Charles dietrich

De Geneawiki
Aller à : navigation, rechercher


Général de brigade, commandeur de la Légion d'Honneur, croix de guerre 1914-1918, né à Sélestat (Bas-Rhin) le 27 novembre 1868, fils de Antoine, épicier à Sélestat, et de Françoise SCHAEFFER.

Carrière

Elève du collège de Matzenheim (Bas-Rhin), puis au collège de Colmar (Haut-Rhin), a préparé l'Ecole Polytechnique au lycée Poincaré à Nancy (Meurthe-et-Moselle), entré en Polytechnique en 1888, sorti sous-lieutenant d'artillerie.

Aperçu de sa carrière : . Gouverneur militaire du fort de Mutzig (Bas-Rhin). . Président de la commission militaire interalliée de Hanovre. . Colonel commandant le 305ème régiment d'artillerie à Colmar (Haut-Rhin). . Nommé général de brigade après sa mise à la retraite en 1930. Retiré à La Chapelle-sous-Rougement (Territoire de Belfort). Décédé à Belfort (Territoire de Belfort) le 14 décembre 1943. Inhumé au cimetière nord de Sélestat.

Débute la guerre de 1914-18 comme chef d'escadron, a participé à de nombreux combats sur le front des Vosges, en particulier au Hartmannswillerkopf. 6 fois cité dont 4 fois à l'ordre de l'Armée, blessé en septembre 1916. Termine la guerre comme colonel.

Voici l'une de ses plus belles citations :

"DIETRICH Charles - Chef d'escadron au 37ème régiment d'artillerie. Remarquable officier supérieur. A commandé du 18 août au 15 septembre 1916 un groupement de trois groupes d'artillerie. Durant cette période, s'est dépensé sans compter et a exécuté de nombreuses reconnaissances fatigantes et périlleuses. A réussi à obtenir des unités sous ses ordres un rendement remarquable qui, malgré des pertes sérieuses, lui a permis de contribuer grandement aux attaques des 3 et 12 septembre. Vivant exemple de courage et d'endurance pour tous ses subordonnés. Blessé le 5 septembre 1916, a refusé de se laisser évacuer et a continué ses services".

Lors de l'inhumation à Sélestat : "Monsieur le Maire Klein a déposé au nom de la Ville de Sélestat, une grande gerbe de fleurs, en hommage à cet illustre enfant de la ville, mort durant l'occupation et ramené enfin en terre natale. Parmi la famille représentée, mentionnons tout particulièrement la soeur du général, Madame veuve Paul ABERER, et ses fils, dont Monsieur le Chanoine Paul ABERER qui a donné l'absoute devant le cercueil recouvert du drapeau tricolore, du képi, du sabre et des épaulettes du général. Un petit-neveu portait sur un coussin la belle croix de Commandeur de la Légion d'Honneur, qui avait récompensé de son vivant les mérites militaires de ce vaillant soldat".

Sources : Archives municipales de Sélestat (administration générale de la commune - Evènements remarquables - Citoyens d'honneur) - 102W85.