terme dont les anciens héraldistes se servaient pour indiquer qu'une pièce héraldique était de métal dans un champ de métal ou de couleur dans un champ de couleur, ce qui est contraire aux règles du blason, qui ont pour but de faire ressortir les armoiries.


Couteau : Paraît dans l'écu ouvert, posé en pal la pointe en haut.


Couvert : Se dit

1° de l'émail du toit pointu d'une tour.
2° d'une coupe munie d'un couvercle.


Crampon : Espèce de croc, en forme d'une barre de fer posée verticalement, ayant une arrête en haut à dextre et une autre en bas à sénestre.


Cramponné : Se dit de pièces, principalement de croix, dont une ou plusieurs branches sont terminées en crampon


Crancelin : Meuble représenté sous la forme d'une section de couronne à fleurons, posée en bande. Il est très rare ; l'exemple le plus connu s'en trouve dans les armoiries de la maison de Saxe. Aux Pays-Bas, la famille Verbrugge, à Bréda, porte ce meuble dans ses armes.


Crémaillère : Espèce de croc destiné à suspendre une marmite au dessus-du feu. Il y en a de différentes sortes.


Créneau : Les tours et les murs portent communément un rang de pierres carrées, appelées "créneaux". Les créneaux sont de rigueur pour lesdites tours et murs, de sorte qu'il n'est pas nécessaire d'énoncer leur présence et que seulement leur absence doit être indiquée. Au Moyen Âge, les créneaux rectangulaires étaient "guelfes". Les créneaux taillés en pointe aux extrémités, évidés sur le milieu, étaient "gibelins". Cette dernière forme de créneaux parait encore aujourd'hui dans les armes de plusieurs familles florentines ; nous les avons appelés "créneaux entaillés".


Crénelé : Se dit de pièces qui usuellement ne portent pas des créneaux par exemple une fasce crénelée


Créquier : Cerisier sauvage, représenté en style ornemental


Crête : Dans les armoiries allemandes et surtout dans leurs cimiers, quelques animaux ou objets sont ornés le long de leur dos d'une crête échancrée, à angle très saillants. Dans quelques cas très rares cette crête n'est pas échancrée.


Crêté : Se dit de l'émail de la crête que les coqs, dauphins, etc. portent sur leur tête


Cri : Sentence très concise, souvent le seul nom de famille, qui servait à rallier sous leur bannière les combattants sur le champs de bataille. Le cri se place au-dessus du cimier, d'ordinaire dans un listel flottant.


Cri de guerre : Sentence très concise, souvent le seul nom de famille, qui servait à rallier sous leur bannière les combattants sur le champs de bataille. Le cri se place au-dessus du cimier, d'ordinaire dans un listel flottant.


Crie : Instrument destiné à soulever des fardeaux, porté dans les armes des familles de Benningen et de Jensen en Hanovre


Criné : Indique l'émail de la crinière des animaux


Croc : Instrument à l'usage des buteliers. Comme on en trouve diverses formes, il est nécessaire d'en faire une description aussi exacte que possible s'il devient de la forme simple la plus ordinaire.


Crochet : Instrument à l'usage des buteliers. Comme on en trouve diverses formes, il est nécessaire d'en faire une description aussi exacte que possible s'il devient de la forme simple la plus ordinaire.


Croisé : Se dit des objets qui portent une croix.


Croisettes : Petites croix communément en nombre dans l'écu.


Croissant : Lorsque le croissant dirige ses cornes vers le chef de l'écu, il est "montant", mais comme ceci est sa position ordinaire, il n'est pas nécessaire de se servir de ce terme que dans les cas où, par la position d'autres meubles, un doute serait possible. Avec les cornes dirigées vers la base de l'écu, le croissant est dit "versé". Il est "tourné" lorsque les cornes regardent le flanc dextre de l'écu, et "contourné" lorsqu'elles se dirigent vers le flanc senestre.


Croix : La croix ordinaire est formée de la fasce et du pal réunis. Ses branches s'étendent jusqu'aux bords de l'écu. Elle est désignée par le simple mot de "croix". Pour la distinguer d'autres formes de croix, on dit "croix pleine". Nulle autre pièce héraldique n'a subit tant de changements de forme que la croix ; le nombre en est des plus considérables ; mais il s'en faut de beaucoup que toutes ces variations se rencontreraient dans les armoiries, car beaucoup semblent inventées par les anciens héros dans le seul but de faire voir les mille manières dont on pouvait diversifier une figure donnée.

Nous faisons suivre les noms des principales formes qui sont en usage.

