Château de Fontenay

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Retour

Facade Sud Photo : P. Goetgheluck
Facade Nord Photo : P. Goetgheluck

vil., (château moulin, cne de BLERE, 95 habit.

- Terra Fontaneti, XIème siècle Fontenais, 1209 (chartes de l'abbaye de Saint- Julien).

- L'Estre des Fonteneaux, 1360 (Lib. bon. gentium).

- Fontenay-L'Arpenty, 1486,1523, XVIIème siècle.

- Fontenay, cartes de Cassini et de l'état-major.


HISTOIRE

Ce lieu est connu depuis le XIème siècle comme « Terra Fontaneti ». Plusieurs sources sont captées pour l'usage des villageois et des conduites acheminent l'eau au plus près du lieu de vie. On les maçonna « en fontaine » autour pour faire des bassins, prenant ainsi, le nom de « Fontaines d'usage » ou « Fonte-né ». Elle assurait les besoins des pèlerins et des voyageurs. Près de Fontenay, on remarque les traces de la voie romaine qui conduisait de Tours à Bourges. On y voit également les restes d'un aqueduc de l'époque gallo-romaine, qui suivait la rive gauche du Cher jusqu'à Saint-Avertin. Dans cette localité, l'aqueduc était connu, il y a une cinquantaine d'années, sous le nom de canal de Beaune. Son entrée, à Fontenay, avait un mètre de hauteur sur cinquante centimètres de largeur.

Le château de Fontenay relevait de l'Abbaye de Cormery, puis qualifié d'hébergement dans un acte de 1330, relevait à cette époque de l'archevêché de Tours, « à foi et hommage lige et un roussin de service, à muance de seigneur ». Accord de Geoffroy le Bel, Comte d'Anjou et Hugues d'Etampes, Archevêque de Tours en 1140. En 1350, Margot des Quartes, fille de Jehan des Quartes, rendit hommage, pour ce domaine, à l'archevêque de Tours. Par la suite, en château devint un fief qui releva, pour une partie, du château d'Amboise, « à foi et hommage lige et 15 jours de garde », et pour une autre partie, du fief des Arpentits. En 1486, il appartenait à Étienne Ragueneau ; - en 1523, à Étienne de la Loue ; - en 1517, à Thomas de la Loue ; - en 1678, à Georges Guil ; - en 1136, à Lucien Bernard, avocat au parlement ; - en 1737, à Gabriel Taschereau, des mains de M. Greffier, receveur général des finances de Poitiers, et réuni au domaine du château de Bléré. Le château, bâti au XVIème siècle, fut très endommagé par l'incendie que les Prussiens déclenchèrent en représailles en 1871. Il fut reconstruit sur les fondations anciennes.

L’architecte et artiste Auguste BUCQUET né à Paris en 1840 et décédé en 1914, son propriétaire d'alors, engagea sa reconstruction. Désirant sûrement laisser sa trace dans l’histoire, il fit d’ailleurs graver son nom sur la façade même du Château. Entre temps, le Château s’enorgueillit de tours supplémentaires, et devient le théâtre de destinées entrecroisées. Meunier, Boulanger, Passeur de bacs sur le Cher, Vigneron, sont autant de vies abritées au sein du domaine, qui porte encore aujourd’hui les traces matérielles ou écrites de cette histoire. Didier et Carole CORBY s'installèrent les premiers dans le Val de Loire, venant habiter à Bléré il y a un peu plus de 10 ans Travaillant dans divers domaines viticoles et en y abordant tous les aspects, ils finirent par y élever leurs propres vignes, nourries par l'amour d'un travail viticole de qualité. Puis, il y a de cela 5 ans maintenant, ce sont Nathalie et Philippe CARLI qui les ont ensuite rejoints. Rachetant le Château et lui redonnant une certaine élégance, ils se sont aussi attachés à développer la nature et ses vignes historiques. Il est aisé de tomber amoureux d'aussi belles contrées... Les moulins des Haut et Bas Fontenay, situés sur le ruisseau des Grandes-Fontaines, dépendaient de ce fief.


Bibliographie :

Inventaire des titres de la Baronnie de Chinon, des chatellenies de Marsay et d'Ozon dépendant de Marçay.

Arch. D’I.-et-L. C, 633,651,701,702 ; E, 123.

Chartes de Saint-Julien.

Cartulaire de l’archevêché de Tours.

Mémoire de la Société Archéologique. de Touraine, III.0

Chalmel, Hist. de Tour., III, 38.

Dictionnaire géographique historique et biographique d’Indre & Loire.