Catégorie:Moulins du Cher

De Geneawiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

<< Retour : Liste départements

Patrimoine.png Moulins du Cher

Irrigué par de nombreuses rivières, le Berry, et le Cher en particulier, est une terre propice à l’installation de moulins à eau. Beaucoup plus rares, les moulins à vent se sont plutôt implantés dans l’actuelle Champagne berrichonne et le Sancerrois.

Les moulins de Bourges

Pour nourrir la population de Bourges, plus d’une vingtaine de moulins ont tourné sur les petites rivières qui entourent la ville. Les plus anciens ont sans doute été installés au VIIIe ou au IXe siècle. D’autres se sont ajoutés plus tard, jusqu’au XVIe siècle.

Certains ont disparu assez tôt comme le moulin de Mirebeau, dès le XIIIe siècle, tandis que plusieurs sont toujours visibles : moulin de la Chappe, moulin Saint-Paul. Ils ont été fréquemment détruits par des incendies ou par les guerres, et reconstruits. Ils étaient au centre de multiples conflits : entre leurs propriétaires pour des questions de droits d’eau, plus tard avec les maraîchers et jardiniers des marais de Bourges.

Sur l’Yèvre se trouvaient le Moulin Rabot à Fenestrelay, puis les Moulins-le-Roi, l’ensemble des moulins de l’abbaye Saint-Ambroix, dont le bien nommé Taillegrain, les nombreux moulins de l’abbaye Saint-Sulpice, puis le moulin d’Aloi (plus tard de Vouzay et finalement Moulin-Bâtard) ; l’Yévrette alimentait le moulin de Rochy puis ceux de Souaires (ou Crotet), de la Grange, de Charlet (longtemps Moulin Neuf), de la Chaîne, et de Mirebeau ; l’Auron faisait tourner les moulins du Porche et de Lazenay, de Saint-Oûtrille, de Saint-Etienne (rebaptisé Saint-Paul), de Messire-Jacques, de Charosse devenu de la Chappe, enfin de Noet (ou de Convielle, appelé plus tard de l’Ile-d’Or) ; on trouvait encore sur la Voiselle les moulins de Voiselle et du Pré, et sur le Moulon celui de la Gravette.

La plupart des moulins appartenaient à des seigneurs ecclésiastiques ou laïcs. À Bourges, les puissantes abbayes de Saint-Ambroix et Saint-Sulpice possédaient ainsi chacune un ensemble de moulins, tandis que les églises collégiales de Saint-Oûtrille-du-Château, Notre-Dame-de-Sales, Notre-Dame-de-Montermoyen n’en avaient souvent qu’un seul. Les Moulins-le-Roi et sans doute celui de Messire-Jacques étaient initialement au roi, avant de devenir propriété de la Sainte-Chapelle au XVe siècle.

C’étaient des moulins banaux, c’est-à-dire que les boulangers de la ville avaient obligation d’y faire moudre leur grain. Cette contrainte a provoqué de nombreuses contestations et des procès. De même, les meuniers étaient sévèrement réglementés.

Les meuniers de Bourges n’adoptent qu’en 1665 les statuts qui régissent l’organisation de leur métier, qui n'était jusqu’alors que réglé par la coutume. Cette dernière veut alors que le meunier aille chercher le blé à domicile et qu’il l’y ramène, le plus souvent à dos d’âne, après l’avoir moulu dans les 24 heures. Si le délai de livraison n’est pas respecté, le boulanger est libre de faire moudre ailleurs. Le meunier se rembourse habituellement en nature du prix de la mouture.

Moulins à vent

Nom Commune Observations
Moulin à vent Ménetou-Salon  
- -  

Moulins à eau

Nom Commune Observations
- -  
Le Moulin Charbon La Chapelle d'Angillon Sur la rivière "La Petite Sauldre"  
- -  
Moulin Saint-Martin-des-Champs  
- -  
Le Moulin Neuf Vignoux-sur-Barangeon Sur la rivière "le Barangeon"  

Nuvola apps bookcase.png Bibliographie

  • BOYER Hippolyte, Histoire des corporations et confréries d’arts et métiers de Bourges : meuniers et moulins, boulangers, 2 vol., Paris, Picard, 1934.
  • CHATON Robert, Marais et moulins de Bourges, La Charité-sur-Loire, éditions Delayance, 1984.

Logo internet.png Liens utiles (externes)


Catégorie regroupant les moulins du département du Cher (18).

Média dans la catégorie « Moulins du Cher »

Cette catégorie comprend 5 fichiers, dont les 5 ci-dessous.