CROIX D'ALCANTARA : Cette croix, de forme très singulière, se distingue entre autres par une sorte d'anses dont deux se trouvent à chaque bras. Le signe distinctif des chevaliers d'Alcantara, en Espagne, était un écusson d'or, chargé de cette croix de sinople.
Croix ancrée : Croix dont les quatre branches se terminent en crochets comme les ancres de vaisseau.
CROIX DE BOURGOGNE : Voir "Sautoir".
CROIX DE CALATRAVA : Elle a la même forme que la croix d'Alcantara. Les chevaliers de Calatrava la portaient de gueules en champ d'or.
CROIX DE CALVAIRE : Croix latine haussée sur trois degrés.
Croix Cléchée : Se dit des arrondissements de la croix de Toulouse dont les quatre extrémités sont faites comme les anneaux des clés.
CROIX ÉCOTÉE : Croix qui semble composée de deux troncs écotés.
CROIX ÉTOILÉE : Étoile à quatre rais qui touchent les bord de l'écu.
CROIX DE FER : Croix militaire de sable bordée d'argent, qui entre actuellement dans beaucoup d’armoiries prussiennes.
CROIX FICHÉE : Croix dont le pied est effilé.
CROIX FLEURDELISÉE, CROIX FLEURONNÉE ou FLORENCÉE, CROIX FOURCHETÉE : Celle dont les bras sont terminées par des espèces de fourches.
Croix fourchée : les branches de la croix sont terminées par deux pointes formant un angle rentrant.
CROIX GRECQUE : Croix ordinaire qui ne touche pas les bords de l'écu. Elle n'est autre chose qu'une croix alésée.
CROIX GRINGOLÉE, CROIX HAUSSÉE : Synonyme de Croix de Calvaire.
Croix de Jérusalem : C'est une croix potencée et alésée, cantonnée de quatre petites croix qui sont également potencées, quoiqu'il ne soit pas rare de les rencontrer sous la forme de croisettes sans potence. Toutes ces croix, d'or en champ d'argent, formaient les armes du Royaume de Jérusalem aux temps des Croisades. Dans les armoiries particulières, la Croix de Jérusalem se présente souvent avec d'autres émaux. En employant la simple expression de Croix de Jérusalem, on exprime que la grande croix est accompagnée de ses quatre petites croix.
Croix latine : Croix dont la traverse se trouve aux trois-quarts de la hauteur.
Croix de Lorraine ou patriarcale : Croix alésée à double traverse, la première moins longue que la seconde.
Croix de Malte : Croix de chevalerie à huit pointes.
CROIX NILLÉE : C'est une croix ancrée séparée en quatre pièces.
Croix patriarcale : Synonyme de Croix de Lorraine.
Croix pattée : Croix ordinaire, élargie aux quatre extrémités.
CROIX POMMELÉE : Celle dont chaque bras est terminée par une boule.
CROIX POTENCÉE : Elle est terminée par des potences.
CROIX RECERCELÉE : Cette croix ressemble à la croix ancrée, mais ayant des crochets beaucoup plus recourbés.
Croix recroisettée : Celle dont les quatre branches forment elles-même des croix.
Croix recroisettée au pied fiché : La croix recroisettée dont le pied est effilé.
CROIX RESARCELÉE : C'est une croix ordinaire, accompagnée d'un trait parallèle à chacune de ses branches. Les exemples en sont de la dernière rareté.
CROIX RETRANCHÉE : Cette croix très rare a les bras terminées à peu près en forme de losange.
CROIX DE SAINT-ANDRÉ : Synonyme de "Sautoir".
Croix de Toulouse : C'est une croix cléchée, vidée et pommetée de trois pièces à l’extrémité de chaque bras.
Croix tréflée : Croix dont chaque bras se termine en trèfle.
CROIX TRONÇONNÉE : Croix qui en conservant sa forme générale, est brisée en plusieurs morceaux. On n'en trouve d'exemples que dans quelques armoiries anglaises.


Croix (En) : Se dit d'objets rangés dans la direction qui est propre à la croix.


Croix (Passé en) : Se dit de deux pièces longues, posées l'une horizontalement et l'autre verticalement, l'une passant sur l'autre.


Crosse : Marque de juridiction et d'autorité pastorale ; ce meuble est représenté par un bâton recourbé et fleuronné dans sa partie supérieure. Son emploi est plus fréquent comme ornement extérieur des armoiries ; lorsque la crosse figure seule dans un écu, elle est toujours placée en pal.


Cyclamor : Voir Orle


Cygne : Se représente toujours de profil. Son bec et ses pattes sont souvent d'un autre émail que son corps.



Dictionnaire des termes du blason

Accueil - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Voir aussi : Héraldique - Blasons des régions et départements français ou des anciens pays et anciennes provinces français