Chapelle de la Trinité de Châteauvillain

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

< Retour à la page de Châteauvillain

Localisation

H
Histoire.pngistorique

Au début du XVIIe siècle, un chanoine, Joachim FORGEMONT (1549 - 1620), né à Châteauvillain, théologien distingué, auteur d’ouvrages littéraires, principal du collège de Navarre en 1584, doyen du chapitre de Saint-Berchaire, voulut perpétrer le souvenir de la léproserie de la commune.

En 1604, à l'emplacement des ruines de la Maladière, il fit construire la chapelle sous le vocable de la Sainte-Trinité.

Il la dota généreusement et une messe y était célébrée tous les dimanches.


Le terrain l’entourant, clôturé par un mur surmonté d’une grille, était le cimetière des lépreux.

A chaque dimanche de la Trinité y avait lieu un pèlerinage pendant lequel les participants faisaient trois fois le tour de la chapelle en récitant trois « gloria patri ».
Cette coutume perdura jusqu’au début du XXe siècle , se transforma peu à peu en une petite fête et disparut complètement.

Cette chapelle, qui était redevenue propriété de l’Hospice au XIXe siècle, a été rachetée par la commune en 1980. Elle a été incrite aux M.H. par arrêté du 17 mai 1974 [1]

Elle a été restaurée extérieurement avec ajout d'une cloche dans le clocheton en 2011.

Patrimoine.png Patrimoine

Extérieur


La date de 1604 est gravée au dessus de la porte d’entrée.
Cette dernière présente de nombreuses colonnettes en bois et des parties « troncs » permettant d'y glisser des aumônes sans pénétrer dans l’édifice.

Intérieur


Une seule fenêtre l’éclaire.


Deux grandes peintures à la détrempe (fresques) étaient recouvertes d’un badigeon mais continuent, de nos jours, à souffrir sérieusement de l’humidité.

Pour l’histoire, elles représentaient un grand intérêt puisque les « Beaux Arts » avaient jugé nécessaire d’en effectuer des copies qui se trouvent actuellement au palais de Chaillot.
Selon des écrits et dans un cadre informatif, les peintures [2] représentent :
- à droite, l’église triomphante, l’église souffrante et l’église de ce monde avec les fidèles donateurs et le haut clergé, pape en tête,
- à gauche, le jugement dernier,
- derrière l’autel, les vertus,
- sur le mur arrière, les vices.

Les peintures de la voûte sont moins détériorées. Quatre anges ailés portent chacun un instrument de la passion.
La clef de voûte est ornée d’un écusson.


De chaque côté de l’autel, se distinguent encore deux blasons probablement de la famille des Ducs d’Atry en Italie qui possédèrent le comté de Châteauvillain sous le nom d’Adjacette-d’Aquiviva de 1582 à 1623.


Les statues du Christ du sacré-cœur et de Saint François Régis sont posées à même le sol.

De nos jours, de nombreuses statues et sculptures, qui provenaient du couvent des Cordeliers, ont été retirées de la chapelle pour être mises à l’abri.

Sol

Le sol est constitué de plusieurs pierres tombales.


Celle de la porte d’entrée semble indiquer :
« Ci-gît le corps de... POTHENOT, Maître Chirurgien à Châteauvillain, décédé le 26 novembre 1770... »

Dès vérifications effectuées dans les registres des actes paroissiaux de Châteauvillain, il en ressort qu'un nommé POTHENOT, Laurent, âgé de 44 ans, célibataire, fils du défunt sieur Hyacinthe POTHENOT, chirurgien, est décédé en 1770 mais le 21 octobre (Acte de décès). La date indiquée sur la pierre tombale devait certainement correspondre à celle du transfert de son corps à la chapelle car il avait initialement été inhumé à l'église des révérends pères récollets.

Clocheton

Sa cloche porte la date de fabrication de 2011. Elle a été fondue à Arc-lès-Gray (70). Elle mesure 30 centimètres, pèse 25 kilogrammes et chante en sol 4.

Le jeudi 2 juin de la dite année, elle a été baptisée « Elisabeth - Emilie » par Monseigneur Philippe GUENELEY, Évêque de Langres.


Quant à ses prénoms :

  • Elle d'appelle « Emilie », prénom de la petite-fille de Marie-Claude LAVOCAT, maire de Châteauvillain en 2011 et conseillère générale du canton.


Visuel sources.png Sources

  • D’après un texte de renseignements touristiques de mars 1994 de Jacques DESORMEAU résultant d’une étude aux Archives Départementales.

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  Notes et documents pour servir à l'histoire de Chateauvillain
  Châteauvillain - Petite cité de caractère

Voir aussi.png Voir aussi (sur Geneawiki)

Logo internet.png Liens utiles (externes)

  • Chapelle de la Trinité sur le site « Recensement des églises et chapelles du département de la Haute-Marne »
  • Chapelle de la Trinité sur le site « Inventaire général du patrimoine culturel de Champagne-Ardenne de la Région Grand EST »

Référence.png Notes et références

  1. Base Mérimée
  2. Chapelle de la Trinité à Châteauvillain sur le site des Bases « Architecture et Patrimoine »