Clovis Ier

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

< Retour à la liste des rois de France

Le baptême de Clovis

Clovis Ier (465-511)

Roi des Francs

Clovis est né l'an 465, il succéda, l'an 481, à son père Childéric.

Clovis fut roi des Francs de 481 à 511.

La cérémonie baptéme de Clovis se fit à Reims, le 25 décembre 496, avec toute la pompe et la magnificence que l'habile évêque crut devoir déployer aux regards étonnés de ses barbares néophytes.

En l'an 507, Clovis choisit Paris pour capitale de son royaume.

Nous connaissons Clovis à travers la longue description de son règne par Grégoire de Tours, un évêque gallo-romain proche du pouvoir, et dont son Histoire, rebaptisée tardivement « Histoire Des Francs » est riche d'enseignements, bien que parfois peu rigoureuse.

Clovis mourut à Paris le 27 novembre 511, âgé de 45 ans. Selon la tradition, il aurait été inhumé dans la basilique des Saints-Apôtres, future église Sainte-Geneviève, qu'il avait fait construire sur le tombeau même de la sainte tutélaire de la cité, à l'emplacement de l'actuelle rue Clovis (rue qui sépare l'église Saint-Étienne-du-Mont du lycée Henri-IV).

Clovis laissa quatre fils : Thierry, Clodomir, Childéric, Clotaire, qui se partagèrent ses États, et une fille nommée Clotilde, mariée l'an 520 à Amalric, roi d'Espagne.

Origine du nom Clovis

Le nom de Clovis – d'une transcription forgée au XIXe siècle – vient du franc (vieil haut-allemand) Hlodowig, composé des racines hlod (« renommée », « illustre ») et wig (« combat »), c'est-à-dire « Illustre dans la Bataille », « Illustre au Combat » : il donne en français moderne Louis, prénom de la majorité des rois de France, et en allemand Ludwig, aussi latinisé en Ludovic. Fréquemment utilisée par les Mérovingiens, la racine hlod est aussi à l'origine de noms tels que Clotaire (et Lothaire), Clodomir, ou encore, Clotilde.

La sépulture royale

En réalité, le monument qui accueillait les reliques de la sainte n'était pas achevé. Clovis fut plutôt inhumé, comme l'écrit Grégoire de Tours, dans le sacrarium de la basilique des Saints-Apôtres, c'est-à-dire dans un mausolée construit exprès à la manière de la sépulture qui avait accueilli l'empereur romain chrétien Constantin le Grand aux Saints-Apôtres à Constantinople (P. Périn).

< Retour à la liste des rois de France