Claude MARTIN

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Portrait du Major MARTIN
Street art, rue du Major MARTIN

Claude MARTIN est né en janvier 1735 à Lyon, rue de la Palme. Il est le fils de Fleury MARTIN, maître tonnelier et de Anne VAGINAY.

Claude MARTIN est orphelin à l'âge de 16 ans, il souscrit alors avec son frère aîné un contrat d'engagement auprès d'un recruteur de la Compagnie des Indes. Claude MARTIN embarque sur le Machault, qui quitte Port-Louis le 18 septembre 1751. Il arrive à Pondichéry en 1752. Il figure sur le rôle d'embarquement et sur les revues de troupe passées à Pondichéry en décembre 1755 et à Porto-Novo en 1756.

Il aurait servi sous les ordres du marquis de Bussy-Castelneau en 1758 dans le Deccan.

Pondichéry tombe aux mains des Anglais en 1761. Il est donc probablement libéré de son engagement à ce moment là après 10 ans de service.

Il se met au service de la Compagnie anglaise des Indes orientales. Des qualités de soldats et chefs, mais aussi de solides connaissances techniques le font distinguer pour l’exécution de travaux routiers dans le Bihar, à l'instigation de Clive de Passey, gouverneur et maître du Bengale.

Il devient également homme de confiance du nabab qui le nomme surintendant de ses arsenaux. Il devient ainsi l'intermédiaire obligé de toute opération et négociation.

Il est nommé Major en 1774.

En 1779, il quitte le service de la Compagnie des Indes tout en sollicitant l'autorisation de rester à Lucknow.

Claude Martin se consacre alors à de nombreuses et lucratives activités. Il développe une manufacture d'armes, crée une manufacture d'indigo. Possédant une réelle influence il joue aussi le rôle de placier et banquier.

Claude Martin s'est fait construire à Lucknow un palais aux proportions grandioses. Dans un vaste parc à la Française, l'édifice comportait plusieurs étages, habités en fonction des saisons.

Amateur d'art, Claude Martin avait orné sa maison d’œuvres d'artistes européens et aménagé un muséum d'histoire naturelle et un observatoire doté d'instruments astronomiques.

Atteint de la maladie de la Pierre, ses dernières années furent sans doute difficiles. Il est décédé en septembre 1800 à Lucknow.

Esprit éclairé, digne du siècle des lumières, il légua ses biens aux enfants des deux sexes de Calcutta, Lucknow et Lyon, pour qu'ils reçoivent une instruction de qualité. Son testament demandait que ces écoles portent son nom et honorent sa mémoire. Il existe ainsi des "Martinières" en Inde !


Une rue lui rend hommage, la rue du Major MARTIN, située à proximité de son lieu de naissance.


École de la Martinière

Il y eut donc (en ce tout début du XIXe siècle qui fut le temps de la révolution industrielle) une Martinière à Lyon, qui s'installa dans un ancien cloître des Augustins derrière la place des Terreaux. Elle existe toujours : nous l'appelons La Martinière Terreaux. Elle s'ouvrit aux filles peu après et, à l'étroit dans ses murs au début du XXe siècle alla jusqu'aux bâtiments de l'actuel lycée J. Moulin à Fourvière. Cette école fournit durant des décennies une très forte proportion des cadres de l'industrie lyonnaise.

Après la seconde guerre mondiale La Martinière Terreaux essaima deux fois : les filles partirent dans le nouveau quartier de la Duchère, entraînant les sections tertiaires et biochimiques. En 1967 dans le 8e sur un ancien terrain industriel, on bâtit notre lycée avec les sections de génie civil et la classe préparatoire aux arts, les 2 lycées deviennent indépendant en 1978. La Martinière Monplaisir fut dirigée par M. LAMENDIN, puis par M. CHAPELLE.

Illustrations - Photos anciennes.png En photos

Lycée de La Martinière

  • Rue de la Martinière dans le 1er arrondissement de Lyon :

École Nationale Professionnelle de La Martinière

  • Angle Rues des Augustins et Hippolyte Flandrin dans le 1er arrondissement de Lyon :

Monument aux Grands Hommes de l'École de La Martinière

  • Édifié Place Gabriel Rambaud dans le 1er arrondissement de Lyon (côté consacré à Claude MARTIN):

Voir aussi

Logo internet.png Liens utiles (externes)

Medaille geneawiki.png
Cet article a été mis en avant pour sa qualité dans la rubrique "Article de la semaine" sur l’encyclopédie Geneawiki.